Rachat d'Altran : l'offre de Capgemini reçoit le soutien unanime du conseil d'administration

 |   |  548  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Cette offre serait soumise à la condition de l'obtention par Capgemini d'un nombre d'actions représentant au moins 50,10 % du capital social et des droits de vote d'Altran. Le nouvel ensemble pourra se targuer de chiffres impressionnants : 250.000 salariés de par le monde et 16 milliards d'euros de chiffre d'affaires (chiffres 2018).

Altran Technologies a annoncé lundi la signature d'un accord de rapprochement entre le groupe et Capgemini, dans le cadre d'une offre publique d'achat amicale du second sur le premier, au prix de 14 euros par action. Le communiqué indique que le conseil d'administration, qui s'est réuni le vendredi 9 août, avait considéré, à l'unanimité des membres présents ou représentés, que l'offre était "dans l'intérêt de la société, de ses actionnaires, de ses salariés ainsi que des autres parties prenantes".

Altran précise que cette offre serait soumise à la condition de l'obtention par Capgemini d'un nombre d'actions représentant au moins 50,10 % du capital social et des droits de vote d'Altran.

"Cette étape fait suite à la signature de l'accord de négociations exclusives le 24 juin 2019, et à la finalisation des procédures d'information-consultation des instances représentatives du personnel requises au sein de Capgemini et d'Altran", indique le communiqué.

Altran était devenu numéro un mondial du conseil en ingénierie et R&D avec l'acquisition de l'américain Aricent pour 1,7 milliards d'euros fin 2017. Avec cette puissance de frappe, le groupe de conseil offre à ses clients la possibilité d'externaliser certains projets de R&D. La finalisation de ce rapprochement est envisagée pour la fin de l'exercice 2019.

Force de frappe

Pour mémoire, le géant du conseil informatique Capgemini avait annoncé fin juin son intention d'acheter Altran dans le cadre d'une offre amicale représentant 5,4 milliards d'euros, dette comprise. Son objectif : proposer une offre sur l'ensemble de la chaîne de valeur, et prendre position dans la course à la numérisation des industries.

En additionnant les forces des deux entités, le nouvel ensemble pourra se targuer de chiffres impressionnants : 250.000 salariés et 16 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018 (13,1 milliards d'euros de CA en 2018 pour le géant du conseil informatique Capgemini; et 2,9 milliards d'euros pour le conseiller en ingénierie Altran).

Lire aussi : En rachetant Altran, Capgemini prend position dans la course à la numérisation des industries

Le fonds activiste Elliott fait de la résistance

En juillet, Capgemini s'était montré confiant dans sa capacité à réussir son offre d'environ 5 milliards d'euros sur Altran Technologies au prix de 14 euros par action malgré l'irruption du fonds activiste Elliott dans son capital.

Elliott, qui a acquis des "equity swaps" ces dernières semaines, a fait savoir le 12 juillet qu'il n'avait pas l'intention à ce stade d'apporter à l'offre ses actions Altran qu'il pourrait détenir à l'avenir, marquant le premier accroc à cette opération destinée à renforcer Capgemini à la fois dans le conseil en technologies et aux États-Unis.

Elliott, qui gère quelque 35 milliards de dollars d'actifs est considéré comme l'un des fonds les plus performants en matière d'activisme. Parmi ses "cibles" récentes figurent des groupes américains comme eBay mais aussi des français comme Pernod Ricard , Vivendi ou Altran.

Le communiqué précise encore que "le dépôt de l'offre par Capgemini demeure soumis à la réalisation de diverses conditions préalables usuelles liées notamment à l'obtention d'autorisations réglementaires (comme le CFIUS aux États-Unis, et au titre du contrôle des concentrations). Cependant, Capgemini se réserve la possibilité d'y renoncer et de déposer l'offre publique d'achat avant la finalisation de ces dernières démarches".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :