Grand débat : les 12 propositions de l'UFC-Que Choisir pour "libérer 9 milliards de pouvoir d'achat"

 |   |  1214  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
L'association de défense des consommateurs soumet à ses adhérents pas moins de 12 mesures avec l'objectif de favoriser "une société plus respectueuse de la santé et de l'environnement", tout en promettant aux ménages "une progression durable du pouvoir d'achat".

Ce lundi 4 février, à l'issue du douzième épisode de la crise des "Gilets jaunes", l'UFC-Que Choisir lance une vaste campagne de mobilisation afin de peser sur le Grand débat national, intitulée "La contribution des consommateurs: le plan d'urgence pouvoir d'achat". L'association de défense des consommateurs soumet à ses adhérents pas moins de 12 mesures promettant aux ménages "une progression durable du pouvoir d'achat" tout en améliorant l'environnement et la santé des citoyens. Ces solutions vont libérer  "9 milliards d'euros de pouvoir d'achat (320 euros par ménage)" affirme l'association, et cela "sans surcoût pour les finances publiques".

Le communiqué de l'association affirme soutenir une vision de très long terme, contre le "consommer toujours plus", et pour valoriser le "consommer mieux", particulièrement cohérente donc avec son postulat de départ depuis sa création.

"Ce plan porte une vision plus large : l'orientation des comportements de tous les acteurs vers une consommation plus vertueuse, respectueuse de la santé et de l'environnement des citoyens, et qui garantit à tous, sur tout le territoire, l'accès aux biens et services essentiels."

Ces 12 propositions sont à consulter en accès libre sur le site de l'UFC-Que Choisir (voir en pied d'article). Pour donner un aperçu de la démarche, parmi les mesures qui sont chiffrées*, voici les quatre qui "libéreraient" plus de 1 milliard d'euros de pouvoir d'achat :

2,8 milliards

  • "Supprimer les commissions d'intervention en cas d'incident bancaire" (proposition 2)

En juillet dernier, un collectif d'associations, UFC-Que Choisir, Unaf, Familles rurales, et la CGT Banques Assurances, déclaraient la "mobilisation générale" et interpellaient le ministre de l'Économie et des Finances sur l'urgence à plafonner les frais d'incident facturés par les banques. Car les frais bancaires, en particulier ceux que l'on appelle les frais d'incidents (rejet de chèque, découvert, etc), peuvent représenter des sommes très importantes, en particulier pour les ménages les plus modestes.

Le collectif demandait un meilleur suivi de ces surcoûts ainsi qu'une politique de prévention. Le sujet n'est pas nouveau puisque en 2017, une étude de Panorabanques constatait que 23% des Français dépassent leur autorisation de découvert tous les mois, des clients modestes. Une enquête de 60 millions de consommateurs et de l'Unaf d'octobre 2017 révélait qu'un foyer en difficulté sur cinq s'était vu prélever plus de 500 euros de frais par an.

L'UFC-Que Choisir explique pourquoi il faut supprimer ces frais d'incident bancaires - rebaptisés « frais sanction » - qui n'ont pas de légitimité économique.

Lire aussi : Frais bancaires: les associations réclament à Le Maire des mesures dans la loi Pacte

1,2 milliard

  • "Faciliter la comparaison et le changement d'assurance santé" (proposition 9)

En juin dernier, une enquête de l'UFC-Que Choisir révélait que, sur les dix dernières années, les cotisations aux complémentaires santé avaient explosé, passant de 468 euros par personne, en 2006, à 688 euros en 2017 (+47% contre une inflation de 14% sur la période). Soit un montant total de cotisations engrangées de 40,5 milliards en 2017. Mais cela ne serait presque rien au regard des entraves au libre jeu de la concurrence sur ce marché des complémentaires santé, fustige l'association de défense des consommateurs qui pointe les offres illisibles, les comparaisons impossibles à réaliser, sans oublier les difficultés à résilier.

L'UFC-Que Choisir propose donc qu'on oblige les complémentaires santé à harmoniser leurs offres de façon à les rendre à la fois plus lisible et mieux comparables les unes avec les autres. Elle réclame la publication du taux de redistribution par organisme (part des cotisations reversée aux assurés) ainsi que la possibilité de résilier à tout moment qui permettrait aux consommateurs de changer d'assurance santé plus facilement. Ce "choc de concurrence" devrait faire baisser les frais de gestion, espère l'association qui s'est livrée à un calcul minimaliste :

"Si ces frais revenaient simplement à leur niveau d'il y a 5 ans, l'économie serait de 1,2 milliard d'euros".

1,2 milliard d'euros

  • "Simplifier le changement de banque avec la portabilité du numéro de compte bancaire" (proposition 4)

L'association de défense des consommateurs constate que les Français sont captifs de leur banque (ils en changent 3 fois moins que les autres Européens en moyenne !) Et que c'est une des raisons pour lesquelles les frais bancaires sont excessifs (215 euros en moyenne, avec notamment une progression du coût moyen d'un compte deux fois plus rapide que l'inflation). En facilitant le changement d'établissement, et donc en dynamisant la concurrence entre établissements, l'État permettrait aux clients d'économiser quelque 1,2 milliard d'euros.

Un des moyens d'engager ce changement de comportement des clients immédiatement : la portabilité du numéro bancaire, dispositif simplissime à l'image de celui qui est accepté depuis des années dans le secteur des télécoms. En outre, cela éviterait les démarches pour les virements et prélèvements récurrents (salaires, EDF...) et donc supprimerait les bugs onéreux souvent associés à la complexité de ces changements de compte.

1,04 milliard

  • "Appliquer strictement le principe « préleveur-pollueur-payeur » pour l'eau potable" (proposition 6)

L'eau potable a un prix, résultat de l'agrégation des coûts liés à son acheminement jusqu'à la cuisine et la salle de bains du consommateur, mais avant tout, liés au traitement indispensable à la rendre saine pour la consommation humaine. Problème, le coût de cette "potabilisation", explique l'UFC-Que Choisir, "est trop souvent majoré par le traitement des pollutions (pesticides, nitrates, phosphates), qui sont largement présentes dans l'eau des rivières ou des nappes phréatiques utilisées pour la fabrication d'eau potable".

Les premiers pollueurs de la ressource aquatique, ce sont les acteurs de l'agriculture intensive, à l'origine de 60% des pollutions par les phosphates, de 70% de celles par les pesticides et de 75% de celles par les nitrates. Or, ils contribuent peu aux traitements de dépollution (notamment avant rejets dans la nature) : contrairement aux consommateurs d'eau qui paient l'essentiel de l'ardoise (taxes sur la consommation et la pollution) via leur facture d'eau.

L'UFC-Que Choisir remet donc en vedette ce principe du préleveur-pollueur-payeur, qui initierait un cercle vertueux dont bénéficierait la société dans son ensemble avec 1 milliard d'euros rendus aux consommateurs, l'encouragement de pratiques agricoles plus vertueuses, sans oublier les gains pour notre environnement, la biodiversité et... la santé des êtres humains.

--

GRAND DÉBAT : LES 12 MESURES DE L'UFC-QUE CHOISIR

  • 1. Répercuter les baisses des cours des matières premières agricoles sur les prix en rayon
  • 2. Annuler le relèvement du seuil de revente à perte, qui gonfle les marges de la grande distribution
  • 3. Supprimer les commissions d'intervention en cas d'incident bancaire
  • 4 . Simplifier le changement de banque avec la portabilité du numéro de compte bancaire
  • 5. Faire varier les aides à la rénovation énergétique en fonction du niveau de performance et non des équipements
  • 6. Appliquer strictement le principe « préleveur-pollueur-payeur » pour l'eau potable
  • 7. Allonger la durée de garantie légale en fonction de la durée de vie des produits
  • 8. Encadrer les loyers dans toutes les zones tendues
  • 9. Faciliter la comparaison et le changement d'assurance santé
  • 10. Limiter les dépassements d'honoraires médicaux
  • 11. Réformer l'apprentissage de la conduite pour baisser le prix du permis
  • 12. Libéraliser la vente de pièces de carrosserie automobiles

___

ANNEXES

Le communiqué de l'UFC-Que Choisir (en .PDF)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2019 à 11:27 :
La mesure la plus simple:baissons de 2% la CSG,augmentons de 2% la TVA.On protège ainsi nos emplois
a écrit le 05/02/2019 à 16:57 :
Les rachats partiels de l'assurance-vie sont également bloqués depuis des années à 4600 euros pour une personne seule et 9200 euros pour un couple alors qu'il y a urgence à abndonner les vieux contrats ultra-chargés en frais comme Selexence C1818 de Natixis ou Vega Maxi entre autres toujours du même groupe qui se fiche du monde et passer vers des contrats internet sans frais sinon de gestion (0,6%). Il y aurait lieu de fixer ces montant de retraits à 10.000 et 20.000 euros par exemple afin de quitter au plus vite les contrats abusifs qui font perdre de l'argent aux français pour payer des banquiers rentiers !
a écrit le 05/02/2019 à 13:25 :
Quelques bonnes propositions . Les guignols qui prétendent gouverner ne sont même pas capables d'en finir avec le changement d'heure !!!
a écrit le 05/02/2019 à 12:08 :
Je ne peut manquer de vous dire que : vous auriez pu les lires , les propositions d'UFC avant de les publier ..: certaines ( une au moins ) sont aberrantes inaplicables ...(comme conserver sont n°de compte alors que ...c'est un IBAN )...!
a écrit le 05/02/2019 à 11:28 :
Des propositions qui relèvent du y a qu'a faut qu'on!!

Par exemple le problème des loyers vient principalement du fait qu'il manquent des logements dans les villes. C'est la conséquence du transfert de population vers les villes et de l'augmentation de l'immigration. Ce n'est pas en bloquant les loyers que le privé (le public ne construit pas assez) va investir dans l'immobilier.

Concernant les assurances privées, pourquoi "Que choisir" ne propose pas une grille de comparaison? C'est un peu leur rôle!!!
Réponse de le 06/02/2019 à 17:15 :
D'où vous sortez que c'est l'augmentation de l'immigration qui entraine cette pénurie de logements ? Il y a les familles divorcées, le besoin de surface de plus en plus grande, la hausse du tourisme qui ponctionne des logements dans les grands villes touristitques...L'immigration se concentre dans des zones où l'immobilier n'est pas chere.
(Enfin, oui, à Paris, l'immigration ce ceux qui quittent Londres…)
a écrit le 05/02/2019 à 11:15 :
Mesure 1: inapplicable car il y a combien d'intermédiaires entre le producteur et le distributeur !!!
a écrit le 05/02/2019 à 9:45 :
Il faut pas libéraliser la vente des pièces automobiles mais favoriser le recyclage des anciennes pièces c'est plus écologique
a écrit le 05/02/2019 à 9:42 :
les dépassements d'honoraires médicaux sont directement lié à la pénurie de médecins.Si on a assez de médecins on peut choisir d'aller chez un autre qui ne pratique pas de dépassement.C'est la concurrence.Si on interdit le dépassement dans un pays ou règne le désert médical :il y aura plus d'attente et de la corruption pour pouvoir accéder aux soins: Bakchich au lieu de dépassement
a écrit le 05/02/2019 à 9:34 :
Les loyers sont déjà bloqués apparemment c'est un rappel qui ne passe pas la censure de la tribune
a écrit le 05/02/2019 à 7:23 :
Il faudrait aussi supprimer les contrôles techniques automobiles qui sont une vrai mafia. Mettons le taux alcool à zéro, limitation de vitesse stricte et voyons déjà ce que ça donne sur létaux de mortalité
a écrit le 04/02/2019 à 23:57 :
Rien que des mesures à grater les derniers centimes mais rien pour booster l'économie
a écrit le 04/02/2019 à 21:13 :
5,2 milliards sur le dos des Banques. Avez vous remarqué le nombre de fermeture d’agences ? Si je trouve le fait de facturer les personnes dans le besoin regrettable, je me pose la question de toujours trouver des solutions sur les mêmes.
a écrit le 04/02/2019 à 19:49 :
Quelques bonnes idées quand même.
J'imagine d'ici les arguments de ceux qui risquent de s'engraisser un peu moins:
-"C'est de la folie cela va détruire l'économie"
-"Cela sera contre-productif, cela va mettre en difficulté les petits acteurs locaux"
-"Cela va aggraver les déserts médicaux"
-" Les propriétaires ne mettront plus leurs logements en location, cela va créer la pire crise du logement depuis 1945"
Quand il s'agit de défendre son beurre, l'imagination n'a plus de limite.
Réponse de le 05/02/2019 à 0:02 :
Les loyers sont déjà bloqués dans les zones tendues. C'est seulement en cas de travaux que le prop peut augmenter le loyer d'un nouveau locataire donc c'est une proposition qui ne change rien du tout .
Réponse de le 05/02/2019 à 0:03 :
Les loyers sont déjà bloqués dans les zones tendues. C'est seulement en cas de travaux que le prop peut augmenter le loyer d'un nouveau locataire donc c'est une proposition qui ne change rien du tout .
a écrit le 04/02/2019 à 19:45 :
Et aussi que le compte d'unigrains642008296 soit enfin devoilé.
a écrit le 04/02/2019 à 19:24 :
mesures de bon sens et facilement réalisables si l'on veut s'en donner la peine. Bien sûr il y aurait des mécontents à savoir ceux qui en feraient les frais, mais dans toutes mesures il y a forcément des perdants et des gagnants et l'essentiel c'est que les gagnants soient majoritaires
a écrit le 04/02/2019 à 19:13 :
Plaisanteries de bobos gauchos qui n'apporteront rien
Réponse de le 04/02/2019 à 19:27 :
Entre leurs propositions argumentées et ton intervention sans autre argument que l'insulte, je me demande si ce n'est pas ta naissance qui n'as pas été une mauvaise plaisanterie.
Réponse de le 05/02/2019 à 0:09 :
C'est des propositions qui ne sont pas à la hauteur des problèmes éco de la France et leon à raison n'en déplaise aux chavistes.
a écrit le 04/02/2019 à 18:50 :
aujourdh'ui on rase gratuit
les ronds de cuir dans un bureau ne se demandent jamais si leurs idees ( de m ...) sont applicables, techniquement faisables, et ou ressortent les pbs......
les banques plument les gens modestes? c'est pas nouveau; si y a plus facturation des decouverts, y aura plus d'autorisation de decouvert, je pense que certains vont regretter d'avoir paye des commissions
le reste des mesures est a l'avenant
a écrit le 04/02/2019 à 17:05 :
enfin des propositions de bon sens ! loin de la langue de bois habituelle des politiques
a écrit le 04/02/2019 à 16:31 :
Beaucoup de bonnes idées, dont mêmes certaines sont carrément révolutionnaires, à savoir demander de la clarté aux multinationales de l'eau par exemple, aucune chance car oligarchisme oblige mais c'est vraiment très plaisant à lire.

Une série de mesures que l'on ne peut ni taxer de droite ou de gauche, pire qui est parfaitement adaptée au grand débat mais bien trop efficace pour être validée par les patrons de nos lrem.

Bref l'UFC que choisir démontre plus de compétence en économie réelle que nos LREM qui s'en sortiront encore et toujours avec des mots.

Nous sommes quelques uns à vous battre à plate couture en proposant de faire payer des impôts aux milliardaires permettant de faire rentrer 100 milliards chaque année mais on a encore moins de chances d'y arriver, l'oligarchisme l'obligeant.

Bravo en tout cas même si on pourrait trouver cela très technique mais justement ça tombe bien nos LREM n'arrêtent pas de nous dire que ce sont des techniciens et autres experts en tout genre, nickel !
Réponse de le 06/02/2019 à 0:22 :
Citoyen blasé@,vous avez raison. La suppression de frais bancaires pour les gens modestes, me paraît la mesure la plus juste et la plus efficace.Cela étant dit, EM étant un ancien banquier, je doute fort qu'il s'attaque aux banques.
S'il le faisait ,il remonterait sa popularité de manière significative.
Réponse de le 06/02/2019 à 9:52 :
"Ancien" banquier vous le pensez vraiment ?

Il dirige le pays comme un directeur régionale dirige sa banque locale à savoir avec une pression énorme de ses patrons.

Moi je trouve qu'on y est pas mal...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :