À son tour, Airbnb ferme boutique en Chine

La société américaine, leader mondial de locations saisonnières, va mettre fin à l'ensemble de ses services en Chine le 30 juillet. En revanche, les habitants du pays pourront continuer d'effectuer des réservations à l'étranger.

3 mn

Les séjours en Chine n'ont représenté qu'environ 1% des revenus du groupe ces dernières années.
Les séjours en Chine n'ont représenté qu'environ 1% des revenus du groupe ces dernières années. (Crédits : DADO RUVIC)

Dernière grande société internet américaine implantée en Chine, le leader mondial de locations saisonnières a décidé de se retirer de l'empire du Milieu. Face à la concurrence des applications locales et aux confinements successifs, la plateforme de réservation de locations de chambres, appartements et maisons, n'a pas réussi à s'implanter sur le marché chinois.

Airbnb a annoncé mardi qu'elle mettrait fin à l'ensemble de ses services en Chine le 30 juillet, sans donner de précisions sur ce qui a motivé cette décision. Cette annonce a été effectuée dans une lettre publiée sur le réseau social WeChat à l'adresse des clients chinois d'Airbnb.

Retire de son catalogue 150.000 logements en Chine

La société a débuté ses activités en Chine en 2015 pour courtiser les touristes chinois qui voyageaient à l'étranger et aussi développer une offre de logements sur place. Or ces séjours en Chine n'ont représenté qu'environ 1% des revenus du groupe ces dernières années. Plus de 25 millions de personnes se sont depuis rendues dans ces habitations, mais cette activité locale a toujours été coûteuse et complexe à gérer, selon la source. D'après le New York Times, Airbnb va ainsi retirer du marché environ 150.000 logements en Chine, sur les six millions que compte la firme dans son catalogue mondial.

Airbnb veut toutefois continuer de se concentrer sur les voyageurs chinois à l'étranger. La société a précisé que les habitants du pays pourront continuer d'effectuer des réservations à l'étranger. D'après l'organisation mondiale du tourisme, 150 millions de chinois ont réalisé un séjour à l'étranger en 2018, contre 4,5 millions en 2000. La Chine est devenue en 2012 le pays le plus important au monde en termes de touristes internationaux. Airbnb compte sur la bonne reprise de ce marché fructueux, notamment dans les pays asiatiques voisins, avec la réouverture progressive des frontières grâce aux vaccins.

La liste des entreprises américaines qui ont quitté la Chine s'allonge

La décision de Airbnb vient s'ajouter à la longue liste des plateformes en ligne occidentales qui ont déjà quitté le marché chinois. Google, Facebook, le réseau social professionnel LinkedIn de Microsoft, ou encore le moteur de recherche Yahoo !, tout comme l'éditeur de jeux vidéo Epic Game ont stoppé leurs activités en Chine. Ces acteurs de l'Internet citent des raisons allant de la censure aux difficultés opérationnelles dans le pays, en passant par un manque de succès.

Depuis plus d'un an, pour tenter de contenir le pouvoir grandissant des entreprises de l'Internet, Pékin a décidé de serrer la vis en instaurant de nouvelles réglementations pour le secteur du numérique. Les autorités chinoises ont renforcé le contrôle des sociétés du numérique, multipliant les mesures de régulation, les amendes et les rappels à l'ordre des grands groupes et de leurs patrons. Une loi sur la protection des données personnelles renforce notamment le contrôle du gouvernement sur les données de ces firmes. De quoi décourager.

(Avec AFP et Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.