EuroDisney : un actionnaire saisit la justice contre l'OPA de la maison-mère

 |   |  403  mots
Après des années de pertes en raison de son endettement, EuroDisney devrait retourner définitivement dans le giron de sa maison-mère.
Après des années de pertes en raison de son endettement, EuroDisney devrait retourner définitivement dans le giron de sa maison-mère. (Crédits : reuters.com)
Alors que The Walt Disney Company est lancée dans une procédure de prise de contrôle totale du capital d'EuroDisney, le fonds CIMA (moins de 1% du capital) estime que la procédure n'a pas été menée dans l'intérêt commun des actionnaires.

Le fonds d'investissement Cima, qui détient moins de 1% du capital d'Euro Disney, a indiqué lundi avoir déposé un recours contre la décision de l'Autorité française des marchés financiers d'autoriser l'OPA de la maison-mère américaine dévoilée en février.

The Walt Disney Company a franchi le 20 février une nouvelle étape dans la recapitalisation de l'exploitant de Disneyland Paris, annonçant être monté à 72,34% du capital à la suite d'augmentations de capital réservées à trois de ses filiales (EDL Holding Company, Euro Disney Investments, EDL Corporation).

Un abus de pouvoir d'après CIMA

Ces dernières ont annoncé qu'elles allaient lancer une offre publique obligatoire (OPO) sur la totalité des actions Euro Disney qu'elles ne possèdent pas. L'AMF a indiqué que l'offre serait ouverte du 2 au 24 avril.

Le fonds Charity & Merger Arbitrage Fund (Cima) a déposé le 9 avril un recours en annulation devant la cour d'appel de Paris "contre la décision de l'AMF de déclarer conforme l'offre publique déposée sur Euro Disney SCA par le groupe Walt Disney Company", selon son communiqué.

"Cette offre publique parachève une situation patente d'abus de pouvoir au sein d'Euro Disney, qui n'est pas gérée conformément à l'intérêt commun de ses actionnaires ni même à son propre intérêt social", selon le fonds.

Le parquet national financier saisi

"L'ensemble de ces agissements apparaît susceptible de constituer les délits d'abus de biens sociaux au préjudice d'Euro Disney, de présentation de comptes inexacts et de communication d'informations fausses ou trompeuses. Une plainte sur ces fondements a été déposée par Cima auprès du Parquet national financier", détaille le conseil de Cima, Me Julien Visconti.

Le fonds indique également qu'il envisage dans les prochaines semaines une action devant les instances civiles "pour obtenir la restitution des centaines de millions d'euros abusivement prélevées par l'actionnaire de contrôle dans Euro Disney".

95% des actionnaires avaient approuvé le plan

Disney a renfloué en octobre sa filiale française, injectant plus d'un milliard d'euros. Etouffé par une dette abyssale depuis sa création en 1992, Euro Disney a déjà connu des restructurations financières en 1994 et en 2004.

Le 17 février, les actionnaires d'Euro Disney, réunis en Assemblée générale, avaient approuvé à près de 95% ce plan de recapitalisation d'un milliard d'euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2015 à 13:53 :
Et si Disneyland Paris devait disparaître ? Imaginez le désastre ! Et combien de milliers d'hectares d'excellentes terres céréalières, parmi les meilleures d'Europe, stérilisées pour l'éternité ? Y avons nous seulement pensé ... Et le drame, c'est qu'ils continuent à le faire sans se soucier le moins du monde des conséquences à long terme (Parc ..."Nature").
a écrit le 13/04/2015 à 22:40 :
Il est quand même de notoriété publique que la maison mère d'Eurodisney organise depuis des années le déficit artificiel de cette première pour ne pas payer d'impôts en France...et spolier les actionnaires...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :