Nouveau coup d'accélérateur en vue pour Easyjet en France

La compagnie à bas coûts va prochainement annoncer de nouvelles ouvertures de lignes, notamment en région.
Fabrice Gliszczynski
(Crédits : © Jon Nazca / Reuters)

Nouveau coup d'accélérateur en vue pour Easyjet en France. Deuxième opérateur aérien derrière Air France dans l'Hexagone, le transporteur à bas coûts britannique va annoncer prochainement une nouvelle phase de croissance en France.

« Nous allons continuer notre développement en France », a déclaré François Bacchetta, le directeur France d'Easyjet, à des journalistes français, en marge de la cérémonie du vingtième anniversaire de la compagnie, mardi à Luton, près de Londres.

Densification du réseau sur les bases

Notamment en région.

« Nous allons ouvrir de nouvelles lignes dans les régions françaises. Les grandes villes françaises souffrent d'un manque de dessertes par rapport à d'autres métropoles européennes », a expliqué François Bacchetta.

Cela va passer par un développement d'activité sur les bases existantes.

« Nous allons densifier le réseau sur nos bases », a-t-il indiqué.

Aujourd'hui, Easyjet dispose en région d'une base d'exploitation (avec du personnel navigant qui réside sur place et des avions dédiés) à Lyon, Nice, Toulouse et Bâle-Mulhouse. S'ajoutent à ces bases régionales celles de Paris, à la fois à Roissy-Charles-de-Gaulle et à Orly.

« Il est possible  qu'il y ait de nouvelles bases », a indiqué François Bacchetta, qui n'a pas exclu non plus de nouvelles lignes intérieures, sans préciser si ces deux points figureraient dans les prochaines annonces.

Concurrence de Transavia et de Vueling à Paris

Au départ de Paris, l'augmentation du nombre de vols vers Tel Aviv prévue à partir de l'an prochain par les accords bilatéraux entre la France et Israël donne par exemple des opportunités de développement à Easyjet, présent aujourd'hui sur cette ligne.

Avec le fort développement de Transavia (la filiale low-cost d'Air France) à Orly et la création d'une base d'exploitation de Vueling à Roissy, la concurrence low-cost s'intensifie pour Easyjet à Paris.

François Bacchetta a relativisé l'impact du développement de Transavia à Orly dans la mesure où la moitié de la flotte d'Easyjet basée à l'aéroport du sud de Paris est dédiée à la desserte de Nice et Toulouse, deux destinations que ne dessert pas Transavia.

Certes, mais le développement de Transavia peut très bien impacter les vols des autres low-cost présentes à Roissy, mais aussi à Beauvais. Et ce, même si le réseau de chacune des compagnies n'est pas similaire. Car une partie des « clients loisirs » fait son choix non pas en fonction de la direction mais en fonction du prix.

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 12/11/2015 à 14:04
Signaler
Plutôt que ce développement à tout prix, ne pourrait-on au moins un jour penser à tout les riverains survolés qui sont arrosés par le bruit et la pollution générés par tous ces avions ? Essayez au moins de penser un plus loin que de la rentabilité à ...

le 12/11/2015 à 21:40
Signaler
CDG a été inauguré le 8 mars 1974, Orly a permis au voisinage d'admirer les avions depuis 1909 ! Et vous, vous étiez sur place depuis combien de temps ? Non parce que si vous vous installez près de Roland Garros. il y aura du tennis à côté... et ...

le 12/11/2015 à 23:12
Signaler
A la personne qui vient de me répondre, j'aimerai qu'elle ait le courage de signer pour que je puisse lui répondre.

à écrit le 12/11/2015 à 10:25
Signaler
Qu'attend AirFrance pour développer SERIEUSEMENT Transavia, notamment en région ? LYS a particulièrement été abandonné par Air France! "Lyon, Hub européen du groupe" a totalement disparu des slogans et des sites de la compagnie nationale! Seulement...

le 12/11/2015 à 11:50
Signaler
"nous ne pouvons laisser transavia siphonner les passagers d'AF" dixit la SG du Snpl sur son twwet. C'est certain, il vaut mieux que les clients volent sur une compagnie concurrente easyjet, vueling etc...plutôt que sur une filiale du groupe...

le 14/11/2015 à 11:37
Signaler
Air France n'a aucune chance, car elle ne peut pas changer son personnel, Il faut qu'elle vive avec ses syndicats, ses gréves et des coûts de personnel supérieurs. Donc laissons Air France réduire sa toile année après année sans espoir de retour, et ...

à écrit le 12/11/2015 à 10:12
Signaler
Il serait bon que le SNPL lise cet article : est-il toujours logique que le syndicat bloque le nombre d'appareil développés par Transavia en France ? Les pilotes croient-ils toujours vivre dans un monde clos, sans avoir à faire des efforts de prod...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.