Le volcan islandais a déjà fait perdre 68 millions d'euros à KLM

 |   |  357  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Après avoir obligé les compagnies européennes à annuler près d'un millier de vols ce week-end, le nuage de cendres semble perdre de sa vigueur. En France, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC),se veut rassurante pour la semaine à venir.

"Depuis mi-avril, KLM a perdu 68 millions (d'euros) à cause du nuage de cendres." Ce chiffre communiqué ce dimanche à l'agence France Presse par une porte-parole de la compagnie néerlandaise, filiale du groupe Air France-KLM, est le dernier décompte qu'a rendu public l'une des nombreuses compagnies aériennes affectées par les interdictions de trafic aérien qui n'ont pas vraiment cessé depuis que, voici presqu'un mois, l'Eyjafjöll envoie, au gré des vents, son nuage de cendres vers l'Europe.

La facture va-t-elle encore s'alourdir pour les compagnies aériennes européennes ? Ce week-end, le nuage de cendres volcaniques venu d'Islande a encore obligé de nombreuses compagnies à restreindre leur programme. Plus de 1.000 vols ont été annulés dans la péninsule ibérique samedi et l'organisation européenne de la navigation aérienne, Europort, a annoncé la suppression de 500 vols dimanche.

Toutes les compagnies n'ont pas été affectées mais toutes redoutent que le nuage ne se déplace à présent vers les grandes plates formes aéroportuaires européennes. Dimanche, Lufthansa a ainsi été contrainte d'annuler une bonne partie de vols au départ et à destination de Munich, son deuxième hub en Allemagne. Le trafic n'a pu reprendre dans le deuxième aéroport allemand qu'en fin de soirée. Et même si la Direction générale de l'aviation civile se veut rassurante pour la semaine à venir, un ingénieur de Météo France, interrogé par l'AFP, restait dimanche après-midi encore très prudent : « On s'attend à nouveau dans la nuit et demain matin à une reprise sur le Portugal et ensuite, éventuellement, ça remontera vers la France. »

Chez Air France, on assure ne prendre aucun risque. Dimanche, la compagnie a procédé à plusieurs tests sur des avions ayant traversé le nuage.

Easyjet a, elle, préféré ne faire ni décoller ni atterrir ses avions à Nice, l'une de ses bases en France. Mais les organisateurs du Festival de Cannes gardent le moral. "Tous nos invités dont la venue était programmée pour aujourd'hui sont arrivés", a affirmé ce dimanche Thierry Fremaux, le délégué général du Festival.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :