La dérégulation du transport aérien UE-Israël fait des remous

 |   |  465  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le gouvernement israélien a ratifié dimanche l'accord "Open Skies" de dérégulation du transport aérien avec l'Union européenne, qui prévoit un plus grand accès des compagnies européennes au marché local, déclenchant la colère des employés de leurs concurrentes israéliennes.

Des salariés en grève, des centaines de manifestants en colère... le monde du transport aérien est en ébullition ce dimanche 21 avril en Israël. En cause, la validation par le gouvernment israélien d'un accord qui prévoit de lever la régulation du transport aérien entre ce pays et l'Union européenne. Baptisé "Open Skies", cet accord vise à ouvrir et intégrer les marchés européens et israëlien. En vertu de cet accord, les compagnies aériennes européennes pourront opérer des vols directs vers Israël à partir de n'importe quel pays, et les mouvements des compagnies israéliennes dans l'UE seront facilités, ce qui devrait réduire les coûts de transport pour les passagers.

Réduire les coûts des voyages...

"Le but de la réforme que nous avons approuvée aujourd'hui est de réduire le coût des voyages aériens à destination et en provenance d'Israël et d'accroître le tourisme", a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un communiqué, précisant que la finalisation de l'accord était en cours depuis plusieurs années. "Nous continuerons à encourager les réformes afin de réduire le coût de la vie et d'accroître l'efficacité des services aux Israéliens", a souligné M. Netanyahu, un tenant du libéralisme économique.

... mais risquer des licenciements

Mais cette dérégulation est loin de ne faire que des heureux. Des centaines d'employés de compagnies aériennes israéliennes craignent fortement l'arrivée d'une concurrence venue d'Europe. Les trois compagnies israéliennes El Al, Arkia et Israir ont en effet laissé présager une vague de licenciements suite à cette dérégulation. "Mettre en application l'accord 'Open Skies' dans sa version actuelle aura des conséquences graves, et mettra à mal fatalement et irréversiblement l'aviation civile en Israël", a prévenu le dirigeant de la centrale syndicale Histadrout, Ofer Eini.

Huit personnes arrêtées

Des salariés de la compagnie nationale El Al, qui appartient depuis 2005 à des actionnaires privés, ainsi que des compagnies charter Arkia et Israir ont cessé le travail dimanche à 5h, heure locale (4h heure de Paris) sans préciser la durée prévue de leur grève. A l'arrivée des ministres pour leur réunion hebdomadaire présidée par M. Netanyahu, plus de 500 manifestants en colère ont débordé le cordon de sécurité et tenté de les empêcher de rejoindre le bureau du Premier ministre, selon la police et l'AFP. Les protestataires ont incendié des pneus et des échauffourées ont éclaté avec la police et les forces anti-émeutes appelées en renfort, a constaté un journaliste de l'AFP. Huit personnes ont été interpellées.

avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2013 à 12:17 :
Emirates, Quatar airlines ou encore Etihad, ont ils accès à Israël?
Réponse de le 23/04/2013 à 9:34 :
En on t il envie ? El Al as t il accès aux pays du Maghreb ou Arabe à part l'egypte et la jordanie.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :