Qantas Airways va supprimer 5.000 postes de plus

 |   |  366  mots
Qantas veut une garantie du gouvernement australien afin de pouvoir se financer à bon compte sur les marchés étrangers. La compagnie estime en effet que sa rivale dispose d'un avantage effectif en ayant accès aux capitaux étrangers via ses actionnaires de référence(Photo : Reuters)
Qantas veut une garantie du gouvernement australien afin de pouvoir se financer à bon compte sur les marchés étrangers. La compagnie estime en effet que sa rivale dispose d'un avantage effectif en ayant accès aux capitaux étrangers via ses actionnaires de référence(Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Qantas Airways va supprimer 5.000 postes et se séparer de 50 avions après une lourde perte semestrielle.

Les temps sont durs pour Qantas Airways. La compagnie aérienne australienne a annoncé la suppression de 5.000 postes, soit 15% de ses effectifs, après avoir fait état d'une lourde perte semestrielle dans un contexte de concurrence exacerbée tant en Australie qu'à l'international. Il y a un an, la compagnie avait déjà annoncé la suppression d'un millier d'emplois.

Coupes drastiques

Parmi les mesures d'économies envisagées, Qantas va différer la réception des trois derniers Boeing 787 Dreamliner qu'elle avait commandés pour sa filiale low-cost Jetstar, ainsi que de huit Airbus A380. La compagnie va aussi se séparer de 50 appareils, soit en différant leur achat, soit en les vendant.

Au total, le transporteur australien prévoit de réduire ses coûts de deux milliards de dollars australiens (1,3 milliard d'euros) sur les trois prochaines années, dans le but de convaincre le gouvernement et ses actionnaires qu'il mérite les aides publiques qu'il réclame.

Demande d'une garantie gouvernementale

Qantas veut notamment une garantie gouvernementale pour sa dette dans le but de pouvoir se financer à meilleur marché. La compagnie, handicapée par un coût élevé du carburant et la fermeté du dollar australien, a vu sa note de crédit reléguée en zone spéculative l'an dernier dans un contexte de guerre des prix avec Virgin Australia Holdings.

Qantas estime en effet que sa rivale dispose d'un avantage effectif en ayant accès aux capitaux étrangers via ses actionnaires de référence, les compagnies aériennes Etihad, Singapore Airlines et Air New Zealand. Le gouvernement dit de son côté étudier des changements à la législation applicable à Qantas de façon à ce que la détention du capital par des actionnaires étrangers ne soit plus limitée à 49%.

Lourde perte en fin d'année

L'action Qantas, qui a perdu 25% sur l'année écoulée, chutait de plus de 8% en matinée à la Bourse de Sydney.

Il faut dire que la perte du groupe avant impôts se monte à 252 millions de dollars australiens (165 millions d'euros) pour les six mois à fin décembre 2013, contre un bénéfice de 220 millions de dollars australiens dégagé lors du semestre correspondant de 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2014 à 14:39 :
Je suis toujours surpris quand on invoque le prix du carburant. Les concurrents le paient au même prix sur un même aéroport. En prix de base, après se sont des négociations commerciales en fonction des délais de paiement, volume etc.

En dehors de ce problème Quantas étant la compagnie la plus sur, il est souhaitable qu'elle vive encore longtemps.
a écrit le 27/02/2014 à 11:44 :
J'ai trouvé le service à bord excellent sur Qantas, tout comme air France d'ailleurs, mais avec un meilleur choix de films et de musiques pour passer les heures.

Je pensais naivement qu'avec leurs escales nombreuses en Asie, Qantas était tranquille
a écrit le 27/02/2014 à 10:17 :
Qu'est-ce que vous voulez que ça nous foute...Les emmerdes en France , ça nous suffit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :