MH370 : le Boeing de Malaysia Airlines s’est abîmé dans l’océan indien

 |   |  792  mots
(Crédits : reuters.com)
Le Premier ministre malaisien Najib Razak a indiqué qu'une nouvelle lecture des observations satellitaires de la trajectoire du Boeing 777 de Malaysia Airlines conduisait aux eaux houleuses situées au large des côtes occidentales de l'Australie, loin de toute piste d'atterrissage.

Le Boeing B777 de Malaysia Airlines, qui avait disparu le 8 mars aux larges de la côte orientale de la Malaise à 1h30, une heure après son décollage de Kuala Lumpur pour Pékin, s'est abîmé en mer. Après 17 jours de recherches et d'hypothèses les plus folles en raison d'absence d'indices, le Premier ministre malaisien Najib Razak a indiqué qu'une nouvelle lecture des observations satellitaires de la trajectoire du Boeing 777 de Malaysia Airlines conduisait aux eaux houleuses situées au large des côtes occidentales de l'Australie, loin de toute piste d'atterrissage.

Lire ici : comment l'avion a été localisé

"C'est avec profonds regret et tristesse que je dois vous informer que (...) le vol MH370 a fini dans le sud de l'océan Indien", a déclaré Najib Razak. "Aucune des personnes à bord n'a survécu", selon un texto de la compagnie aérienne aux familles des victimes cité par la BBC.

Zone à l'ouest de Perth

Cette annonce conclut 17 jours d'angoisse pour les proches des 239 personnes présentes à bord du Boeing, dont 153 Chinois et quatre Français. Elle ne répond pour autant à aucune interrogation quant au scénario ayant précipité le Boeing dans cette région parmi les plus isolées et inhospitalières de la planète. L'opérateur de satellites Inmarsat et le AAIB (Bureau britannique d'enquête sur les accidents aériens) "ont conclu que le MH370 a volé dans le couloir sud et que sa dernière position se trouvait au milieu de l'océan Indien", a parallèlement annoncé la compagnie dans un texte transmis aux proches des disparus. Le texte précise que les calculs mènent à une zone située "à l'ouest de Perth", la grande ville des côtes occidentales de l'Australie à partir de laquelle sont engagées depuis le 20 mars de vastes recherches aériennes et navales.

Plusieurs données satellite de la Chine, de l'Australie ou de la France ont identifié des débris dérivant entre la pointe sud-ouest de l'Australie et l'Antarctique. Certains éléments ont été aperçus samedi par un appareil civil, notamment ce qui ressemble à une palette en bois et des sangles.

Et lundi, un avion australien avait repéré deux pièces à la dérive. Croisant à proximité, un navire logistique de la Marine australienne, le HMAS Success, équipé d'une grue lui permettant d'accrocher puis de remorquer des débris de taille imposante, avait été orienté afin de tenter de les récupérer.

Le mystère reste entier

Le mystère reste donc entier sur cet accident. Pourquoi l'appareil a-t-il disparu des écrans radars civils malaisiens, pourquoi a-t-il changé de cap pour partir vers l'ouest ? Pourquoi le transpondeur a-t-il été coupé ? Le vol a-t-il été détourné par des pirates de l'air ?

Bref, autant de questions qui sont, pour l'heure, sans réponse en l'absence de boîtes noires. Pour cela les chercheurs doivent retrouver l'épave, laquelle peut être très éloignée de la zone où les débris ont repérés.  Depuis 17 jours, ils ont en effet eu le temps de dériver sur de longues distances. L'analyse des courants et des fonds marins peut permettre de définir la zone de l'impact de l'avion.

 Trop tôt pour lancer des recherches

Le bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français a estimé qu'il était prématuré de lancer des recherches sous-marines pour tenter de localiser l'avion du vol MH370, soulignant que le préalable était de définir une zone de recherches "plus restreinte".

"Il convient de noter que les informations disponibles aujourd'hui conduisent à effectuer des recherches en surface afin d'identifier des débris repérés dans le sud de l'Océan indien dans des zones extrêmement vastes qui ne permettent pas, à ce stade, d'envisager des recherches sous-marines", selon le BEA, qui avait dépêché trois enquêteurs à Kuala Lumpur. "Une phase sous-marine pour tenter de localiser l'avion du vol MH 370 ne pourra être lancée que si les actions en cours permettent de définir une zone de recherches plus restreinte que les zones de recherche actuelles", ajoute le BEA.

Il précise par ailleurs que ses enquêteurs, qui avaient été dépêchés sur place, étaient revenus de Kuala Lumpur "ce week-end".

"Au cours de leur semaine de travail aux côtés de leurs homologues américain et anglais, ils ont fait part aux autorités malaisiennes de leur expérience dans l'organisation de recherches sous-marines acquise notamment lors des recherches de l'épave de l'avion du vol AF447 Rio Paris entre 2009 et 2011", poursuit-il. "Ils ont ainsi pu conseiller leurs interlocuteurs sur les moyens à mobiliser si des phases de recherches sous-marines devaient être lancées pour retrouver le Boeing 777".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2014 à 0:39 :
Cette histoire sent l'enfumage depuis le départ.

Trois semaines toujours aucun débris de l'appareil retrouvé , à croire qu'ils font tout pour rien retrouver , les images satellites que l'on a bien voulut diffuser à la télé nous montre une tâche blanche dans la mer ( en allant sur google maps on a une qualité bien meilleur c'est fou.. ).
Selon moi cet avion a été abattu par l'armée de l'air thaîlandaise en raison d'un viol de son espace aérien ou à une opération sous faux drapeaux qui se prépare.

A bon entendeur
a écrit le 26/03/2014 à 14:24 :
qu'il nous dise la vérité il se passe quelque chose qu'on ne veut dire au monde entier je n'arrive pas à comprendre qu'au 21ième siècle qu'un avion disparaitre de tous les radars.
a écrit le 25/03/2014 à 16:53 :
C'est triste se qui se passe dans le monde ! un navire est porté disparu aussi.

http://thetamistrians.wordpress.com/2014/03/20/tamistrians-news-disparition-dun-navire-norvegien/
a écrit le 25/03/2014 à 4:51 :
"MH370 : le Boeing de Malaysia Airlines s’est abîmé dans l’océan indien"
Foutaises ! Mis à part des affirmations, aucun élément ou preuve tangible pour constater avec certitude le crash ! Médias et citoyens sont baladés depuis plus de semaines, avec des "peut-être", des couacs invraisemblables, confortant toutes les suspicions à l'égard de la communication du gouvernement Malaisien.
a écrit le 25/03/2014 à 2:11 :
Annonce du gouvernement malaysient pour cacher leur honte ! Après psde 3 semaines tu m'étonne . Seulement ce n'est pas plausible car un aucun pilote n'irait dans des eau lointaines sans essence. Incendie, combat a l'intérieur -> pourquoi si tard, après 7h et plusieurs changement de direction ..
La chose la plus probable, si les analyses satellites sont vraies est que l'avion est été en zone hors radars et satellites pour contact avec un autre avion et ravitaillement en plein vol, pour poursuivre la route bec un avion tout frai payé -> http://fr.wikipedia.org/wiki/Avion_ravitailleur
Commentaires et avis ?
Réponse de le 25/03/2014 à 8:15 :
Oui c'est ça , tu ouvre le porte de l'avion en vol et tu va te servir en carburant. Mdr
a écrit le 24/03/2014 à 23:23 :
Curieux qu'un avion aille se crasher si loin en plein mer dans des eaux si profondes et si inhospitalières. Que transportait donc cet avion de si dangereux qu'on veuille nous cacher, en l'abscence pour l'instant de revendications terroristes?
a écrit le 24/03/2014 à 22:42 :
Et l'hypothèse de l'avion détourné abattu en plein air (pour des raisons évidentes de sécurité) car il avait une cible précise à la mode 11 septembre ?????!!!
a écrit le 24/03/2014 à 22:04 :
c'est franchement bizarre tout ça! qui prouve que les débris sont ceux du Boeing du vol mh370? moi je trouve qu'il ne veulent plus se cassé la tête avec cette histoire donc ils ont dit qu'il s'est abîmé en mer pour faire taire les familles des passagers! que dieu soit avec les familles des passagers!
a écrit le 24/03/2014 à 20:56 :
Et pourquoi lorsque les mobiles des passagers sont appelés, ça sonne occupé ?
a écrit le 24/03/2014 à 19:47 :
Vraisemblablement il y a eu un accord tacite entre le gouvernement malaysien et les médias à "pensée unique" pour considérer que ces débris appartiennent au Boeing du vol MH370, peut-être pour diminuer le stress des familles. Mais rien ne prouve jusqu'à présent qu'il s'agit effectivement de cet avion-là.
Réponse de le 24/03/2014 à 21:18 :
Je pense exactement comme vous. Je doute fortement que ce soit les débris du Boeing du vol MH370 . Rien n'est clair depuis 17 jours. Nous ne saurons jamais la vérité.
a écrit le 24/03/2014 à 19:43 :
C'est une tragedie tristement triste! le monde est attriste! mes condoleances a vous les familles touchees par cet evenement! "Un Jour Toute Mechancete Prendra Fin"
a écrit le 24/03/2014 à 18:44 :
Tous les médias main Stream prompts à affirmer au travers d'assertions péremptoires une vérité qui n'a nullement été prouvée.
Préalablement à toute conclusion hâtive, il serait bon d'avoir la certitude que les "morceaux" repérés sont bien ceux du B777 de la Malaysian A/L.
a écrit le 24/03/2014 à 18:43 :
Le mystère reste donc entier sur cet accident.... ce n'est pas un accident ... une malveillance délibérée ! Hélas !!!!!!
a écrit le 24/03/2014 à 17:37 :
Accident ou attentat terroriste ? Si attentat reste à savoir qui a fait le coup et pourquoi entrainer la mort de 239 personnes ?
(pas de revendication)
Réponse de le 24/03/2014 à 19:51 :
Le scénario donné ici par la Malaisie indique une chose de manière certaine :
- pendant les 6/7 dernières heures de vol, l'avion a volé en pilote automatique poursuivant le cap sud initialement donné par les pilotes, sans personne à bord capable d'agir sur la trajectoire pour modifier le cap, ou de communiquer avec l'extérieur. Personne n'aurait choisi cette direction délibérément, même un pirate ou un terroriste.

Reste à comprendre quel scénario a pu mener à cette situation. Tous ceux envisageables sont un peu abracadabrantesque. Pourtant l'un d'eux est le bon.

Personne capable de communiquer avec l'extérieur : Soit tout les passagers sont morts, ou bien l'avion volait trop haut pour se connecter aux antennes GPS. Mais aussi une fois que l'avion s'est éloigné de la Malaisie, plus aucune antenne n'est là pour capter un signal.

Personne aux commandes : En gros les pilotes sont morts, sans qu'un pirate ait pu prendre leur place.

Pour un accident, il existe l'hypothèse de l'incendie électrique avec dégagement de fumée toxique. Ca peut expliquer plusieurs choses, changement de trajectoire vers un aéroport, peut-être montée pour essayer d'éteindre l'incendie, puis pilote et passagers qui finissent par perdre connaissance.
Il reste à imaginer que l'incendie se serait finalement éteint de lui même, laissant l'appareil à la dérive, pas impossible, mais surtout pourquoi les pilotes n'aurait alors jamais essayé de communiquer avec l'extérieur ? Il est très improbable que l'incendie ait pu détruire les système de communication en laissant le reste intact.

Sinon il y a par exemple le détournement qui se serait terminé en lutte mortelle entre les pilotes et les pirates. Les pirates aurait-ils tué les pilotes tout en ne sachant pas piloter ? Les pirates et les pilotes se serait-ils entretués ? Mais il serait alors quand même probablement resté du personnel de bord capable si ce n'est de piloter, du moins de rallumer les transpondeurs et d'envoyer un message ? Ou peut-être dans le détournement les pilotes auraient, après le changement de cap initial, réussi à sortir de la cabine et s'enfermer à l'extérieur. Il faut imaginer alors qu'ils se seraient laissé tué, ainsi que le personnel de bord, plutôt que d'indiquer aux pirates la procédure pour rentrer de nouveau.
a écrit le 24/03/2014 à 17:35 :
aux familles des victimes. Maintenant il va falloir retrouver la carlingue et les boites noires, ce qui promet d'être un tantinet laborieux.
a écrit le 24/03/2014 à 16:47 :
contrairement à ce que vous indiquez les débris observés n'ont pas encore été confirmés faisant partie du Boieng de la Malaysian Airlines. C'est sur la base des données satellites que le constat de la disparition de l'avion en mer a été fait.
Réponse de le 24/03/2014 à 17:20 :
c' est confirmé.. s' écrase alors " la piste " américaine de l' avion transformé en tomawack version 11 septembre.. et surgit pourquoi les satellites us n' ont jamais rien dévoilés..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :