Air France : les syndicats appellent à la grève, la direction reste ferme

 |   |  572  mots
(Crédits : JACKY NAEGELEN)
Dix syndicats appellent à une grève le 22 février pour obtenir une hausse des salaires de 6%, supérieure à celle de 1% signée par deux syndicats à l'issue des négociations annuelles obligatoires. La direction déclare qu'elle appliquera la mesure de manière unilatérale au motif qu'une hausse brutale des coûts serait irresponsable.

Les syndicats d'Air France durcissent le ton. Dix d'entre eux (SNPL, Spaf et Alter pour les pilotes, le SNPNC et L'Unsa-PNC pour les hôtesses et stewards, CGT, FO, SUD, CFTC et SNGAF pour les organisations au sol) appellent à une journée de grève le 22 février (pendant les vacances scolaires) pour réclamer une augmentation générale de 6% en 2018, "au titre de l'inflation perdue" depuis six ans en raison du gel des augmentations générales depuis 2011.

Résultats record

Ceci sur fond de résultats record pour la compagnie française et sa maison-mère, Air France-KLM, laquelle publiera les résultats financiers 2017 le 16 février. Air France devrait générer grosso modo la moitié du 1,5 milliard d'euros environ que le groupe a dégagé l'an dernier.

"L'entreprise va annoncer des résultats historiques le 16 février" pour Air France, il faut que "les salariés aient un retour à bonne fortune pour tous les efforts" fournis lors des derniers plans de restructuration, a commenté Karim Taïbi, du syndicat Force ouvrière.

Les syndicats s'opposent ainsi à l'accord minoritaire signé à l'issue des négociations annuelles obligatoires (NAO) par la CFE-CGC et la CFDT (31,3% des voix du personnel) qui prévoit 1% d'augmentation générale en deux temps pour 2018 (assortie d'une enveloppe d'augmentations individuelles de 1,4% pour les personnels au sol) . Une "aumône (...) bien en deçà des attentes des salariés" car "elle ne pourra compenser l'augmentation du coût de la vie et rattraper les salaires bloqués depuis 2011", estiment les syndicats contestataires. Majoritaires avec 52,6% des voix, la CGT, FO, Unsa, SNPL et Spaf, ont fait valoir leur droit d'opposition pour le bloquer.

La direction reste ferme

Dans un communiqué, la direction a décidé de ne pas céder et a décidé de "mettre en œuvre unilatéralement des mesures équivalentes à celles qui étaient prévues dans l'accord".

«Air France déplore l'appel à la grève déposé par certains syndicats pour la journée du 22 février, sur une revendication d'augmentation générale des salaires de +6%. L'accord trouvé il y a quelques jours à l'issue des négociations annuelles sur les salaires revalorise les rémunérations de l'ensemble des salariés. Pour la première fois depuis 2011, une augmentation générale de 1% pour l'ensemble des personnels s'appliquera, à laquelle s'ajoutera une enveloppe d'augmentations individuelles de 1,4% pour les personnels au sol, les augmentations individuelles des personnels navigants étant régies par des accords collectifs spécifiques. Cet accord permettra également une revalorisation de 3 % des indemnités kilométriques véhicule. A ces mesures s'ajoute l'accord d'intéressement 2017-2019 négocié au mois de juin qui permettra de verser cette année une part significative du résultat 2017 d'Air France. Cet ensemble de mesures valorise l'engagement des salariés tout en restant réaliste sur la situation économique d'Air France. Les mesures s'appliqueront par décision unilatérale. Si ses résultats se sont améliorés en 2017, Air France connaît un niveau de rentabilité inférieur à ses principaux concurrents, et demeure sous pression accrue d'une concurrence agressive, en particulier des compagnies low-cost. Augmenter brutalement ses coûts dans ce contexte serait irresponsable », déclare la compagnie.

 La masse salariale d'Air France s'élevant à 4 milliards d'euros, une hausse salariale de 6% représenterait une augmentation de la masse salariale de 240 millions d'euros.

Reste à savoir si la direction maintiendra sa position en cas de durcissement du conflit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2018 à 12:15 :
Encore une grève à Air France? ! Pourtant le personnel et surtout les pilotes sont parmi les mieux payés de cette profession.Ils demandent des augmentations mais les charges sociales sont énormes en France donc ils n'ont qu'à se mettre en liberaux et non plus en salariés et payer leurs charges eux-mêmes.Une grève tous les 6 mois depuis des années ,faut que ça s'arrête.
a écrit le 11/02/2018 à 9:52 :
Oliver
C’est dimanche,va faire un tour avec marcolido,toi aussi tu en as besoin
a écrit le 11/02/2018 à 9:16 :
chacun est libre de ses opinions, encore faut-il pouvoir les exprimer! En ces temps je constate que la censure est conséquente dans une presse aux ordres de nos dirigeants.
a écrit le 10/02/2018 à 20:43 :
Air France est l’exemple type de l’entreprise française dysfonctionnelle. Non seulement les pilotes en ont que pour leur poche, mais ils sont encore et toujours prêts à mettre en péril à la fois la rentabilité de l’entreprise mais aussi sa survie... et ça de façon parfaitement irresponsable et égoïste.

Et d’autant qu’Air France est un service pas très concurrentiel et beaucoup trop cher, ce qui n’arrange en rien son avenir commercial à moyen terme. L’Etat devrait vendre sa participation pendant que ça vaut encore quelque chose sur le marché.
Réponse de le 11/02/2018 à 1:31 :
Avec 1.5 milliards d’€ de résultat d’exploitation à venir sur 2017, la rentabilité se porte quand même pas trop mal, non ? Pas sûr que ce soit grace aux choix stratégiques des dirigeants qui se sont pourtant goinfrés l’annee dernière en s’auto-attribuant 30% d’augmentation, mais plus grâce aux réductions de personnels...
Réponse de le 11/02/2018 à 12:29 :
@ Jean-Philippe

Il faut regarder le profit net... Néanmoins, sur le fond vous avez raison.

Je ne dis pas que l’équipe de gestion est le moindrement exemplaire ou qu’elle n’a pas accumulé les bourdes les plus stupides au fil des années... mais il y a beaucoup trop de changements majeurs à faire dans cette entreprise pour entrevoir un plan stratégique viable et réaliste.
Réponse de le 11/02/2018 à 13:30 :
L'entreprise a eu cette année de bon résultat... mais comparativement à ses concurrents, AF-KLM est loin derrière !
D'ailleurs, tandis que IAG et LuftHansa se développent, se permettent des rachats d'entreprise qui leur permettent de se développer très vite, AirFrance-KLM reste en dehors des mouvements de concentration en Europe !!! De prédateur potentiel, AirFrance-KLM va bientôt rejoindre le clan des proies potentielles... !
D'autre part, vous affirmez que cette amélioration est due aux réductions du personnel : Certes, un effort a été fait de ce côté là, mais très loin d'être suffisants : les conditions de travail et de rémunération sont-elles alignées sur la concurrence ? Je ne le pense pas ! Mais les actionnaires aussi ont fait des sacrifices, en acceptant AUCUNE rémunération de leurs investissements depuis des années !
Certes, la rémunération des dirigeants est loin d'être exemplaire, mais la demande des syndicats n'est pas de réduire ces excès, mais de se les approprier...!
je crois surtout que les faibles taux d'intérêt permettent de faire des économies, de même que le prix relativement bas du carburant : si ces coûts repartent à la hausse, la compagnie française replongera dans le rouge tandis que ses 2 principaux concurrents historiques (IAG et LuftHansa) s'en sortiront beaucoup mieux !!
Réponse de le 11/02/2018 à 15:06 :
@J-Philippe & Wemopachi

Excellent commentaire. Mais ne pensez-vous pas que le fait que l'État en agissant (trop souvent) comme filet de sécurité et en tant que pourvoyeur indirect n'est pas aussi une source du problème endémique de ces entreprises ''privées'' qui ne cherchent pas vraiment à être performante, concurrentielle ou même indépendante parce que de toute façon, l'État, en bon père de famille, sera toujours là pour ramasser les pots cassés et renflouer les caisses par les deniers publiques ?

Ces entreprises n'ont-elles pas prises de très mauvaises habitudes que l'on retrouvent trop souvent dans le mille-feuille administratif Français et dans la Fonction publique ?
a écrit le 10/02/2018 à 18:05 :
"et demeure sous pression accrue d'une concurrence agressive, en particulier des compagnies low-cost".

19 janvier 2018 :

Les pilotes des quinze bases britanniques de la compagnie aérienne low cost Ryanair ont voté en faveur d’une augmentation de salaire pouvant atteindre 20%, valable dès la fin du mois. Un accord similaire en Irlande n’a pas encore abouti.

La spécialiste irlandaise du vol pas cher a annoncé le 18 janvier 2018 que l’ensemble de ses bases au Royaume Uni avaient voté à bulletin secret en faveur de l’augmentation proposée, ayant convaincu les six dernières résistantes y compris Londres-Stansted où les propositions avaient été rejetées en octobre dernier. Cette hausse de salaire sera visible sur les bulletins de paie qui seront distribués la semaine prochaine, précise Ryanair dans son communiqué, ajoutant que ses pilotes seront désormais payés « 20% de mieux que chez les concurrents opérant des Boeing 737 (Norwegian et Jet2) ». Les négociations sur la reconnaissance du syndicat BALPA continuent et « progressent rapidement », poursuit la low cost, les deux parties ayant accepté que ces discussions ne retardent pas l’augmentation de salaire.
Réponse de le 10/02/2018 à 23:18 :
Vous comparez l'augmentation de salaire des pilotes de Ryanair avec celle chez AirFrance : je vous suggère de choisir comme slogan pour la grève :
"nous voulons des conditions de travail et de rémunération alignées chez AirFrance, sur les conditions de Ryanair !!!"
Allez-y : je vous pari que la direction cèdera très rapidement à cette demande !!! chiche ?
a écrit le 10/02/2018 à 15:39 :
Ces employés sont incorrigibles et insupportables! Ils feraient mieux de se concentrer à faire leur travail correctement. Toute cette énergie dépensée a détruire la maison qui les fait vivre!
Réponse de le 11/02/2018 à 1:33 :
Oui, supprimons le droit de grève. Et les congés payées aussi.
Réponse de le 11/02/2018 à 12:57 :
Le 1,5 milliard d'euros évoqué ne concerne pas AF mais AFKLM...
Réponse de le 11/02/2018 à 12:58 :
Le 1,5 milliard d'euros évoqué ne concerne pas AF mais AFKLM...
Réponse de le 11/02/2018 à 14:02 :
@Marine
Pas besoin d'aller aussi loin,
Il faut juste fermer cette boite qui est un cancer et une honte Française
a écrit le 10/02/2018 à 11:08 :
Les syndicats et PN Air France ont raison de demander plus ; dans un contexte où toutes les politiques salariales sont orientées vers une stagnation voire une baisse des salaires, alors que les actionnaires reçoivent toujours plus, les PNT sont pratiquement les seuls à avoir la possibilité de contrer le système .La course à la rentabilité en « tapant » toujours sur les mêmes salariés doit être systématiquement combattue.
Réponse de le 10/02/2018 à 18:06 :
Air France n'a pas versé de dividendes a ses actionnaires depuis des années. Ses pilotes saigne la compagnie qui a du mal a dégager assez de bénéfices pour renouveler sa flotte...
Encore une fois longues études mais courte vue....
Réponse de le 10/02/2018 à 18:08 :
Air France n'a pas versé de dividendes a ses actionnaires depuis des années. Ses pilotes saignent la compagnie qui a du mal a dégager assez de bénéfices pour renouveler sa flotte...
Encore une fois longues études mais courte vue....
Réponse de le 13/02/2018 à 11:07 :
@ affligé
Vrai, Air France n’a pas distribué de dividendes depuis 2008. Mais mon coup de gueule vaut pour toutes les autres entreprises qui distribuent allègrement les dividendes, et se permettent de licencier a outrage.
a écrit le 10/02/2018 à 10:35 :
Lufthansa se fera un plaisir de reprendre ce qui restera de cette compagnie, quelques avions et des créneaux horaires à CDG et Orly, à la demande expresse du gouvernement français.
a écrit le 10/02/2018 à 10:10 :
Allons, allons, il reste encore la compagnie aérienne nationale à liquider au plus offrant, ce n'est pas encore fait depuis le temps ?! Après Alstom fourgué à Siemens, on a Lufthansa à servir aussi... ne soyons pas inquiets, tout se passera bien.
Ensuite, on trouvera un moyen pour se débarrasser de Michelin ou de Thalès, patience.
a écrit le 09/02/2018 à 20:32 :
ce sont les seuls à ce jour à défendre leur salaire je leur donne raison.Mon épouse et moi meme, retraités perdons 54 euros 80 sur notre retraite tous les mois et j'espérais une protestation des retraites des syndicats !!!!! rien !!! les Français sont des veaux DE GAULLE avait raison.;,
Réponse de le 10/02/2018 à 11:26 :
Ils font grève pour vous, c'est ça? Vous devez en faire rire plus d'un chez les syndicats d'Air France.
Réponse de le 11/02/2018 à 1:23 :
Courage Papyroro, le vent de la contestation est peut être en train de se lever face à ce libéralisme sans limite ! Gardiens de prisons, infirmières, EPAD,... et bcp d’autres conflits en ce moment qui ne sont pas médiatisés, ça fait bcp en ce début d’année !
Réponse de le 12/02/2018 à 3:27 :
On ne peut que être d’accord avec vous sur le fond, mais la situation n’est pas simple , je ne dispose pas des éléments nescessaires pour soutenir la direction ou le personnel .( je suis un retraité de l’entreprise )
a écrit le 09/02/2018 à 19:34 :
qu'ils disparaissent vite du paysage aérien ces bras cassés nantis d'une compagnie quie laisse ses passagers en plan sans préavis et refuse de rembourser les réservations d'hotels non honorées du fait de la carence" d'Air Chance"
a bas les nantis de l'air!
Réponse de le 10/02/2018 à 9:55 :
Les bras cassés nantis d’Air Chance te saluent marcolido,passe un week-end agréable,profite du retour du soleil,va te promener et laisse un peu tomber les infos,mauvais pour ton stress.
Cordialement.
Réponse de le 10/02/2018 à 15:49 :
Tous les gens que je connais et qui volent très régulièrement ne parlent que d'éviter AF.Cher, mauvais services, ou inéxistants,à bord entre autres.
En 4 mots, mauvais rapport qualité-prix
Réponse de le 10/02/2018 à 16:03 :
@M20
j'ajoute
Merci de me rappeler aussi l'arrogance du personnel
Réponse de le 10/02/2018 à 19:00 :
Air France va dégager les plus gros bénefices de son histoire. Les taux de remplissages sont supérieurs à 80%, la recette unitaire est bonne.
Si les salariés n’ont pas leur part, que faut-il pour obtenir non pas des augmentations de salaire, mais un simple arrêt de leur dégradation.? Je rappelle que les salaires sont bloqués depuis 2011, sauf pour les cadres dirigeants.
Le seul avenir que l’on propose aux salariés, c’est l’externalisation de nombreuses fonctions, la création d’une autre compagnie ( Joon) dont le seul but est de payer les PNC moins cher.
Les nantis vous saluent bien.....
Réponse de le 11/02/2018 à 1:27 :
Air France applique la législation en vigieur en cas d’irregularité, il ne faut pas non plus tout confondre. Ou alors allez vous plaindre à Bruxelles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :