Cartel des camions : une amende record de 2,93 milliards d'euros

Les constructeurs européens de camions devront payer 2,9 milliards d'euros d'amende. Ce chiffre élevé s'explique par la longévité exceptionnelle de cette entente (14 ans) mais également par la taille du marché concerné (90% des ventes de camions en Europe).

1 mn

L'amende infligée par la Commission dépasse le précédent record de 1,47 milliard d'euros.
L'amende infligée par la Commission dépasse le précédent record de 1,47 milliard d'euros. (Crédits : reuters.com)

Voilà un scandale que Volkswagen n'aura pas à payer ! Tandis que ses concurrents viennent de se voir infliger une amende record de 2,93 milliards d'euros pour "entente", le groupe allemand est totalement exonéré de poursuite malgré sa participation, à travers sa filiale Man, au cartel des camions.

Un cartel particulièrement long

Ce cartel a été fondé en 1997 et aurait duré jusqu'en 2011. Il concerne les plus grands constructeurs de camions du continent, soit 90% des ventes en Europe. Ainsi, les parties prenantes ont pu s'accorder sur le prix de vente des camions, mais également sur le calendrier de déploiement des nouvelles normes environnementales.

Daimler écope de l'amende la plus importante : un milliard d'euros. Le groupe néerlandais DAF doit payer 752 millions d'euros, tandis que Volvo Renault Trucks et l'italien Iveco se voient infliger des amendes respectives de 670 millions d'euros et 494 millions d'euros. Selon le Financial Times, les fabricants avaient provisionné 2,3 milliards d'euros en prévision de l'amende. Jamais la commission européenne n'avait infligé une amende aussi élevée, et dépassé celle de 1,47 milliard d'euros qui avait été infligé au cartel des tubes cathodiques.

Scania préfère aller au procès

Man a échappé aux poursuites parce qu'il a été à l'initiative de la dénonciation du cartel. La filiale du groupe Volkswagen a activement documenté la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager. Sans cela, l'amende potentielle de Man aurait probablement été la plus élevée des marques concernées, atteignant 1,2 milliard d'euros. Etrangement, une autre filiale de Volkswagen a refusé de participer à l'enquête et de trouver un accord avec Bruxelles. Le suédois Scania sera ainsi soumis à des poursuites par la voie judiciaire et prend ainsi le risque d'une amende plus élevée.

1 mn