Comment la plateforme de Shippeo révolutionne la chaine logistique

En créant une plateforme de connexion entre donneurs d'ordres et transporteurs, Shippeo a permis aux acteurs d'améliorer leur compétitivité en augmentant l'efficacité d'une "supply chain" pénalisée par la fragmentation du marché européen. Investissant dans les données, la start-up française qui a vu son activité bondir durant le confinement est bien positionnée pour répondre aux futurs besoins des transporteurs.

5 mn

Ni banque de fret, ni market place, la start-up met à disposition de ses clients en contrepartie d'un abonnement annuel un logiciel pour partager leurs informations et améliorer leur collaboration. L'objectif vise à pouvoir dire à tout moment au client final : Votre camion se trouve là et arrivera à telle heure sur place.
Ni banque de fret, ni market place, la start-up met à disposition de ses clients en contrepartie d'un abonnement annuel un logiciel pour partager leurs informations et améliorer leur collaboration. L'objectif vise à pouvoir dire à tout moment au client final : "Votre camion se trouve là et arrivera à telle heure sur place". (Crédits : iStock)

Si un client particulier commande un produit sur un site Internet, ce dernier lui offre aujourd'hui la possibilité de suivre le parcours du colis, quasiment en temps réel grâce à la géolocalisation, jusqu'à sa destination. Paradoxalement, une entreprise n'a pas cette même qualité de service, peinant à savoir où se trouve à l'instant T la marchandise partie du dépôt et à quelle heure exacte, le transporteur livrera. Or maîtriser les délais de livraison dans la "supply chain" permet d'améliorer la compétitivité des entreprises.

C'est en partant de ce constat que Pierre Khoury et Lucien Besse ont fondé il y a cinq ans Shippeo, une plateforme numérique de services proposant aux donneurs d'ordres et aux transporteurs de se connecter entre eux. Ni banque de fret, ni market place, la start-up met à disposition de ses clients en contrepartie d'un abonnement annuel un logiciel pour partager leurs informations et améliorer leur collaboration. L'objectif vise à pouvoir dire à tout moment au client final : "Votre camion se trouve là et arrivera à telle heure sur place".

Un marché très fragmenté

L'activité de Shippeo répond à de véritables besoins, non seulement pour les grandes entreprises mais aussi les ETI et les PME. La chaîne de valeur logistique des entreprises en Europe peine en effet à se mettre à l'heure du numérique. Très fragmentée entre des centaines de milliers de parties prenantes - il existe plus de 50.000 transporteurs en Europe -, nombre d'ordres sont encore donnés aujourd'hui par téléphone, voire... par fax. Surtout, il n'y a pas d'acteur majeur, le leader ayant moins de 1% de parts d'un marché estimé à 400 millions d'euros, contrairement au marché BtoC où trois à quatre entreprises - Colissimo mais aussi le géant Amazon qui a montré combien l'entrepôt et la livraison étaient devenus de véritables actifs - se partagent 75% du marché.

Traçant près de 10 millions d'expéditions chaque année, Shippeo est devenu leader de cette activité de plateforme, avec une part de 65% du marché. Couvrant près de 70 pays, elle est présente en Afrique, en Asie, et en Amérique du Nord, même si le cœur de son activité est l'Europe. Elle a des bureaux à Paris et Madrid, en passant par Amsterdam, Dusseldorf, Londres, Lyon, Madrid et Milan. Mais elle n'envisage pas pour autant de devenir un acteur du transport en déployant sa propre flotte de véhicules sur un marché européen estimé à 50 milliards d'euros (2% du PIB européen).

Une activité en hausse de 200% au premier semestre

Son activité s'est même intensifiée avec les confinements liés à la crise sanitaire, comme l'attestent le bond de 200% du chiffre d'affaires au premier semestre et le recrutement de 40 nouveaux collaborateurs, portant l'effectif à 140 employés.

Face à cette situation inédite, où les mesures sanitaires couplées à une moindre présence du personnel, malade ou en garde d'enfants, ont considérablement augmenté les temps de chargement (dans la grande distribution, les temps de livraison avaient augmenté de 50%), Pierre Khoury et Lucien Besse ont mis au point une carte en temps réel pour améliorer leur service en suivant chacun des secteurs d'activité "fortement touchés", notamment l'industrie automobile et l'approvisionnement des matériaux de construction pour le bâtiment pénalisé par la fermeture des commerces de gros et de détail entre mi-mars et mi-mai. "Nous avons été le témoin privilégié de ce qui se passait en temps réel sur le marché, le transport étant un bon indicateur de l'activité économique", souligne Lucien Besse.

Comme tous les acteurs du numérique Shippeo mise sur l'innovation. La start-up vient d'acquérir Ophone, une société de maîtrise et suivi en temps réel du transport routier, afin d'obtenir 90% des parts de marché dans la grande distribution, et elle a réalisé une troisième levée de fonds, de 20 millions d'euros début 2020.

Investir dans les données

Elle consacre en effet une bonne part de ses investissements aux logiciels pour améliorer sans cesse le traitement des données afin de valoriser son service auprès de ses clients, comme par exemple fournir les réelles émissions de CO2, concrètement et non abstraitement, comme cela se fait aujourd'hui en appliquant un coefficient. Un élément précieux avec la mise en place de réglementations pour favoriser la lutte contre le réchauffement climatique et accélérer la transition écologique.

Cette évolution ne risque-t-elle pas d'ailleurs de favoriser les alternatives au transport par camion? Pierre Khoury et Lucien Besse ne le croient pas, car même si le ferroutage, le fluvial et le vélo-cargo montent en puissance, le quatre-roues, qu'il soit électrique, hybride ou à hydrogène, reste le plus efficient pour livrer le dernier kilomètre!

En outre, les constructeurs de camions innovent sans cesse pour réduire ces émissions, ce qui devrait passer par l'augmentation du nombre de camions autonomes. "Et cela devrait même renforcer notre rôle puisqu'il y aura la nécessité de communiquer avec ces camions autonomes", pronostique Pierre Khoury.

_______

Lire aussi : A.-M. Idrac :"La logistique doit cesser d'être un angle mort des politiques publiques"

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.