Échec de la fusion Alstom-Siemens : Bouygues dézingue Bruxelles

 |   |  329  mots
(Crédits : Reuters / montage La Tribune)
Actionnaire d'Alstom à hauteur de 28%, le groupe Bouygues fustige le rejet récent par Bruxelles de la fusion des groupes ferroviaires Alstom et Siemens.

"C'est une histoire terrible", a regretté Martin Bouygues, PDG du groupe, évoquant un "pari perdant-perdant" de la Commission européenne. Contre l'avis de la France et de l'Allemagne, qui soutenaient ardemment cette fusion, la Commission a rejeté début 2019 le mariage prévu entre Alstom et Siemens, estimant qu'il nuirait à la concurrence dans le secteur.

Quelque chose qui ne tourne pas rond

Dans la lignée des positions officielles de Paris et Berlin, Bouygues, qui détient 28% d'Alstom et avait déjà dénoncé sur le moment une décision "idéologique", a jugé qu'elle faisait le jeu de la Chine puisqu'en vient le numéro un mondial du ferroviaire, CRRC.

"Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette affaire, c'est un fonctionnement global de la Commission européenne", a déclaré Martin Bouygues, dénonçant "des fonctionnaires qui sont des gens tout à fait respectables", mais ne connaissent pas selon lui le monde de l'entreprise.

Quid d'un dividende exceptionnel?

Pour autant, Bouygues a minimisé la mauvaise nouvelle que représente pour lui l'échec de l'opération, alors qu'il devait toucher en tant qu'actionnaire un dividende exceptionnel estimé à 500 millions d'euros. "On ne peut pas parler de manque à gagner", a assuré Philippe Marien, directeur général délégué de Bouygues, renvoyant à la future assemblée générale d'Alstom où sera décidé le montant éventuel d'un dividende exceptionnel malgré l'échec de la fusion.

"Alstom regardera la meilleure configuration possible pour affecter son capital", dont une partie était jusqu'à présent consacrée à l'opération, a-t-il avancé. "La grande chance que nous avons, c'est que nous avons deux représentants dans ce conseil et que nous pourrons faire valoir notre point de vue", a prévenu  Philippe Marien.

A ce titre, il a annoncé que son groupe allait "assumer ce rôle" de premier actionnaire, alors que la fusion d'Alstom et Siemens était vouée à se solder par la sortie de Bouygues.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2019 à 16:22 :
Ca contraste avec la réussite de la fusion GE-Alstom dans l'énergie ? :>))
a écrit le 22/02/2019 à 10:02 :
Ne peuvent ils pas s'allier pour l'export hors Europe ?
a écrit le 21/02/2019 à 15:16 :
Bouygues comme l'Etat étaient sur le point de faire une bonne affaire, en mettant en avant des raisons politiques plus qu'économiques. Un joyau très compétitif de l'industrie française allait passer sous contrôle allemand. La bourse ne se trompe pas en revalorisant Alstom depuis le barrage éclairé de Bruxelles. Le système de signalisation d'Alstom se trouve en meilleure posture pour conquérir le continent européen. Mais le pire reste à venir, car le gouvernement veut faciliter par de nouvelles lois les ventes d'actifs industriels français à l'Allemagne.
Réponse de le 21/02/2019 à 20:47 :
Encore un complot du complexe judéo maçonnique germano financio etc...sans oublier les martiens qui souhaitent aussi la fin de l'économie Française

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :