Emirates va augmenter ses capacités de 10% en France (et encore plus demain ? )

 |   |  642  mots
Il y a fort à parier qu'Emirates revienne très vite à la charge pour obtenir de nouveaux vols à Paris et en régions.
Il y a fort à parier qu'Emirates revienne très vite à la charge pour obtenir de nouveaux vols à Paris et en régions. (Crédits : Kacper Pempel)
Malgré le gel des droits de trafic aux compagnies du Golfe, le transporteur de Dubaï a obtenu le feu vert pour passer de 20 à 21 vols par semaine à Paris, et de 5 à 7 vols hebdomadaires à Lyon.

En août, Emirates augmentera sa capacité en sièges en France de 10%. La compagnie de Dubaï a en effet récemment obtenu l'autorisation d'ajouter deux vols hebdomadaires sur la ligne Dubaï-Lyon à partir du 2 août et un autre sur la ligne Dubaï-Paris à partir du 7 août, qui lui permettront d'assurer trois vols quotidiens à Roissy-Charles-de-Gaulle et un vol par jour à Lyon-Saint-Exupéry.

Gel des droits de trafic

S'il répond à une vieille demande de la part d'Emirates, ce feu vert des autorités françaises a de quoi surprendre. Il intervient en plein pendant les Assises du transport aérien, qui visent à améliorer la compétitivité du transport aérien français, et va à l'encontre des doléances d'Air France et de ses syndicats de maintenir le gel des droits de trafic des compagnies du Golfe (Emirates, Etihad Airways et Qatar Airways), décidé en 2012 sous la mandature de François Hollande, tant qu'un cadre garantissant des règles de concurrence équitables ne sera pas établi.

Ces trois compagnies du Moyen-Orient sont, en effet, accusées de gagner des parts de marché grâce aux aides directes ou indirectes de leur État-actionnaire. Emirates a toujours nié être subventionnée. Ce dont s'accordent de nombreux professionnels du transport aérien français, qui pointent plutôt Etihad et Qatar Airways.

Porté aujourd'hui par Bruxelles, le dossier n'avance pas alors qu'il a trouvé une solution aux États-Unis, que les compagnies du Golfe peuvent à nouveau desservir de manière "illimitée".

Décision surprenante

Le refus fin mai de la Direction générale de l'aviation civile française (DGAC) d'autoriser le directeur France d'Emirates à assister à un colloque sur les droits de trafic organisé dans le cadre des Assises du transport aérien, confirmait la traditionnelle hostilité de la DGAC à l'égard des compagnies du Golfe et ne laissait pas présager un feu vert aux demandes d'Emirates quelques semaines après. Les propos tenus début juin à La Tribune par le président d'Emirates Airlines, Tim Clark, non plus. Ce dernier était beaucoup plus agacé par le refus du gouvernement français de lui accorder plus de vols que confiant sur un déblocage rapide de la situation.

Transfert des droits d'Etihad

Certes, comme l'indique la DGAC, ces nouveaux vols accordés à Emirates restent dans l'enveloppe de droits de trafic de l'accord bilatéral signé en 2011 entre la France et les Emirats arabes unis (EAU) sur les services aériens entre les deux pays, puisqu'ils sont pris sur le quota de vols initialement attribués à l'autre grande compagnie des Emirats arabes unis, Etihad Airways (Abu Dhabi) et non utilisé par celle-ci. Mais rien n'obligeait la France à répondre favorablement aux attentes d'Emirates. Sauf à ne pas vouloir se brouiller avec les Emirats.

Emirates tient à bout de bras le programme A380

Dans un souci de maintenir ses bonnes relations diplomatiques et commerciales avec les Emirats (et Dubaï, en particulier, qui vient de sauver le programme A380 en passant cet hiver une nouvelle commande du superjumbo européen), le ministère des Affaires étrangères a réussi à convaincre Matignon et l'Élysée d'accorder ces nouveaux vols.

Difficile d'imaginer qu'il n'y aura pas de suite. Il est clair qu'Emirates ne va pas se contenter de ces vols supplémentaires qui, à ses yeux, ne font que rattraper un niveau de capacités qui aurait dû lui être accordé il y a bien longtemps et reste encore très loin du celui proposé dans d'autres pays européens. Le sauvetage de l'A380 vaut bien plus que trois vols par semaine. Surtout si la compagnie de Dubaï devait s'engager à l'avenir sur une nouvelle version du superjumbo, plus longue et équipée de nouveaux moteurs. Il y a fort à parier qu'Emirates revienne très vite à la charge pour obtenir de nouveaux vols à Paris et en régions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2018 à 7:33 :
Pourquoi ? Une bonne partie des problèmes d'Air France vient d'Air France (et de ses syndicats de pilote !). Il semble qu'il y a plus de droits de vol accordés en Allemagne et aux UK et ça n'empêche pas leur compagnie nationale de bien se porter. Et il ne faut pas limiter l'analyse à la compagnie 'nationale'. Ce qui se développe le plus, ce sont les low cost faisant des vols en Europe (pas de compagnie française comme easyJet, Vueling...). Pourquoi aucune compagnie frayeur ce segment ? Et ça n'a rien à voir avec Emirates
a écrit le 25/07/2018 à 7:28 :
En l'occurrence, les EAU n'ont pas (encore) acheté de Rafales. c'est le Qatar qui en a acheté. Mais il y a des discussions depuis longtemps sur le sujet...
a écrit le 24/07/2018 à 19:04 :
L'état français en restreignant le développement des compagnies étrangères protège Air France et encourage les grévistes.
a écrit le 24/07/2018 à 9:50 :
L’état ne peut plus entretenir toutes ces danseuses! Cette décision est en fait une façon de « débrancher » lentement Air France dont l’avenir est obéré par son personnel qui, en faisant semblant de ne pas voir que le marché est concurrentiel, se condamne à terme.. comme la SNCM en son temps et la SNCF aujourd’hui.
a écrit le 24/07/2018 à 9:49 :
Ce sera surtout un problème pour Air France qui n'est pas compétitive!
Au Royaume Uni et en Allemagne, malgré une ouverture de leur marché beaucoup plus forte aux compagnies du Golfe, Lufthansa et British Airways se portent très bien!
Réponse de le 22/08/2018 à 16:22 :
Si cela pouvait réveiller les syndicats d'AF qui jusqu'à ce jour n'ont toujours pas compris qu'il va falloir évoluer ou... mourir pour de bon.
a écrit le 24/07/2018 à 8:56 :
Dans le Golfe, ils achètent des Rafale et des A380. Pas la peine de chercher très loin pour comprendre ces autorisations.
a écrit le 23/07/2018 à 22:37 :
La rentabilité de cette compagnie me laisse sceptique car dans être un connaisseur des avions d'emirates, je suis sûr que ces avions volent la.plupart à moins de 50% de leurs capacités.
Réponse de le 24/07/2018 à 12:17 :
Prenez le temps de prendre l'un de leur vol même en basse saison avant de d'avancer un tel jugement.
Personnellement entre un vol direct d'AF et un autre avec escale d'Emirate je choisis systématiquement le second.
Réponse de le 22/08/2018 à 16:24 :
Bien d'accord avec Youssef et je confirme que je suis souvent obligé de voyager en business car la classe éco est souvent complète tant chez Emirates que chez Etihad.
a écrit le 23/07/2018 à 18:09 :
Effectivement, belle image que donne l’état durant les assises..... une honte
a écrit le 23/07/2018 à 17:56 :
Sauver AIRBUS est primordial , AF s"étant tué tout seul par SUD et le SNPL .
Réponse de le 22/08/2018 à 16:28 :
AF doit comprendre que l’État français semble commencer à se fatiguer de ses syndicats...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :