La low-cost long-courrier French Blue se lance sur Tahiti

 |   |  866  mots
Les autorités polynésiennes ont accordé à French Blue les droits de trafic pour la desserte de la côte ouest américaine au départ de la Polynésie. Il lui reste à décrocher l'aval du département américain aux transports (DoT) pour les vols entre San Francisco et Paris.
Les autorités polynésiennes ont accordé à French Blue les droits de trafic pour la desserte de la côte ouest américaine au départ de la Polynésie. Il lui reste à décrocher l'aval du département américain aux transports (DoT) pour les vols entre San Francisco et Paris. (Crédits : DR)
Après Paris-La Réunion cet été, la low-cost long-courrier du groupe Dubreuil va ouvrir la ligne Paris-Papeete via San Francisco en mai prochain.

Baisse des tarifs aériens en vue entre Paris et Tahiti. C'est la perspective qui se profile sur cette route réputée chère avec l'arrivée l'an prochain de French Blue, la compagnie low-cost long-courrier du groupe Dubreuil, lequel détient également Air Caraïbes. C'est en effet sur la ligne Paris-Papeete via San Francisco (aucun avion n'a l'autonomie suffisante pour assurer des vols sans escale) que French Blue va positionner son deuxième Airbus A350, qui entrera dans sa flotte en avril prochain. Après l'ouverture de Paris-La Réunion en juin dernier, Paris-Papeete sera la deuxième ligne du réseau de la compagnie.

Deux à trois vols par semaine

Les autorités polynésiennes ont accordé ce mardi à French Blue les droits de trafic pour la desserte de la côte ouest américaine au départ de la Polynésie. Reste encore à obtenir le feu vert du département américain aux transports (DoT) pour les vols entre San Francisco et Paris. Celui-ci ne fait néanmoins aucun doute. La demande de French Blue s'inscrit en effet dans le cadre de l'accord de ciel ouvert entre l'Europe et les Etats-Unis, qui autorise des services aériens illimités entre les deux espaces économiques. Dans l'attente, French Blue ne peut communiquer ni sur les jours de rotation, ni sur les prix.

Pour autant, le président de French Blue, Marc Rochet, a confié à La Tribune que la compagnie assurera deux vols par semaine (trois en période de pointe) et que l'offre tarifaire s'annonce "sympathique". Selon Air Tahiti Nui, le prix d'un billet aller-retour entre Paris et Papeete tourne en moyenne autour de 1.500 euros en classe économique.

"Parmi toutes les routes que nous avons étudiées, celle-ci était la plus intéressante. C'est d'une part une route où les coefficients d'occupation et les tarifs sont assez élevés comme c'était le cas entre Paris et La Réunion, où notre arrivée a fait baisser les prix et augmenter le trafic de 17%. Par ailleurs, avec des étapes longues (entre la métropole et la côte ouest des Etats-Unis d'un côté, et entre San Francisco et Papeete de l'autre), c'est une route sur laquelle l'A350 sera très efficace. Enfin, elle nous permet de mettre un pied aux Etats-Unis", a expliqué à La Tribune Marc Rochet.

Une rotation, trois routes

Ce dernier connaît cette ligne sur le bout des doigts pour l'avoir eu dans son réseau du temps où il pilotait AOM entre 1992 et 1996, mais aussi pour avoir préparé le lancement d'Air Tahiti Nui entre Papeete et Paris en 2003 pour remplacer Air Lib, disparue quelques mois plus tôt sous la présidence de Jean-Charles Corbet. A la différence près que French Blue passera par San Francisco et non par Los Angeles, comme le fait aujourd'hui Air Tahiti Nui, l'unique opérateur sur cet axe, en partenariat avec American (sur Paris-Los Angeles) et Air France (sur un vol hebdomadaire).

Au final, avec une seule rotation, French Blue commercialisera trois routes complètement différentes. Si elle sera confrontée à Air Tahiti Nui sur l'axe Paris-Papeete, French Blue viendra se frotter à la low-cost Norwegian, Air France, et XL Airways sur la ligne Paris-San Francisco. Entre San Francisco et Tahiti, la jeune low-cost française sera en revanche la seule à opérer.

Coup dur pour Air Tahiti Nui

Le coup s'annonce rude pour Air Tahiti Nui, la compagnie du Territoire de Polynésie. De passage à Paris en début d'année, Mathieu Bechonnet, directeur général d'Air Tahiti Nui ne cachait pas sa crainte face à l'hypothèse de l'arrivée d'une compagnie low-cost long-courrier entre Paris et Papeete. Citant Norwegian, il estimait qu'un tel scénario aurait un impact sur la rentabilité de la compagnie. Il avait dans le même temps attiré l'attention sur l'impact sur le tourisme de la saturation des capacités hôtelières en Polynésie.

Aussi, avec l'arrivée de French Blue avec un A350 de plus de 400 sièges, la question se pose de savoir s'il y a de la place pour deux opérateurs sur cette ligne. Prenant l'exemple de La Réunion, où "Air Austral n'a pas perdu de passagers depuis l'arrivée de French Blue", Marc Rochet estime que la stimulation tarifaire entraîne une induction de trafic.

Montée en gamme

Dans son duel avec French Blue, Air Tahiti Nui aura néanmoins de sérieux atouts à faire valoir. L'arrivée de son nouveau rival va intervenir au moment où elle aura commencé le renouvellement de sa flotte avec l'arrivée au cours des prochaines semaines de deux B787-9 neufs (deux autres suivront par la suite) équipés d'un nouveau produit à bord (siège convertible en lit plat en classe affaires, wifi...). Ce dernier traduira la stratégie de montée en gamme souhaitée par la compagnie, comme l'ont fait Air Austral et Corsair. Air Tahiti Nui peut également compter sur une solide politique d'alliances qui porte ses fruits sur le plan commercial.

Lire ici : Corsair répond aux low-cost long-courriers avec du caviar Petrossian à bord

Face French Blue, Air Austral monte en gamme

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2017 à 7:42 :
Air Tahiti Nui n'a rien a craindre, si c'est comme pour la destination Réunion, avec pratiquement le même prix, tout le monde préféré la qualité. Cette sois disante compagnie Low Coast, au faite n'en est pas une. Suffit de prendre un moteur de recherche et comparer, les Pub ne sont que mensonges.
a écrit le 02/11/2017 à 21:44 :
Les compagnies Outre Mer ( aircalin et air Tahiti nui ) auront toujours dès problèmes de rentabilité et coûte un bras aux Territoire Calédonien et Tahitien . Il est temps de faire sauter ces verrous qui handicape leur développement
a écrit le 02/11/2017 à 11:10 :
En 2003, Corsair a été invité à abandonner sa liaison vers Tahiti pour sauvegarder Air Tahiti Nui.
Et aujourd'hui une petite société, qui n'a pas la réputation de Corsair, va avoir le droit de couler Air Tahiti Nui !
Où va-t-on ? (En Polynésie)
a écrit le 02/11/2017 à 10:40 :
Bravo au groupe Dubreuil et pourquoi pas une ligne Paris Réunion Madagascar Nouvelle Calédonie Papeete ? cette compagnie devrait regrouper tous les low cost et devenir un grand groupe international français low cost sur les courtes et longue distances ! Francfort et Londres Australie nouvelle Zéland a concurrencer aussi au départ de Paris !
a écrit le 02/11/2017 à 10:27 :
Bravo au groupe Dubreuil et pourquoi pas une ligne Paris Réunion Madagascar Papeete ? cette compagnie devrait regrouper tous les low cost et devenir un grand groupe international français low cost sur les courtes et longue distances !
a écrit le 02/11/2017 à 4:37 :
Faire Paris/Papeete en classe economique sur un vol aussi long est un veritable supplice. Meme l'escale a LA est redhibitoire. On reste enferme dans un local vitre comme des pestiferes. Que sera le tarif, meme de moitie, mieux vaut aller ailleurs qu'en polynesie. A eviter, arnaque garantie a tous les niveaux.
Réponse de le 02/11/2017 à 9:11 :
Je confirme. De plus, avant d'arriver dans cette cage ou local, vous passez devant un ventilateur qui vous envoie du flytox ??? dans la figure.
ça m'a complétement dégoûté. Mais, venant de l'Oncle SAM, plus rien ne m'étonne
Réponse de le 03/11/2017 à 22:20 :
il y a longtemps que l'on est plus enfermé dans un "bocal" a LAX et que l'on peut profiter du nouveau terminal Tom Bradley même en transit ... mais en effet le voyage en "bétaillère" paris Papeete est dur .. D'autre part ATN est depuis 2/3 ans très profitable et sort des bénéfices de plusieurs milliards de FCP, dixit la compagnie, mais certains doutent de la réalité de ces résultats...
autre précision Air France est un des 2 acteurs de ce trafic tout autant qu'ATN avec 4 vols Papeete Paris par semaine...
a écrit le 01/11/2017 à 21:50 :
Air Tahiti Nui pas Air Tahiti.
Air Tahiti est une autre compagnie qui fait les vols domestiques en Polynésie.
Réponse de le 03/11/2017 à 10:13 :
Peu importe, les deux compagnies sont en deficit chronique, voir les tarifs pour ce faire. La fin est proche pour Nui. C'est un popaa qui l'affirme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :