Ryanair va quasiment doubler de taille en moins de 8 ans !

La compagnie irlandaise à bas coûts vise un trafic de 200 millions de passagers en 2024. Elle continue sa stratégie de croissance sur les grands aéroports en ouvrant fin mars une base d'exploitation à l'aéroport de Francfort/Main, le hub principal de Lufthansa.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

Fin 2016, Ryanair desservira pour la première fois plus d'aéroports principaux que secondaires.
Fin 2016, Ryanair desservira pour la première fois plus d'aéroports principaux que secondaires. (Crédits : © Agencja Gazeta / Reuters)

Il y a à peine deux ans, Ryanair prévoyait de transporter 150 millions de passagers en 2024. Quelques mois plus tard, la compagnie à bas coûts irlandaise révisait à la hausse sa prévision à 160 millions de passagers, puis à 180 millions l'an dernier. Ce sera plus. Le transporteur irlandais table aujourd'hui sur 200 millions de passagers, ce qui correspond à une hausse de trafic de 68% par rapport aux 119 millions de passagers espérés au cours l'exercice en cours, qui s'achèvera fin mars 2017. A titre de comparaison, le groupe Air France-KLM transporte aujourd'hui 93 millions de passagers et compte franchir la barre des 100 millions d'ici à 2020.

20% de parts de marché espérés

Avec un tel trafic, Ryanair pense détenir en 2024 plus de 20% du marché intra européen, contre 15% aujourd'hui. D'ici à 8 ans, la flotte de la compagnie irlandaise devait ainsi passer de plus de 360 à 585 appareils. Plus de 300 appareils sont déjà  en commande.

"Ayant couvert ses achats d'avions sur une longue période avec une parité favorable d'un euro pour 1,30 dollars environ, Ryanair dispose de facto d'un discount quasiment aussi important que celui négocié au début des années 2000 lors de sa première grosse commande. Du coup, Ryanair a intérêt de prendre la totalité de sa commande et de les faire voler", explique un expert. Par ailleurs, une quarantaine d'appareils, qui devait  initialement sortir de la flotte d'ici 2024, sera conservée

Pression sur Lufthansa

Le rythme de développement est impressionnant. Cet hiver, la compagnie augmentera sa capacité de 13%, un rythme supérieur à celui du marché (9% en moyenne). Elle prendra livraison de 31 nouveaux B737-800 et ouvrira 73 nouvelles routes et six nouvelles bases. Pour la prochaine saison été, 80 nouvelles routes seront ajoutées.

Surtout, Ryanair ouvrira une nouvelle base à l'aéroport de Francfort/Main fin mars, le hub principal de Lufthansa. Certes modeste (il n'y aura que deux avions basés dans un premier temps), cette base sera la première de Ryanair sur l'un des trois plus gros hubs européens (Londres-Heathrow, Paris-Charles de Gaulle et Francfort). Elle traduit la montée en puissance de sa présence sur les aéroports principaux, une stratégie débutée il y a plus de deux ans.

"Les compagnies classiques de l'Union européenne se restructurent (...) Cela crée des opportunités pour Ryanair, surtout dans les grands aéroports", a indiqué le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary.

Fin 2016, Ryanair desservira pour la première fois plus d'aéroports principaux que secondaires, assure la compagnie dans un communiqué. Le choix d'aéroports principaux sur lesquels la compagnie ne bénéficie pas de subventions ne remet pas en cause sa rentabilité.

Hausse des bénéfices

Après avoir fait état d'un bénéfice net semestriel en hausse de 7%, à 1,168 milliard d'euros, conforme aux attentes des analystes, Ryanair a maintenu sa prévision d'un bénéfice net de 1,3 à 1,35 milliard d'euros sur l'ensemble de l'exercice.

Il y aura néanmoins un effet Brexit. Selon la compagnie l'incertitude entourant le processus de sortie britannique va peser sur son activité lors du reste de l'exercice en cours et le suivant. Ryanair prévoit une moindre croissance en 2017 sur le marché britannique, qui représente un gros quart de ses revenus. Pour compenser, elle donne désormais la priorité à son développement en Italie, en Belgique et en Allemagne.

Ryanair a enfin annoncé qu'elle restituerait encore 550 millions d'euros aux actionnaires d'ici février par le biais d'un rachat de titres. L'action Ryanair s'est envolée ce matin de plus 5% à la Bourse de Dublin.

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 08/11/2016 à 3:52
Signaler
Je ne re-voyagerai sur RyanAir que lorsque les autre compagnies auront disparues.

à écrit le 07/11/2016 à 20:15
Signaler
Article de Mme Irma...

à écrit le 07/11/2016 à 13:50
Signaler
Je ne revoyagerai sur Ryanair que si toutes les autres compagnies ont disparu :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.