Les taxis sont contre les forfaits pour les trajets aéroports

 |  | 642 mots
Lecture 3 min.
Les taxis parisiens seront les premiers impactés par l'instauration d'un forfait pour les trajets aéroports explique-t-on à la FNDT. Puis ce seront ensuite ceux de Marseille et de Nice, qui seront concernés.
"Les taxis parisiens seront les premiers impactés par l'instauration d'un forfait" pour les trajets aéroports explique-t-on à la FNDT. "Puis ce seront ensuite ceux de Marseille et de Nice", qui seront concernés. (Crédits : reuters.com)
Cette tarification forfaitaire pour les courses depuis et vers les aéroports - un dispositif qui était jusqu'ici l'apanage de leurs concurrents VTC - figure dans la loi dite Thévenoud entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Le montant du forfait est à l'étude ce jeudi à Bercy.

Les taxis montent à nouveau au créneau. L'intersyndicale (CGT, CFDT, CSAT, CTP, CST, UTP, et UNTP) avait en effet appelé les chauffeurs de taxis parisiens à se mobiliser "massivement" ce jeudi 21 mai devant le siège de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), boulevard Vincent Auriol, dans le 13e arrondissement de la capitale.

Des forfaits prévus dans la loi (Thévenoud)

Objet de leur mécontentement: la tarification forfaitaire souhaitée par le gouvernement pour les trajets depuis et vers les aéroports. Une idée qui figurait dans le rapport du député Thévenoud - remis il y a un an afin de trouver une solution à la cohabitation des taxis et des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) sur le marché du transport de personne - et qui s'est traduit par une loi promulguée au Journal officiel fin 2014 et entrée en vigueur le 1er janvier dernier.

Si la tarification forfaitaire est bien actée, puisqu'elle figure dans la loi dite Thévenoud, son montant devait être décidé plus tard. C'est d'ailleurs l'objet d'une réunion qui a lieu ce jeudi à la DGCCRF, et présidée par la Secrétaire d'Etat chargée du Commerce auprès du Ministre de l'Economie Carole Delga et du Secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur et de la promotion du tourisme Matthias Kekl.

Mais "la date d'entrée en vigueur sera décidée sur la base d'un projet définitif", explique-t-on à Bercy. Encore faut-il que les parties prenantes s'accordent sur un montant.

Pas de forfait

Seulement, certains taxis ne veulent pas entendre parler de cette tarification forfaitaire. Sur son site internet, la CGT explique ainsi :

Les usagers ont aujourd'hui la chance de se faire facturer leur course taxi selon les kilomètres parcourus ainsi que le temps passé, dans un cadre tarifaire réglementé et fixé par l'Etat grâce au compteur (taximètre). Cette tarification juste et transparente (puisque l'usager ne paie que ce qu'il consomme) est également le gage pour les travailleurs du taxi d'une rémunération juste puisque calculé en fonction du temps de travail et de la période de travail (nuit, dimanche, jours fériés,...).

 Avec la mise en place d'une tarification forfaitaire dans le taxi, les chauffeurs devront accepter de travailler la nuit et le jour pour le même prix, les jours ouvrés et le dimanche et les jours fériés aux mêmes tarifs, et de gagner le même revenu que la course dure trente ou soixante minutes ! Les chauffeurs devront également expliqués aux usagers qu'il est normal de payer le même prix une course dont la distance peut varier de 40% !

Un prix maximum oui !

Ce n'est toutefois pas l'avis de tous les taxis. Le président de la fédération nationale du taxi (FNDT) n'appelle d'ailleurs pas à suivre cette mobilisation. Et pour cause, il n'est  pas foncièrement "contre" le forfait en lui-même, pourvu que la décision ne soit pas prise dans la précipitation, et que le montant soit bien évalué pour ne léser personne, explique-t-il à La Tribune. Selon lui, mieux vaudrait instaurer un "plafond", à l'instar de l'option "Prix maximum garanti" que propose déjà Taxis Bleus. Et surtout "il n'y a pas le feu", insiste-t-il.

En attendant, certains VTCistes estiment que les taxis se tirent une balle dans le pieds en réagissant ainsi contre une mesure qui les rendraient plus compétitifs face aux offres que proposent des sociétés comme Marcel, Allocab, Le Cab, Uber, et autres chauffeurs privés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2015 à 8:26 :
Cela existe en Suède depuis longtemps, et cela fonctionne bien
a écrit le 22/05/2015 à 2:42 :
vous avez une vision de court terme , a long terme l'inflation aura tué votre vision de l'économie
a écrit le 21/05/2015 à 16:27 :
Coquille
"Les chauffeurs devront également expliqués aux usagers "
expliquer
a écrit le 21/05/2015 à 15:27 :
il faut avoir une case en moins pour prendre un taxi, à ce prix il vaut mieux prendre une brouette.
a écrit le 21/05/2015 à 12:55 :
Bienvenue dans le XXIème siècle.
Pratiquement toutes les autres capitales font la meme chose...
a écrit le 21/05/2015 à 12:36 :
Voilà ou nous mène la dérive hypocrite de la profession. les prix des licences ont augmenté du fait de la règlementation archaïque de ce métier où les propriétaires de licence ont intérêt à limiter au maximum les créations pour faire augmenter artificiellement leur capital sans lien avec la rentabilité réelle. Autre aspect l'hypocrisie de tous les acteurs: taxis et services fiscaux connaissent le black mais refusent de le voir!. Les profiteurs sont ceux qui ont vendu leur licence au prix fort et les dindons de la farce ceux qui l'ont achetée trop cher (la bulle est en train d'éclater!) et c'est humain qu'ils râlent!
a écrit le 21/05/2015 à 12:08 :
Les tacos ont monétisé les licences, maintenant ils brames pour les forfaits!
Ils sont dépassés.
Laissons faire la concurrence. On veut connaître le prix, dans une caisse proposée et ne pas être baladé. C'est simple.
Perso je ne fait plus de uber. Trop d'anciens tacos y taffes. Ils utilisent toutes les mauvaises manies avec lesquelles il jouaient en tant que taxi.
Now j'utilise les vtc 100% forfait.
a écrit le 21/05/2015 à 11:58 :
J'ai connu des taxis qui te font visiter l'ile de France. Avec un forfait, on sait d'avance combien ça coûte et on sait que le taxi aura intérêt à bien faire son job.
Chez Uber, les forfaits aéroport ne concernent que Paris et sont différenciés Rive Droite et Rive Gauche. Le système évite les trop grandes variations de durée et de kilométrage.
a écrit le 21/05/2015 à 11:22 :
Les taxis se trompent de combat. Les VTC et autres futurs moyen de transport sont bon pour la concurrence et donc pour nous les particuliers. C'est contre les taxes ou autres impôts qu'il faut se battre. Les politiciens n'arrêtent pas d'inventer toutes sortes de taxes. C'est ça qui font que les prix des taxis mais également de tout notre environnement sont élevés. Il suffit de regarder et décomposer le prix de l'essence. Il est constituer à 90% de taxes.
Réponse de le 21/05/2015 à 12:42 :
Bonjour, Je pense également qu'il faut que les salariués français se battent pour de meilleurs salaires afin de ne plus être étranglés par les prix élevés et les taxes mais aussi pour relancer la machine à consommer. Les taxes et impôts ne doivent et ne peuvent pas baisser dans un environnement de surendettement de l'Etat et des entreprises publiques. Ils ne baisseront que lorsque les finances du pays seront revenues à l'équilibre dans 25-30 ans en attendant il faut forcer les actionnaires et la patrons à mieux répartir les bénéfices via des augmentations de salaires et être plus offensif à l’international au niveau de nos PME/PMI afin de récupérer des parts de marché importante et rééquilibrer dans les 10 ans notre balance commerciale. Concernant l'essence c'est un faux problème, dans 20 ans plus personne n'utilisera de pétrole pour les automobiles à part les militaires et quelques industriels pour des machines outils qui ne pourraient pas fonctionner autrement. Le monde est en train de changer vitesse grand V, ouvrez les yeux !!!!
a écrit le 21/05/2015 à 10:49 :
Bonjour,
Un forfait est intéressant pour l'usager mais peut-être défavorable s'il le trajet en taxi est cours et que le forfait est unique. Il conviendrait de mettre en place une grille forfaitaire par département modulé par un tarif spécifique jour et un autre spécifique nuit majoré.
L'idée du plafond n'est pas mauvaise non plus mais n'élimine pas les excès de certains taxis qui vous baladent et vous surchargent la course de 30% pour cause de bouchon parfois imaginaires.
Quoi qu'il en soit un prix fixe d'un aéroport vers un département spécifique permettrait de rassurer les clients qui seraient probablement plus nombreux. Le prix de la course serait probablement un peu moindre dans la rentabilité plus raisonnable mais certainement non nulle, et cela serait largement compensé par un nombre de client accru. De nombreux amis venant des USA se plaignent du manque de transparence sur l'estimation du tarif en partance de CDG vers paris intra-muros, de plus ils estiment qu'une course de l'aéroport à en moyenne 100€ est largement exagérée, sachant qu'en location de voiture cela revient 25%-35% moins cher.
A mon avis la constitution d'un forfait est une bonne idée mais il est clair que les années fastes des taxis en situation monopolistique est terminée, ouverture à la concurrence, discussion sur des licences supplémentaires, voiture autonomes dans les 5-7ans à venir (donc plus besoin de chauffeur à rémunérer pour les compagnies de taxi), VTC pour un service accru et de meilleure qualité, amélioration du trafic temps réel permettant d'utiliser le meilleur itinéraire pour le meilleur rapport qualité/prix et j'en passe des meilleurs coté améliorations techniques et qualitative. Donc le bon vieux taxi à papy tirera sa révérence dans les dix ans à venir (en tout cas dans les grande agglomérations)... . L'avenir ce sont des régies de taxis autonomes, connectés, qui permettront à l'usager de recevoir des divertissements (internet, TV, musique choisie etc ...) avec des opérateurs à distance qui se chargerons de veiller à votre sécurité et votre confort ainsi qu'à vos demandes particulières et le paiement sera 100% CB ou NFC.
Réponse de le 22/05/2015 à 9:19 :
D'accord avec Marousan sur le fait qu'un prix fixe rassurerait le consommateur. Et pourquoi ne pas fixer des forfaits en fonction des jours de la semaine, le samedi le dimanche, jours fériés, nuit, jour. Cela ne devrait pas être très compliqué...
a écrit le 21/05/2015 à 7:48 :
Renforçons des VTC et UBER sur les aéroports, vraiment un régal de les utiliser, les taxis traditionnels sont dépassés depuis longtemps !
a écrit le 21/05/2015 à 7:48 :
Renforçons des VTC et UBER sur les aéroports, vraiment un régal de les utiliser, les taxis traditionnels sont dépassés depuis longtemps !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :