Pourquoi Uber a gagné malgré l'interdiction d'UberPop

 |   |  817  mots
Le Conseil constitutionnel rendra sa décision publique mercredi 23 septembre à 10 heures.
Le Conseil constitutionnel rendra sa décision publique mercredi 23 septembre à 10 heures. (Crédits : © Shannon Stapleton / Reuters)
Le Conseil constitutionnel a tranché en défaveur d'Uber. UberPop est de fait bel et bien interdit. Mais le géant américain a déjà trouvé la parade semble-t-il...

Fin du suspense concernant UberPop. Le verdict des Sages de la rue Montpensier est finalement tombé ce mardi soir, alors qu'il n'était attendu que pour mercredi 23 septembre, donnant tort au géant américain. La plus haute juridiction française a en effet rejeté les griefs soulevés par Uber dans une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), qui leur avait été transmise par la Cour de cassation au sujet de l'article 3124-13 de la loi Thévenoud, punissant de deux ans de prison et 300.000 euros d'amende "le fait d'organiser un système de mise en relation de clients avec des personnes qui se livrent" au transport de passagers à titre onéreux sans être des entreprises de transport, des taxis ou des VTC.
Cela paraissait contraire au principe d'égalité et de liberté d'entreprendre, selon le géant américain. Mais le Conseil constitutionnel en a décidé autrement. Les neuf Sages ont également estimé que cette disposition n'avait "ni pour objet ni pour effet" d'interdire le covoiturage, comme l'affirmait la firme californienne dans sa QPC.
Bref, cela confirme de facto l'interdiction de son offre low cost - le service de transport de passagers par des particuliers, le très controversé UberPop - interdit en France par divers arrêtés préfectoraux depuis plusieurs mois.

A lire pour : Comprendre le dossier Uber en cinq points

Tous contre UberPop

Certes, il aurait été surprenant que le Conseil constitutionnel tranche en faveur de l'Américain, dont le service à bas prix est aussi bien pointé du doigt par les VTC professionnels que par les taxis ou encore les applications pour mobile de covoiturage de courte distance telles que Heetch ou Mapool.

Cela dit, il ne serait guère étonnant qu'avant même que le couperet ne tombe, Uber ait déjà fait une croix sur ce service, notamment dans un climat tendu par les récentes émeutes des taxis. D'autant qu'un éventuel redémarrage de cette offre suspendue depuis trois mois aurait coûté très cher. Sachant également que les équipes qui auparavant étaient dédiées à UberPop ont désormais été réallouées au service professionnel de la plateforme, qui en a profité pour développer son offre de VTC en région (Bordeaux, Nice, Toulouse, etc.), là où seul le service "pop" avait été lancé jusqu'à présent.

Lire aussi: Uber s'étend en région, la DGCCRF sur les talons

Un énième recours juridique

D'ailleurs, la plateforme semble avoir trouvé la parade. Du moins propose-t-elle une alternative aux candidats, que la formation de 250 heures pour devenir chauffeur professionnel, ainsi que le coût de 2.500 voire 3.000 euros pourrait dissuader. Il s'agit du statut de chauffeur "capacitaire" (celui des conducteurs de navettes d'hôtels par exemple), accessible pour moins de 1.500 euros et à partir de 140 heures de formation seulement. Seule contrainte, si l'on ose dire, ce statut ne permet pas de transporter plus de neuf personnes. Bien entendu, Uber détaille toutes les démarches sur son site et guide les potentiels futurs partenaires (cf capture d'écran ci-dessous).

UberFormation

De quoi mettre la puce à l'oreille alors qu'Uber semble vouloir faire monter en puissance son service UberPool lancé il y a un an, qui permet de partager un véhicule à plusieurs, et donc de payer une course moins cher qu'avec un véhicule Uber X par exemple. Mais la greffe a du mal à prendre apparemment. Faute de communication ? Alors pour séduire les passagers et les inciter à prendre ce réflexe, dans un premier temps, une réduction de 10% est assurée pour tout trajet commandé même si le véhicule n'est pas partagé... Essayer c'est l'adopter, promet Uber.

Quoi qu'il en soit, Uber saura encore une fois tirer son épingle du jeu semble-t-il. D'autant que la société valorisée plus de 50 milliards de dollars selon la presse américaine va prendre le temps de la réflexion afin notamment d'étudier les éventuels recours juridiques possibles, nous confie une source proche du dossier. Et ce, alors qu'il lui reste encore peut-être un atout dans sa manche. Du moins la Commission européenne n'a-t-elle pas encore tranché...

Le groupe semble du reste loin d'être abattu. En témoigne l'objectif d'Uber France de doubler ses effectifs et passer d'ici fin 2016, à plus de 150 salariés "si la croissance du secteur du transport à la demande est au rendez-vous", explique Grégoire Kopp, le directeur de la communication. Avec un environnement concurrentiel pacifié. En tout cas, délesté de son service UberPop, l'entreprise fait désormais partie de "la bande" des VTC tels que Marcel, Le Cab, Allocab et autres Chauffeur Privé, semble-t-il. Preuve en est le tweet commun du 23 septembre à l'initiative d'Uber et repris par les VTC dans le but d'interpeller Anne Hidalgo, Maire de Paris, sur les raisons de la dérogation faite aux taxis de pouvoir circuler lors de la journée sans voitures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2015 à 13:51 :
C'est très bien que les "sages" se penchent sur le sujet et prennent le temps de la réflexion.

Über (suivant en cela l'évolution précurseur du tourisme avec Booking.com, AirBnB) est la porte ouverte à toutes les dérives ultralibérales. Car ne croyez pas que l'on s'arrêtera en si bon chemin. C'est toute la société qui sera impacté en l'espace de quelques années.
Bientôt, on louera son travail manuel ou intellectuel, voire le travail de son conjoint, voire son corps pour des plaisirs tarifés, et ceci à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, dimanche et fêtes. Les prestations seront notées. On fera des rabais pour emporter la mise (ou la passe). Ebay pour tous ! Amazon Macht Frei ! Pour payer son loyer ou son charriot de course, on sera amene da faire de plus en plus de choses qu'on ne voudrait pas faire. Onfray décrit bien ça dans l'explosion du nouveau prolétariat (livreur de pizzas et étudiantes prostituées).
Ceux qui ne s'adapterons pas à cette jungle économique, auront le choix entre suicide solitaire ou rage destructrice.

Vous me direz chacun est libre de faire ce qu'il veut et de ne pas adhérer à Über. Oui, moi aussi je croyais ça. Ça, c'était avant Booking.com. Je parle pour une structure hôteliere familiale, qui n'a donc pas les moyens d'embaucher du personnel. Et qui aujourd'hui ne peut pas survivre en dehors de Booking.com (devenu monopolistique). Maintenant, vous êtes pendus à votre smartphone ou tablette à n'importe quelle heure pour répondre aux demandes pressentes des clients, à leurs reservations deux heures avant l'arrivée, à des annulations gratuites en cascades (donc à la merci de terribles aléas économiques). Bref à des clients de moins en moins mâtures et de plus en plus illogiques (schizophrénie des bobos, pour aller vite). Pendant 3 ou 4 mois, vous faites une croix sur votre vie personnelle.
Ça c'est dans le tourisme. Imaginez ça maintenant dans votre vie tout court. Car, la macronisation de l'économie c'est ça. Comme le chantait Joffrin dans Libé en 1983 : "Vive la crise !" Vive les opportunités (de se faire exploiter), vive les inégalités (les plus riches sont épargnés par l'Überisation sociale), etc.

Cerise sur le gateau : Über est soutenu financièrement par la banque Goldman Sachs (source Wikipedia). Vous savez cette banque qui a placé ses pions à nombre de postes-clés de l'Union Europeenne... qui a aidé le gouvernement grec de Simitis à masquer les comptes pour entrer dans la zone Euro en 2002...
Réponse de le 26/09/2015 à 23:09 :
Alors, puisqu'il ne faut plus faire de transactions directes, interdisons les petites annonces, interdisons le journal "de particulier à particulier", interdisons aux étudiants de donner des cours à domicile, interdisons les chambres d'hôtes, etc...car c'est de "l'ultralibéralisme", c'est ça ?
Réponse de le 27/09/2015 à 21:29 :
Vous n'y êtes pas. Vos annonces de particuliers à particuliers, vous pouvez mettre le prix souhaité, choisir où les poster, changer de journal ou de site quand cela vous chante.
Ici on parle de situation monopolistique où en plus la société commerciale prélève sa dîme (de 15 a 23 % chez Booking.com), vous incite à changer vos prix (inciter le mot est faible, imposer est plus juste), à travailler à n'importe quelle heure, à accepter la précarisation car le bénéficiaire de la vente/prestation est roi et, cerise sur le gâteau, vous juge (sytème de votes) donc vous oblige, que vous le vouliez ou non, à vous plier à un modèle, que vous n'accepteriez probablement pas en temps normal.
a écrit le 26/09/2015 à 9:22 :
tant qu'a faire ... il faut instaurer une taxe sur le cour-voiturage ... au nom de l'écologie !
a écrit le 25/09/2015 à 18:38 :
Il est temps d'en finir avec tous ces lobbyes et cet état LIBERTICIDE : les notaires, les huissiers , les taxis , les médecins, les grandes entreprises publiques ou semi publiques , les hauts fonctionnaires , les politiciens professionnels, les impôts excessifs et tous ces parasites qui exploitent le travail du français moyen ... et après ont le culot de venir nous faire la leçon ...
a écrit le 25/09/2015 à 17:32 :
Extrait de l'article:"l aurait été surprenant que le Conseil constitutionnel tranche en faveur de l'Américain". L'Américain ? On devrait dire "tranche en faveur des utilisateurs d'Uber pop", qui n'ont rien d'américain. Qu'ils soient chauffeurs ou passagers, ce sont des Français, et c'est principalement contre eux que le conseil constitutionnel a tranché.
Réponse de le 26/09/2015 à 9:27 :
comme internet est américain ... zou, autant rajouter une taxe de plus !
a écrit le 24/09/2015 à 7:38 :
Notre gouvernement a encore réussi à bloquer des créations d'emploi ! Merci François nous sommes tous fiers de ce nième succès.
a écrit le 24/09/2015 à 7:10 :
Pour mieux expliquer l' analogie avec la symbiose microbienne, l emission " gut microbiotia " de la BBC : http://www.bbc.co.uk/programmes/b03h429g
a écrit le 24/09/2015 à 6:49 :
Dans l' Encyclopédia Galactica, cet épisode sera appelée "premiers contacts".
L' intelligence artificielle, Logos en mutation permanente, a l' éternité pour sculpter le droit.
De même que les mitochondries, (petits organites intracellulaires ayant une origine bactérienne dans l' évolution) se sont intégrées en symbiose avec l ' organisme global, de même l' intelligence artificielle devra "faire avec nous", et non pas seulement nous, "faire avec elle", comme c' est le cas dans l' escarmouche anecdotique avec le Conseil C qui ne dit rien sur tout ce qui vient et ne fait qu' acter un point où la résistance a porté ses fruits ( l' uberisation de la politique avec le dépôt d' amendements fleuves dépassant les capacités de jugement humaines est un exemple, ouverture dans la loi santé des bases de données médicales aux traitements automatisés assurantiels ou financiers rendant caduc le secret médica etcl ...)
a écrit le 23/09/2015 à 22:18 :
Il s'agit de techniciens du droit plus ou moins objectifs et certainement pas de "sages", expression ridicule. UBER c'est l'avenir un point c'est tout. La France des "sages", c'est le passé.
Réponse de le 23/09/2015 à 23:38 :
Allez y dans votre futur, passez devant je vous en prie.
Hâtez vous d'aller engraisser une énième multinationale devant laquelle vous vous prosternez,
Courez vers l'uniformisation qui vous rassure et vous donne l'illusion d'être un humain branché qui vit avec son temps.
Javelisez vous,aseptisez vous.
Ça vous va si bien.
Réponse de le 24/09/2015 à 6:25 :
très juste : ils ne sont sages que parce qu'ils plaisent !!!
Réponse de le 24/09/2015 à 8:52 :
il est rigolo , notre ami @ Geo , quand il repond à @ Suivant via ...son clavier d'ordinateur ...!
Réponse de le 24/09/2015 à 14:40 :
d'autres ont dit avant vous que l'atome serait l'avenir avant que l'humanité en mette un "certain" hola... l'informatique et une certiane puissance destructrice ou accaparemment d'un très petit nombre d'autant de puissance (financière, informative, etc) est aussi à mettre en doute quelque part..
a écrit le 23/09/2015 à 12:50 :
Triste est la décision de ce conseil des sages qui n'en sont pas. Uber et tout type de méthode ressemblante est un point de référence pour le dynamisme de ceux qui sont non pas le rejetés mais les dépossédés du système français. Conduire une voiture contre un peu d'argent pour rendre un service mutuel ponctuellement est le moyen de se constituer en marchant un effet de levier professionnel et financier : acheter une belle voiture avec ce surplus, ne pas se sentir déclassé, imaginer de nouvelles perspectives, se constituer aussi un capital mobilisable par la revente du véhicule, bref exister un peu "normalement" ou presque. C'est cela que l'on enlève aux postulants d'Uber et c'est cela que l'état ne sait pas proposer. La terrible augmentation du chômage va rendre les offres de ce type indispensables. Elles permettent de rester en mouvement plutôt que de stagner. On objecte souvent le cynisme de ces plate-formes allant sans le dire vers la voiture automatique, mais le cynisme existe partout et déjà dans le chômage, ce mécanisme qui est un choix horrible. Celui déjà établi jugerait-il la solution proposée sous prétexte d'un futur imaginé moins favorable ? Si l'un installe un système automatique c'est que tous les autres l'auront déjà fait. Condamneront-nous alors toute la société ? Souhaitons que Uber et d'autres trouvent des solutions qui contournent et abattent le conservatisme du global parti dont nous souffrons depuis des lustres pour nous permettre, enfin, de respirer.
Réponse de le 23/09/2015 à 23:39 :
Que c'est bien écrit.
Vide de sens mais bien écrit.
Réponse de le 24/09/2015 à 6:28 :
aucun politique n'a jamais lutté contre le chomage
chaque fonctionnaires n'a qu'un objectif faire du chomage : c'est bien l'objectif totalement de la DGCRRF !!!!!
a écrit le 22/09/2015 à 22:35 :
Sinon, La Tribune, un article sur de l'économie mondiale fouillée ferait tout de même un peu de bien de temps en temps...
a écrit le 22/09/2015 à 21:34 :
Le problème de l’UBER ne montre-t-il pas que l’Etat agit contre la création d’emplois et a pour objectif de contrôler la société civile par une forme de tyrannie de manière à vampiriser la société civile. N’est-ce pas un cas d’étude alors qu’on entend que l’Etat créerait l’emploi. Ne fait-on pas dans le chaos administratif, toujours plus de fonctionnaires et d’impôts, plus de chômage et moins de croissance, un pib qui serait fonctionnaire ? N’a-t-on pas inventé un féodalisme administratif avec des mandarins et des janissaires, à quand l’interdiction de l’export en exploitant le travail précaire. Si aux élections régionales les sondages annoncent un chiffre conséquent au FN, par exemple dans le Nord, y aura-t-il des reports, un parti unique, n’aurait-t-on pas une rdadisation ou nullisme ? La France serait une république ouest allemande et le terme démocratie et de pluralisme n’existe que dans les formes. Si on regarde les résultats de l’Allemagne pourquoi ne fait-on pas plus de croissance, n’avons-nous pas un problème de compétence. Des bureaucrates qui créent le chômage et que le pib par habitant baisserait, n’avons-nous pas un problème avec la notion de développement ? Ne devrait-on pas soigner une allochirie nationale, ou une skyzophrénie alors qu’on ferait plus d’impôts et moins de croissance et on dit l’inverse ? Certains diraient qu’on vit bien sous Caucescu avec la vie de palais. Mr Mussolini qui se présentait comme un grand humaniste n’a-t-il pas mal fini avec son fascisme du mot social. Des salariés seraient maltraités et feraient 15 jours d’hôpital après des pression au travail. Existe-t-il un système de maltraitance général alors qu’on parle d’usines à gaz. Aux régionales y aura-t-il moins d’impôts et de fonctionnaires alors que des maires manifesteraient qu’on leur retire des dotations.
N'est-ce pas l'Allemagne qui dirige l'Europe et la France ne serait qu'un vassal par affaiblissement? N'avons-nous pas un administration tentaculaire qui tue la croissance et l'emploi?
Le niveau de consommation des ménages baisse comme dans les pays du sud europe avec un fort chômage, on appelle cela de l'humanisme?
La consommation serait au niveau des italiens pour un pib plus élevé de 30%, l'Etat ferait le pib, c'est quoi?
On entend dire la démographie fait la croissance, aux USA la population ne vieillit pas, la France fait peu de croissance... pourquoi l'Etat fait de la croissance sous la moyenne? Ne devrait-on faire sauter un fronton lent?
Faudra-t-il un Caudillo pour réformer les 35h alors qu'on est à 15h55 le bonsoir.
Réponse de le 22/09/2015 à 22:19 :
Uber un créateur d emploi? Mais qui d irait vous quand Uber achètera des Tesla autonome et se passera de chauffeurs,ceux qu'elle a prévu de faire très prochainement renseigner vous avant de parler de sujet que vous ne m étriser pas. Uber est un déstructeur d emploi.
Réponse de le 22/09/2015 à 22:36 :
Et sinon, Roosevelt, ça vous parle..?? Je parie que non.
Réponse de le 23/09/2015 à 0:38 :
Qui fabrique les Teslas ? Il suffit qu'ils implantent des usines en France. Y a aussi des garages pour les réparer, et plein d'autres exemples. Alors quand vous dites que ça détruit des emplois, c'est faux. Et pour vous, les machines détruisent les emplois car remplacent les hommes, donc faut pas les utiliser ?
Réponse de le 23/09/2015 à 1:24 :
T'as raison: "l’Etat agit contre la création d’emplois et a pour objectif de contrôler la société civile par une forme de tyrannie de manière à vampiriser la société civile".

Je vais t'embaucher à 4 euros de l'heure et je t'appelerai sur ton portable le dimanche matin. Ensuite tu me diras ce que tu penses du controle de l'Etat !!!!!!
Réponse de le 23/09/2015 à 7:20 :
bienvenu dans ce monde de profiteurs et d"égoistes
Réponse de le 24/09/2015 à 6:31 :
@ pepito : être payé 4 € de l'heure, c'est ok pour moi si je peux gagner plkus après !!! être appelé le dimanche ne me pose aucun problème : mon souhait : nourrir ma famille et me donner des perspectives d'avenir !!!!
Réponse de le 28/11/2015 à 10:15 :
@ bertrand, avez vous déjà eu à travailler pour 4 euros de l'heure ? Je ne pense pas non sinon vous sauriez que ça ne suffit pas à nourrir votre famille.
Une certaine enseigne de cafeteria commençant par un C le fait avec ces employers cadre, 300 heures pour arriver à un smic là ou il en faut normalement 134 pour les meme 1200 euros.
Non vous ne seriez pas heureux de vous prostituez pour un saliare de misère et passer votre semaine à bosser, en moyenne 50 heures semaines, vous avez surement parler trop vite sans bien réfléchir à tout ce qu'un taux hoprraire de 4 euros implique.

Etre appelé dimanche, jour ferié, soir, voir nuit ? Serieusement, être d'astreinte h024 7j/7 ? Là encore vous faite fausse route car vous ne veriez plus votre famille;, la nourrir c'est bien la voir c'est pas mal aussi.
Là encore vous ne réalisé pas la contrainte que ça peut etre de devoir bosser au pied levé dès qu'on vous sonne.
a écrit le 22/09/2015 à 20:58 :
Une seule question: pourquoi quand les places boursières chutent c'est le CAC 40 qui dégringole de loin plus que les autres?
Réponse de le 23/09/2015 à 1:27 :
A cause des gens comme toi !!!!!!!!!
Réponse de le 23/09/2015 à 22:29 :
Pour bien moins que ça mon commentaire serait modéré. T'as fumé quel genre de moquette, Pepito ?
a écrit le 22/09/2015 à 20:54 :
Parce que Uber est une entreprise américaine et elle est en France. Point à la ligne.
a écrit le 22/09/2015 à 19:20 :
Uber aurait gagné c’est comme pour la croissance on dit qu’on gagne quand on a des résultats médiocres avec une croissance sous la moyenne OCDE ? On entend parler dans les radios que l’Etat détruirait l’emploi et la croissance. N’est-ce pas contraire au but d’une société ? Avons-nous une politique de suicide économique ou un problème de compétence ? On publie qu’il existerait une campagne, on parle d’un vote FN en 1, y aura-t-il une vindicte électorale pour la question du chômage, de la politique d’offre qui serait fausse, de l’autisme institutionnel, des vraies fausses réformes, on parle de TVA, existe-t-il un système de corruption général qui serait caché ou bien des réseaux ? Ne devrait-on liquider le gaucho pour la question du miel et les lenteurs et pondéralités administratives ne devrait-on poser la question au voisin?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :