Qatar Airways échoue à relancer Air Italy : la compagnie italienne liquidée

 |   |  580  mots
Le communiqué de presse annonçant la fin d'Air Italy et les mesures prises pour les passagers qui avaient pris des billets d'avion est le seul document consultable sur ce qui reste du site internet de la compagnie aérienne.
Le communiqué de presse annonçant la fin d'Air Italy et les mesures prises pour les passagers qui avaient pris des billets d'avion est le seul document consultable sur ce qui reste du site internet de la compagnie aérienne. (Crédits : AirItaly.com)
La compagnie aérienne italienne Air Italy (ex-Meridiana), fondée par l'Aga Khan et qui a accumulé des centaines de millions d'euros de pertes, a annoncé mardi sa mise en "liquidation". Près de 1.200 emplois sont menacés.

L'argent ne fait pas tout. Après l'échec de la compagnie d'Abu Dhabi Etihad Airways à redresser Alitalia, Qatar Airways a échoué à relancer Meridiana, fondée par l'Aga Khan.

Deux ans après l'entrée dans son capital de la compagnie du Golfe à hauteur de 49% (aux côtés d'Alisarda, fondée par l'Aga Khan), la compagnie italienne, rebaptisée depuis Air Italy, a annoncé mardi sa mise en "liquidation". Près de 1.200 emplois sont menacés.

 "Étant donné la persistance des conditions difficiles dans lesquelles la compagnie opère, les conditions de poursuite de l'activité de la société n'existent plus", a écrit Roberto Spada, président d'Air Italy, dans une lettre aux employés.

"Les actionnaires d'Air Italy, Alisarda et Qatar Airways (...) ont décidé à l'unanimité de mettre la société en liquidation", a indiqué de son côté la compagnie.

Les vols resteront assurés jusqu'au 25 février par d'autres compagnies aux horaires et jours prévus. Au-delà, les passagers seront remboursés ou reprogrammés sur d'autres vols.

Surprise du gouvernement italien, mis devant le fait accompli

Cette annonce suscite une grande émotion en Italie. Le gouvernement n'était visiblement pas au courant.

"La décision de mettre en liquidation une entreprise de telle dimension, sans en informer au préalable le gouvernement, et sans examiner sérieusement d'éventuelles alternatives n'est pas acceptable", a fustigé la ministre des Transports Paola De Micheli

Un gouffre financier

Air Italy était un gouffre financier. Aux 164 millions d'euros de pertes enregistrées en 2018 se sont ajoutées à environ 200 millions d'euros de pertes en 2019.

Rejetant la responsabilité de cet échec sur l'autre actionnaire, Qatar Airways a assuré dans un communiqué qu'elle était "prête, encore une fois, à faire sa part pour soutenir la relance et la croissance de la compagnie aérienne, mais que cela n'aurait été possible qu'avec l'investissement de tous les actionnaires". Elle ne pouvait aller au-delà des 49% en vertu de la réglementation européenne sur les compagnies aériennes.

Lancée en grande pompe il y a deux ans, la nouvelle "Air Italy" misait sur les difficultés d'Alitalia et entendait la détrôner.

"Nous voulons devenir la marque numéro un en Italie et nous avons les moyens pour le faire", avait déclaré en février 2018 le PDG de Qatar Airways, Akbar Al Baker.

Ses objectifs étaient extrêmement ambitieux: passer d'ici à 2022 à 50 appareils (contre 11 en 2018) et 10 millions de passagers par an (contre 2,6 millions). Le tout en développant des liaisons internationales.

"Air Italy a tenté de développer des liaisons vers les Etats-Unis ou le Canada, mais comme l'ont montré aussi les problèmes de Norwegian Airways, il est difficile de rendre ces liaisons transatlantiques rentables pour de petites compagnies. En effet, il n'est pas vraiment possible de réduire le temps de pause pour accélérer les rotations, comme le font les low cost sur les liaisons en Europe", a expliqué à l'AFP Umberto Bertelè, professeur de stratégie à l'École de commerce de Polytechnique à Milan.

Grève du secteur aérien le 25 février

Les syndicats sont montés au créneau:

"Il faut une action immédiate pour arrêter cet acte grave et irresponsable et un signe de vie des ministres compétents pour empêcher ce désastre au niveau de l'emploi", a dénoncé le secrétaire de la Filt-Cgil, Fabrizio Cuscito.

Il a promis une mobilisation avec notamment une grève du secteur le 25 février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2020 à 17:54 :
Il est toujours triste de voir un compagnie disparaître, Pan am, twa, sabena, Swissair, et quelques autres dont air Italy. J'ai voyagé entre Helsinki et Chicago voilà deux ans en oct 2018 et je garde un bon souvenir...dommage.
a écrit le 12/02/2020 à 12:19 :
Les syndicats sont montés au créneau : pour sauver l'entreprise, ils proposent ... une grève !!
C'est sûr, ça va sauver les emplois !
Tout est dit.
a écrit le 12/02/2020 à 9:24 :
Ben regardez le PSG, ça fait trois ans qu'ils ont la meilleur équipe d'europe, la plus coûteuse du moins, pour gagner face à... Reims et Troyes.
Réponse de le 12/02/2020 à 14:48 :
Oui Citoyen blasé, mais il ne faut jamais oublier qui est le Qatar.
La meilleure définition est ici, dans ce dialogue à Doha entre un journaliste et un diplomate, un dialogue révélateur sur ce qu'est le Qatar :
Le soir, j'ai rendez-vous avec un jeune diplomate, dans une pizzeria à 10 $ le repas, tout compris. D'entrée, je lui demande :
C’est quoi, le Qatar ? Vous avez la réponse ?
- Pour moi, le Qatar, c'est une ligne de crédit sur un compte en banque.
Et sa diplomatie tous azimuts ?
- Il distribue des chèques, ça lui fait des amis. On s'ennuie à mourir ici et le pays a besoin d'amis pour survivre.
Il est en danger ?
- Une pichenette venue de n'importe où et il sombre dans le Golfe. L'émir achète déjà en Europe les résidences de son exil.
Qui le protège ? La France ?
- Vous rigolez ! Vous avez jeté un œil sur la base américaine d'Al-Oudeid, à 20 km d'ici ? Oui, bien sûr, immense.
- Voilà. L'existence de ce micro-Etat en dépend. –
Et comment expliquez-vous que le Qatar s'acoquine avec les pires ennemis des États-Unis ? - Oh, comme vous y allez ! Les Américains sont comme tout le monde, ils aiment bien avoir des amis chez leurs ennemis. Ça peut servir, vous ne croyez pas ? –
C'est tout ? –
- Eh, oui, monsieur, c'est tout. »
Réponse de le 13/02/2020 à 8:34 :
Logique, c'est tellement facile de manipuler une oligarchie en utilisant sa profonde cupidité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :