Qatar Airways lance Air Italy et enfonce encore un peu plus Alitalia

 |   |  351  mots
Basée à Milan-Malpensa, Air Italy entend se développer non seulement sur les lignes intérieures mais aussi sur les liaisons intercontinentales.
Basée à Milan-Malpensa, Air Italy entend se développer non seulement sur les lignes intérieures mais aussi sur les liaisons intercontinentales. (Crédits : Meridiana / Twitter)
Nouvelle vie pour Meridiana. Rebaptisée Air Italy après l'entrée de Qatar Airways dans son capital, la compagnie sicilienne entend développer son activité au départ de Milan-Malpensa en ouvrant des vols intérieurs et des vols intercontinentaux. Un coup dur pour Alitalia.

Alors qu'elle est placée sous administration judiciaire dans l'attente d'un éventuel repreneur de tout ou partie de son activité et qu'elle n'est en vie que par les aides reçues depuis 10 mois par l'Etat italien, Alitalia, voit débarquer une concurrence dont elle se serait bien passée. Déjà assaillie par les compagnies à bas coûts et le TGV, la compagnie italienne devra également composer, si elle survit, avec une concurrence italienne accrue.

Des vols intercontinentaux

Rebaptisée Air Italy après l'entrée dans son capital de Qatar Airways à hauteur 49%, la compagnie italienne Meridiana affiche en effet de grosses ambitions dans le ciel italien. Basée à Milan-Malpensa, Air Italy entend se développer non seulement sur les lignes intérieures mais aussi sur les liaisons intercontinentales. Sa direction entend disposer de 50 avions d'ici à 2022 pour transporter à cet horizon 10 millions de passagers. Au cours des trois prochaines années, 20 Boeing B737 MAX vont intégrer sa flotte tandis que 5 A330 de Qatar Airways lui seront loués ("au prix du marché" assure la compagnie du Golfe) pour ouvrir des vols long-courriers. Bien que la viabilité d'un tel projet interpelle, il est clair que le soutien dont disposera Air Italy de son nouvel actionnaire peut lui permettre de jouer les trouble-fêtes.

Trois candidats à la reprise d'Alitalia

S'il ne compromet pas la vente d'Alitalia, le développement d'Air Italy va forcément avoir une incidence sur la valeur de la compagnie -déjà faible-, qui pour un grand nombre d'observateurs, se limite à celle des créneaux horaires de décollage et d'atterrissage à l'aéroport de Milan-Linate. Trois groupes ont déposé une offre de reprise partielle ou totale. Lufthansa, le fonds américain Cerberus et EasyJet. Et il est clair qu'Air France-KLM redoute qu'Alitalia soit racheté par Lufthansa, déjà puissant en Italie du Nord. Notamment aux conditions imposées par le groupe allemand. Lufthansa aurait proposé 250 millions d'euros pour reprendre l'essentiel de la flotte et la moitié des effectifs d'Alitalia. Un projet qui inquiète Air France-KLM qui travaille avec sa partenaire Delta pour tenter de maintenir Alitalia dans Skyteam.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2018 à 16:02 :
Il faut qu'Alitalia disparaisse enfin ! comme la Sabena ou Air Afrique... elles n'auront pas été victimes des low-cost ou des compagnies du Golfe mais d'elles mêmes : gestion pitoyable, coûts en personnel trop élevé, services affreux. Pourquoi Air France s'intéresse-t-elle à ce cadavre ?! Elle s'est déjà fourvoyée avec Joon et Transavia qui l'épuise pour ne rien gagner alors que sa clientèle se lasse de ses services de mauvaise qualité...
Réponse de le 21/02/2018 à 7:44 :
Monsieur en réponse à vos absurdités :
-Alitalia reste une excellente compagnie et doit juste optimiser ses coûts...

Autre point, si AF s’intéresse temps à Alitalia avec Delta Airlines et EasyJet c’est qu’il y a bien une raison ! De 1 la perte de l’italienne dans SkyTeam serait un désastre et la concurrence reine !

De 2 : Il faut pas oublier que le rachat permettrait une excellente visibilité pour Transavia justement ... Je pense que Delta et AF seront largement capable de redresser Alitalia. Et la stratégie de croissance voulut, ils l’obtiendront ! Il y a beaucoup d’enjeux et de grosses pertes si ils n’auraient pas fait une offre.

Autre point qui m’irrite temps vos propos sont stupides et entièrement faussés :
Apprenez à lire entre les lignes et éviter de lancer des bruits de couloirs totalement infondés sur AF !

Oui AF doit renégocier avec ses employés beaucoup de choses qui empêche une croissance sereine de Transavia, Joon et Hop. Mais c’est en cours et comme le dirait l’autre « Paris ne s’est pas construite en 1 jour.. ».

Alors même si parfois les salariés peuvent donner une impression d’aller contre celle-ci, il empêche pas moins qu’ils aiment AF, et sont épanouis. AF fait rêver beaucoup de jeunes aujourd’hui. Ce modèle d’excellence à la française que vous critiquez temps...

De plus pour voyager fréquemment avec Air France, je peux vous dire que votre manque de maturité et digne d’une Dora l’exploratrice !

La qualité est irréprochable. Le service est excellent, des personnes qui qiment ce métier et qui le font d’une façon inégalée ! Toujours souriant, aimable et courtois avec beaucoup de chaleur humaine. Elle s’améliore de jour en jour. Il y a quelques temps, nous pouvions discuter de ses services et la qualité, mais là .... Ce serait comme chercher une aiguille dans une botte de foin !

À l’avenir apprenez à lire un ensemble et connaître parfaitement l’entreprise avant de sortir des idioteries...
a écrit le 20/02/2018 à 3:21 :
Déjà, Meridiana Fly qui avait acheté Air Italy, compagnie low cost est sarde et non pas sicilienne.. basée à Olbia en Sardaigne. Son propriétaire Aga Khan garde le contrôle avec 51% du capital.
Si l'on fait un parallèle; avec le train à grande vitesse en Italie... Italo, NTV, société privée et Trenitalia; homologue italien de la SNCF, sont toutes les deux rentables sur le marché italien au point d'avoir coulé Ryanair sur la ligne Milan Rome... disparu des radars.. la low cost irlandaise... La concurrence pousse à la perfection et pour moi, Air Italy sera suffisament intelligente pour ne pas trop se chevaucher avec Alitalia.
Plus qu'Alitalia, ce sont tous les envahisseurs principalement sur le marché italien, qui vont déguster avec les vols intérieurs d'Air Italy ex compagnie low cost... Opération visant à fédérer les passagers sur Milan Malpensa pour remplir les avions à l'international. Mais si l'on regarde Alitalia, limitée à 20 avions long courrier, la plupart au départ de Rome Fiumicino... en quoi, les deux compagnies vont se marcher sur les pieds ?
Expliquez à un milanais de devoir descendre à Rome pour remonter à New York !!
De l'international avec liaison de points à points, un peu comme les low costs.
Je ne suis pas inquiet pour Alitalia.
Par contre, je me fais beaucoup de soucis, pour la SNCF, le groupe américain qui a racheté pour 1980 millions d'euro Italo, plus 450 millions de dettes pour un chiffre d'affaires de 484 millions d'euros gère un actif de 40 milliards de dollars et quand ce trublion Italo américain va débouler sur le marché français, le maillon faible en Europe, cela va faire très très mal...
Ne parlons pas de Trenitalia; société publique qui gère déjà en Grèce, GB des trains privés.....
Par ricochet, la bande à deux coups, après la SNCF c'est Air France qui vont connaître les affres actuels d'Alitalia.

En conclusion, mon analyse a pour but de mettre en garde les syndicats français des deux compagniés citées au dessus, d'arrêter d'entraver le progrès et le bon sens.
Préparez vous à des licenciements... les italiens ne seront pas là pour compter les fraises...
PS, je ne parle même pas de DeutchBan.
a écrit le 19/02/2018 à 22:00 :
Meridiana est à la base une compagnie aérienne de Sardaigne et non pas de Sicile , avant elle s'appelait AliSarda . mettez à jour vos fiches . Ciao
a écrit le 19/02/2018 à 21:57 :
Ne pas confondre Sicile et Sardaigne, siège historique de Meridiania à Olbia !
a écrit le 19/02/2018 à 18:00 :
Le point positif, c'est que pour AF-KLM, une offre sur Alitalia pour en faire sa structure Low Cost devient encore moins onéreux , et surtout beaucoup plus négociable !
LH propose 250 MF : que AF-KLM propose le même montant !
LH propose de ne conserver QUE 50% du personnel : que AF-KLM propose 100% des contrats pour l'ensemble des navigants !! ...mais avec une petite condition : que les contrats de travail soit alignés sur la concurrence (Vueling par exemple !) !!
AF-KLM pourra ainsi fusionner Alitalia Court & Moyen courriers pour en faire le pilier LowCost du groupe, tandis que le Long courrier s'alignera sur Joon !!!
Réponse de le 20/02/2018 à 3:43 :
Oui, oui si la vente avait été signée avant les élections du 3 mars en Italie.
Mais la donne a changé, Alitalia gagne de l'argent, le chiffre d'affaires a augmenté en 2017 sur l'ensemble de l'année de 1% après 6 ans de chute.
3% d'augmentation sur le mois de décembre 2017.. 5% pour l'année 2018, un très bon premier trimestre 2018... Je tiens à faire le parallèle avec Blue Panorama et sa filliale low cost Blue Express... en dépot de bilan et un extraordinaire commissaire l'a remise sur les rails avant qu'elle ne soit vendue au privé, cela a duré trois ans.
Pour Alitalia, ce n'est pas un, mais trois commissaires extraordinaire pour redresser les comptes de la compagnie..et le fait qu'Alitalia soit championne mondial de la ponctualité des vols en janvier 2018, démontre que son personnel acculé à la faillite a l'énergie du désespoir pour se sauver définitivement. Avec les cautions pour voler et la liquidité en banque, fin décembre 2017, Alitalia n'a pas utilisé le prêt de 900 millions d'euros accordés par l'état italien.
L'équivalent italien de la caisse des dépots, au nom de son président, va investir dans Alitalia. ceci après les élections... et probablement avec Cerberus et Delta Airlines..... Alitalia, c'est 5 milliards d'euros d'apport pour l'économie italienne. La dernière trouvaille géniale des trois commissaires extraordinaires est la possibilité de stopper son voyage à Rome pour visiter la ville avant de répartir pour des vols à l'international.
pour le même prix.
L'Italie joue la carte du tourisme.... et de l'exportation, ce sont ses deux mamelles pour la croissance, car la construction immobilière est en panne.
En conclusion.... Air France n'a pas les moyens financiers pour intervenir...elle est sur une stratégie défensive contre la compagnie allemande. Pour Alitalia, il faut de nouveaux avions... avec une flotte de 108 avions, dont 20 pour le long courrier, il faut changé les avions les plus agés... même avec le leasing, cela exige des garanties financières.
Les banques italiennes impliqués dans Italo ont vendus pour récupérer leur mise.. et il y en a aussi dans Alitalia, elles vont garder la main pour sauver leurs créances.
Réponse de le 21/02/2018 à 0:48 :
Comme vous le dites, AF est sur la défensive face à LuftHansa : or, ce serait catastrophique pour la compagnie française qu'Alitalia quitte la JV transatlantique et Skyteam pour rejoindre LuftHansa et Star Alliance !!!
A-t-elle vraiment le choix ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :