SNCF : la CGT et Sud douchent les espoirs de réforme de la direction et du gouvernement

En obtenant 51% des voix aux élections professionnelles, la CGT Cheminots et Sud Rail conservent leur droit d'opposition à la signature de tout accord d'entreprise. Un vote qui pèse lourd à l'heure où direction et syndicats doivent négocier un nouveau cadre social d'ici à juillet 2016.
Fabrice Gliszczynski
Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF
Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF (Crédits : Reuters)

Les résultats des élections professionnelles à la SNCF ont douché les espoirs de la direction et du gouvernement de voir la CGT et SUD Rail passer à eux deux sous la barre des 50% des voix. Un score qui leur aurait retiré leur droit d'opposition à la signature de tout accord d'entreprise.

A l'heure où la direction doit négocier avec les syndicats en 2016 un nouveau cadre social dans lequel l'épineuse question de l'organisation du  temps de travail sera le sujet central, direction et gouvernement souhaitaient que les deux syndicats contestataires recueillent moins de 50% des voix. Cela n'a pas été le cas. Avec 34,33% des voix pour la CGT Cheminots et 16,83% pour Sud Rail, les deux organisations professionnelles dépassent les 51% des voix, contre 52,12% lors des élections précédentes.

Coup dur

Un coup dur pour la direction qui n'hésitait pas à présenter ces élections comme "un moment de vérité". Le directeur des ressources humaines (DRH) du groupe, Jean-Marc Ambrosini, a beau déclarer : "dans la configuration précédente, nous avions su trouver les voies du dialogue. C'est donc avec la même volonté que nous allons continuer pour les rendez-vous importants de la fin d'année et du premier semestre 2016".

Il n'empêche, la direction risque de se retrouver dans l'incapacité de signer des accords d'entreprise qui permettraient de générer des gains de productivité et d'affronter la concurrence des autres modes de transport (compagnies aériennes low-cost, covoiturage, bus...), et à plus long terme, des autres opérateurs ferroviaires quand l'ouverture du marché intérieur ferroviaire sera ouvert.

51ème congrès de la CGT en avril

Difficile en effet d'imaginer la CGT Cheminots faire des concessions au moment où se tiendra en avril le 51ème congrès de la CGT.

"La structure de coûts est totalement incompatible avec la concurrence", expliquait récemment à La Tribune une source ministérielle. Selon elle, la situation à long terme de la SNCF est aussi inquiétante que celle d'Air France.

Trouver un accord d'ici à juillet 2016

La direction et les organisations professionnelles ont jusqu'à juillet pour trouver un accord. Les négociations doivent débuter début 2016. A défaut d'accord, l'entreprise peut, sur le papier, imposer de manière unilatérale ses conditions de travail. Un schéma néanmoins peu plausible dans les faits sauf à mettre le feu aux poudres chez les cheminots à moins d'un an de l'élection présidentielle.

L'État se retrouve dans l'embarras. Dans les négociations en cours avec la SNCF sur le contenu des contrats de performances pour les 10 prochaines années (dans lesquels figurera le volume des investissements qu'il prévoit au cours de cette période), l'État doit demander des efforts de productivité à la SNCF. Quel sera le contenu de la demande ? Va-t-il réviser ou à la baisse ses desiderata pour ne pas braquer les syndicats ? Ou bien demander des efforts conséquents au risque de provoquer un conflit social.

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 23/11/2015 à 21:57
Signaler
La concurrence sur le rail ça ne marche pas (ça ne marche nulle part car c'est une usine à gaz). On peut privatiser comme l'eau ou les autoroutes mais on a alors un monopole local et on crée des rentes privées considérables ce qui est pire. La seule ...

à écrit le 23/11/2015 à 15:32
Signaler
sur le temps de travail à la SNCF ; les propos d'une jeune femme embauchée récemment pour tenir une guichet dans une grande gare : tu commences 1/4 d'heure après le début du poste et tu finis 1/4 d'heure avant la fin , tu as un quota de clients à ser...

à écrit le 22/11/2015 à 16:32
Signaler
@ BONSOIR : Quel dommage les syndicats larbins C.F.D.T. et C.F.T.C. n'ont pas réussi à vendre leur propagande pro gouvernemental et patronal aux travailleurs de la S..N.C.F . Ben et pour cause les FRANCAISES et les FRANCAIS ont en ras le bol de f...

le 22/11/2015 à 19:32
Signaler
Les travailleurs de la SNCF C'est un pléonasme !!!!! Il faut rajouter syndicaliste Et là cela devient indécent Belle soirée

le 22/11/2015 à 19:59
Signaler
Le patronat de la SNCF ?? Petit rappel : la SNCF est une entreprise publique, qui appartient à 100% à l'état, donc aux français !!

à écrit le 22/11/2015 à 13:49
Signaler
La première plaie c'est les trolls dans les forums ... Les espoirs du gouvernement consistent à démanteler la SNCF. C'est en cours depuis quelques années déjà !

à écrit le 21/11/2015 à 17:51
Signaler
Les trois plaies de la France : Syndicalisme Islamisme Socialisme Chacun des trois est une forme de Terrorisme Bon WE

le 21/11/2015 à 22:35
Signaler
Quelle honte d'écrire et de penser ca après ce qui c'est passé dans notre pays cette semaine. Comment peut on penser une seule seconde ca surtout quand les personnes qui y pensent sont les premières à profiter des avantages de notre pays obtenues grâ...

le 22/11/2015 à 9:13
Signaler
Ho pardon de vivre dans le présent ! Le syndicalisme du passé a sûrement fait des avancées, mais ça c'est le passé, aujourd'hui il détruit de l'emploi, il est extrémiste... Le socialisme diffuse des idées qui ne sont plus d'actualité et il crée et ma...

le 22/11/2015 à 23:50
Signaler
"Le syndicalisme du passé a sûrement fait des avancées, mais ça c'est le passé, aujourd'hui il détruit de l'emploi, il est extrémiste..." Tiens c'est ce qu'on disait déjà en 1936... Enfin une certaine partie de la population... "Le socialisme diffu...

à écrit le 21/11/2015 à 17:39
Signaler
dernier baroud d'honneur des boomers, lire dinosaures,qui ont toujours pas compris que le monde avait changé. Aux prochaines élections le problème sera réglé, est ce que le sncf sera encore là? sans doute, mais avec quel retard?

à écrit le 21/11/2015 à 17:27
Signaler
Encore 2 ans et le problème de la privatisation va se poser. imbuvable ces fonctionnaires ,qui vivent sur les revenus de la classe laborieuse mais celle du secteur prive,dans tous les sens,surtout du bienfait de l'Etat providence. Merci MM syndical...

à écrit le 21/11/2015 à 11:44
Signaler
Pauvre PEPY, son strabisme divergeant va s'accentuer ! Grand commis de l'Etat Socialiste il est bien à sa place, comme PATRON ? NON, comme bon gestionnaire de la paix sociale cégétiste. Il n'est prévu de concurrence voyageur qu'en 2019, et comme cela...

à écrit le 21/11/2015 à 9:56
Signaler
Ah ! enfin une bonne nouvelle..

à écrit le 20/11/2015 à 21:31
Signaler
Quand Mr Pepy nous parle du cout des structures incompatibles avec la concurrence ; Que penser des grands raouts de l'encadrement de la direction SNCF comme à Tanger pour 3 millions d'euros la plaisanterie. Que penser des salaires des 5 grands dirige...

le 20/11/2015 à 23:33
Signaler
Ce qui me gêne se sont les acquis payer par les autres. La retraite des roulants a 55 ans, si les cheminots se la payait se ne serait pas problématique. Sauf sur ce régime est ultra déficitaires payer par les autres. Quand on me parle de pénibilité, ...

le 21/11/2015 à 11:02
Signaler
Déjà les roulants ne partent plus à 55 ans car il y a beaucoup de décote s'il le font ensuite quelle caisse de retraite n'est pas déficitaire en France et comblé par nos impôts? Aucune alors votre commentaire sur le déficit du régime de retraite de...

le 21/11/2015 à 11:50
Signaler
Réponse à DANIEL: la SNCF a plus de retraités que d'actifs, le déficit des régimes spéciaux de retraite, dont la SNCF, représente quelques 9 milliards d'euros annuels, soit 25% de plus qu'avant la réforme de 2008, payés car adossés à la CNAV du privé...

le 21/11/2015 à 13:17
Signaler
intéressant votre commentaire mais vu d'un seul œil, car on peut également se demander pourquoi les citoyens paient la retraite des cheminots. Disons simplement que la SNCF est un état dans l'état, que les cheminots refusent de participer à l'effort ...

le 21/11/2015 à 16:16
Signaler
Réponse à revanchard. Es ce que c'est la faute des cheminots si il y a plus de retraités que d'actif ? Non ce n'est pas eux qui décident de supprimer des postes donc des cotisations à tout va avec comme seul but plus de rentabilité et au détriment du...

le 22/11/2015 à 11:05
Signaler
Vous voulez laisser croire que le régime retraite des cheminots n'est pas privilégié : mais alors, pour éviter que je pense que si, vous ne verrez pas d'inconvénient à ce que les cheminots intègrent le régime général ??! Non ? Pourquoi la CGT et SU...

à écrit le 20/11/2015 à 20:14
Signaler
Le problème n'est pas la concurrence mais le service dans sa globalité La concurrence se positionnera uniquement sur les lignes rentables Et pour les autres vous proposez quoi ??

le 21/11/2015 à 0:26
Signaler
faux la concurrence ciblera en premier les lignes subventionnées ..

à écrit le 20/11/2015 à 19:52
Signaler
Pas facile d'être un démocrate loyal et patron de la SNCF, où rien ne peut changer, mais où tout doit changer ! Courage !

à écrit le 20/11/2015 à 16:48
Signaler
fait chier le peuple, faudrait en changer. Il a rien compris au machin, se rend pas compte qu'il va devoir être compétitif avec qatar airways, ou avec des lowcosts subventionnés par les régions, ou avec les slovènes, ou le bengladesh... Pff Travai...

le 20/11/2015 à 17:15
Signaler
Vous avez raison, ne changeons rien. Montrons le chemin au reste du monde qui nous envie. Si le monde entier suivait notre exemple, tout irait tellement mieux, mais qu'attend il donc ?

à écrit le 20/11/2015 à 16:27
Signaler
Il faut ouvrir d'urgence à la concurrence. Les cheminots bloqueront les transports ferrés, tant pis, les français bloqués par les grèves jugeront et la CGT reculera. Le gouvernement doit enfin comprendre qu'avec ces pseudo-syndicalistes, il n'y a rie...

le 20/11/2015 à 20:10
Signaler
Si tu aimes les dictatures pas de problème va en Chine, en Russie ou en Corée du Nord Je crois comprendre que l'on est dans une démocratie donc par conséquent on respecte le résultat des votes Attention à ne pas reculer sur des valeurs fondamentale...

le 20/11/2015 à 23:47
Signaler
Soit vous parlez pour parler, sans rien connaître au fonctionnement de la SNCF, où, je le rappelle, il y a 1 cadre pour 8 employés en moyenne, donc une belle brochette d'improductifs au sens matériel du terme. Sortis écoles de commerce, qui ne connai...

le 21/11/2015 à 6:18
Signaler
Ce n'est pas parce que c'est démocratique que tout va bien et qu'il n'y a rien à changer...le mot démocratie est un refuge facile contre le changement, une bonne excuse de politicien pour préserver son fond de commerce. On voit quand même bien les l...

à écrit le 20/11/2015 à 15:44
Signaler
pour saborde il faut etre deux en opposition d'un cote les salaries et de l'autre une direction qui comme dans les faits d'incident ne sais dire je ne savais pas je ne suis pas responsable changer la structure de la representation des salaries n...

à écrit le 20/11/2015 à 15:35
Signaler
Visiblement, le journaliste n'a toujours pas compris que ce "gouvernement" ne veut rien faire, ne peut rien faire et ne fera rien...

à écrit le 20/11/2015 à 14:03
Signaler
POUR FAIRE PLIER CETTE CASTE DE DICTATEUR CHEMINOTS ET L'OUVERTURE TOTALE A LA CONCURRENCE PAR DES NOUVELLES COMPAGNIES FERROVIAIRES PRIVES AINSI COMME AIR FRANCE, SNCM MARSEILLE, ETC SE VERRA A PÉRICLITER ET A DISPARAITRE DU PAYSAGE ÉCONOMIQUE FRANÇ...

le 20/11/2015 à 20:12
Signaler
On fera comme en Angleterre Il n'y a des trains que sur les lignes rentables toutes les autres sont fermées Si c'est ça le modèle bonjour tristesse Tant que vous y êtes on peut exterminer toutes les personnes qui ne vivent pas en milieu urbain

le 20/11/2015 à 20:24
Signaler
Apprend la définition des mots que tu utilise

le 20/11/2015 à 23:18
Signaler
Quel est votre métier pour vous permettre de critiquer ceux des autres sans le connaître!!! Alors si il y a ouverture totale à la concurrence il faut que les nouvelles compagnies paient la dette de l'infrastructure ferroviaire qui plombent les compt...

le 21/11/2015 à 11:50
Signaler
réponse à Mais voyons: C'est vrai qu'en France, ça ne choque personne de poursuivre une activité non rentable...du moment qu'un autre paie l'addition.

à écrit le 20/11/2015 à 13:54
Signaler
La réponse est dans la question... La CGT et Sud veulent sombrer avec le navire Heureusement que la concurence ne les attend pas

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.