"Subventionné ? toi-même" répond Etihad aux compagnies américaines

 |   |  674  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon une étude commandée par Etihad, les trois grandes compagnies américaines ont perçu 71,48 milliards de dollars depuis 2000 en avantages et prestations publics. Une réponse à American, Delta et United qui accusent les compagnies du Golfe de fausser la concurrence en raison des aides directes ou indirectes qu'elles reçoivent de leur Etat-actionnaire.

Alors que les trois grandes compagnies américaines, American, Delta et United, poussent Washington à remettre en cause les accords de ciel ouvert existant entre les Etats-Unis et les Emirats arabes unis et le Qatar, au motif que les subventions qu'accordent ces Etats à leur compagnie (Emirates, Etihad et Qatar Airways) faussent la concurrence, Etihad Airways contre-attaque en publiant les résultats d'une étude commandée au cabinet de conseil international Risk Advisory Group.

Selon celle-ci, les trois Majors américaines ont perçu 71,48 milliards de dollars depuis 2000 en avantages et prestations publics.Soit bien plus que les 42 milliards de subventions qu'auraient reçues les trois compagnies du Golfe depuis 10 ans selon une enquête réalisée conjointement par American, Delta et United.

Le salvateur Chapitre 11

L'étude pointe notamment les avantages du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites qui a permis « aux trois plus grands transporteurs du pays, qui étaient au bord de la faillite, de devenir aujourd'hui des leaders de l'industrie" mondiale du transport aérien », explique la compagnie d'Abu Dhabi qui rappelle qu'en 2014, « les trois plus grandes compagnies américaines ont dégagé un bénéfice net cumulé de 8,97 milliards de dollars, soit 45% des 19,9 milliards de dollars de bénéfices réalisés l'an dernier par l'ensemble du secteur du transport aérien dans le monde ».

Au cours des années 2000 en effet, United Airlines (en 2002), US Airways (deux fois en 2002 et en 2004) Northwest et Delta en 2005 se sont placées sous la protection du chapitre 11. American Airlines a suivi en 2011. Ces restructurations ont toutes débouché sur des fusions (US Airways et America West en 2005, Northwest et Delta en 2008, United et Continental en 2010 et American et US Airways en 2013), qui ont permis aux trois grandes compagnies restantes de pouvoir augmenter leur prix.

Lire ici : le récit de la concentration du ciel américain

Créances contre actions

Le chapitre 11 est plus avantageux que bon nombre de redressements judiciaires en vigueur dans d'autres pays. Plus qu'une étape vers le chapitre 7 (la liquidation), le chapitre 11 permet aux entreprises de réussir leur restructuration à l'abri des créanciers qui acceptent, le plus souvent, de transformer leur créances en actions dans le capital de la nouvelle entité lors de sa sortie de faillite.

Etihad met également le doigt sur les renflouements des fonds de pension des compagnies américaines à hauteur de 29,4 milliards par le Pension Guaranty Corporation mis en place par le gouvernement américain.

«Nous ne mettons pas en cause la légitimité des avantages offerts aux transporteurs américains par le gouvernement américain et les tribunaux de faillite. Nous souhaitons simplement souligner le fait que les transporteurs américains ont bénéficié et continuent de bénéficier d'un régime légal très favorable, tel que la protection contre la faillite et les garanties de pension, l'exemption de certaines taxes et de nombreux autres avantages. Ces avantages généralement disponibles pour les seuls transporteurs américains ont créé un marché fortement faussé», fait valoir Etihad.

Pour autant, s'il est indéniable que la protection du chapitre 11 a constitué un avantage pour les compagnies américaines, ce cadre ne constitue pas un régime d'exception pour le transporteur aérien américain puisqu'il bénéfice à toutes les entreprises de tous les secteurs, font valoir certains observateurs hostiles aux compagnies du Golfe. Ce qui n'est pas le cas, précisent ces derniers, pour les directes ou indirectes perçues par les transporteurs du Golfe de la part de leur Etat-actionnaire.

Coûts de sûreté

Au-delà, du chapitre 11, les compagnies américaines ont également profité, après le 11-Septembre, du financement d'une partie des mesures de sûreté par l'Etat fédéral. Ceci alors qu'en Europe, et plus particulièrement en France, elles sont financées par le passager et les compagnies.

Ces accusations mutuelles tque les aides d'Etat se retrouvent sous toutes leurs formes et qu'elles se heurtent très vite à questions de fiscalité qui relèvent des politiques nationales.

________

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 11:34 :
Au final, ces attaques américaines contre les compagnies du golfe, puis la contre-attaque des compagnies du moyen-orient contre les compagnies américaines ne m'amènent qu'à une conclusion : nos entreprises sont à la fois surtaxés (pas de frais d'aéroport sponsorisés, de carburant à prix réduit,... comme les compagnies du golfe), et se font interdire tout moyen de réagir (pas de chapter 11 comme en bénéficient les compagnies outre atlantique ! Il est temps de réagir, en France et en Europe, pour l'ensemble des entreprises (car les compagnies aériennes ne sont que plus visibles et symboliques que les autres entreprises... mais le problème est Général !)
a écrit le 17/05/2015 à 17:56 :
Oui, les compagnies americaines peuvent nous donner des leçons de "fair competition", absolument. Les charges aeroportuaires et le petrol a Dubai, Doha et Abu Dhabi sont offerts au memes prix a Emirates, Qatar Airways et Etihad Airways qu'a Lufthansa, Air France, Delta Airlines... La difference c'est que le cout est inferieur parce qu'il est moins taxe (politique fiscal de l'etat) et qu'ils representent une part plus importante des couts de ces compagnies que de leurs homologues europeennes et americaines, basees en Europe et aux Etats Unis ou les taxes s'accumulent.
Plus que les questions de couts et d'avantages financiers, les etats du golf sont decides a supporter une vision liberale du transport aerien afin que cela puisse contribuer a leur developpement economique et social (le PSG et ses supporteurs remercient). Ainsi les ministeres des affaires etrangeres et du transport cherchent activement a signer des accords plus ouverts avec leurs homologues etrangers, alors que leurs homologues europeens, surtout, ne font plus depuis longtemps!
a écrit le 16/05/2015 à 18:44 :
Raisonnement simpliste et surtout faux sur PRESQUE tous les points
Réponse de le 17/05/2015 à 12:46 :
Éclairez nous alors ...
Réponse de le 18/05/2015 à 19:31 :
Alors Jean .... On attend ...
a écrit le 16/05/2015 à 1:53 :
les Américains et l'éthique sont deux mots qui si vous les mettez l'un à côté de l'autre ne donne aucun sens
a écrit le 15/05/2015 à 22:26 :
prestations publiques et non publics
a écrit le 15/05/2015 à 22:23 :
prestations publiques et non publics
a écrit le 15/05/2015 à 22:23 :
prestations publiques et non publics
a écrit le 15/05/2015 à 22:23 :
prestations publiques et non publics
a écrit le 15/05/2015 à 22:22 :
prestations publiques et non publics
a écrit le 15/05/2015 à 22:15 :
Vivement la publication de l'étude commandée pour afficher le montant des subventions perçues par Air France ...
Réponse de le 16/05/2015 à 2:39 :
Air France n'interesse pas ni les americains ni les Quataris, car malgre les aides percues depuis des decenies la companie continue d'etre peu competitive et de perdre de l'argent... La faute a des pilotes surpayes, un mauvais service, un comite d'entreprise guargantuestque... Non Les americains et les quataris n'ont pas peur!
a écrit le 15/05/2015 à 21:52 :
Pour avoir été Premier Gold sur United pendant quelques années, je peux le dire, United a tout à perdre face aux compagnies du Golf mais aussi des autres. J'ai longtemps été un fidèle d'United car leur programme de fidélisation était un des meilleurs au monde , hélas, avec leur nouvelles règles tarifaires et le programme Miles as your pay, cela n'a plus aucun intérêt. Il faut débourser des sommes folles pour acquérir un statut qui permet d'avoir quelques avantages. Avantages qui se paient très chers. Pour ceux qui ont déjà voyagé sur United ou autre, la classe éco est une vraie bétaillère, la nourriture indigente et le service très variable.. la business est juste OK et la Global First n'arrive pas aux chevilles des compagnies telle Lufthansa. ( seule compagnie sur laquelle j'ai voyagé en First) Alors oui , pour celui qui peut choisir entre les US et le reste du monde, évitez les compagnies US!
a écrit le 15/05/2015 à 17:43 :
Finalement, il n'y a qu'Air France qui est régulièrement matraquée par la réglementation, les taxes et les syndicats!
a écrit le 15/05/2015 à 16:46 :
Non mais... cocorico à part, qu'ils sont beaux les Boeing 767 vous ne le trouvez pas ? les turbines ah ça impressionne.... Bravo pour la photo, elle est magnifique ! bon week-end!
Réponse de le 15/05/2015 à 19:06 :
B777!
Réponse de le 17/05/2015 à 13:20 :
@ Marco: Pourquoi "cocorico à part" ? si vous vous référez aux Airbus sachez donc qu'ils sont des avions européens, pas exclusivement français. Ah la récup' cette qualité si typique de chez nous... :-))
Réponse de le 18/05/2015 à 11:52 :
les turbines ne sont pas visibles

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :