Tiens, seul 1 jeune sur 2 veut taxer le kérosène !

 |   |  1245  mots
Un employé approvisionne en kérosène un avion Dalian Airlines en Chine.
Un employé approvisionne en kérosène un avion Dalian Airlines en Chine. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
EXCLUSIF. Le sondage réalisé par BVA pour La Tribune indique que 57% des Français interrogés sont favorables à une taxe sur le kérosène des avions. Le résultat de cette consultation intervient alors que, jeudi 6 juin, la France a plaidé, lors du conseil des ministres des Transports de l'Union européenne au Luxembourg, en faveur d'un impôt sur ce type de carburant étendu à l'ensemble des États membres.

La prise de conscience de l'opinion publique quant à la nécessité pour le secteur aérien de prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le réchauffement climatique prend de l'ampleur. Un phénomène illustré par le dernier sondage BVA pour La Tribune, publié ce vendredi 7 juin, qui indique qu'une majorité de Français (57%) sont favorables à la taxation du kérosène des avions sur les lignes nationales (38 % y sont «plutôt favorable», 19% y sont  «très favorable»). Seul un tiers y est opposé (31%), dont moins d'un sur 10 qui y sont « très opposé » (9%), tandis que 12% ne se prononcent pas. Cette tendance recoupe deux facteurs : la préoccupation croissante des citoyens au sujet du réchauffement climatique et les résultats des élections européennes qui ont vu la liste Europe Ecologie-Les Verts (EELV), emmenée par Yannick Jadot, arriver en troisième position.

Dans le détail, et de manière surprenante, les jeunes (moins de 35 ans), bien que globalement plus sensibles aux problématique environnementales, ne sont pas particulièrement enthousiastes à l'idée de taxer le combustible : ils ne sont qu'un sur deux (50%) à se prononcer en faveur d'un impôt sur le kérosène. Ce score s'élève avec l'âge (57% chez les 35-49 ans, 61% chez les 50-64 ans) pour atteindre 62% chez les 65 ans et plus. S'agissant de la sensibilité politique des sondés, l'idée d'un impôt sur le kérosène est accueillie de manière très positive chez les sympathisants EELV (74%) LREM (67%) ainsi que chez les partisans de la France Insoumise (63%). Si les personnes se disant « Gilets jaunes » (65%), proches du RN (60%) ou du Parti socialiste (58%) expriment en majorité leur approbation, il n'en est rien des Républicains, plutôt partagés sur la question : 47% d'entre eux soutiennent l'initiative, 42% y sont opposés, signe probable de leur sensibilité aux arguments économiques avancés par les adversaires de la taxe sur le kérosène.

Ainsi, les compagnies aériennes - pour qui une taxation sur le carburant représenterait des frais supplémentaires - brandissent la menace de milliers d'emplois supprimés. Interrogé mardi 4 juin sur Radio Classique, Georges Daher, délégué général de la Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam) a estimé qu'une telle mesure pourrait entraîner "3.000 à 4.000 suppressions d'emplois supplémentaires sur le marché français". De plus, la perte de l'avantage fiscal des compagnies aériennes sur le kérosène coûterait "près de 350 millions d'euros pour les compagnies françaises".

Vers une taxe à l'échelle européenne ?

Le résultat de ce sondage intervient alors que la veille, jeudi 6 juin, à l'occasion du conseil des ministres des Transports de l'Union européenne au Luxembourg, la France a plaidé en faveur d'une « taxation du transport aérien à l'échelle européenne ». Une proposition soutenue depuis plusieurs mois par quatre autres États (les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la Suède) et dont la Commission européenne pourrait tenir compte dans le cadre de la révision de la directive fiscalité de l'énergie. Déjà, en début de semaine, le gouvernement a acté son souhait de faire davantage contribuer le secteur aérien, responsable de 2% des émissions totale de gaz à effet de serre dans le monde, dans la lutte contre le changement climatique par l'intermédiaire du ministre de la Transition écologique François de Rugy.

"On veut mener la bataille pour appliquer une taxe kérosène sur les vols intra-européens", a insisté, lundi 3 juin, le ministre au micro de RMC. "Aujourd'hui, il y a une convention internationale qui date de 1944, à une époque où on ne parlait pas du climat, où on ne parlait pas de l'effet de serre. Il faut changer cette convention (...), c'est une priorité que nous donnons à la prochaine Commission européenne.En mai, Emmanuel Macron s'était dit favorable à une telle imposition. Il avait déclaré vouloir avancer "sur la taxation commune du kérosène en Europe", tout en plaidant pour "une vraie négociation internationale" sur ce sujet. Mais, en dépit des engagements français, les contours de cette taxe demeurent flous. Quid du niveau de tarification, du système de collecte de la taxe, ou encore de sa mise en place ? Mystère.

Le projet de loi LOM ne règle pas la question

Par ailleurs, sur le plan national, si la ministre des Transports, Élisabeth Borne, a présenté en début de semaine à l'Assemblée le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM), qui vise notamment à inscrire l'objectif d'une neutralité carbone des transports terrestres d'ici à 2050, la taxation du kérosène, à l'échelle de la France cette fois, ne figure pas dans le volet aérien. De son côté, l'OACI (Organisation internationale de l'aviation civile) s'est accordé sur la mise en place d'un mécanisme de compensation des émissions de CO2, baptisé Corsia. Il doit permettre au secteur d'être "carbo-neutre" à partir de 2020, c'est-à-dire que la croissance des émissions de CO2 par rapport au niveau de 2020 devra être compensée via des crédits carbone. Son coût s'élèvera à 40 milliards de dollars selon l'association internationale du transport aérien (IATA).

Une contribution d'environ 30 millions d'euros annuels, financée par les compagnies aériennes et prélevée sur les surplus de recettes de la taxe de solidarité sur les billets d'avion ("taxe Chirac") et destiné à financer les autres modes de transport, a également été entérinée. Des mesures jugées insuffisantes par les ONG environnementales et par l'opinion publique. Résultat, à l'image du mouvement suédois flygskam (« honte de prendre l'avion »), qui invite les citoyens à préférer d'autres moyens de transport moins polluants, les appels au boycott des avions, largement relayés sur les réseaux sociaux, se multiplient. De plus, l'exemption fiscale sur le kérosène en vigueur dans le secteur aérien, alors que le carburant pour voiture y est soumis, est de plus en plus critiquée. Ce qui ne laisse pas les compagnies aériennes insensibles.

Une pétition a même été lancée mi-mai pour imposer l'impôt sur le combustible. "Le secteur de l'aviation est l'une des sources d'émissions de gaz à effet de serre à plus forte croissance", écrivent ses auteurs. "Cette situation fausse la concurrence au détriment des trains fortement taxés", ajoutent-ils en fermant les yeux sur la différence de traitement en faveur du train concernant le financement des coûts de sûreté. Selon les spécialistes du secteur aérien, celle-ci est non seulement beaucoup plus contraignante et plus coûteuse pour l'avion car payée par les passagers aériens dans le cas de l'avion, alors qu'elle est payée par le contribuable dans le cas du train. Si elle obtient un million de signatures, la Commission européenne sera dans l'obligation de se saisir de la question. De quoi accélérer le processus.

___

Méthodologie
Enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet du 05 au 06 juin 2019. Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, professions de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, région et catégorie d'agglomération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2019 à 13:04 :
Après tout il n'y rien de très étonnant là-dedans : les jeunes générations doivent aujourd'hui faire face à la dette écologique (et financière) creusée par les générations précédentes, et notamment celles du baby-boom. Pourquoi n'auraient-elles pas le droit de découvrir le monde, comme les précédentes l'ont fait avant elles ?
Dans cette optique, il serait logique de créer un système de quotas individuels de déplacement en avion non taxés, qui serait plus important pour les jeunes (et pourquoi pas, à calculer en fonction de l'espérance de vie restante) et quasi-nul pour les + de 65 ans. Ces quotas devraient pouvoir être échangés, pour que ceux qui décident de le pas prendre l'avion soient récompensés (t encouragés à le faire).
C'est une question de justice, et comme on l'a vu avec les gilets jaunes, c'est important...
a écrit le 10/06/2019 à 7:32 :
IL y a une chose que je ne comprends pas. Les taxes ne s'appliquent que sur le teritoire francais. Les plus gros consommateurs de kerosen sont les compagnie aeriennes. La seule compagnie aerienne qui se fourni en France est AirFrance. Donc, elle partira se fournir ailleurs et aucunes compagnie aerienne se fournira en France. Sans compter les emplois detruit, Est ce que ce n'est pas une fausse "bonne idee"?
Réponse de le 10/06/2019 à 16:24 :
Toutes les compagnies qui deservent la france ou l'europe se fournissent en france ou en europe. Un avion ne va pas faire le plein en suisse ou ailleurs, redeocioller pour aller charger des passager a paris ou berlin, ça couterait trop cher en carburant (monter et redescendre) et en occupation de l'avion
a écrit le 08/06/2019 à 18:42 :
Il y a déjà beaucoup de taxes payées sur un billet d’avion : 30 à 40 %. C’est comparable au kw/heure électrique ou au litre de gasoil .... Alors en rajouter n’est pas de première urgence d’autant que cela sert à toute autre chose qu’à œuvrer pour l’ecologie.....
Réponse de le 11/06/2019 à 14:56 :
Taxer les déplacements en avion à hauteur de 30% à 40 % (si c'est vraiment le cas, à vérifier) est loin d'être suffisant au regard de l'empreinte carbone de ces déplacements, d'autant que cet impact est essentiellement généré par les 10% de la population les plus riches (rappelons qu'environ 30% de la population française ne prend jamais l'avion et ce chiffre est d'environ 90 % au niveau mondial). Il serait logique d'allouer à chacun un quota, et que ceux qui veulent dépasser leur quota dédommagent les autres...
a écrit le 08/06/2019 à 14:32 :
Une taxe à 30% auxquelle on peut coller de la TVA plus de la CSG plus du CRDS plus des droits de mutation plus de la redevance TV plus de la TIPP...
a écrit le 08/06/2019 à 12:42 :
Quand le carburant est trop cher, on va faire le plein ailleurs. C’est tout à fait possible sur un avion. Donc les avions iront faire le plein en escale, où cela sera moins cher. Mais étant plus lourd, leur consommation sera supérieure et donc....ils pollueront plus ! CQFD ! Mais ces considérations techniques échappent totalement à nos politiciens incompétents.
Réponse de le 08/06/2019 à 15:48 :
On parle d'une taxation à l'échelle européenne autrement dit les accords internationaux sur la non-taxation du carburant seraient obsolètes, rien n'empêche l'UE de taxer la consommation de carburant pour les vols partant de l'espace communautaires, plutôt que de taxer l'achat.
a écrit le 08/06/2019 à 11:36 :
Tout ceci pourrait etre évité si l'avion a hydrogène se développe.Mais alors un problème plus important se poserait:lorsque l'hydrogène remplacera le pétrole,l'état ne percevra plus de taxes hydrocarbures.Un manque a gagner qui devra etre compensé probablement par une hausse de la CSG ou de la TVA.
Réponse de le 08/06/2019 à 20:58 :
Faites confiance à l'état français pour inventer une taxe hydrogène sous on ne sait quel prétexte environnemental.
Réponse de le 08/06/2019 à 21:54 :
Un avion à hydrogène serait trois fois plus volumineux qu'un avion classique du fait du volume de l'hydrogène à énergie équivalente a du kérosène et donc consommerait beaucoup plus d'energie.( traînée aérodynamique plus importante)
Mais ce n'est pas tout. Comme l'hydrogène n'existe pas à l'état naturel, il faut le fabriquer en dépensant plus d'électricité en énergie que l'on en récupère en brûlant l'hydrogène. Donc a par en France ou l'électricité est majoritairement nucléaire, faire voler des avions a l'hydrogène serait une catastrophe écologique. Il en est d'ailleurs de même des voitures à hydrogène et dans une moindre mesure des voitures électriques.
Conclusion: Tant que l'électricité sera fabriquée à partir des énergies fossiles, ( et c'est pas tout de suite qu'il en sera autrement) bruler de l'hydrogène est moins bon pour la planète que de brûler du Kérosène.
Réponse de le 09/06/2019 à 10:01 :
J’espère que vous serez le cobaye pour les essais. ;o))
a écrit le 08/06/2019 à 10:06 :
La vérité c'est qu'un riche pollue bien plus qu'un pauvre, parce qu'il consomme plus, parce qu'il a un logement plus grand à chauffer, parceque le taux de renouvellement de son équipement est plus élevé et parceque quand le riche part en vacances, il fait plusieurs milliers de km aller-retour d'un coup. Alors je ne dis pas ça pour stigmatiser les riches mais on ne peut pas demander aux pauvres de jeter leur diesel à la casse pour acheter une voiture électrique qu'ils ne peuvent même pas acheter. On ne peut pas demander à un pauvre vivant en zone rurale de changer ses habitudes , d'être ecolo-responsable et de faire du co-voiturage pour aller chercher un médicament à la pharmacie à 3km . Un riche n'aura pas de problème pour acheter une voiture électrique pour se donner bonne conscience , il bénéficiera d'une prime pour l'acheter, il reviendra son ancienne voiture à quelqu'un qui n'a pas les moyens d'acheter une voiture électrique et il va faire 16 000 km en 1 semaine pour visiter le Japon. Alors pour préserver la planète, il faut que toutes les classes sociales fassent des efforts, un Paris_Lyon peut se faire en car , et on n'est pas non plus obligé de traverser la planète pour partir en vacances.
a écrit le 08/06/2019 à 9:18 :
Bonjour,

La société , nous , vous devons arrêter d’être hypocrites .
Taxe , taxe et encore taxe... comme- ci ceci va résoudre le «  problème de fond » pour la forme toutes les politiques sont «  ok »ceci fait «  smart, moderne... »

Pourquoi ne pas «  transformer le kérosène en un gaz moins nocif moins polluant au lieu de taxer les consommateurs qui sont de «  toute manière les victimes d’un système aveugle , sourd , inconscient qui date bien d’avant les guerres mondiales »

La prise de conscience collective devrait transformer le kérosène en une énergie verte , conçues par tous les ingénieurs internationaux pour un demain «  plus humain » et «  sain »

Donc , non c’est aux gouvernements et aux compagnies d’aviation de financer l’élaboration du kérosène et les consommateurs n’ont rien à payer à part leur billet d’avion.
Les consommateurs n’ont pas à se sentir « coupables
«  la bêtise des gens qui dirigent ce monde depuis plus de 100 ans...

Cordialement
a écrit le 08/06/2019 à 9:02 :
la seul taxe qui raporterais c estUN bon impot sur la fortune, mais cela macron est contre: ???
Réponse de le 08/06/2019 à 9:42 :
Non, l'ISF a probablement eu un rendement négatif par l'impact désastreux qu'il a eu sur les comportements actionnariaux et le coût de son contrôle, forcément contentieux (même Macron ministre de l'économie s'y est fait avoir pour la villa du Touquet à l'évaluation controversée). Le supprimer est un acte de bonne gestion, il aurait fallu aller jusqu'au bout de la logique et liquider aussi l'IFI. Le patrimoine est déjà bien trop lourdement en France (sur son rendement, à son acquisition, sur les successions, sur les mutations) au regard de toutes les comparaisons internationales. Si on tient VRAIMENT à faire un impôt sur le patrimoine, que ce soit un impôt à taux plat très faible, au premier euro, et qui remplace aussi TOUS les impôts sur le patrimoine y compris taxe foncière et droits de succession.
a écrit le 08/06/2019 à 8:47 :
n importe quoi ce sondage moins de pollution: j albite sur un couloir aerien ou les trainee de kerosene raye tous le ciel bleu le matin::,/// JE NE CROIE PAS UNE STATIQUE A MOINS DE L AVOIR MOIS MEME FALSIFIEE / CHURCHIL///???
a écrit le 08/06/2019 à 8:18 :
Encore une fois LA FRANCE CHAMPION DU MONDE des TAXES. Une véritable TAXIMANIE ces Français !!! alors que la FRANCE est la Nation qui pollue le plus la Méditerranée avec SES plastiques !!!
Réponse de le 08/06/2019 à 9:43 :
C'est effectivement la maladie probablement mortelle de l'économie de notre pays.
a écrit le 08/06/2019 à 7:35 :
L’écologie nous permettra d’accepter la baisse de notre niveau de vie en Europe.
a écrit le 08/06/2019 à 0:49 :
Nous sentons ces derniers temps une agitation des lobbys de l'aeriens défendant corps et âmes les bienfaits de prendre l'avion.
Nous l'avons compris il y a un vrai enjeu pour les compagnies aériennes.
Nous avons un formidable réseau ferré qui ne demande qu'a être bien utilisé et développé.
Quand aux subventions,j'ai vu dans d'autre s articles que l'avion n'en bénéficie pas,ce dont je doute en voyant toutes ces compagnies lowcost.
a écrit le 08/06/2019 à 0:39 :
Tout ce qui consomme des énergies fossiles pollue.
La logique voudrait donc qu'on bannisse l'utilisation de ces ressources.
Comme c'est évidemment impossible, que trop d'intérêts sont en jeu rien n'ira de ce sens jusqu'à l'épuisement de ces ressources.
Pour en sortir rapidement je recommande une consommation accélérée de ces ressources. Le problème sera réglé plus rapidement et nous pourrons passer à autre chose de plus écologique. De toutes façons, les dégâts sur la planète sont inexorables. Mourir rapidement ou à petit feu "That is the Question".
Réponse de le 08/06/2019 à 8:59 :
facile comme solution mais il en reste une autre et de taille comment compenser pour les populations, plusieurs centaines de millions, des pays producteurs le manque à gagner. Le climat pousse des populations à immigrer le non fossile imposé souvent par les pays dits riches car dans ces pays nombre de personnes sont pauvres, que feront nous pour éviter l'immigration fossile. Ce sujet devrait déjà être dans les esprits des politiques y compris les Verts qui ne semblent pas être préoccupés par ce sujet ils ont beaucoup d'idées mai de riches.
a écrit le 07/06/2019 à 22:55 :
j'adores ces solutions politiques, taxe et compensation carbone j'achète de la pollution à celui n'en crée pas mais est il aussi propre qu'il veut le faire croire??? jamais d'idée innovante en matière technologique. nous sommes dans la cordée (mot cher à notre Président et LREM) mais dans cette cordée celui qui paie le "con" du bout de la cordée le péquin lambda. Pour ce qui est de pays qui soutiennent il faudrait me donner le nom de leur compagnie aérienne nationale en dehors d'une petite suédoise. Bien sur la France est en première ligne et pour cause le mot taxe est le mot favori de nos politiciens de plus notre déficit enfle et Bercy a toujours besoin d'argent frais même si ce dernier ne sera jamais attribué à la cause pour laquelle elle a été crée. il n' y a plus plus menteur que le politique français en matière fiscale.
a écrit le 07/06/2019 à 22:13 :
" Une proposition soutenue depuis plusieurs mois par quatre autres États (les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la Suède" et comme toujours l'Allemagne s'oppose!
a écrit le 07/06/2019 à 21:21 :
Les classes moyennes seront les seules pénalisées,
les autres se moquent de vol pus cher.
Réponse de le 08/06/2019 à 9:49 :
Il y a une autre solution : les compagnies peuvent compenser la taxe en se délocalisant de manière à pouvoir ne recruter des salariés que dans des pays à bas salaires, acheter des avions pilotables avec un seul pilote sans copilote... voire à terme entièrement autonomes...
Réponse de le 08/06/2019 à 19:48 :
Impossible pour l'instant de réduire le nombre de pilotes. Il faudra attendre quelques décennies.
Par contre, qui que vous soyez, un Indien peut faire votre métier pour le quart de votre salaire. Le souhaitez-vous?
a écrit le 07/06/2019 à 20:24 :
Sachant que les data centers produisent plus de pollution que le secteur aérien, je propose une pétition pour instaurer une taxe sur les smartphones, de l'ordre de 25% !
Moi, je n'ai pas un smartphone ultra performant, mais un simple téléphone de base, alors moi aussi, je suis pour taxer les autres ...!

Au fait, un avion comme l'A350, sauf erreur de ma part, consomme environ 2.5l/siège/100km ... Par comparaison, quand va-t-on interdire la circulation des automobiles qui ont moins de 3 personnes à bord, puisque 7.5l/100km est une consommation courante en conditions réelles ?
Et, les passagers aeriens payant plus de 100% de taxes par rapport au prix du billet HT pour payer les infrastructures, la sécurité aéroport, etc ... et si on faisait une pétition pour exiger que les frais de construction et d'entretien des voiries (hors autoroutes) soient couverts par une taxe supplémentaire sur l'automobile ?????
.
Réponse de le 07/06/2019 à 23:57 :
Les 2.5 l/100 km/passager ne tiennent que pour les long courriers.

Pour un vol national, l'avion passe le tiers de son trajet à décoller et à grimper pour atteindre son altitude de croisière, ce qui gréve d'autant son bilan carbone.

Pour autant le débat est largement faussé et souvent passablement idiot. Il ne viendrait à personne l'idée de prendre son véhicule pour aller voir un client sur un autre continent, ni de faire décoller un avion long courrier pour faire 30 km.
Chaque transport a ses usages. La question est de savoir si l'on doit appliquer au kérosène la même pénalité fiscale que le diesel ou l'essence pour des raisons de justice et de financement de la transition écologique.
Réponse de le 08/06/2019 à 6:46 :
Bruler 40 ou 50 litres de carburant par mois pour les deplacements necessaires de la vie de tous les jours, on en a besoin.
Paris Guadeloupe 6754 km
2.5*67.54*2 (aller et retour) soit 337.7 litres pour aller passer une semaine dans les iles, s'il y a reellement urgence climatique on devrait arriver a s'en passer. Le cantal et le jura c'est tres bien aussi
Réponse de le 08/06/2019 à 9:30 :
2.5 litres aux 100 ça nous fait un aller retour paris antilles dans les 380 litres/personne.
On peut plus facilement se passer d'un aller retour aux antilles que de se deplacer tous les jours pendant plus de 6 mois. Il y a un choix de consommation a faire
Réponse de le 11/06/2019 à 9:43 :
Idée absurde car certains data-centers fonctionnent à 100% avec des énergies renouvelables. Ce sont les entreprises qui utilisent des data centers polluants qu'il faut taxer et non les utilisateurs de smartphone.
Pour les vols de moins de 800 km , on est à 7 ou 8 litres au 100 par passager donc largement plus qu'une automobile ou que le train.
a écrit le 07/06/2019 à 20:05 :
Une taxe au niveau européen ? Ouf ! heureusement qu'il y a le Brexit qui me permettrait de transiter par Londres au lieu de Paris CDG !!!
A moins que je ne me rabatte sur Zurich, voire ...Dubaï !!!
Fini ADP, fini AirFrance: il va falloir que le gouvernement privatise tout ça et essaie de Taxer Emirates et IAG !!! ah ah ah !!!
Au fait, qui sont les lobbyistes qui cherchent ainsi à couler AirFrance-klm, voire LuftHansa aussi ? ce sont les britanniques ou les émiratis ???
Réponse de le 07/06/2019 à 22:15 :
Pour aller à Bordeaux vous irez prendre votre avion à Londres ou mème à Dubai????
a écrit le 07/06/2019 à 20:05 :
et le concombre emballé car c'est un truc écologiquement anormal.
D'ailleurs, j'appelle tous les possédés à défiler contre la salade en sachet Place de la république à 18h demain.
Maintenant, une taxe univeselle à 75% sur le tabac, le kérosène, le KwH, les vacances d'été, les congés payés, les arrêts maladies, les chiens, les chats, les maris, les femmes, les enfants, les professeurs, les politiques, les voitures, les trains, les usines, les bureaux occupés ou pas, les parcs de jeux, les piscines, les stades de football, les vêtements, les parfums, les chaises, les tables, les canapés, les stylos, les ordinateurs, les livres, les cahiers, les luminaires, les TV, les frigos, les micro-ondes....
a écrit le 07/06/2019 à 20:03 :
Les plus jeunes vivent dans un temps et une époque où les frontières européennes n'existent pas et sont symboliques pour les autres destinations.
D'autre part le coût des transports aériens a baissé de façon spectaculaire avec les produits low-cost, ce qui rend parfois plus accessible un A/R pour Athènes, qu'un aller simple pour Bézier.

Pour terminer, se déplacer à l'étranger est pour la plupart des étudiants une obligation pour les stages.

Bref, ils n'ont pas les mêmes repères que les anciens pour qui aller à l'étranger était couteux, administrativement complexe et donc réservé, soit aux professionnels dont les coûts sont pris en charges par les entreprises, soit aux riches.

Il semble donc normal que les jeunes soient moins enclins à demander une taxe sur ce qui leur semble une liberté fondamentale.
a écrit le 07/06/2019 à 19:57 :
haha
ils veulent taxer le kerosene, mais aiment bien ryan air
he ben leur ticket vers ny a 9.99 il aura une majoration de 299.99 de taxe sur le kerosene, et on sait deja qui va hurler sur la taxe des pauvres qui n'en n'ont pas les moyens eux d'aller a ny ( ou ailleurs)
a écrit le 07/06/2019 à 19:49 :
Ces taxes écologiques, décriées aujourd'hui,nous sauveront la vie demain.
a écrit le 07/06/2019 à 19:31 :
A part tout taxer pour résoudre soi-disant le moindre problème, quelle solution intelligente nos élites/politiques/énarques/écolos peuvent-ils trouver ?
Réponse de le 07/06/2019 à 19:56 :
Les humains ne comprennent que les taxes ou l'interdiction. Les milliers de déchets que l'on trouve dans les champs, jeté par les fenêtres de bagnoles, le prouvent.
a écrit le 07/06/2019 à 19:08 :
Et le fuel lourd des supertankers et des HLM flottants? Et le diesel détaxé des camions ? et les camions étrangers qui bousillent nos routes sans rien payer?
a écrit le 07/06/2019 à 18:56 :
On peut rapporter le problème autrement, un A380 pèse 520 tonnes, comment voulez vous ne pas dépenser des tonnes de carburant (6 tonnes à l'heure sachant qu'un kilo de kérozène vaut 1.25 litre, merci internet !) en faisant voler ce fer à repasser ? Pour quelques centaines de personnes seulement...

Prenons un bateau cargo lui il pèse 10000 tonnes, si si, avec un moteur de 90000 cv et une consommation de 12 tonnes de fuel à l'heure. Forcément même si une part de la gravité est allégée par l'eau on reste dans le gigantesque de de petites hélices au rendement faible ne peuvent faire bouger avec facilité. Si d'ailleurs c'était le cas, si on avait une réelle homogénéité dans la puissance les éoliennes marée motrices fourniraient autant que des centrales nucléaires.

Deux aberrations ultra polluantes mais deux aberrations dont ne peuvent pas se passer les classes dirigeantes, l'une pour les voyages d'affaires et l'autre pour le transport de marchandises venues des pays à bas couts salariaux donc de très loin tant qu'à faire, donc deux aberrations hallucinantes impossibles à bouger en oligarchie.
Réponse de le 07/06/2019 à 19:39 :
+1
les lapins sont full d'accord avec le citoyen raleur.
Réponse de le 07/06/2019 à 20:08 :
veuillez excuser mais la majeure partie des voyageurs utilisant l'avion sont des touristes qui sont dans la partie eco des avions. Pour eux le prix du billet est plus qu'important. Et en pénalisant les vols avions vous pénalisez d'abord l'industrie touristique de notre pays par exemple , pas les voyageurs d'affaires.
Réponse de le 08/06/2019 à 10:16 :
"veuillez excuser mais la majeure partie des voyageurs utilisant l'avion sont des touristes qui sont dans la partie eco des avions"

Une infime minorité qui n'a pas à dicter sa Loi à la majorité en plus pour polluer.

IL existe aussi une infime partie de gens qui sont des psychopathes, devons nous leur offrir des victimes pour les satisfaire ?

Votre argumentation est au raz des pâquerettes.
Réponse de le 08/06/2019 à 10:18 :
à Lapin:

Blasé me va très bien, râleur je ne vois pas en quoi être lucide serait lié à un quelconque ressentiment.

Puis en plus vu le nombre de réflexions que j'ai sur ce pseudo les gars ça va pas me motiver à en changer hein... :-)
a écrit le 07/06/2019 à 18:33 :
soigner les électeurs, vous demandez une taxe : ok , c'est écolo dans le vent actuel, on va vous en faire une, mais ridicule, là est bien la marque de ce gouvernement de droite utralibéral. Ne craignez rien, passagers cela sera insensible, car comme ce gouvernement et les lobbys qu'il représente / chômage ou écologie il faut choisir, alors polluons pour la croissance.
Réponse de le 07/06/2019 à 19:11 :
"gouvernement de droite ultralibéral." Moi je le considère comme ultradirigiste et quasi communiste.
a écrit le 07/06/2019 à 18:06 :
Le grain de riz français (1% de la population) va une nouvelle fois donner l'exemple d'une taxe pour en réalité ne financer que ses déficits. La Fonctionarchie dans toute sa splendeur.
Réponse de le 07/06/2019 à 18:20 :
euh, c'st une petition europeene et si on regarde, les teutons, bataves et belges signent largement plus que les français
Réponse de le 07/06/2019 à 18:25 :
Et en parlant de grain de riz, la legende de la photo d'illustration

Un employé approvisionne en kérosène un avion Dalian Airlines en Chine. (Crédits : Reuters)

Vient justement nous rappeler que les vols au depart de paris ou berlin iront faire le plein a beijing avant. Ah ah ah (humour lapin)
Réponse de le 07/06/2019 à 20:15 :
Faire le plein à Bejin, probablement pas... mais en Suisse, à Marrakech ou ... à Londres, probablement !
De plus, les créneaux horaires de Londres appartenant à British Airways pour la plupart, pour moi, ce sera un Lyon-Londres (qui aura fait le plein à Londres), puis correspondance long courrier, du coup, avec British au lieu d'AirFrance !
Je ne sais pas si ce détour fera baisser la pollution, mais ma facture, oui !!
Là où ça fera baisser la pollution, c'est tout ce personnel AirFrance et ADP qui, au lieu de polluer pour se rendre au travail en voiture, ira pointer chez pôle emploi : ils auront le temps d'y aller en vélo !!!
a écrit le 07/06/2019 à 18:02 :
Je parie que dans un mois ils ont le million sur la petition. Mais c'est quand même triste que comme en france il faille passer par des petitions pour obliger l'executif a simplement regarder.
a écrit le 07/06/2019 à 17:58 :
donc si je lis bien, il y a au moins 57% des francais qui ne prennent jamais l'avion ou presque........
le francais est pour les impots, car ca reduit les inegalites capitalistes, donc il faut augmenter les impots des autres, car les impots que je paye sont injustes, vu que je les paye
a écrit le 07/06/2019 à 17:52 :
C'est surtout que cela ne concerne pas une majorité de Français.
a écrit le 07/06/2019 à 17:48 :
Le problème c'est que la taxe ne sera pas mise en service mais répercuté virtuellement sur les billets!
a écrit le 07/06/2019 à 17:39 :
Une mesure de plus qui sera unilatérale et fera rire nos voisins européens qui ne se rallieront jamais à ce projet. Quid des 94 navires les plus polluants qui longent nos cotes fréquentent nos ports et polluent autant que les 260 millions de véhicules thermiques de toute l'Europe.
a écrit le 07/06/2019 à 17:37 :
Ce n'est pas une surprise que les français soient en fveur d'une taxe sur le kérosène, surtout qu'en majorité cela ne concerne pas leur porte-monnaie. Mais l'important est de savoir comment dirigeants des autres pays européens considèrent la question, car sans leur accord unanime une hausse ouvrirait la porte à une concurrence déloyale au niveau de l'Europe.
Y aurait-il des possibilités d'optimisation, par exemple en passant par l'Angleterre, ou les pays du Magreb??
Réponse de le 07/06/2019 à 18:17 :
Vous auriez été un peu curieux vous auriez cliqué sur le lien de la petition, sign puis afficher tous les pays vous auriez vu que les germains, les belgesunefois et les paysbatteux sont largement plus signataires que les français
Réponse de le 07/06/2019 à 19:13 :
"Y aurait-il des possibilités d'optimisation, par exemple en passant par l'Angleterre, ou les pays du Magreb?? " Sans aucun doute, et aussi par la Suisse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :