"Honte de prendre l'avion", les compagnies aériennes s'inquiètent et se mobilisent (IATA)

 |   |  650  mots
Alexandre de Juniac, directeur général de l'association internationale du transport aérien (IATA)
Alexandre de Juniac, directeur général de l'association internationale du transport aérien (IATA) (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Alexandre de Juniac, le directeur général de l'association internationale du transport aérien (IATA), ne cache pas son inquiétude face à ce mouvement né en Suède qui prend de l'ampleur chez les jeunes générations. Il déplore la méconnaissance des mesures et engagements "énormes" prises par les compagnies, et annonce le lancement d'une campagne de communication pour les expliquer en dehors des cercles de l'aviation.

Lancé en Suède sur un compte Instagram anonyme, le mouvement "Flygskam" ou en français "honte de prendre l'avion" inquiète les compagnies aériennes.

« C'est une grande menace. Le secteur du transport aérien est confronté à un risque de réputation. C'est une première », a déclaré le 10 mai à Paris le directeur général de IATA, Alexandre de Juniac, devant les membres de l'Usaire, une association d'entreprises américaines et européennes de l'aéronautique, de la défense et de l'espace.

L'ancien PDG d'Air France-KLM a notamment manifesté sa crainte sur la pénétration de ce mouvement chez les jeunes générations, sensibles au discours de l'adolescente suédoise Grunta Thumberg, instigatrice de la "grève de l'école pour le climat".

« Il est parti de Suède et il va se propager », a-t-il ajouté.

Combattre les "fake news"

Selon lui, ce mouvement repose sur des "fake news et des incompréhensions" au sujet du transport aérien "qu'il faut combattre". Parmi elles, Alexandre de Juniac a notamment cité celle qui assure que ce secteur est réservé aux riches ("c'était vrai, ça ne l'est plus"), et donc facilement taxable, et celle affirmant que le transport aérien est un gros contributeur d'émissions de CO2 (alors qu'il représente autour de 2,5% des émissions mondiales), sans rien faire pour les réduire.

« Le transport aérien s'est engagé à neutraliser ses émissions à partir de 2020, puis de les réduire par deux d'ici à 2050 par rapport à son niveau de 2005. Avec la croissance du trafic, cette ambition est énorme », a-t-il rappelé, en précisant une nouvelle fois que le secteur est le seul à s'être engagé à réduire volontairement les émissions.

40 milliards de dollars de compensations d'ici à 2025

Pour neutraliser leurs émissions au niveau de 2020, les compagnies vont donc payer pour compenser la croissance des émissions par rapport à 2020. Cela, au moins jusqu'en 2035, en espérant que de nouvelles technologies, de nouveaux procédés émergeront d'ici-là pour envisager, à partir de cette date, une baisse des émissions de leur activité. Les compagnies aériennes vont donc acheter des crédits carbone auprès d'autres secteurs économiques pour financer des programmes de compensation d'émissions de CO2, en participant notamment à des projets de reforestation.

Baptisé Corsia, ce système de compensation d'émissions va entrer en vigueur en 2020. Il a été décidé en 2016 par l'organisation internationale de l'aviation civile (l'OACI), regroupant 192 pays, qui régit le transport aérien mondial. Le coût de cette compensation devrait s'élever à 40 milliards de dollars entre 2020 et 2035 selon l'IATA.

Pour les compagnies européennes, Corsia va se superposer au système d'échange de permis d'émissions mis en place par Bruxelles en 2012. Si celui-ci a été suspendu sur les vols internationaux en raison de son incompatibilité avec les règles de l'OACI, il est resté en place sur les vols intra-européens.

Lire aussi : Avion électrique, biocarburants, Corsia : le pari fou de l'aviation verte commence

Davantage de communication

Déplorant une méconnaissance totale des mesures et des engagements du transport aérien sur les questions environnementales, Alexandre de Juniac a annoncé le lancement par IATA d'une grosse campagne de communication.

« En dehors des cercles de l'aviation, personne n'est au courant de tout que nous faisons. Personne ! Peut-être n'avons-nous pas assez communiqué », a regretté Alexandre de Juniac.

Ce dernier a ainsi annoncé le lancement prochain d'une campagne de communication pour expliquer les mesures que prennent les compagnies, et pousse les quelque 300 membres de IATA, à communiquer eux aussi.

À défaut, cette méconnaissance des actions des compagnies fait le lit de ceux qui prônent des mesures "stupides comme la taxation du kérosène". Alexandre de Juniac en a profité pour lancer un appel aux États pour qu'ils poussent au développement des biocarburants, "un élément clé" pour réduire les émissions de CO2 du transport aérien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2019 à 23:40 :
Une information importante ce jour, comme quoi la campagne suédoise "honte de prendre l'avion" commence à produire des effets. SAS (compagnie aérienne scandinave) et Airbus annoncent une coopération dans le développement d'avions hybrides et électriques.
a écrit le 21/05/2019 à 17:41 :
Décidément, le troupeau humain est bien aveugle et continue de se laisser conduire au mur
Je ne vous parle pas de Monsieur Hushuaya. Je vous dis juste que ça va faire très mal à tout le monde à moyen terme, quel que soit le pays ou on habite. Après, on peut continuer à s'en foutre et attendre la douloureuse. Elle fera en ce cas encore beaucoup plus mal. Si on doit trouver des états "responsables", il faut plutôt aller chercher du coté de ceux qui ont ammené le capitalisme et l'industrie, et qui ont tout façonné pour leurs intérêts. ous ces intérêts, dans pas très longtemps, on va comprendre combien c'est dérisoire. On va aussi comprendre qu'en quelques décennies, on a tout cassé. Mais allons y gaiement...amen
Réponse de le 22/05/2019 à 16:39 :
Pourquoi à moyen terme ? Les Maldives sont deja en submersion et les delta don celui du Rhone commencent deja a regresser.L'ete 2018 a vu 30 commune du Jura etre ravitaillées par camion citerne, attendons deux-trios étés identique et elle seront désertées, nous aurons nos réfugiés climatiques maison. Sur le reste vous avez raison, tout le monde s'en fout.
a écrit le 21/05/2019 à 16:44 :
M. de Juniac "oublie" les 2 à 3 % d'impact climatique supplémentaires dus à la formation de nuages (cirrus homogenitus) sur les traînées de condensation (contrails). Il faudrait au moins citer les chiffres précis d'impact climatique pour espérer être crédible ! Quant à "espérer" quelque chose, beaucoup d'espoirs ont finalement débouché sur des guerres ; par ailleurs cette "espérance" ne peut réellement être retenue au niveau d'un discours scientifique, il ne s'agit que d'une vague opinion.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Impact_climatique_du_transport_a%C3%A9rien
a écrit le 21/05/2019 à 15:38 :
Très compliqué de trouver une solution sans véritable révolution du fonctionnement de nos sociétés (fonctionnement qui ne remonte qu'a 50 ans tout au plus (peu de chose par rapport à l'histoire humaine ou bien à la vie). Une véritable addiction s'est installée depuis l'apparition de notre société thermo industrielle dépendante des énergies fossiles. Les grands noms de l'automobile, du pétrole et du pneu ont tout fait pour tuer les transports en commun et faire emmerger le transport individuel avec sa cohorte de pavillons de banlieue qui ont rendu totalement dépendants les personnes qui s'y installent (pourquoi toutes les pubs de voitures nous montre des villes vides ou l'on roule sans bouchon?). Il est intéressant de visionner "comment l'homme a mangé la terre" qui explique très bien ce processus. Le mode de vie des nobles a été copié par les bourgeois puis par toutes les classes moyennes des sociétés occidentales et les classes moyennes des sociétés occidentales par celles des pays emmergents. Tous les compteurs virent petit a petit au rouge: 6ème extinction de masse animale et végétale dû principalement aux activités humaines, record de CO2 dans l'atmosphere jamais vu depuis 3 millions d'années (l'homme moderne n'a que 40 000 ans), acidification des océans (dont dépend une majorité de la population mondiale), baisse de la fertilité des sols cultivés, pollution au plastique sur l'ensemble du globe, montagne grandissante de déchets, démographie humaine, artificialisation des sols (l'équivalent d'1 département/10 ans est bétonné en France)... La taxe carbone est une des solutions, mais il faut idéalement qu'elle soit mondiale et que tout ce qu'elle rapporte soit redistribué en totalité vers les familles les plus impactées et investir dans la décarbonisation de nos sociétés. Dans le cas de l'avion il faut évidemment favoriser le train et une électricité qui ne fonctionne pas au charbon, réduire le tout voiture (on va aujourd'hui a l'inverse: toujours moins de personne par voiture pour des voitures toujours plus lourdes qui ne consomment pas beaucoup moins qu'il y a 20 ans, sauf sur le papier), réduire drastiquement l'emprise des fertilisants de synthèse et des pesticides/herbicides, favoriser l'humus des sols...sinon les prédictions les plus sombres du club de Rome deviendront réalite et tous les progrès sociétaux n'auront été qu'un feu de paille
a écrit le 21/05/2019 à 14:53 :
Personnellement, je n'ai pas honte de prendre l'avion ni ma voiture automatique roulant au SP 98, d'ailleurs. Ce mouvement de décroissance commence à devenir franchement pénible!
Réponse de le 21/05/2019 à 16:24 :
tout comme cette accumulation de CO2 dans l'atmosphère (405,5 parties par millions), « La dernière fois que la Terre a connu une concentration comparable de CO2, c’était il y a 3 à 5 millions d’années, alors que la température était de 2 à 3°C plus chaude et que le niveau de la mer était de 10 à 20 mètres plus haut qu’aujourd’hui (source: Organisation Meteorologique Mondiale)
Réponse de le 21/05/2019 à 17:28 :
@Mariah

Quand c'est un sujet sur les impôts et la dette, certains évoquent ici, aussitôt ,les enfants et les générations futures qui vont souffrir , par contre, sur la pollution tout le monde s'en tape des gosses.
a écrit le 21/05/2019 à 13:48 :
Après la taxation des GAFA la taxation du kerozène est le nouveau gadget à la mode qui est sensé résoudre tous les problèmes (et n'en résoudra aucun en réalité). Si c'est une décision franco française il y a gros à parier qu'aucun avion assurant une liaison internationale ne ravitaillera plus en France (après tout un Paris-New York peut passer par Heathrow, Dublin ou Shiphol pour ravitailler. Et les vols intérieurs peuvent faire une escale hors de France.
Réponse de le 21/05/2019 à 17:39 :
C'est bien pour ça que le monde à besoin d'une dictature mondiale, elle arrive, soyez en sur, la liberté des huns finit toujours par empecher les autres de respirer dans un monde fini ! (à tous les sens du terme... terme !)
a écrit le 21/05/2019 à 13:11 :
Les TAXES carbur 60 Milliards d'eur ne vont qu'au budget général gaspill de l'Etat,
Les routes et ponts vétustes, ne bénéficient de rien.
Une TAXE kérosène qui ne pénalisera QUE les classes moyennes, pas Mr Hulot entres autres.
a écrit le 21/05/2019 à 9:37 :
Cn2H2n+2. Alcanes et hydrocarbures. Il n'est pas conseille d'en boire, ni d'en respirer les gazs brules. Les avions ne polluent pas, c'est un mythe.
a écrit le 21/05/2019 à 9:05 :
Et vous qui voulez laisser une planète propre pour vos enfants, n'avez vous pas honte de prendre l'avion? sachant que les voitures sont taxées soi disant pour sauver la planète, et qu'en prenant l'avion vous participez à l'évasion fiscale relative à la taxe carbonne ? Il faut absolument taxer le kérozène et autre fioul lourd pour bateau, car cette évasion fiscale n'est plus supportable. C'est la seule façon que les compagnies aériennes auront pour contrer ce mouvement de contestation "Honte de prendre l'avion", qui est l'équivalent du mouvement des gilets jaunes en matière de transport aérien. EN attendant le mouvement "honte d'acheter des produits venus d'outre mer n'ayant pas acquitté la taxe carbonne"
Réponse de le 21/05/2019 à 13:50 :
"Et vous qui voulez laisser une planète propre pour vos enfants, n'avez vous pas honte de prendre l'avion?" Non, aucune.
"honte d'acheter des produits venus d'outre mer n'ayant pas acquitté la taxe carbone" Ben justement, acheter des produits importés moins chers est une manière de compenser le surcoût de produits grevés par la taxe carbone.
Réponse de le 21/05/2019 à 17:25 :
Vous parlez d’enfants et de kerosene... Avoir un enfant pollue plus que prendre l’avion. Donc laissons à ceux qui ne font pas d’enfants le droit de prendre l’avion sans être critiqués. Accessoirement, ils ne pollueront plus après leur mort. Par procuration, ceux qui font des enfants polluent encore après leur mort. Tout ça ne va pas plaire à tout le monde. Je vais me faire gronder ; pourtant je laisse à chacun le droit de faire ses choix. Tant pis. :)
Réponse de le 23/05/2019 à 11:54 :
@ Réponse de Pollution?
Ne seriez-vous pas en train de comparer une vie et le fait de prendre l'avion ?
Flippant comme comparaison...

... et en plus votre raisonnement n'est pas juste. Un AR France-Brésil en avion c'est 5.000 Kg de CO2. Un Africain (Malawi par exmple) émet 500 Kg/an pour vivre. Donc c'est pas le nombre de personne le problème principal, mais de la manière dont ils vivent.
a écrit le 21/05/2019 à 2:12 :
Hulot n'a pas la moindre honte d'avoir six autos essence/diesel, d'utiliser sans cesse l'avion ( de meme que son pédécesseur Royal, Placé, Duflot ) et en classe luxe.
Taxer le kerosène !!!!! alors que les énormes bénéfices des Aéroports, par les boutiques, servent aussi à baisser les redevances que leurs paient les Compagnies, et qu'en échange d'une taxe kerosène, l'état renonce à ses autres taxes sur le billet.
a écrit le 21/05/2019 à 0:31 :
j'adore ces luthériens arrogants qui se veulent conscience, morale et vertu de l'Europe alors qu'il y a 30 ans ils pratiquaient encore l'eugénisme et qu'il y a soixante dix ans ils collaboraient avec les nazis ... alors les foutaises féministes et écolo et les crises mystiques d'une pauvre gamine manipulée ne sont rien : à l'image du manifeste des 343, clamons notre amour pour l'odeur du A1 chaud dans le petit matin et du miaulement des JT3D
Réponse de le 21/05/2019 à 13:48 :
Tiens, un point Godwin, un.
Réponse de le 23/05/2019 à 11:31 :
Je peux presque comprendre votre amour pour le jetA1 étant moi même dans l'aéronautique, cependant, il ne faut pas oublier que le transport aérien est responsable de 2.5% d'émission du Co2 dans l’atmosphère ce qui est tout de même énorme. Si on ne fait rien, c'est bien notre ciel qui ne sera plus très bleu dans quelques années.
Bon après je n'ai pas d'enfants personnellement donc mes générations futures ne m'importe pas. en revanche ce serait tout de même une marque de respect que de ne pas être directement responsable de la fonte de nos glaciers.
a écrit le 21/05/2019 à 0:09 :
« En dehors des cercles de l'aviation, personne n'est au courant de tout que nous faisons. Personne ! Peut-être n'avons-nous pas assez communiqué », c'est vrai ça, communiquez donc d'avantage sur les avions qui volent à vide ou avec de faux clients pour conserver des lignes ouvertes. Nous sommes friands de ce type d'informations, allez y.
Réponse de le 21/05/2019 à 11:10 :
N'importe quoi, au niveau global les taux de remplissage sont à 80% voire plus
Réponse de le 21/05/2019 à 14:07 :
"ou avec de faux clients pour conserver des lignes ouvertes"

ahahaha

Savez vous qu'une compagnie aérienne est une société privée, pas l'armée dans les années 70 qui devait brûler le carburant de son budget...
a écrit le 20/05/2019 à 22:07 :
Organisez un débat entre Alexandre de Juniac et Jean-Marc Jancovici !
a écrit le 20/05/2019 à 17:23 :
La recette est simple. Contrôle des naissances (bien trop d'hommes sur la planète) ; Arrêt du capitalisme fou et du gaspillage effréné des ressources ; Retour au bon sens, près de chez nous. La mondialisation...une des multiples folies du capitalisme pour l'égo démesuré de quelques uns qui ne se soucient aucunement des conséquences dramatiques (le mot est si faible...). Quant au nucléaire... Un des vestiges de la Science toute puissance qui dérègle tout. A stopper et à nettoyer d'urgence (bon sang de déchets...)
Réponse de le 21/05/2019 à 11:12 :
Contrôle des naissances surtout en Afrique, 6 enfants par femme au Niger alors qu'en Europe et en France on est même pas au seuil de renouvellement, sachant que le taux de fécondité d'après l'insee des personnes immigrées fait augmenter la moyenne qui serait encore plus basse chez nous
Réponse de le 21/05/2019 à 14:08 :
très belle perspective que l'Etat totalitaire que vous nous proposez
a écrit le 20/05/2019 à 16:55 :
A part la France qui produit son électricité avec du nucléaire, les autres pays font généralement tourner des centrales à charbon pour alimenter leurs trains électriques.... pas si écologique que ça. Le mieux étant de ne pas se déplacer du tout pour éviter toute pollution!
Réponse de le 20/05/2019 à 17:30 :
Yep ! La seule énergie verte est celle qu'on ne consomme pas.

Mais dur dur de se passer de son comfort aujourd'hui, quand on sera obligé demain, il faudra bien faire avec ;)
a écrit le 20/05/2019 à 16:08 :
Taxer le kérosène pourquoi pas .... après tout le kérosène produit du co2... mais n’y a t’il pas déjà , pour l’aviation , une taxe co2 ? Taxe qu’il faudrait alors étendre à tous les moyens de transports utilisant du carburant fossile.... comme la voiture ou le bus ....

Le tgv fonctionne à l’électricité , non ?

Alors , à quand une taxe sur le plutonium ?

Entre le co2 et le plutonium mon cœur ne balance pas : je prends le co2 , assimilable ( dans une quantité raisonnable qu’il semble que nous ayons largement dépassée) par la nature .

L’avion reste un transport en commun dont la consommation de carburant par kilomètre , sur des étapes courtes, reste de l’ordre de celle d’une voiture ( et encore pas un suv....) avec trois passagers à bord, donc moins consommateur et moins polluant que la majorité des voitures qui n’ont que rarement quatre passagers ou plus à bord.

Alors à quand la honte du train ( émetteur de plutonium ) ou de la voiture qui consomme plus que l’avion par passager kilomètre ?

Ce qui est effectivement honteux c’est l’absence de questionnement global ,depuis plus d’un siècle , sur la consommation d’énergies fossiles non renouvelables .
Réponse de le 20/05/2019 à 17:10 :
Les dechets des centrales nucléaires, vous ne les mangez pas ! Vous n'y avez pas accès, ses rayonnements sont confinés ! Le CO2, il se répand partout sur la planète, hélas, et que vous le vouliez ou non, vous en subirez les conséquences (déreglements du climat, avec ses conséquences sur les cultures, les températures, les tornades et sécheresses....)
Réponse de le 20/05/2019 à 17:29 :
"L’avion reste un transport en commun dont la consommation de carburant par kilomètre , sur des étapes courtes, reste de l’ordre de celle d’une voiture ( et encore pas un suv....) avec trois passagers à bord, donc moins consommateur et moins polluant que la majorité des voitures qui n’ont que rarement quatre passagers ou plus à bord."

Sauf que l'avion n'est pas prit pour de courtes distances.

Si il est certain que la voiture, de par son utilisation et son nombre d'utilisation est excessivement polluant, la majorité de ses utilisateurs en dépendent pour vivre et aller travailler. Il y a un enjeu de société à réformer son utilisation.

De son coté l'avion pollue beaucoup et en très grosse majorité pour du comfort/des vacances. Si demain on supprime completement l'aviation comme moyen de transport, outre les impacts sur les employés et structures type aéroports, sur le citoyen lambda, ça n'aura que peu ou pas d'impact.

D'autant plus qu'avec un temps de trajet plus long que pour l'avion, qui consomme moins d'énergie au km parcouru. On peut critiquer l'uranium/charbon VS le kérozène, mais c'est un peu la peste ou le choléra la.

Bref, l'avion reste globalement (sauf exception quoi) un transport très polluant pour son utilité sociale. Les communiquant des sociétés d'aviation peuvent soutenir le contraire, ne seront convaincu que ceux qui veulent s'en convaincre.
Réponse de le 20/05/2019 à 23:24 :
Le transport en commun reste moins polluant que le véhicule individuel.
Vous pourrez tourner et retourner les faits à satiété il n’en restera pas moins que le transport aérien reste de loin moins polluant que la voiture.
Décréter que les déplacements en avion sont moins nécessaires que ceux effectués en voiture à de quoi surprendre : un déplacement professionnel en avion n'est pas plus inutile qu’un déplacement automobile....
Le transport aérien présente en outre l’avantage de se déplacer par le plus court chemin ce qui améliore encore sa performance énergétique .
Le transport aérien représente 2,8pc des émissions de gaz à effet de serre , le transport routier 28 pc soit dix fois plus .

Il n’est pas question ici de décréter qui est plus vertueux , il est juste question de savoir comment nous allons arriver à changer notre mode de vie en réduisant drastiquement nos transport . Cela ne se fera pas sans douleur .
Il va de soi que le week end a Marrakech est une absurdité que seule une augmentation massive du coût du carburant parviendra à juguler .

@labo

La demie vie du plutonium est de 20 000 ans ..... pouvez vous être sûr de l’état du confinement dans 20000 ans.... le plutonium n’a pas besoin d’être ingéré pour être mortel...le co2 lui sera totalement absorbé par la végétation ... enfin ... celle qui aura survécu au changement climatique occasionné par son excès de concentration...
Réponse de le 21/05/2019 à 11:32 :
exact que la voiture consomme plus au km que l avion.....qui est à environ 2L au cent par passager, s il est plein
ceci étant, on prend l avion pour faire 2 000 km aller retour pour le week end.... alors qu on en ferait peut être aucun ou 2 ou 300 en voiture.....
Réponse de le 21/05/2019 à 11:55 :
Les dégats dus au CO2, c'est tout de suite et ca va empirer, les déchets nucléaires, c'est un problème (à resoudre) pour plus tard.
Réponse de le 21/05/2019 à 13:53 :
Les kilomètres parcourus en avion n'ont pas la même utilité que ceux en voiture. Ce sont très souvent des voyages d'agrément pour des destinations lointaines où l'on va parce que l'avion n'est pas cher, ou des voyages d'affaires ou professionnels qui pourraient souvent être évités mais que les sociétés offrent à leurs salariés parce que ce n'est pas très cher. En revanche, c'est un transport en commun.
Réponse de le 21/05/2019 à 21:51 :
!"Si demain on supprime completement l'aviation comme moyen de transport, outre les impacts sur les employés et structures type aéroports, sur le citoyen lambda, ça n'aura que peu ou pas d'impact"

Effectivement au bas mot 800 000 chômeurs de plus ça n'aura aucun impact !! (vous oubliez airbus et le tourisme)

Si on est d'accord sur le problème du CO2 , pour les voitures il existe déjà des solutions de remplacements donc interdisons immédiatement toutes les voitures et camions qui utilisent des carburants fossiles et ne me dites pas qu'on ne peut pas faire autrement ( vélo trottinette voiture bus train camion électrique)

Zut je viens de rajouter 200 000 chômeurs de plus il faut moins de main d’œuvre pour les véhicule électriques)

Pour les bateaux revenons à la voile ( plus de paquebot zut les chantiers navals de st nazaire qui ferme)

Interdisons toutes production d’électricité avec des énergie fossile

Pour le nucléaire c'est effectivement bien confiné et sure (three miles island, tchernobil, fukushima)

Bref ça fait bien de taper sur l'avion, mais changer de mode de vie sera compliqué et difficile mais quand comme moyen de déplacement polluant il ne restera que l'avion on en reparlera.
a écrit le 20/05/2019 à 16:07 :
A force de bouffer à tous les râteliers du copinage et de la connivence, les responsables commencent à comprendre qu'on ne peut pratiquer le "en même temps" sur tous les sujets sans risquer un retour de flamme monté par des petits malins se servant des imbéciles.Faut pas marcher dans son MacDo, ça colle aux chaussures.
a écrit le 20/05/2019 à 15:54 :
ça n'empêche, l'avion consomme et est responsable pour une part importante du réchauffement climatique.

et n'est pas taxé...

si au moins il y avait taxation, cela serait un effort réel de la part des compagnies (et du client, dont je suis)
a écrit le 20/05/2019 à 15:45 :
Bataille de comm ! Et dans ce domaine , celui qui parle le 1er a gagné, donc l'aérien a perdu meme si ce sont des fake news qui me rappellent le défunt rapport du club de ROME dans les années 70.
Par ailleurs vu les taux de croissance de l'aérien , aucune inquiétude sur son futur et les hausses à venir de l'action AIRBUS .
Réponse de le 20/05/2019 à 17:13 :
Sur votre ile des Bahamas ou des Caiman, vous aurez l'air malin, dans votre maison détruite par un ouragan, entouré de morts, avec vos actions Airbus qui auront grimpé...
a écrit le 20/05/2019 à 15:44 :
Si les gens pouvaient avoir honte d'utiliser leur voiture sans véritable besoin et sur de petites distances...
Réponse de le 21/05/2019 à 13:55 :
Aussi, mais l'un n'empêche pas l'autre.
a écrit le 20/05/2019 à 15:20 :
Ce qui me paraît encore plus important aujourd'hui et bien plus grave, c'est bien la polution des océans par les plastiques et la déforestation continue... Et la France ne peut rien toute seule ( elle représente 0,9% des autres pays).
Alors qu'est ce qu'on fait maintenant ?
Oui à une écologie intelligente et solidaire, non à une écologie punitive et idéologique.
a écrit le 20/05/2019 à 15:02 :
Quand on fait venir des pommes d’Australie alors qu'il y en a a 200 km de chez nous , il y a de quoi se poser des questions.

Tout comme il est incompréhensible de faire la chasse aux voiture de plus de 15 ans qui représentent une minuscule part de marché , et laisser les avions nous polluer en toute tranquillité.

Bref c'est une excellente initiative de freiner cette stupidité qu'est devenu le tout aérien a outrance, + ces importations massives venues de chine pour tout et n'importe quoi.
a écrit le 20/05/2019 à 14:40 :
Et si je ne peux pas faire supprimer le trollage d'hercule, ou le rendre encore plus visible, vous supprimez mon commentaire, merci.
a écrit le 20/05/2019 à 14:16 :
Je serais le père de la petite asperge Suèdoise que je l'aurais renvoyée en classe après une solide fèssée. Le transport aérien, avec les nouveaux moteurs a forts "taux de dilution", pollue beaucoup moins que le transport maritime qui utilise toujours des fiouls a haute teneur en soufre, d'ou beaucoup de SO2 en plus du CO2. Mais cela se voit moins sur les océans que dans les airs.
a écrit le 20/05/2019 à 14:09 :
Le gazole des gilets jaunes pollue moins que le kérozene de la jet set qui n'est pas taxé. Pourquoi???le kerozene serait un carburant de classe?
a écrit le 20/05/2019 à 13:54 :
"Selon lui, ce mouvement repose sur des "fake news et des incompréhensions" au sujet du transport aérien "qu'il faut combattre". Parmi elles, Alexandre de Juniac a notamment cité celle qui assure que ce secteur est réservé aux riches ("c'était vrai, ça ne l'est plus"), et donc facilement taxable, et celle affirmant que le transport aérien est un gros contributeur d'émissions de CO2 (alors qu'il représente autour de 2,5% des émissions mondiales), sans rien faire pour les réduire."

Quelqu'un lui explique que les FakeNews, c'est aussi de présenter une vision réductrice et tronquée d'un discours qui nous embête ?

Comme le fait de parler de pollution globale CO2 quand l'avion est un des modes de transports les plus polluants existant ?

Si demain je crée un mode de transport polluant dix fois plus que l'avion et que je suis le seul à l'utiliser, je pèserais bien moins que 2,5% des émissions mondiales. C'est pas pour autant que je suis écolo.

Y a un moment pour être prit au sérieux, il faut déjà arreter de prendre les gens pour des c*ns.
a écrit le 20/05/2019 à 13:39 :
Oui et non. Taxer le kérosène oui, les USA (pollueurs n°1 du globe) le font sur leurs vols intérieurs, pourquoi pas nous en France ? Parce que ça nuirait à Air France, qui n'arrête pas de perdre des parts de marché au profit des concurrents et du TGV ? Après pour ces histoires de Flygskam, c'est d'une débilité profonde. Cette petite suédoise s'est fait instrumentaliser par les bobos qui pensent avoir tout compris au problème. Elle compte faire un Oslo New York en porte-conteneur ? Bonjour la pollution (oui, une bonne partie du problème des émissions vient de ce mode de transport). Qu'on limite la croissance exponentielle du traffic aérien et des émissions, OK. Que les grands de ce mondes prennent un vol commercial plutôt qu'un jet pour aller à un sommet sur le climat, là aussi OK. Mais pitié arrêtez de nous ennuyer avec cette mode sortie de nulle part ! Il y a largement plus urgent à faire (conso d'eau sur terre, océans pollués par le plastique, limiter l'usage des véhicules personnels, recycler, etc.).
Réponse de le 20/05/2019 à 17:21 :
@jul76 20/05/2019 13:39
Assez d'accord avec vous: cette adolescente est manipulée.
Qu'on le veuille ou non, le transport aérien est amené à augmenter: certains prévoient un doublement en 20 ans. A mon humble avis, le passager lambda se moque éperdument de l'effet pollution: il n'est intéressé que par la durée, le confort et le prix du voyage.
En France/Europe et si le trajet est bien desservi (TGV, Thalys, Eurostar, etc..) l'alternative est bien entendu le train.
Cordialement
a écrit le 20/05/2019 à 13:28 :
En 2019 il est aberrant de voir encore des compagnies proposer des vols ou le TGV est présent en domestique voir en intra européens.
Pour ma part je ne jure plus que pars le train et tous ce passe bien contrairement à ce que disent les médias.
Plus pratique de centre ville en centre ville et pas d’embarquements ou d'attentes.
Réponse de le 20/05/2019 à 14:05 :
je prends le RER très souvent et je suis très sceptique sur les taux de remplissage la journée...Et l'argument c'est plus facile de centre-ville à centre-ville", c'est pas un argument pour les riches qui vivent en centre-ville -)
Réponse de le 21/05/2019 à 11:42 :
le problème est le prix...... bien souvent entre le train et l avion c 'est sans commune mesure.............;;; c 'est sur ce sujet qu il faut travailler.....par exemple sur certains trajets en france ou intra européen, remettre en place les trains de nuits paraitrait intelligent
Réponse de le 21/05/2019 à 22:00 :
le souci peut être les infrastructure , à vérifier mais Air France voulait remplacer certain de ces vol intérieur par des TGV qui lui aurai appartenu l’infrastructure gare et voie ne semblait pas pouvoir y suffire.
Sur paris nice entre Air France et Easyjet il doit y avoir 20 vols par jour. Est il possible de faire passer 20 TGV de plus sur la ligne c'est pas si sur.
a écrit le 20/05/2019 à 11:40 :
Sommes nous devenus si crédules qu'on puisse nous faire croire sans l'ombre d'une preuve scientifique que diminuer la teneur en CO² de l'atmosphère va sauver la planète?
Quand y aura-t-il un (grand) mais surtout véritable débat au sujet du réchauffement dû à l'emploi par l'homme des hydrocarbures? Ce qui peut n'être qu'un mythe devient, par une outrancière répétition à tous les niveaux politiques et médiatiques une de ces vérités religieuses qui condamne à l'hérésie quiconque émet le moindre doute. Il n'y a aujourd'hui pour propulser les avions de ligne qu'une seule source d'énergie et les progrès en matière de consommation spécifique sont asymptotiquement limités par les rendements théoriques inhérents au cycle thermodynamique.
Or, en 2005, le plus gros était déja fait dans ce domaine. Assurer qu'en 2050 on aura divisé par 2 le CO² émis sans donner la technologie employée est une promesse "qui n'engage que ceux qui y croient"
Réponse de le 20/05/2019 à 13:10 :
Vous niez la réalité du réchauffement climatique créé par les émissions de CO2 ?
réduire les émissions de CO2 par le transport aérien est effectivement très difficile. Mais payez une taxe carbone est possible. Séquestrer le CO2 émis l'est aussi. Capturer du CO2 pour faire du biogaz à partir d'énergie renouvelable l'est aussi. Ce n'est pas évident et pas sans coût.
Mais ce n'est pas pour cela qu'il faut nier l'évidence...
Réponse de le 20/05/2019 à 13:38 :
On ne sait pas trop ce que vous voulez dire: pour vous la crise climatique ça existe ou pas?
Réponse de le 20/05/2019 à 13:48 :
On ne sait pas trop ce que vous voulez dire: pour vous la crise climatique ça existe ou pas?


Réponse de le 20/05/2019 à 17:17 :
" sans l'ombre d'une preuve scientifique " : pour les scientifiques du domaine, il n'y a plus rien à prouver. En revanche votre négationnisme est la preuve que vous n'êtes pas un scientifique, dans aucun domaine ...
Réponse de le 20/05/2019 à 21:53 :
@Labo : c'est très arrogant pour un scientifique d'affirmer qu'il n'y a plus rien à prouver, c'est même très dogmatique et à vrai dire peu scientifique. En particulier je ne comprends pas comment lesdits scientifiques peuvent être aussi catégoriques en affirmant que les relevés de température dur un siècle et demi confirmeraient les simulations... alors qu'il y a un siècle et demi, non seulement les mesures avaient une précision bien moindre, mais en plus la répartition géographique des points de mesure était totalement différente et ils étaient bien moins nombreux. Le doute est une attitude scientifique.
Réponse de le 21/05/2019 à 12:27 :
@bruno_bd : votre raisonnement justifie tous les révisionnismes, plus aucun progres n'est possible ! Sur le domaine des températures moyennes de la planète, non seulement il y a les mesures éffectuées dans le passé avec des moyens simples mais bien suffisants, mais il y a aussi des constatations sur l'environnement (les cultures, l'évolutions des glaciers, des niveaux d'eau, des présences des espèces animales à différents endroits de la planète et surement beaucoup d'autres signes...). Donc il n'y a plus à prouver que la planète se réchauffe et les statistiques montrent avec une quasi certitude que c'est l'activité humaine qui en est responsable pour une grande part. Vous pouvez contester : les scientifiques sérieux n'en doutent pas ! Contrairement à ce que vous croyez , dans beaucoup de domaines un raisonnement scientifique rigoureux et abouti ne laisse que peu de place au doute.
Réponse de le 21/05/2019 à 13:39 :
@Labo : il fut un temps, à où le Groenland était, comme son nom l'indique, verdoyant... Et actuellement sa calotte glaciaire, loin de fondre, gagne en épaisseur depuis près d'une décennie.
a écrit le 20/05/2019 à 11:31 :
Haro sur les déplacements en avion !... Mais on oublie en achetant des fleurs qu’elles viennent, par avion, bien souvent d’Afrique Centrale…Que chaque matin un avion en provenance du Maroc atterrit à Paris pour livrer de la menthe fraiche à Rungis, que l’on va voir le PSG ou autres clubs pour le(s) soutenir… Qu’on achète des produits fabriqués en Chine qui arrivent par bateaux utilisant du fuel lourd, puis par camions qui roulent au diesel…. Sans oublier la navigation de plaisance.
Chacun dans son coin, en théorie, a raison, mais le quotidien fait vite oublier la réalité !
La production de pétrole, n’a jamais été aussi élevée ! En fait, on frappe (taxes) sans cohérence ou plutôt en évitant de se heurter aux lobbies aux activités bien plus polluantes.
Des solutions existent pourtant. Interdire la construction de véhicules diesel à compter de… ! Interdire la construction de camion roulant au diesel à partir de … au profit soit du GPL, soit de la pile à combustible. Interdire la construction de navire utilisant le fuel lourd et même léger au profit soit du GPL, soit de la pile à combustible, soit le la voile. Imposer pour toute construction de logements des dispositifs de production d’énergie propre…
Pour l’instant il n’y a que des « mesurettes », qui n’arrivent même pas à compenser l’augmentation de la consommation énergétique.
On pourrait enfin commencer à se poser le question de la démographie mondiale… Mais ça c’est un sujet que personne n’ose parler… Sauf les japonais !
Réponse de le 21/05/2019 à 11:47 :
on pourrait aussi interdire amazone qui multiplie le nombre de camionnette sur la route et revenir à une reflexion sur le commerce mondial.......voire intra européen....
cela a t il un sens de faire faire 1500 km à un kg de tomates degueulasses qui plus est, venant du fin fond de l espagne et cultivées dans des conditions humaines catastrophiques.....
a écrit le 20/05/2019 à 11:26 :
La taxation du kérosène serait une mesure stupide?.
Juniac dit n'importe quoi!.Pourquoi le kérosène d'avion bénéficie d'une subvention publique,alors que les voyages en avion bénéficient surtout aux classes moyennes supérieures et aux plus riches?.Le combustible pour les bus ou le train,ou l'électricité qui alimente les TGV ,les intercités et une partie des ter, paient des taxes ,alors qu'ils sont utilisés par une grande majorité des français.Il faut rajouter que les vols internationaux ne paient pas de TVA,alors que tous les autres moyens de transport paient 10% de TVA.Elle est où la justice fiscale?.
En ce qui concerne le réchauffement climatique,pour diminuer l'effet de l'aérien il faudrait taxer le kérosène,pour inciter les avionneurs,à développer des moteurs propres.
Réponse de le 20/05/2019 à 14:09 :
Et le fait que l'aérien soit le seul à payer la taxe de solidarité, ça ne vous dérange pas? Et choisir le TGV (+cher que l'avion) qui part des centre-villes (qui y habitent, les pauvres?) ce n'est pas pousser un mode de transports de riches?
Réponse de le 20/05/2019 à 15:08 :
Il faut rétablir plusieurs vérités et Juniac ne dit pas n'importe quoi :
1) le kérosène ne bénéficie d'aucune subvention publique (rien à voir avec le gasoil des bateaux de pêche français qui lui est subventionné et on n'entend pas beaucoup les belles âmes de plaindre de ces bateaux qui ratissent l'océan et tuent au passage des dauphins notamment). Le taxer serait très compliqué car il faudrait que la taxe soit la même dans tous les pays. L'uniformisation des taxes, même au seul niveau européen, c'est pas demain la veille.
2) les voyages en avion ne profitent absolument pas aux seuls riches ni même aux classes moyennes, il suffit d'aller à Orly Sud à l'arrivée des vols low cost pour se rendre compte que tout le monde peut prendre l'avion pour pas cher, c'est plus du tout un privilège de riches. C'est souvent moins cher que le TGV d'ailleurs (la SNCF paye-t-elle son électricité comme tout le monde ?)
3) Justice fiscale : regardez un billet d'avion, des taxes il y en a (beaucoup)
4) Les avionneurs n'ont pas besoin qu'on les incite plus à faire des avions plus propres, c'est déjà fait (A320 NEO, 737 MAX, etc...). Pas besoin de taxe, ce sont les normes environnementales et le prix du pétrole qui sont des sources d'incitation très fortes. Les motoristes (ce ne sont ni Airbus ni Boeing qui font les moteurs) sont au taquet, les technologies employées dans les moteurs d'avion sont au top, et c'est même parfois au détriment de la fiabilité.
Réponse de le 20/05/2019 à 17:21 :
"La taxation du kérosène serait une mesure stupide" : Juniac serait opposé au dogme du liberalisme qui consiste à croire que les coûts permettent de guider la main invisible du marché (quelle blague !). Je suis presque d'accord avec lui ; la taxation ne suffit pas , il faut interdire certains vols courts en France) ou inutile (transporter des fraise venant de l(autre bout du monde en hiver...)
Réponse de le 22/05/2019 à 0:32 :
vrai naîf@,birdy@. Lorsque on parle de subvention,on parle de non taxation du kérosène,que ce soit pour le avions,les bateaux de pêche,les porte-conteneurs ou les engins de travaux publics.Les voitures ,elles, paient des taxes sur l'essence et la TVA.
Le kérosène d'avion peut être taxé en France.Pour l'international , il faut un accord,qui sera long à négocier.Pour la France,il faut taxer le kérosène de manière importante,avec obligation de faire le plein dans un aéroport français.AF est déjà déficitaire (Hop),elle serait obligée de fermer ses lignes intérieures(avec une annulation de ses pertes) et Easy Jet aussi.Cela obligera à prendre le train,ce qui sera bon pour le climat.
En ce qui concerne le TGV,les plus modestes prennent le Ouigo.
Si une taxe sur le kérosène existait depuis 40 ans,ça ferait longtemps que les motoristes auraient développé des moteurs beaucoup moins polluants(biocarburant,électriques). Les A320 NEO ou B737 Max,ne diminuent la consommation que de 15%.
a écrit le 20/05/2019 à 11:24 :
Personnellement, malgré mon fort pouvoir d'achat, j'ai décidé de ne plus prendre l'avion il y a maintenant quelques années, donc pas d'effet de mode. Concept de transport dépassé, polluant et bruyant réservé à des voyageurs compulsifs. Attente infernale dans les aéroports, retards, annulations, petites humiliations lors de certains contrôles de douanes si un grain de sable se met dans les rouages etc...La pseudo concurrence entre compagnies est l'arbre qui cache la forêt d'un secteur économique qui ne survit que grâce à des aides publiques indues, dégrèvements fiscaux et aubaines fiscales en tous genres, en bref grâce à nos impôts.
Réponse de le 22/05/2019 à 23:55 :
Complètement d'accord. Pas de TVA sur les vols internationaux,pas de taxes sur le kérosène d'avion billets d'avion des cadres d'entreprises,la plupart en classe affaires, déduits comme frais et donc retranchés des bénéfices des entreprises .Il faut savoir que c'est surtout la classe affaires qui génère les bénéfices des compagnies aériennes .Effectivement , l'aérien ne survit que grâce aux subventions publiques et donc c'est nous qui finançons, les compagnies aériennes, avec nos impôts.
a écrit le 20/05/2019 à 10:58 :
OK le CO2 dégagé par le transport aérien représente 2.5% des émissions globale, et en effet les constructeurs se sont engagés à baisser les émissions. Mais tout cela n'empêche pas les gens de réfléchir à leur impact et lorsqu'il font le bilan de leur déplacement alors il s'interrogent. Chacun devrait remettre en question ses habitudes, c'est je crois faire preuve d'intelligence. Après libre à chacun de faire son bilan personnel.
En tout cas l'intervention ici de M. de Juniac pleine d'inquiètudes révèle que l'industrie aéronautique est pour le moment sans solution.
a écrit le 20/05/2019 à 10:41 :
Est-ce normal de consommer tant d'énergie et de polluer pour satisfaire un tourisme de masse en mal d'exotisme. Idem pour les voyages d'affaires, avec les nouvelles technologies , il n'est plus indispensable de voyager , la vidéo conférence suffit amplement. Il faut savoir, on défend la planète ou l'on est adepte du low cost et des 4X4.
On peut espérer toutefois que de nouvelles technologies puissent permettre de réduire la consommation et la pollution significativement. D'ici là, réduire la voilure parait indispensable.
a écrit le 20/05/2019 à 10:41 :
Alexande de Juniac peut raconter ce qu'il veut, ça ne changera pas le fait que l'avion est une catastrophe écologique... Que l'avion soit aujourd'hui indispensable pour beaucoup d'usage , bien sûr ! Mais que ceux qui peuvent s en passer evitent les voyages en avion, c'est super ! C'est super aussi de voir les réactions unanimes dans tous les commentaires... Réduire la dégradation de notre environnement, on y arrivera, les copains !
a écrit le 20/05/2019 à 10:09 :
a quand une taxe sur le kérosène ? pourquoi l avion grand pollueur est exempté ?
a écrit le 20/05/2019 à 10:05 :
un aller retour paris NY est parait il équivalent à 7 000 km en, voiture.....donc peut être un peu moins polluant intrinsèquement que si on faisait l aller retour en voiture si c 'était possible car ça doit faire grosso modo 10 000 km
le problème est que on ne ferait jamais ça en voiture si c 'était possible juste pour aller passer le w end....
10 000 km c 'est le kilométrage moyen pour un an en france.....

en dehors du business et du tourisme..... nos sociétés qui ont dispersé les familles nous obligent presque à prendre régulièrement l avion pour pouvoir se voir en dehors des vacances......

ce sujet en fait pose le problème de notre développement économique et de son modèle......

sans parler du fait que les jeunes vivant en métropole n hésitent pas a prendre l avion pour aller passer le w end à milan, Barcelone ou dans certaines villes des pays de l est...en lieu et place des plages de la somme ou de la manche.....
le prix des billets d avion le permettant sans se ruiner

lyon bordeaux en avion, 60 euros....en train c 'est au moins le triple, idem en voiture...

on dit que un avion consomme deux litres "passager" au cent.....s il est plein...... mais si ça permet de faire 2000 km en lieu et place de 2 ou 300..... la, le bilan se gate, surtout si on est en couple......

bref.................. la réalité écologique est assez cata...... sommes nous tous assez mature pour nous dire qu il faut que nous revoyons nos modes de vie ou préférons nous mettre la tête sous l oreiller?.........

nous sommes tous entrain de mettre la t^te sous l oreiller tout en infusant la petite musique climat qui nous met un peu à mal......

et je ne suis pas du tout certain que les nouvelles technologies vont nous apporter la solution, car elles sont très consommatrices d energie et la consommation d electricité augmente plus vite, je crois , que l installation d énergie verte sur la planète!!!!!!!!!!!!
a écrit le 20/05/2019 à 9:36 :
Je me réjouis de connaitre les actions concrètes des compagnies aériennes et des constructeurs aeronautiques en faveur de l'environnement, pour compenser les mégatonnes de CO2 (et autres) qu'ils relâchent dans l'atmosphère.

Cela dit, ceux-ci ne font que répondre à la demande gloutonne des globe-trotters et week-enders... Il est moins cher de faire un déplacement en avion pour un week-end à Londres que de faire 200 bornes en voiture avec péage... Délirant! Et l'eurostar est 5 fois plus cher.

A propos, on annonce le doublement du trafic aérien dans les 20 prochaines années.
Consommateurs, regardez-vous en face...
a écrit le 20/05/2019 à 8:39 :
""

Ouais stratégie classique de dissimulation des problèmes sauf que dorénavant nous avons internet or il va quand même falloir expliquer comment vous allez pouvoir atteindre un objectif neutre en 2050 avec des fers à repasser volants obligés de brûler des tonnes de carburant pour évoluer.

Vous allez dépenser des milliards en communication, milliards gaspillé puisque pendant que vous nous direz une nouyvelle fois que tout va bien internet nous exposera un peu plus chaque jour la pollution majeur que votre secteur d'activité occasionne.

Votre avenir serait de vous engouffrer en masse vers l’aviation solaire, à l'image du projet porté par "solar impulse", d'y investir en masse mais sachant que le retour en investissement se fera tard il est bien évident que vos actionnaires habitués à gagner très vite des milliards ne s'engageront jamais dans une telle voie.

Mais c'est bon j'ai la solution les gars: "Davantage de communication" ! :D

L'économie des faibles.
Réponse de le 20/05/2019 à 14:38 :
@ multipseudos:

"et une fois de plus vous faites preuvre de mauvaises fois "

Comme d'habitude tu ne peux pas t'empêcher de hurler que tu viens troller donc comme d'habitude j'arrête immédiatement de lire et je te signale.
a écrit le 20/05/2019 à 8:35 :
Ça y est les lobbies vont tourner plein pot. A commencer par confondre CO2 et Taxes. Quand on voit les plans de développement que prévoient tous les aéroports du monde, on se demande ou et comment le CO2 sera maitrisé. Il faut donc commencer par de la décroissance massive avant tout. Sorry M. de Juniac, c'est la petite suédoise qui a raison. Et sincèrement, c'est un peu la honte.
Réponse de le 20/05/2019 à 14:18 :
quand les avions seront électriques, les aéroports serviront encore. Espérons que l'avenir c'est pas vélo, train ou cheval (quand c'est trop long à pieds).
Je remonte en Suède fin mai, je fais généralement 15 000km A/R, mais me refuse à prendre l'avion, trop polluant (et pas pratique pour camper + matériel photo), 3,6L/100 à 70km/h, c'est pas trop "méchant", vive Peugeot 208.
On devrait essayer, CO2 ou pas, penser à l'après pétrole sans se retrouver devant un mur, avec le carburant à 10€/L. Si le pétrole en brûlant dégageait du gaz hilarant, quand y aura plus, ou moins, y aura un problème (€€€€€) de toute façon.
J'ai fait chuter ma conso électrique de 20% d'un coup sans changer de confort. Chacun sa petite pierre à l'édifice.
L'avion s'est démocratisé, c'était du luxe à une époque, faisons que ça redevienne du luxe (quitte à ne jamais pouvoir se le permettre).
a écrit le 20/05/2019 à 7:14 :
Ce mouvement ne concerne pas que les jeunes. J’ai 55 ans et j’ai décidé d’arreter L’avion. C’est inutile et cela pollue. Juniac se trompe et ment. Le transport aérien a un impact au moins double en matière de CO2. Car le taux de 2,5% ne prend pas en compte les vols internationaux...si si je vous assure, c’est vrai. Par ailleurs les vols internationaux sont à l’origine d’une augmentation des émissions par le tourisme (il faut amener notre consommation dans les îles et les pays en développement ou nous allons. Et abouti à la pollution au plastique à Bali par exemple. Alors il peut faire ce qu’il veut le mouvement est en marche.
Réponse de le 21/05/2019 à 14:00 :
Si vous dites vrai sur le 2,5 %, c'est une fake news

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :