En renforçant sa puissance militaire, la France rééquilibre la construction européenne (10/10)

 |   |  2171  mots
Dissuasion : Cet héritage gaullien, entretenu et maintenu depuis plus de 50 ans, est une chance pour l'Europe. Il n'est évidemment pas question de transférer ce symbole de souveraineté et outil de puissance (ultima ratio regis) à une instance supranationale non élue par le peuple souverain. Mais la France, en tant que puissance majeure en Europe, contribue à protéger l'Europe, à la fois dans le cadre de l'OTAN (article V) et de l'UE (article 42 TUE). (Le groupe Mars)
Dissuasion : "Cet héritage gaullien, entretenu et maintenu depuis plus de 50 ans, est une chance pour l'Europe. Il n'est évidemment pas question de transférer ce symbole de souveraineté et outil de puissance (ultima ratio regis) à une instance supranationale non élue par le peuple souverain. Mais la France, en tant que puissance majeure en Europe, contribue à protéger l'Europe, à la fois dans le cadre de l'OTAN (article V) et de l'UE (article 42 TUE)". (Le groupe Mars) (Crédits : Reuters)
Dans le but de permettre à la base industrielle et technologique de défense de contribuer à la sortie de crise et aux plans de relance français et européen, le groupe de réflexions Mars* souhaite partager, dans une série de tribunes, les réflexions qu'il mène notamment autour des sujets de la souveraineté et de l'autonomie, du sens donné à l'Europe de la défense et la place réservée à la défense dans un "plan Marshall" européen, des enjeux macroéconomiques et des enjeux industriels et d'innovation dans la défense. L'objectif du groupe de réflexions Mars est de trouver des solutions pour sécuriser les budgets de défense à court et à moyen terme.

Après la réoccupation de la Rhénanie par l'Allemagne hitlérienne le 7 mars 1936, "la France renonce à toute action et donc aussi à toute crédibilité sur ses engagements. Les Alliés en prennent acte. La Pologne se rapproche du Reich et la Belgique dénonce le traité de 1920 préférant la neutralité à l'alliance française peu sûre, rendant d'un coup très incomplet notre système défensif. En réalité, la France avait cessé d'être une puissance à partir du moment où, en renonçant à toute capacité d'intervention, elle s'était condamnée à n'être que spectatrice des évolutions du monde. A ramener trop près de son cœur son outil de défense, elle avait laissé les menaces extérieures grossir puis venir à elle, sans même le soutien d'amis qu'elle ne pouvait aider. Pour paraphraser Churchill, la France avait sacrifié son honneur, son rang et sa voix dans les instances internationales à l'illusion de la sécurité et d'un certain confort, moral et économique, pour finalement tout perdre en 1940" (Michel Goya).

Les historiens justifient cette impuissance stratégique par la soumission des gouvernements ayant précédé le Front Populaire aux principes du Pacte Briand-Kellog. L'Histoire nous enseigne que la responsabilité politique suppose de savoir s'affranchir des modèles mentaux et des règles formelles quand les circonstances ou l'urgence le justifient. Il est toujours hasardeux d'oublier les enseignements de l'Histoire.

L'Europe menacée par tout type de prédation

Aujourd'hui, faute de se penser en tant que puissance, l'Europe est menacée par tout type de prédation par les trois grandes puissances du "triangle stratégique", qui jouent habilement des manques de cohérence et de cohésion de la construction européenne. Les Chinois savent appuyer sur nos "contradictions internes", maître-mot de la doctrine communiste, notamment sous sa forme maoïste. Les Russes ont gardé de l'héritage soviétique une habileté manifeste pour la manipulation de l'information et des perceptions. Quant aux Américains, ils sont en position de profiter des avantages d'une vassalisation consentie ; mais la finalité d'une dépendance est toujours le pillage.

Tel est l'enjeu de la défense de l'Europe aujourd'hui. Les États-Unis ne sont plus les alliés fiables qu'ils étaient. L'OTAN ne procure donc plus une assurance totale. Les Européens doivent s'organiser entre eux pour défendre leur souveraineté, face à tout risque de résurgence d'un nouveau Pacte Ribbentrop-Molotov. Or l'alliance atlantique subsiste quelle que soit la crédibilité de l'engagement des Américains. L'article 5 engage tout autant les autres pays membres entre eux.

Fonds européen de défense : moins de 1 milliard par an

L'Union européenne a décidé récemment de contribuer à améliorer les capacités militaires de ses États membres, que ce soit par le biais d'engagements volontaires dans le cadre d'une coopération structurée permanente (CSP/PESCO) ou via un fonds européen de la défense (FEDef) par lequel l'UE subventionne sur son budget des projets de recherche et de développement d'équipements militaires. A la date de publication de cette tribune, on ne sait toujours pas à quel niveau ce fonds sera doté, mais ce sera au final (à la fin des marchandages entre États membres) sans doute inférieur à un milliard d'euros par an, le plan de relance de 750 milliards n'identifiant aucun investissement dans la défense.

Tout cela ne fait que conforter la pertinence de l'initiative européenne d'intervention qui, si ses résultats sont encore modestes, offre un cadre opérationnel ad hoc à toutes fins utiles, même s'il n'est pas capacitaire, hors de la lourdeur des procédures de l'UE et des structures de l'OTAN.

Pas question de transférer la dissuasion

Le général de Gaulle n'ayant jamais cru que les Américains "sacrifient Boston pour les beaux yeux des Hambourgeoises", la Ve République française s'est dotée d'une dissuasion nucléaire autonome et d'une doctrine indépendante des plans nucléaires de l'OTAN. Le président de la République est garant de cet héritage et a pour vocation première d'incarner et de garantir la crédibilité de la dissuasion française. Or la dissuasion est un continuum stratégique, qui commence par l'aptitude opérationnelle des forces conventionnelles.

La dissuasion n'est pas "tout ou rien", c'est une logique progressive qui commence par la protection classique des approches du territoire et se poursuit par la projection de force ou de puissance, avant d'envisager le recours aux armes atomiques, à commencer par un éventuel "ultime avertissement". Autrement dit, pour ne prendre qu'un seul exemple, on ne dissuade pas un bombardier stratégique qui s'approche de nos frontières sans s'identifier en plaçant en alerte nos forces aériennes stratégiques.

Cet héritage gaullien, entretenu et maintenu depuis plus de 50 ans, est une chance pour l'Europe. Il n'est évidemment pas question de transférer ce symbole de souveraineté et outil de puissance (ultima ratio regis) à une instance supranationale non élue par le peuple souverain. Mais la France, en tant que puissance majeure en Europe, contribue à protéger l'Europe, à la fois dans le cadre de l'OTAN (article V) et de l'UE (article 42 TUE). Elle a besoin pour cela d'un modèle d'armée complet.

A vrai dire, l'armée française en 2020 garde encore des lacunes capacitaires (les plus connues sont dans le domaine de la surveillance aéroportée et des avions de ravitaillement et de transport stratégique) que la loi de programmation militaire (LPM) en cours n'a pas encore eu le temps de combler. Cela prendra des années, à moins d'accélérer le rythme des livraisons. Les forces armées françaises sont également sous-dimensionnées au plan humain ce qui conduit à des tensions fortes sur le personnel et la préservation des compétences.

Retombées immédiates de la dualité

Or, l'investissement de défense étant rentable économiquement à long terme, notre pays devrait investir pour devenir une puissance militaire incontestable, afin de dissuader tout chantage potentiel à l'encontre des intérêts européens de la part des trois grandes puissances, voire d'une puissance régionale (Turquie, Iran...) et pour continuer à défendre les valeurs européennes à l'international. Ce "hard power" interviendrait à l'appui du soft power. Cela permettrait en outre à l'Europe de ne pas sortir de l'Histoire. C'est également une réponse à la question du projet à proposer aux Français pour les mobiliser et refonder la cohésion sociale, d'autant que, plus on investit dans la défense, plus on disposera à terme de capacités à investir ailleurs.

La dépense de défense n'est pas un centre de coût ; c'est une dépense vertueuse, qui stimule l'innovation, la productivité et l'exportation, tout en développant le tissu industriel dans les territoires ; un euro investi dans la défense en rapporte deux au bout de dix ans (cf. https://ecodef-ihedn.fr/impact-economique-de-la-defense/).

Comme pour le plan de relance de 2009, le gouvernement pourrait accélérer le plan de rééquipement des armées en engageant dès maintenant des dépenses prévues dans la LPM. Le budget d'équipement des armées devait passer progressivement de 20,8 milliards d'euros en 2020 à 31,5 milliards en 2025 pour lisser la dépense : accélérons le tempo car les besoins sont identifiés et planifiés. L'actualisation de la LPM prévue en 2021 pour prendre en compte "la situation macroéconomique" et définir la trajectoire de dépenses jusqu'en 2025 est la fenêtre d'opportunité idéale. Utilisons cette clause de revoyure pour accélérer les investissements, voire lancer de nouveaux programmes !

La majorité des entreprises d'armement ayant une gamme de produits civils et militaires, l'investissement dans les programmes d'armement bénéficie immédiatement aux productions civiles. C'est ce que l'on appelle les retombées immédiates de la dualité. C'est particulièrement évident pour des fabrications comme les hélicoptères et leurs moteurs par exemple, mais aussi dans l'électronique ou la vétronique.

Un effet d'entrainement

En renforçant sa puissance militaire, la France parviendra à reconstituer une puissance politique susceptible de rééquilibrer la construction européenne. Au demeurant, investir dans la défense concourra à long terme à résorber le différentiel économique en contribuant à la réindustrialisation de notre pays. La reconstitution de la puissance militaire française aura mécaniquement un effet d'entraînement sur nos alliés, comme c'est déjà le cas, à une échelle réduite, avec notre engagement au Sahel ou la projection de notre groupe aéronaval.

Les autres Européens se joindront à nos interventions, en fonction de leurs moyens et de leurs ambitions. Cela contribuera avec le temps à un meilleur partage de nos visions stratégiques et de la perception des menaces, pour aboutir à une culture militaire partagée. L'Union européenne, en tant qu'institution, a toute sa place dans la réalisation de ce projet, par la mise en place de financements, la mise en cohérence des besoins, l'encouragement à acheter européen (principe de conditionnalité), voire l'achat groupé d'équipements de fabrication européenne.

Simultanément, la France doit rester dans l'OTAN, tout simplement pour ne pas braquer nos alliés contre nous, pour ne pas les apeurer face à toute éventuelle résurgence d'une France bonapartiste, pour les convaincre progressivement qu'il existe une alternative crédible (et moins onéreuse) à l'oncle Sam pour les aider à faire face aux menaces actuelles et futures. En devenant le membre le plus capable militairement de l'OTAN, tout en en laissant le leadership à l'Allemagne, la France contribuerait à réaliser l'autonomie stratégique de l'Europe sans effrayer ses voisins, ni risquer que l'OTAN ne lui devienne hostile.

Ne pas laisser s'installer une Allemagne hégémonique

On le voit, la relance de l'activité économique par l'investissement dans la défense nationale, en sollicitant une base industrielle et technologique de souveraineté, quitte à relocaliser en Europe les productions jugées indispensables, offrirait un levier unique pour l'avenir. La défense (au sens strict) ne représente peut-être que 1% du PIB, voire 1,5 % en comptant les dépenses de rémunération et de fonctionnement dans les territoires, mais son impact est éminemment stratégique en ce qu'il propose un projet structurant pour les 30 ans à venir.

La crise de la Covid-19 nous offre une occasion unique de replacer la France comme partenaire politique de l'Allemagne au sein d'une Union européenne désireuse de briser ses propres carcans mentaux et juridiques pour assurer la survie du projet européen à la faveur de la crise. La France ne peut plus prendre le risque que sa balance commerciale déficitaire dans le marché intérieur (30-35 milliards par an) et sa contribution nette au budget de l'UE (7-8 milliards d'euros par an) affectent le financement de sa défense. Dorénavant, il n'est plus acceptable que les stratégies de pays européens responsables de notre appauvrissement servent les intérêts industriels américains dans l'armement et détruisent les nôtres en refusant l'autonomie stratégique européenne. A défaut d'investissements industriels communs dans le secteur de la défense, la France devrait solliciter un "chèque de retour".

Les Européens sincères ne pourront qu'adhérer à la volonté de notre pays de reprendre en main son destin européen en rééquilibrant l'Allemagne par la puissance militaire. Laisser l'Allemagne établir définitivement son hégémonie, y compris dans le domaine politique et militaire, c'est laisser l'Europe glisser vers la catastrophe. Proposer de refonder l'équilibre originel, à la faveur de la double crise du Brexit et de la pandémie, c'est donner un avenir prospère et démocratique à l'Europe de nos enfants. Tel est le vœu ultime du groupe MARS, qui souhaite la partager à quiconque adhérera à ce projet.

                                       -------------------------------------------------

* Le groupe Mars, constitué d'une trentaine de personnalités françaises issues d'horizons différents, des secteurs public et privé et du monde universitaire, se mobilise pour produire des analyses relatives aux enjeux concernant les intérêts stratégiques relatifs à l'industrie de défense et de sécurité et les choix technologiques et industriels qui sont à la base de la souveraineté de la France.

                                       -------------------------------------------------

Retrouver les onze premières tribunes du groupe de réflexions Mars :

L'investissement dans la défense rapporte plus que ce qu'il coûte

La défense européenne a-t-elle (encore) un sens ?

Le plan de relance européen doit intégrer la défense européenne !

Cinq propositions pour l'Europe de la défense

Souveraineté : et si la France se dotait enfin d'une stratégie industrielle ?

Et si l'épargne française était enfin mobilisée pour équiper les militaires ?

Défense : accélérer la loi de programmation militaire pour relancer l'économie

Mais que pèse l'Europe face au triangle stratégique États-Unis, Chine et Russie

La France, la seule à croire en une "Europe puissance"

Souveraineté en matière de défense : choisir ou se soumettre

Quelles souverainetés face au "triangle stratégique" (Etats-Unis, Chine, Russie) ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2020 à 20:06 :
"Cet héritage gaullien, entretenu et maintenu depuis plus de 50 ans, est une chance pour l'Europe"

En voila une affirmation qu'il conviendrai de faire valider par les peuples Européens, je ne pense pas que cette perception soit si bien partagée à ce jour et merci d'apporter des argument étayant cette assertion, cela fera progresser le débat. Et sinon la bonne question aurait été me semble-t-il: comment faire en sorte que l'heritage gaullien soit une chance pour l'Europe? Thanks & wiedersehen
a écrit le 05/06/2020 à 10:19 :
Vision limitée: il est un peu court de réduire l'UE à l'Allemagne et la France; d'accord, l'UE, c'est la Tour de Babel avec ses divisions linguistiques et nos 365 fromages (français, mais il y en a d'autres en UE), mais c'est aussi un grand marché; nous avons l'avantage d'un niveau de vie général du Nord au Sud assez proche, plus homogène me semble-t-il, que celui disparate de nos concurrents. Il ne nous manque qu'un président de la fédération visionnaire, capable de parler portugais et de se faire comprendre par un finlandais.
a écrit le 05/06/2020 à 7:45 :
Construire des PA , avoir des floppees de zinc qui pour la plupart sont cloues au sol faute de pieces detachees ou trop anciens ! C'est en France.
Il serait preferable de construire une defense sur le renseignement.
En ce domaine de graves lacunes.
Micron chef des armees, la ce n'est plus credible.
a écrit le 05/06/2020 à 7:25 :
L’article est sympa mais il y a des non-dits. Le rééquilibrage peut être fait pour la balance commerciale. C’est essentiel, mais ça implique que l’on pense France et non UE.
Pour les bénéfices de l’augmentation des dépenses militaires, la question n’est pas de savoir s’il y en a, car il y en a. La question est de savoir où on prend l’argent, qui paie. L’idée du chèque est bien, mais il faudra savoir combien de temps les allemands nous garderont dans l’euro si on commence à ne pas agir comme des imbéciles. Et là, la question de la solvabilité de la France et donc de la remise en cause des dépenses sociales sera posée. Si on remet en cause les dépenses sociales, il faut reindustraliser le pays. Ça, ça signifie des mesures protectionnistes (Tarifaires ou monétaires) et donc potentiellement moins d’UE.
a écrit le 04/06/2020 à 21:53 :
Intéressante vision franco française mais je pense que l'auteur s' est peu intéressé aux besoins des autres pays. Ils ont peut-être un avis.
a écrit le 04/06/2020 à 18:57 :
Le lobby militaro-industriel a encore frappé. Il se paye des articles complet d'info-publicité dans LT.

S'il y a un rééquilibrage militaire à faire en Europe, c'est plutôt aux alliés de se sortir les doigts, et pas à la France qui représente déjà plus de 70% du potentiel de défense.

En france, je pense qu'on a besoin d'infirmières, d'hôpitaux et de matériel de réanimation, .....et pas d'adjudants chefs, d'armes de poings allemandes et de chaussettes chinoises.
a écrit le 04/06/2020 à 17:00 :
Exact. Quitte à dépenser autant d'argent pour des menaces improbables (guerre nucléaire etc) alors que la croissance de l'Afrique et du Moyen-Orient va exploser et donc, par conséquent, le terrorisme et les problèmes migratoires que nous commençons à peine à connaître, il serait plus prudent, selon moi, de partager les responsabilités et ses frais exorbitants et insoutenables dans le futur avec notre cousin Allemand.
Pourquoi ne pas construire notre porte-avions avec l'Allemagne et partager notre siège de l'ONU pour représenter l'Europe et travailler de concert ?
Cela ne nous empêche pas de garder seul notre compétence atomique.

Quant à nos alliés Américains qui nous ont sauvé et soutenu pendant 70 ans, il est temps de les remercier et leurs montrer enfin que, contrairement à eux, nous pouvons avoir de bons rapports de voisinage avec les pays hors-UE (Russie et Turquie), ce qui favoriserait la paix sur le continent Européen et notre porte-monnaie.
La Suisse est riche et bien portante car elle est en paix depuis très longtemps....
Réponse de le 05/06/2020 à 22:28 :
Bon, on part de loin... un PA franco-allemand... on tire le capitaine à la courte paille? Le commandement change tous les 6 mois? Et si on est pas d’accord, le PA reste à quai? Ou il part quand même? Parceque... aux dernières nouvelles, le président français est à la tête d’un peuple souverain. On tue au nom de la France ou au nom de l’Allemagne. Un soldat ne se fait pas tuer pour rien. Le militaire, c’est prêter allégeance à une cause qui transcende l’homme, pas à une technocratie. Personne ne crois en l’UE. On ne meurt pas pour défendre ça. On s’en accommode, c’est tout.
a écrit le 04/06/2020 à 13:30 :
Les Allemands ont déjà tout pris à la France ... il n'y a plus rien à défendre. Cet article est une grande illusion qui était la seule choose rest encore a la France
a écrit le 04/06/2020 à 12:51 :
Pour soutenir sa base industrielle aéronautique fortement menacée par la crise actuelle, la France a intérêt à avancer ses programmes d'investissement prévus ds la LPM, ce qu'elle a décidé ds un projet de relance, quitte pourquoi pas, à accentuer avec ses partenaires les engagements ds les programmes militaires du futur.
Mais conclure un tel article, en affirmant qu'il ne faut pas laisser l'Allemagne notre ppal partenaire ds l'objectif de construction d'une défense européenne commune, devenir hégémonique ds le domaine militaire, c'est gommer un peu vite plus de 60 ans de souveraineté nationale acquise de hte lutte tt au long de la guerre froide.
La modernisation récente du CDG et le lancement des études pour son remplaçant, le renouvellement en cours ou prévu de la force stratégique, le passage à la version 4 connectée du Rafale, l'effort accru sur la cyberdefense et la militarisation de l'espace, la mise au point de missiles hypersoniques à l'instar des 3 puissances militaires dominatrices...témoignent, s'il en est, du maintien au plus niveau technologique de cette volonté de souveraineté militaire.
l'UE, surtout ds le contexte dégradé actuel et les besoins de soutien immenses à venir, temporise à raison en jouant sur une Amérique en quasi guerre froide avec la Chine, qui malgré sa menace et après avoir fait le plein de cdes à son complexe militaro industriel, n'est pas prête à lâcher l'OTAN et à laisser l'UE s'ouvrir aux appétits chinois, tt en stimulant au plus juste l'embryon d'une défense commune à venir centrée sur le duo franco allemand.
a écrit le 04/06/2020 à 12:24 :
Traduisons : la France creuse son déficit et le passager clandestin allemand rigole
a écrit le 04/06/2020 à 11:00 :
Qui ne la mérite pas.
a écrit le 04/06/2020 à 10:14 :
l'avant Covid c'était la course à l'échalotte pour avoir le Budget, soit l'effort militaire français est déduit de sa contribution au budget, soit l'Armée doit rapporter de l'Argent. Cela parait excessif mais à quoi bon envoyer nos impots dans des fonds qui ne créent pas de l'emploi et ne sauvent pas les finances des Gens.

Oui parce que là le probléme c'est l'arret total d'activité pendant plusieurs mois des Artisans, entrepreneurs, commerçants et pas le budget de l'Industrie française militaire, alors OUI je n'ai aucun doute que les fonds de secours font étre canibalisés mais pour moi la souveraineté c'est que les Français puissent s'engager dans l'Armée et pas leurs Impôts.
a écrit le 04/06/2020 à 10:13 :
l'avant Covid c'était la course à l'échalotte pour avoir le Budget, soit l'effort militaire français est déduit de sa contribution au budget, soit l'Armée doit rapporter de l'Argent. Cela parait excessif mais à quoi bon envoyer nos impots dans des fonds qui ne crée pas de l'emploi et ne sauvent pas les finances des Gens.

Oui parce que là le probléme c'est l'arret total d'activité pendant plusieurs des Artisans, entrepreneurs, commerçants et pas le budget de l'Industrie française, alors OUI je n'ai aucun doute que les fonds de secour font étre canibalisés mais pour moi la souveraineté c'est que les Français puissent s'engager dans l'Armée et pas leurs Impots.
a écrit le 04/06/2020 à 9:45 :
On continue de se moquer du Peuple souverain! Comme si... nous n'étions pas mieux armé avant, où nous ne comptions pas sur les autres pour prendre une décision!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :