Christophe Beaux (Monnaie de Paris) à la Tribune des Décideurs : " Il y a plus de fabricants de monnaie en Europe que de constructeurs automobiles"

 |   |  666  mots
Lundi 27 janvier à 12h30, nous recevions Christophe Beaux, Directeur Général de la Monnaie de Paris.

L'invité qui répondait aux questions des internautes dans "La Tribune des décideurs" était cette semaine Christophe Beaux, directeur général de la Monnaie de Paris; "la plus vieille entreprise du monde" selon lui, puisqu'elle frappe la monnaie depuis 1150 ans. Et jouit donc d'une position privilégiée, dont son directeur s'enorgueillit :

"Nous sommes la seule entreprise qui puisse affirmer que tous les Français utilisent quotidiennement son produit"


Mais peut-être plus pour longtemps. Car les moyens de paiement connaissent leur révolution, et la monnaie qui déforme nos poches pourrait bien appartenir au passé... Pourtant, Christophe Beaux reste optimiste :

" Il y aura toujours de la place pour les pièces dans le porte-monnaie des gens : ni le chèque ni la carte bleue n'ont tué les billets, et les pièces. Il ne faut pas oublier que le paiement mobile est traçable... Et puis votre mobile n'est pas sans failles : comment paierez-vous si vous n'avez plus de batterie ? "

De nouveaux horizons

Toutefois, il vaut mieux prévenir que guérir, et c'est pour cela que depuis son arrivée à la Monnaie de Paris en avril 2007, Christophe Beaux a élargi les horizons de la société ancestrale pour développer de nouveaux relais de croissance :

"Nous avons un site historique magnifique, qui abrite des métiers d'art que l'on doit préserver. Et pour les préserver, nous devons les montrer. "


Cette année, l'aile "Mansart" du quai de Conti ouvrira ses portes au public, alors que le palais accueille déjà des expositions d'art contemporain (notamment de photographie), depuis plusieurs années. Un développement "naturel" pour son directeur général, qui entend aussi développer la création de médailles et de pièces de collection :

"Le style de la frappe de monnaie a toujours incarné une époque, et représente en cela un objet d'art. Quand on a crée l'euro, on a décidé que les billets seraient communs à toute la zone, alors que les pièces possèdent une face nationale.  Ça en dit long sur le lien culturel très fort entre la monnaie et les peuples."

Plus de compétitivité en zone euro

C'est aussi pour cela que, aujourd'hui encore, chaque pays de la zone euro ou presque produit sa propre monnaie. On y compte en effet 15 instituts de frappe, pour 17 pays adhérents :

"Chaque pays a organisé un monopole domestique de la monnaieIl y a plus de fabricants de monnaie en Europe que de constructeurs automobile ! Et encore, les constructeurs automobile, eux, font des modèles différents."

Pour modeler le marché, et en tirer davantage profit, Christophe Beaux a même sa petite idée...

"Il faudrait faire des appels d'offres européens pour que les entreprises les plus compétitives fabriquent pour les pays moins compétitifs, leur faisant ainsi réaliser des économies."

Le bitcoin ? "Des coquillages" !

La monnaie de Paris a ajusté ses prix pour augmenter sa compétitivité. Cela leur a ouvert les marchés de pays qui n'ont pas d'entreprise de frappe, comme le Luxembourg, Monaco ou le Bangladesh  :

"On produit 1 milliard et demi de pièces par an, dont 500 à 600 millions de pièces pour d'autres pays de la zone euro, Malte, la Grèce, ou même d'autres pays du monde. On est seulement 4 ou 5 monnayeurs à fournir les pays qui n'ont pas d'entreprise de frappe.

La Commission européenne doit rendre dans les mois qui viennent un Livre vert qui pourrait préconiser un regroupement des entreprises de frappe de la zone. Ce qui pourrait aider le secteur à se consolider, pour peser davantage mondialement. Surtout devant la menace du bitcoin ?

"Le bitcoin est éventuellement un concurrent des devises, mais pas de la monnaie physique. C'est un processus archaïque : aucune banque centrale n'en assure la valeur légale, et nous n'avons aucune garantie de pouvoir l'utiliser partout. En somme, c'est comme si on s'échangeait des coquillages."

Plus d'informations sur Décideurs TV

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :