[6/6] Municipales : Rennes se transforme pour accueillir toujours plus d’habitants

 |   |  457  mots
(Crédits : Reuters)
Rennes, un chantier à ciel ouvert ? Portée par son image de ville où il fait bon vivre, son essor démographique et économique, la capitale bretonne a opéré une véritable métamorphose urbaine. Pas du goût de tous.

À Rennes, la question du logement, de la construction et de l'urbanisme va prendre sa part dans la campagne des municipales : les prix de l'immobilier continuent de s'envoler (2 740 euros en moyenne au mètre carré dans l'ancien) et la métropole accueillera environ 90 000 nouveaux habitants en 2035 (443 192 actuellement, + 1,4 % par an, 216 815 à Rennes, + 0,7 % par an).

De nombreux Rennais reprochent à la maire sortante Nathalie Appéré (PS) sa politique de construction débridée et de densification par la hauteur. Ces six dernières années, la ville (avec la métropole) s'est engagée dans de grands projets structurants (nouvelle gare et LGV, deuxième ligne de métro...) et une politique de renouvellement urbain associant mixité sociale, accès facile aux commerces, aux écoles, aux emplois et innovation architecturale. À travers des programmes comme la tour d'habitation de 17 étages à Maurepas-Les-Gayeulles ou la nouvelle ZAC de Baud-Chardonnet, l'objectif affiché était de « réveiller la skyline » de Rennes tout en n'excluant pas les classes moyennes et modestes.

« Ces six années ont donné aux habitants un sentiment d'urbanisme brutal », a attaqué Carole Gandon, la candidate de LREM,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2020 à 9:21 :
40 ans de socialisme que cela bascule à droite ou reste à gauche mais que cela change : l’entre-soi à développer une prétention à la mairie... certains élus comme celui à la ville justement sont des dangers pour Rennes, des bouchers !
Quant aux verts ils sont à la mairie depuis des années et Rennes est une des capitales régionales les plus minérales qui soient... plus passionnés de politique que de verdure et ça c’est vraiment dommage pour nous...
Bref Apéré va repasser en étant toujours aussi fade
Réponse de le 29/01/2020 à 2:13 :
En France le socialisme ne l'est que de nom, il est neolibéral et en couchant avec la droite, il a accouché d'une bête immonde, le macronisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :