La Bretagne veut monter en puissance sur l'hydrogène

 |  | 923 mots
Lecture 5 min.
La station mobile flottante (STSH2) de production et distribution d'hydrogène fait partie des trois types de solutions développées par EODev. Le générateur compact GEH2 est pour sa part équipé de la dernière génération de pile à combustible (PAC) Toyota.
La station mobile flottante (STSH2) de production et distribution d'hydrogène fait partie des trois types de solutions développées par EODev. Le générateur compact GEH2 est pour sa part équipé de la dernière génération de pile à combustible (PAC) Toyota. (Crédits : C EODev/Romain Jallon/Eneria)
Les projets de tous types attirent les investisseurs : un navire à hydrogène décarboné, des générateurs électro-hydrogène, des stations mobiles flottantes de production et de distribution d'hydrogène vert... Dans la Région, EDF se positionne pour promouvoir la transition énergétique.

La Bretagne, nouvel eldorado de l'hydrogène vert ? Ces derniers jours plusieurs partenariats ont été dévoilés, portés par une idée commune : accélérer l'industrialisation et la commercialisation des solutions à hydrogène "Made in Bretagne".

C'est par exemple l'ambition d'EODev, filiale à 100 % d'Energy Observer, le premier navire à hydrogène décarboné mis au point à Saint-Malo et embarqué depuis 2017 dans un tour du monde. La jeune pousse créée en 2019 à partir des travaux de recherche et développement effectués à bord d'Energy Observer, développe des produits et solutions fondées sur l'utilisation intelligente de mix énergétiques alliant différentes sources d'énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien) avec l'hydrogène comme moyen de stockage.

Après un premier tour d'amorçage réalisé en 2019 et la signature de plusieurs partenariats industriels (Engie, Chereau véhicules frigorifiques, CMA CGM, CNES, Toyota) pour concevoir des prototypes, EODev vient d'annoncer une première levée de fonds de 20 millions d'euros. Le financement provient des partenaires historiques d'Energy Observer tels que les groupes Accor et Thélem...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2020 à 18:02 :
Allons-nous avoir assez d'eau en Bretagne pour la convertir en hydrogène ? Naaaaan, je plaisante ;) Plus sérieusement, la quantité d'eau nécessaire va irrémédiablement renchérir le prix de ce nouveau pétrole. Des études ont-elles été réalisées pour déterminer la possible augmentation du prix de l'eau ? Le problème ne se posera pas si on utilise l'eau de mer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :