Île-de-France : moins d'investissements étrangers, mais plus d'emplois créés

 |  | 789 mots
Lecture 5 min.
« Chaque IDE a apporté en moyenne 32 emplois en Île-de-France », s'est félicitée Valérie Pécresse.
« Chaque IDE a apporté en moyenne 32 emplois en Île-de-France », s'est félicitée Valérie Pécresse. (Crédits : Reuters)
En 2020, la région francilienne a reçu 336 investissements directs étrangers (IDE) avec 10.797 emplois à la clé. C'est 79 IDE de moins qu'en 2019, mais 1.137 emplois de plus que l'année précédente.

Malgré « une année dramatique, une année hors-norme », selon la présidente Valérie Pécresse, l'Île-de-France s'est affirmée en 2020 comme « un refuge solide » pour les investissements directs étrangers (IDE). A la clé : 10.797 emplois créés, contre 9.660 en 2019. « C'est un nouveau record ! » s'est exclamée, ce 16 mars 2021, la présidente (Libres !) du conseil régional.

91 communes bénéficiaires

Entre l'année précédente et l'année dernière, la quantité d'IDE a pourtant diminué en Île-de-France, comme partout en France et dans le monde (- 33% à - 42%). De 415 investissements directs étrangers en 2019, la région francilienne en a recensé 336 en 2020. Dans le détail, 225 créations d'IDE en 2020 contre 321 en 2019, et 94 extensions d'investissements directs étrangers versus 111.

« Chaque IDE a apporté en moyenne 32 emplois en Île-de-France », s'est encore félicitée Valérie Pécresse.
« La région souffre mais n'est pas malade », a commenté le président (LR) de l'agence d'attractivité Choose Paris Region, Franck Margain.
« 91 communes ont bénéficié d'investissements directs étrangers en 2020 » a appuyé son directeur général Lionel Grotto.

Les deux-tiers de ces emplois ont été créés en dehors de Paris et même 40% en grande couronne : Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Val-d'Oise. Précisément, quatre projets sur cinq concernent des centres de décision, de recherche et développement (R&D) et de services aux entreprises. Le tout majoritairement dans les commerces, les nouvelles technologies et les sciences du vivant.

2021 et 2022 « en forte reprise »

Grâce aux Européens - 215 sur 336 investissements directs étrangers, dont un quart venant d'Allemagne - et aux Américains - un tiers - qui créent surtout des emplois dans l'industrie - deux fois plus qu'en 2019 - « la réindustrialisation de l'Île-de-France est une réalité qui se concrétise », a relevé la présidente du conseil régional. « L'attractivité, c'est de l'emploi, c'est une nécessité alors que le chômage risque de bondir », a-t-elle ajouté.

La Région ne décèle pas pour autant d'annulation de projets et parie sur « un rebond économique » sur le plan mondial comme en Île-de-France. « 2021 et 2022 seront en forte reprise. Je suis persuadé que les implantations seront plus riches en matière d'emplois », a déclaré Franck Margain, conseiller régional (LR) et président de Choose Paris Region.

Lire aussi : Attractivité de l'Ile-de-France: excellent cru 2019, débuts prometteurs pour 2020

En attendant, le Brexit aurait par déjà débouché sur le déblocage de 100 projets et la création de 50.000 emplois, de l'Autorité bancaire européenne qui s'est installée à La Défense au gestionnaire d'actifs BlackRock. « Ces transferts devraient s'intensifier en 2021. Nous continuerons de dérouler le tapis bleu-blanc-rouge à tous les investisseurs »,  a affirmé Valérie Pécresse.

Lire aussi : « Paris La Défense n'est plus une citadelle » (P.-Y. Guice, directeur général)

1 emploi sur 6 dans une entreprise étrangère

La présidente cite ainsi le portail Smart Implantation qui permet d'identifier les terrains disponibles ainsi que la mise à disposition de 26 sites clés en mains « affranchis des contraintes administratives » et représentant 22.000 emplois potentiels sur 270 hectares. Ou encore la création de neufs lycées internationaux d'ici à 2023 dont le prochain ouvrira en septembre 2021 à Palaiseau sur le plateau de Saclay, mais aussi un « très beau projet de campus international » sur le triangle de Gonesse.

Lire aussi : Grand Paris: «le Val-d'Oise ne doit pas être l'oublié des futurs grands projets économiques» (Pierre Kuchly, CCI 95)


De la même manière que le conseil régional met sur la table des espèces sonnantes et trébuchantes : 13,8 milliards d'euros dans le cadre du contrat de relance Etat-région, 1 milliard consacré à l'enseignement supérieur et à la recherche dans le contrat de plan Etat-région (CPER) 2021-2027, 65 millions d'euros d'aides baptisées « PM'up relance industrie » d'un montant maximal de 800.000 euros... Ou encore 1,5 million d'euros pour le pacte quantique d'Île-de-France.

Invité à témoigner, le directeur stratégique d'Ericsson France, Viktor Arvidsson, qui a installé un centre de R&D sur la 5G à Massy (Essonne) avec 60 salariés, a promis d'embaucher 3.000 personnes d'ici à 2023. D'autant que selon la Région, 600.000 Franciliens travaillent déjà dans une entreprise étrangère, soit un emploi sur six dont un sur cinq dans l'industrie.

Parallèlement, l'Office européenne des brevets (OEB) a publié aujourd'hui son baromètre annuel de l'innovation. Si la France s'affirme comme le deuxième pays le plus innovant de par l'augmentation de son nombre de demandes de brevets (+3,1%), l'Île-de-France « confirme sa place de championne française » avec 6.507 demandes déposées en 2020 derrière la Bavière et devant les régions AuRA et Sud.

Lire aussi : "Choose France" : l'Etat se plie en quatre pour attirer les talents étrangers dans les startups

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2021 à 10:21 :
la France dans son ensemble a fait preuve d'une bonne résilience en 2020, avec une baisse des investissements étrangers de 17%, contre -19% en Europe et -33% dans le monde (Business France).
a écrit le 17/03/2021 à 8:45 :
Il faudrait détailler ces investissement, ce serait capital je ne sais pas si vous l'avez fait, si oui bravo mais si non pour la prochaine fois n'hésitez pas.

Pourquoi ? Parce que si ces investissements en moins sont du fait de l'Allemagne, de la Chine ou bien des différentes monarchies pétrolières c'est un bon signe, si par contre ces investissements reculent de la part des américains, des japonais, des coréens et autres puissances qui feront le futur c'est une très mauvaise nouvelle et ceci dans tous les secteurs.

C'est vraiment très important car les états unis ont sonné la fin de la mondialisation heureuse, les positions des différentes puissances mondiales, donc je ne parle pas de l'UE qui n'est qu'une entité financière sans intérêt, sont en train de se crisper, de se conforter, on entend parler de plus en plus régulièrement de combats par ci par là engageant ces mêmes puissances politiques et militaires. Le monde est en train de changer de nouveau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :