Reconfiner à Paris ? En « ultime recours », alerte le patronat

 |  | 395 mots
Lecture 2 min.
La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo et son premier adjoint (PS Emmanuel Grégoire.
La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo et son premier adjoint (PS Emmanuel Grégoire. (Crédits : Reuters)
La CPME Paris Île-de-France, comme le Medef parisien, interpelle la Ville avant toute prise de décision sur un éventuel reconfinement sur les modèles de ceux pris à Dunkerque et à Nice.

Emmanuel Grégoire ne parle plus de reconfinement à Paris pendant trois semaines. En conférence de presse ce vendredi 26 février, le premier adjoint d'Anne Hidalgo a évoqué "une hypothèse" et promis de "travailler avec les représentants d'intérêt économique et les acteurs sectoriels - de la restauration, culturels - afin de retrouver une forme de retour à la vie normale au printemps".

"Ultime recours sanitaire"

"Il ne m'appartient pas de m'exprimer sur la meilleure réponse à apporter [en matière sanitaire, Ndlr]", réagit auprès de La Tribune le président du Medef parisien Charles Znaty

"Le reconfinement doit être l'ultime recours sanitaire après avoir épuisé des alternatives mieux-disantes pour nos activités et nos libertés", considère Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Paris Île-de-France.

Outre une conférence de la relance qui s'est tenue le 9 février dernier à l'Hôtel de Ville, la mairie travaille déjà avec tous les acteurs économiques et financiers, privés et publics, de la région dans le cadre d'un comité de suivi de la Covid-19. Elus ou décideurs, tous considèrent en outre que si reconfinement il y a, il ne devra pas concerner que Paris, mais le périmètre métropolitain voire la région francilienne dans son ensemble.

Un plan de relance dédié à Paris ?

Le cas échéant, ce confinement numéro trois devra être compensé à 100% et être accompagné par un renforcement du moral des chefs d'entreprises, prévient d'ores et déjà le patron de la confédération des PME parisiennes et franciliennes. "Les modalités [de reconfinement] devront être structurellement adaptées, évolutives et proportionnées en évitant les discriminations", ajoute Bernard Cohen-Hadad.

Son homologue du Medef Paris continue, lui, de défendre un plan de relance dédié à Paris, au regard du "désastre économique, social et culturel". "La capitale est infiniment plus touchée que le reste de la France", insiste Charles Znaty.

En attendant, la Ville a déjà voté un investissement de 1,4 milliard d'euros dans le cadre de son budget 2021. Au menu : construction de logements, rénovation thermique, infrastructures, mobilités actives (marche, vélo, trottinette... Ndlr), transports en commun et végétalisation. Reste à voir si cela suffira pour refaire repartir l'économie parisienne.

Lire aussi : Pour le patronat, Paris va encore plus souffrir du reconfinement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2021 à 18:33 :
C'est uniquement un coup politique Macron fait le pari risqué du non confinement Hidalgo veut se positionner sur le même sujet en partisane du confinement pour prendre date!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :