Waze (Alphabet) teste le covoiturage dans la Silicon Valley

La filiale du géant internet Google a lancé lundi un programme test dans la région de San Francisco.

2 mn

Waze Carpool est pour l'instant réservé aux salariés d'une série d'entreprises de la baie de San Francisco, qui peuvent s'inscrire sur la plateforme pour être prévenus quand quelqu'un veut faire le même trajet qu'eux.
Waze Carpool est pour l'instant réservé aux salariés d'une série d'entreprises de la baie de San Francisco, qui peuvent s'inscrire sur la plateforme pour être prévenus quand quelqu'un veut faire le même trajet qu'eux. (Crédits : Capture écran)

Un concurrent pour Blablacar ? L'application mobile de navigation routière Waze, créée par deux Israéliens, et achetée en 2013 par Google pour plus d'un milliard de dollars, a en effet lancé lundi un programme pilote de covoiturage dans la région de San Francisco, disant vouloir contribuer à réduire les embouteillages aux heures de pointe dans la Silicon Valley.

Celui-ci est pour l'instant réservé aux salariés d'une série d'entreprises de la baie de San Francisco, qui peuvent s'inscrire sur Waze pour être prévenus quand quelqu'un veut faire le même trajet qu'eux. Cela "facilite le covoiturage avec des voisins et des collègues qu'on connaît ou qu'on n'a pas encore rencontrés", fait valoir l'application sur son site internet.

Deux trajets par jour

Waze Carpool n'a pas pour objectif de fournir une source de revenus aux conducteurs, qui ne peuvent utiliser la fonctionnalité que deux fois par jour, pour aller travailler le matin et rentrer chez eux le soir, et sont uniquement compensés pour leurs coûts de carburant (par l'intermédiaire de l'application).

Cela n'entre donc pas en concurrence frontale avec un service de réservation de voiture avec chauffeur comme Lyft ou Uber - dont le géant internet avait été un des premiers actionnaires via sa filiale d'investissement Google Ventures, alors qu'il avait lui-même tenté de mettre en place un service de mise en relation entre passagers et chauffeurs en 2005.

Lire aussi : Google, Uber : qui est la poule, qui est l'oeuf ?

Mais cela pourrait toutefois contribuer à rafraîchir les relations entre les deux entreprises, qui rivalisent déjà sur des projets visant à développer des voitures autonomes, sans chauffeur.

Les GAFA misent sur le transport

Quoi qu'il en soit, le covoiturage, et globalement le secteur du transport de personnes à la demande, semble susciter l'intérêt des mastodontes de la high tech, les fameux GAFA. C'est en tout cas ce que laissent penser certains récents investissements. A l'instar d'Apple, qui vient d'injecter un milliard de dollars dans l'application chinoise concurrente d'Uber, Didi Chuxing. Quant au réseau social de Mark Zuckerberg, Facebook a récemment déposé des brevets, laissant entrevoir un certain intérêt à l'égard du covoiturage.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.