Achat de SFR : Numericable lance un ultimatum à Vivendi

Numericable, la filiale d’Altice, donne jusqu’au vendredi 14 mars à Vivendi pour choisir son offre d’achat de SFR. Sur ce dossier, l’entreprise a un rival de taille: l’opérateur Bouygues.
Pour acheter SFR, Numericable proposerait 11 milliards d'euros en cash et 32% du nouvel ensemble fusionné, financés à hauteur de 8 milliards en dette et de 3 milliards par augmentation de capital.
Pour acheter SFR, Numericable proposerait 11 milliards d'euros en cash et 32% du nouvel ensemble fusionné, financés à hauteur de 8 milliards en dette et de 3 milliards par augmentation de capital. (Crédits : reuters.com)

La bataille des offres succède à la guerre des prix. Dans le secteur des télécoms, c'est le branle-bas de combat depuis que la mise en vente de SFR a été confirmée et surtout depuis que Numericable et Bouygues Télécom ont déposé des offres à sa maison-mère, Vivendi. Dernière manœuvre en date : celle de Numericable qui impose un ultimatum à la multinationale.

>> Vivendi a reçu deux offres de Bouygues et de Numericable pour SFR

Investissements dans le plan haut débit

Dans un communiqué publié ce mardi, la filiale d'Altice indique son offre "est valide jusqu'au vendredi 14 mars". L'entreprise fait valoir en outre que ce projet de fusion est :

"Incontestablement le plus avantageux pour les salariés, les clients et pour l'ambition française sur le marché des télécoms."

Elle met en avant des projets d'investissement liés au "plan France Très Haut Débit du gouvernement" et surtout la protection des emplois.

>> La Mission Très haut débit dévoile son plan pour la fibre optique

Pour acheter SFR, Numericable proposerait 11 milliards d'euros en cash et 32% du nouvel ensemble fusionné, financés à hauteur de 8 milliards en dette et de 3 milliards par augmentation de capital.

 Les emplois: "ligne rouge"

La protection des emplois représente une "ligne rouge" a prévenu Arnaud Montebourg dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France paru dimanche 9 mars. Dans cette interview, le ministre du Redressement productif donnait sa préférence à l'offre de Bouygues Télécoms car elle permettrait de réduire à trois au lieu de quatre le nombre des acteurs sur le marché et ainsi de renforcer le secteur des télécoms français par rapport à ses concurrents dans le reste du monde.

L'opérateur appartenant au groupe Bouygues représente un rival puissant face à Numericable dans le dossier SFR. Afin de s'assurer toutes les chances de voir son offre validée par l'Autorité de la concurrence, l'entreprise dirigée par Olivier Roussat n'a pas hésité à conclure un accord de principe avec Free afin de lui une partie de son réseau d'antennes. Ce qui a été accueilli de façon positive par l'organisme

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 17/03/2014 à 17:56
Signaler
Voici pourquoi Montebourg a raison d être méfiant: SFR est trop gros pour NUMERICABLE, sauf a s endetter de manière inconsidéré, à moins que ce ne soit une opération masquée pour permettre à VODAFONE ou un autre opérateur étranger en embuscade de ra...

à écrit le 14/03/2014 à 9:38
Signaler
En aucun cas vous devez vendre a l'opérateur numericable qui ne faction ne pas bien du tous et que tous ce que je connaît son pleine,bouygue SFR son parfait dans les deux sens pour moi bouygue serait encore meilleur affin de ce developer mutuellement...

à écrit le 13/03/2014 à 14:27
Signaler
MONTEBOURG roule pour BOUYGUES comme Sarko roulait pour BOUYGUES.. Comme quoi, Moi Président n'a rien changé au relation"normale" qu'entraine nos politiques et BOUYGUES

à écrit le 13/03/2014 à 14:25
Signaler
Boiuygues tel est en faillite. Le seul projet porté par Martin Bouygues aura été une perte ! C4est d'ailleurs SFR/BOUYGUES et ORANGE qui avaient été condamné pour entente illicite. Et maintenant , MONTEBOURG les defend.. Le pire c'est que certai...

à écrit le 13/03/2014 à 14:22
Signaler
car elle permettrait de réduire à trois au lieu de quatre le nombre des acteurs sur le marché et ainsi de renforcer le secteur des télécoms français par rapport à ses concurrents dans le reste du monde. Merci Montebourg de faire cela a notre detri...

à écrit le 11/03/2014 à 12:38
Signaler
Revoir un autre article; en résumé: "Numéricâble: Suisse/Luxembourg/Guernesey...". Peut être qu'en tant que consommateurs SFR, les français y gagneraient; mais en tant que contribuables, ils ont tout à y perdre !

à écrit le 11/03/2014 à 10:39
Signaler
le groupe Bouygues, un rival puissant ?

le 11/03/2014 à 14:40
Signaler
En quoi cela vous étonne ?

le 11/03/2014 à 21:37
Signaler
Il y a encore un an ! La branche Telecom était en perte et renflouer par celle du BTP, et du jour au lendemain tout va bien !? C'est un peu louche ou bien nous prendre des vessies pour des lanternes....

à écrit le 11/03/2014 à 10:29
Signaler
En politique, les promesses n'engagent que ceux qui y croient ... Montebourg est trop machiavélique pur se faire manipuler par Bouygues, mais comment peut il affirmer que la fusion SFR/Bouygues ne supprimera aucun emploi ? D'abord les boutiques ! D...

le 11/03/2014 à 12:54
Signaler
tu oublies que la couverture pour un client Bouygues sera meilleure demain de même, amortir l'installation des antennes 4G sur une base client 3 fois plus importante est plus facile enfin, augmenter sa base clientèle c'est aussi réduire ses coûts ...

le 11/03/2014 à 13:45
Signaler
il a tout compris

à écrit le 11/03/2014 à 10:10
Signaler
D' un strict point objectif, le deal numericable-sfr est le mieux à même de protéger le consommateur... objectif premier que semble oublier les " autorités " toute soviétique de l' état.. la concurrence c' est le nerf de l' économie. Aprés la main su...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.