Le PDG d'Orange déplore « un vrai problème avec le prix du dégroupage »

 |  | 893 mots
Lecture 5 min.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange. (Crédits : Reuters)
Alors que de nombreux élus locaux se plaignent de coupures sur le réseau cuivre d'Orange dédié au téléphone et à l’ADSL, et chargent copieusement l'opérateur, Stéphane Richard juge ces critiques « excessives ». Le PDG du groupe estime qu’il faut augmenter le prix du dégroupage, payé par les opérateurs alternatifs pour accéder à cette infrastructure, pour investir davantage de moyens dans son entretien.

Stéphane Richard a présenté ce mercredi ses vœux à la presse lors d'une conférence sur le site du futur siège d'Orange à Issy-les Moulineaux. Le PDG du leader français des télécoms a suivi avec attention les piques de nombreux maires, qui tirent à boulet rouge depuis plusieurs semaines sur la qualité de service du réseau cuivre. Aux dires des élus locaux et de plusieurs parlementaires, celui-ci s'est largement dégradé. Des problèmes et dysfonctionnements privent ainsi, déplorent-ils, leurs administrés de téléphone et d'ADSL pendant parfois de longues semaines. La grogne est telle que 215 élus ruraux se sont fendus, mi-décembre, d'une tribune au vitriol dans le JDD, accusant l'opérateur historique de délaisser ce réseau dont il a la charge. Il y a deux semaines, le gouvernement s'est emparé du sujet : Cédric O, le ministre en charge des télécoms, a confié à la députée LREM Célia de Lavergne une « mission flash » pour préciser ces dysfonctionnements et faire des propositions à l'exécutif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2021 à 18:24 :
Stéphane Richard estime que sa rémunération de 1,61 millions (fixe + variable) pour l'exercice 2019 insuffisante et qu'il faut faire payer à la concurrence son train de vie on ne peut plus confortable tout en négligeant l'entretien du cuivre pour justifier les subventions publique au tout fibre optique même lorsque cela n'est pas économiquement viable tel que dans les zones à faible densité urbaine.

Par ailleurs, ces dernières années tous les opérateurs se sont entendus pour augmenter unilatéralement les tarifs des forfaits multiplay en forçant la vente de services auparavant optionnels (e.g. téléphonie illimitée vers les mobiles).
a écrit le 27/01/2021 à 18:18 :
ben c'est pas tres compatible avec le fait que les politiciens veulent offrir des acces en tout gratuit tout illimite a des operateurs qui vendront ca 2 euros pour tous
la france c'est le pays du tout gratuit rembourse par la secu
et quand ca coince, les segolene royal locales disent ' j'ai mis telle entrepoprise devant ses responsabilte' ( et je refile la patate chaude au suivant)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :