Franc suisse : des collectivités françaises en faillite ?

 |   |  943  mots
L'appréciation du franc suisse risque d'avoir des conséquences désastreuses sur les collectivités locales victimes de l'affaire des crédits toxiques.
L'appréciation du franc suisse risque d'avoir des conséquences désastreuses sur les collectivités locales victimes de l'affaire des crédits toxiques.
L’appréciation du franc suisse par rapport à l’euro ce jeudi met en grand danger les collectivités locales ayant souscrit des emprunts indexés sur la parité euro/franc suisse. Les taux d’intérêt annuels dont elles devraient s’acquitter pourraient bondir pour certaines jusqu'à 25% du capital !

Cela ne pouvait pas tomber au plus mauvais moment pour les collectivités locales françaises. La hausse du franc suisse ce jeudi, qui s'est stabilisé au moment de la rédaction de cet article à 1,04 franc suisse l'euro, pourrait avoir des conséquences dramatiques pour un peu plus de 900 collectivités qui ont souscrit des emprunts -très répandus durant les années 2000- dont le taux d'intérêt est indexé sur l'évolution de la parité euro/franc suisse.

En effet, à chaque fois que le franc suisse s'envole, les collectivités concernées voient le taux d'intérêt annuel qu'elles paient sur leur emprunt croître, voire bondir comme cela risque d'être le cas dans les prochains mois. La faute à une vieille croyance de banquiers d'avant crise de 2008 qui disait que rien ne pourrait atteindre la stabilité de la sacrosainte parité euro/franc suisse. Ils n'avaient en rien anticipé que les marchés financiers considéraient le franc suisse comme valeur refuge par excellence à chaque période d'incertitude, le faisant s'apprécier.

L'ardoise risque d'être salée pour les collectivités

Ce cas de figure est donc à nouveau en train de se produire et les collectivités risquent, encore une fois, d'en payer les frais. Mais ce coup-ci, l'ardoise risque d'être très (trop ?) salée pour certaines d'entre elles. En effet, dans les pires des cas, c'est-à-dire pour celles qui ont été contraintes de souscrire ces prêts dits "toxiques" entre 2007 et 2009 à l'époque où l'euro était au plus haut par rapport au franc suisse - le taux de change est montée à cette époque jusqu'à 1,66 franc suisse l'euro -, les taux d'intérêt des emprunts pourraient s'élever à... un quart du capital restant dû.

Les banques, la défunte Dexia en tête, ont souvent introduit dans leurs contrats de prêt une parité « pivot » de 1,44 franc suisse l'euro en dessous de laquelle il est prévu que les intérêts des emprunts s'envolent. Fixe à environ 4,5% lorsque la parité se maintenait au dessus de 1,44, le taux d'intérêt de ces emprunts est devenu variable lorsque la parité est passée en dessous de cette parité pivot. La variation devenant égale à la différence entre le taux de parité pivot et la parité réelle euro-franc suisse divisée par deux, majorée du taux d'intérêt fixe initial.

Concrètement, lorsque la parité réelle était d'1,24 franc suisse l'euro, le taux d'intérêt annuel payé par la collectivité ayant souscrit ce type de prêts s'établissait à (1,44-1,24)/2 + 4,5, soit 14,5% du capital restant dû.
Désormais, avec la nouvelle parité à 1,04, le taux annuel sera de (1,44-1,04)/2+4,5% soit 24,5% du capital restant dû ! Déjà très mal en point, certaines collectivités -qui n'auraient du reste jamais dû souscrire ces prêts- risquent de se retrouver au bord du précipice.

La sollicitation du fonds obsolète ?

Cette catastrophe tombe mal, puisque les collectivités ont jusqu'à la mi-mars pour constituer un dossier et signer un protocole pour bénéficier d'un fonds d'aides public-privé qui leur est dédié. Elles doivent pour ce faire se résigner aussi à attaquer leur banque en justice.

Le fonds est abondé par l'État et les banques mais est insuffisamment doté : seulement 1.5 milliard d'euros sur quinze ans, alors que l'indemnité de remboursement anticipée globale dont devraient s'acquitter les collectivités pour sortir de cette affaire s'élèverait à environ 6 milliards d'euros, dit-on dans les couloirs de la Sfil, la société détenue par l'État français. Cette dernière a repris dans son bilan l'écrasante majorité des prêts « toxiques » de la défunte Dexia, l'ancien leader du marché.

Or, à une parité d'1,04 franc suisse l'euro, l'indemnité de remboursement anticipée globale risque de bondir de plusieurs milliards ! Et de rendre l'aide du fonds encore plus insuffisante qu'elle ne l'était. Les collectivités ont donc encore plus intérêt qu'avant à continuer leurs assignations en justice contre les banques - dont la principale est la Sfil - d'autant qu'elles ont encore des possibilités de l'emporter.

Plusieurs problèmes (insolubles ?) se posent

Du reste, plusieurs questions se posent désormais : en premier lieu, y a-t-il une possibilité que le franc suisse se déprécie par rapport à l'euro, ce qui redonnerait de l'air aux collectivités ? A court et moyen terme, c'est peu probable "si la Banque nationale suisse a supprimé son taux plancher de 1,20 franc suisse l'euro, c'est parce qu'elle n'a plus les moyens de le tenir. Il est donc difficile de penser que cette parité puisse remonter à court et moyen terme", estime Philippe Gelis, président de Kantox, un spécialiste du marché des changes.

Autre question : si elle est durable, qui paiera cette appréciation du franc suisse ? Si ce sont les collectivités locales, certaines risquent le défaut de paiement ; d'autres réduiront drastiquement leurs investissements, moteur de l'économie des territoires ; et d'autres seront contraintes d'augmenter la fiscalité du contribuable local.
Si c'est l'État par le biais du fonds, ce seront quelques centaines de millions, voire quelques milliards supplémentaires dont devront s'acquitter les contribuables nationaux pour payer, une nouvelle fois, les errements de Dexia.

Et si ce sont les banques, et donc principalement la Sfil, cette dernière risque de faire faillite, ce qui engendrerait un risque certain sur les marchés. Quant aux autres banques, elles ont pour beaucoup déserté ce marché il y a plusieurs mois, et on voit mal le pouvoir en place les solliciter pour sauver ce qui reste d'une ancienne concurrente défunte...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2015 à 21:57 :
Mais qui sont tous ces incompétents irresponsables qui jouent avec notre argent, hypothèquent l'avenir de nos enfants et qui jamais dans l'hémicycle ou les assemblées ne remettent en questions leurs avantages gagnés à la sueur de notre front, nous les "sans dents" qui nous levons tous les matins à 4 ou 5 heures pour gagner un smic chaque jour amputé par les hausses d'impôts pour payer les gabegies de leurs copains & homologues en grèce ou ailleurs et qui planquent tout notre pognon sur leurs comptes dans les banques suisses. Mais ce n'est plus grave, calmons nous, Marine monte.
Ne nous étonnons plus que dans cette belle république symbole de l'inégalité, du totalitarisme et du fratricide, que plus grand monde ne souhaite partager un destin commun avec ces élites qui nous ont trahis.
a écrit le 28/01/2015 à 22:08 :
Voilà plusieurs années que les économistes disent de l'euro est trop fort par rapport à d'autres monnaies. Le franc suisse faisait-il parti de ces monnaies? Si oui, élaborer des emprunts sur la parité euro/franc suisse n'était-il pas suicidaire, dans la mesure ou tôt ou tard, l'Europe se devait d'agir pour rectifier l'écart? Les suisses ont tiré les premiers, mais cela change-t-il le fond du problème? Le Conseil de surveillance n'avait-il pas autorité ou devoir de conseil dans cette affaire? Pourquoi faut-il toujours que l'on attende que la "cabane tombe sur le chien"?
a écrit le 22/01/2015 à 13:49 :
C'est bien triste tout ca, mais ca fait tout de meme bien rire quand on pense aux nombreux dejeuners de famille d'il y a quelques annees ou le beauf sort "ah ba nous on a fait une bonne operation, avec notre pret structure en franc suisse on paye seulement 2% pour le credit immo!"
Réponse de le 30/01/2015 à 12:49 :
Cher Tyler : petite précison car vous ne savez peut etre pas grand chose des prets immo en CHF. Cela n'a rien à voir avec cet article. Les frontaliers qui contractent des prets en Francs Suisses ont un taux de change bloqué à la signature du pret, donc ce taux n'augmente pas ni ne diminue en fonction de la conjoncture. Ce taux de change et je dis bien TAUX DE CHANGE (pas le taux d'interet, qui lui dépend du type de pret contracté) reste FIXE pendant toute la durée du pret.
a écrit le 19/01/2015 à 14:24 :
A quand une loi qui engage la responsabilité pénale des élus sur des opérations bancaires et d'empreint à l'aveugle. Dépensons folle ville le contribuable paiera.
Même loi que pour les entreprises faillite = sanctions c'est ça l'égalité
Réponse de le 19/01/2015 à 15:02 :
et des comptables publics
Réponse de le 22/01/2015 à 13:50 :
Pourquoi les elus se tireraient-ils une balle dans le pied en votant une loi qui leur est defavorable?
a écrit le 18/01/2015 à 18:21 :
Quand on est un élu, on peut presque faire tout ce que l'on veut sans jamais être inquiété. Pourquoi croyez vous que les mêmes personnes politiques se ruent sur les places électorales ? la place est tellement douillette....
a écrit le 18/01/2015 à 17:07 :
La SFIL pourrait faire faillite dit l'article : Que l'auteur se renseigne, la SFIL, indirectement c'est l'Etat français ....les couillons seront encore les contribuables, ils ne sont d'ailleurs déjà avec le plan de "désensibilisation aux emprunts structurés ", belle formule pour désigner la gabegie des collectivités locales .....meilleures gestionnaires que l'Etat? A priori il est clair que non. Au fait, je vous donne le nom du prochain scandale : les partenariats public-privé.
a écrit le 18/01/2015 à 15:04 :
Je cherchai dans le monde du vendredi 16 janvier 2015 : débats : ceux qui ne sont pas charlie. RIEN, j'en avait besoin pour ouvrir un débat dans ma classe ! Pourquoi l'impossibilité d'obtenir sur internet ces textes ? Des milliers d'exemplaires étaient une belle ouverture sur la liberté d'expression
a écrit le 17/01/2015 à 22:01 :
1,24-1,04 divisé par deux donne 0,1 soit 10% à rajouter à 4,5%. Pas d'erreur mathématique.
a écrit le 17/01/2015 à 21:58 :
Pour éviter de balancer l'argent par les fenêtres l'état devrait renégocier tous crédits toxiques de taux variable en taux fixe pour avoir une visibilité. Mais non l'état s'en tape. Renégocier les taux la seul solution. OK une aide avec le nouveau fond existe mais bon pour remboursé que les intérêts sans voir la fin
Ou est Mr Macron?
En plus les collectivités pour renégocier leurs crédits toxiques, elles seront face à deux interlocuteurs distincts. Pas facile!
DEXIA scindé en 2 entités l'une devient la Société française de financement local (SFIL), nouvelle banque publique avec 8 milliards d'encours sensibles de DexMa; tandis que l'autre Dexia Crédit Local (DCL), entité résiduelle du groupe en France, conserve 2,3 milliards de prêts à problème.
a écrit le 17/01/2015 à 21:46 :
La Suisse très proche d' entrée dans l' Euro ....
a écrit le 17/01/2015 à 17:23 :
Quand cesser-t-on de mettre à la tête des finances des collectivités locales des pieds nickelés TOTALEMENT incompétents et responsables ?
Réponse de le 17/01/2015 à 21:50 :
@ q
Combien de gens compétents avaient prévus un baril de pétrole à 50 dollars ....réponse ?
a écrit le 17/01/2015 à 16:16 :
Ce ne sont pas les collectivités locales, mais les gens qui les gèrent qui sont responsables.
Ces gens qui jettent l'argent des contribuables par les fenêtres et ont érigés l'irresponsabilité en vertu, ne seront jamais poursuivis. Et l'on s'étonne du taux d'abstention aux élections !
a écrit le 17/01/2015 à 15:10 :
Attention aux calculs : 1,24-1,04 divisé par deux n'a jamais donné 10, mais 0,1 à rajouter à 4,5 !
Réponse de le 22/01/2015 à 13:37 :
0.1 ca fait donc bien 10% a rajouter a 4.5%...
a écrit le 17/01/2015 à 14:30 :
SI L ETAT RACHETTE LES DETTES SE SONT TOUJOURS LES CONTRIBUABLE FRANCAIS QUI PAYERONS L ADITION???
Réponse de le 17/01/2015 à 21:55 :
Ok mais pour éviter de balancer l'argent par les fenêtres l'état devrait renégocier tous crédits toxiques taux variable en taux fixe pour avoir une visibilité. Mais non l'état s'en tape. Renégocier les taux la seul solution.OK une aide avec le nouveau fond existe mais bon pour remboursé que les intérêts sans voir la fin belle carotte.
Ou est Mr Macron?
En plus les collectivités pour renégocier leurs crédits toxiques, elles seront face à deux interlocuteurs distincts. Pas facile!
DEXIA scindé en 2 entités l'une devient la Société française de financement local (SFIL), nouvelle banque publique avec 8 milliards d'encours sensibles de DexMa; tandis que l'autre Dexia Crédit Local (DCL), entité résiduelle du groupe en France, conserve 2,3 milliards de prêts à problème.
a écrit le 17/01/2015 à 12:47 :
A ! il sont forts avec leurs feux d'artifices à plus de 100000 euros pour dix minutes d'extase, et des (grayoux) !mais incapables de faire des pistes cyclables et des parcours santés . ,
a écrit le 17/01/2015 à 11:50 :
1/ une collectivité locale, en droit public, ne peut pas être mise en faillite
2/ une collectivité locale, qui gère les impôts des français, ne doit pas prendre de risque de change, sur aucune devise, quelle qu'elle soit.....si elle le fait c'est en toute connaissance de cause
3/ arrêtez de conspuer les banques avec les prêts toxiques, dont le terme ne signifie rien, parlez plutôt de prêts structurés, qui se mettent en place dans un cadre réglementaire
4/ si les collectivités veulent se retourner contre l'ex DEXIA, elles devront le faire contre l'Etat français qui a repris les encours et risques de cette ex banque dont le capital était déjà détenu par des filiales françaises et une structure étatique suisse.
a écrit le 17/01/2015 à 10:59 :
qui sont ces collectivités ? qui a signé de tels contrat ?
j’espère qu'ils sont toujours en poste, et que leur électeurs s'empresseront de les réélire.
a écrit le 17/01/2015 à 10:38 :
Les évènements prouvent qu'il fallait être prudent ! Et nos politiques qui gèrent les collectivités locales n'ont pas pensé que cela pouvait changer ! Qu'est-ce qu'ils ont forts nos politiques !
a écrit le 17/01/2015 à 10:30 :
Lehman Brothers Vers. 2.0 ( version suisse)
a écrit le 17/01/2015 à 10:29 :
Conséquence de cet incompétence notoire des élus, augmentation des impôts, et comme le dit si facilement notre cher président qui vient de remonter dans les sondages, il y aura plus de sans dents dans ces régions. Transferts automatique vers les pigeons que nous sommes.
a écrit le 17/01/2015 à 10:28 :
les collectivités empruntent à tour de bras mais de façon déstructurée puisque le déficit se creuse, pas de retours. Et de plus avec des montages risqués, des archi nuls en gestion, qui ne font que gaspiller et nous ruiner. Il faut condamner les responsables, qu'ils payent avec leur patrimoine...marre de payer pour ces gaspilleurs à l'infini
a écrit le 17/01/2015 à 10:25 :
à leur fera les pieds aux collectivités qui voulaient se faire de l'argent facilement,
a écrit le 17/01/2015 à 9:09 :
Le franc suisse était considéré comme une valeur refuge, donc que peut-on espérer d'une valeur refuge? tout simplement que la valeur reste constante ou augment mais en aucun cas on s'attend à ce quelle se déprécie, donc la hausse, bien que considérable, est dans le sens attendu d'une valeur refuge. Tant que les banksters ne seront pas responsabilisés pénalement le citoyen con-tribuable paiera les pots cassés.
a écrit le 17/01/2015 à 8:49 :
Désole, mais ( 1,44 - 1,04) + 4,5 , il me semble que ça fait 4,7% , non ?,
a écrit le 17/01/2015 à 8:29 :
Quand est ce qu on arretera de payer pour l incompetence/corruption des politiques et au profit des banques???...cela devient du delire..pas oublier la Grece etc etc...et prochainement l ukraine au profit des US
a écrit le 17/01/2015 à 1:13 :
Les suisses ont voté contre le renforcement de leur monnaie en augmentant les réserves en or de la BNS, par conséquent la hausse transitoire du Franc suisse n'est qu'une anticipation cavalière de la dévaluation de l'Euro après rachat de dettes souveraines par la BCE. Si Mario Draghi continue de baratiner plutôt que d'agir pour enrayer la spirale déflationniste de la zone Euro, alors la BNS changera son fusil d'épaule et la situation reviendra à l'initial. Il n'empêche que les intérêts émis en Franc suisse sur le dos des français auront pris du plomb dans l'aile... tout comme les carnets de commande suisses. Malgré la clairvoyance économique suisse, j'ai du mal à comprendre ce qui me semble être une maladresse!
a écrit le 16/01/2015 à 23:11 :
Jovanovic va en faire des choux gras de cette affaire. L'Euro ne suffit il pas à lui même?
a écrit le 16/01/2015 à 23:08 :
est une catastrophe. Laisser les nouveaux seigneurs locaux signer avec des escrocs banquiers relève de la haute trahison, qui n'est plus châtiée malheureusement.
Réponse de le 17/01/2015 à 1:44 :
Lorsque l'on s'y connait un peu sur ce genre d'emprunt on fait en sorte d'y avoir mis une clause permettant de rembourser à tout moment. Donc très facile de faire un emprunt plus petit en euro avec un taux fixe et bas pour rembourser ce qu'il reste du précédent emprunt.
Réponse de le 17/01/2015 à 10:33 :
le problème n'est pas la décentralisation, mais la transparence et le controle. Si les comptes étaient trasparents, les projets soumis à validation économique, et avec controle et suivi, réorientation si dérive, tout irait bien...
le problème est l'esprit monarchique des élus et le trou noir coté finances
a écrit le 16/01/2015 à 22:44 :
Qui peut expliquer pourquoi un organisme qui vit (voire meurs...) en zone euro, dont les ressources sont et seront uniquement des euros, a besoin d'appuyer ses emprunts sur des monnaies d'une autre économie? Les gens qui ont signés cela devraient aller en taule. Qu'on ne vienne pas nous expliquer que les banquiers font toujours comme ceci ou comme cela, ou qu'on pensait faire une bonne affaire: on est une fois de plus devant les faits et ils sont sans pitié: les signataires de ces collectivités ont faillis. Pour une fois ca serait plaisant de voir ceux qui signent n'importe quoi et nous mettent dans la m.... assumer eux même leurs erreurs au lieu que tout soit noyé dans un océan d'irresponsabilité et que le cochon payeur soit toujours le même..
Réponse de le 17/01/2015 à 0:20 :
Non, seulement la mise en responsabilite sur leur patrimoine propre. Cela en ferait reflechir beaucoup.
Réponse de le 17/01/2015 à 10:31 :
mille fois raison, ces élus sont des anti gestionnaires irresponsables et incompétents, il faut les envoyer au tribunal comme les patrons qu'ils envoient en taule pour bien moins que ça !!!
mais on a une france à deux vitesses, ceux de la vraie vie et le monde politico-administratif !!! rigueur et création de richesses d'un coté, gabegie et dette de l'autre
Réponse de le 17/01/2015 à 14:27 :
EXAT???ON APPELLE CELA DE LA SPECULATION EN DROIT FRANCAIS???
Réponse de le 22/01/2015 à 13:43 :
Moi ce que je trouve inadmissible c'est que les elus locaux aient le mandat et l'autorite suffisante pour contracter ce genre de pret. Prendre des risques exotiques pourquoi pas (bien que comme vous dites, dans le cas de collectivites il me semble plus sage de viser le meilleur alignement possible entre actif et passif... Donc pas besoin de ramener du franc suisse...), mais il faudrait que cela soit coordonne et centralise au niveau d'une equipe competente qui passerait en revue les requetes provenant des collectivites.
a écrit le 16/01/2015 à 21:52 :
A lire les commentaires, il faudrait que les collectivités soient gérées par les commentateurs y a qu à font qu on
Réponse de le 16/01/2015 à 22:57 :
Au moins par des personnes ayant eu une formation en économie - gestion!
Réponse de le 16/01/2015 à 23:19 :
Mais enfin il s'agit juste de bon sens économique. Contracter des prêts adossés à des devises étrangères c'est jouer à la roulette russe. Pourquoi ne pas jouer sur le forex avec l'argent des contribuables tant qu'on y est?
Réponse de le 17/01/2015 à 8:15 :
Oui c est une question existentielle... la réponse une autre question, qui sont nos élus. Ma réponse de compromis en compromission l on passe facilement à corruption. Se rendre a l évidence que notre système est complètement corrompu par ce que chacun d entre nous a , à un moment du besoin d un petit service de la part d un élus....
Réponse de le 17/01/2015 à 8:16 :
Ah ben les experts de ces collectivités prouvent chaque semaine leur totale incompétence, donnez leur donc la légion d'honneur !
a écrit le 16/01/2015 à 20:59 :
De très nombreux prêts toxiques qui vont être casés par exemple auprès des municipalités et des hôpitaux français. Uniquement pour la France, ce sont 5500 communes et plusieurs dizaines d’hôpitaux qui sont concernés, mais sont également concernés les régions, les départements, les organismes de logement, dont les taux étaient parfois liés à l'évolution du franc suisse, du dollar, du pétrole.Les prêts ont été proposés avec de fausses promesses, et au final, les taux d’intérêts ont explosé, gonflant de manière exponentielle l’endettement de souscripteurs.
Avant qu'arrive la LOI DEXIA qui empêchera toute poursuite, les municipalités devraient attaquer en justice pour tromperie .
Combien de milliards d'euros ces sauvetages à répétition coûteront-ils?
a écrit le 16/01/2015 à 20:42 :
Des emprunts toxiques effectués par des élus incompétents pour financer l'explosion des embauches de la fonction publique territoriale dont on ne sait même pas comment on financera leurs retraites. Un espèce d'énorme gâchis exponentiel...
a écrit le 16/01/2015 à 19:58 :
Notre président a dit que cela ne coutait rien car payé par la collectivité! Allez, on augmente les impôts et le tour est joué...
a écrit le 16/01/2015 à 19:31 :
Et il faut rajouter que la descente de 1.6 à 1, taux de change actuel, s'est opérée en plusieurs années. Quid des actions entreprises pour dénouer des positions, et prendre ses pertes. Une immense gabegie des collectivités locales, et leurs élus toujours irresponsables!
a écrit le 16/01/2015 à 18:47 :
enfin une vraie bonne raison pour fusionner des collectivités locales trop soucieuses de leurs prérogatives pour le faire sans contraintes fortes!
a écrit le 16/01/2015 à 18:37 :
Les collectivités locales n'auraient jamais dû jouer à ce jeu ! Elles n'avaient aucune raison de s'endetter en francs suisses. On aimerait avoir la liste des élus responsables, ce serait intéressant à la veille d'élections locales. Malheureusement, c'est le contribuable qui paiera.
Réponse de le 17/01/2015 à 10:36 :
C'est toujours le contribuable qui paie...... Les politiques pouvaient imposer aux collectivités locales de ne s'endetter qu'en Euros et à taux fixe... Ils ne l'ont pas fait pour masquer les mauvaises politiques et aider les banquiers!!!!! Des taux variables aux clauses abracadabrantesques c'est beaucoup plus sexy !!!!!
a écrit le 16/01/2015 à 18:25 :
Encore une conséquence du manque de compétences financières des collectivités locales et de professionnalisme en la matière.
Il est temps que ces collectivités mettent en place de vraies directions financières, de vrais contrôles de gestion au lieu de s'appuyer sur les conseils "avisés" de banquiers qui ne pensent qu'à placer les "produits" du moment !
a écrit le 16/01/2015 à 17:59 :
C'est simple.
Flamby va le dire.
Après les pactes de simplification, de chômage, de terrorisme...
L'année 2015 sera plus que jamais l'année des pactes.
Réponse de le 16/01/2015 à 19:04 :
Il faut surtout que la BCE prête aux états, que les états prêtent directement à leurs administrations, quand on a préférer laisser les banquiers prendre leurs marges... Marrant d'ailleurs, ils sont passés par où nos dirigeants européens?
a écrit le 16/01/2015 à 17:33 :
Dernièrement j'ai échangé quelques courriels avec le chargé des finances de ma communauté des communes au sujet des hausses de taxes locales. Ce brave homme se justifiait par l'inflation qu'il fixait à 4%. C'est dire le niveau ! Mais comme disait Audiard : le problème avec les C... c'est que rien ne les arrête. Nos élus, non plus.
a écrit le 16/01/2015 à 16:54 :
Qui a dit la dette est le signe d une bonne gestion ? ; tellement vrai que les entreprises la mette dans la colonne des actifs. Aussi comme la gestion n est pas au programme ce qui arrive est tout naturel en somme .
a écrit le 16/01/2015 à 16:53 :
.......Relire la fable de Jean de La Fontaine " les grenouilles qui demandent un roi ", et, majorité de demandeurs de droits sans devoir, méditez......
Les grenouilles se lassant
De l'état démocratique,
Par leurs clameurs firent tant
Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique.
Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique:
Ce roi fit toutefois un tel bruit en tombant,
Que la gent marécageuse,
Gent fort sotte et fort peureuse,
S'alla cacher sous les eaux,
Dans les joncs, les roseaux,
Dans les trous du marécage,
Sans oser de longtemps regarder au visage
Celui qu'elles croyaient être un géant nouveau.
Or c'était un soliveau,
De qui la gravité fit peur à la première
Qui, de le voir s'aventurant,
Osa bien quitter sa tanière.
Elle approcha, mais en tremblant;
Une autre la suivit, une autre en fit autant:
Il en vint une fourmilière;
Et leur troupe à la fin se rendit familière
Jusqu'à sauter sur l'épaule du roi.
Le bon sire le souffre et se tient toujours coi.
Jupin en a bientôt la cervelle rompue:
«Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue.»
Le monarque des dieux leur envoie une grue,
Qui les croque, qui les tue,
Qui les gobe à son plaisir;
Et grenouilles de se plaindre.
Et Jupin de leur dire:« Eh quoi? votre désir
A ses lois croit-il nous astreindre?
Vous avez dû premièrement
Garder votre gouvernement;
Mais, ne l'ayant pas fait, il vous devait suffire
Que votre premier roi fut débonnaire et doux
De celui-ci contentez-vous,
De peur d'en rencontrer un pire.»

Jean de La Fontaine, Fables
a écrit le 16/01/2015 à 16:41 :
Ils prennent des responsabilités, et il n'y en a pas un qui sait lire un contrat de prêt ! Aucun de ces élus n'aurait emprunté pour leur immo personnel en structuré CHF, comme toute personne doté de bon sens qui aurait fait un bon vieux taux fixe ou un variable capé euro. Quand ils lisent en gros quelque part avant de signer que la référence de taux dépend de la politique d'une banque centrale étrangère, il n'y a rien qui sonne chez eux ?
Quand à savoir s'ils sont vraiment demeurés, à part dans les petites villes où les élus croisent leurs contribuables tous les jours, la philarmonie de Paris ou le musée des confluences à Lyon sont des témoignages vibrants de la qualité de leur gestion.
Réponse de le 16/01/2015 à 18:17 :
Vos appréciations sont correctes et vos consats sont hélas justes ! Cequi en revenche me met mal à l'aise est votre manque "abyssale" de propositions, d'offres d'actions. C n'est pas un reproche ca je ne fait pas mieux, mais c'est quand même la seule porte de sortie.
Réponse de le 17/01/2015 à 8:33 :
Ou le milliard pour les vaccins et les 800 millions pour Ecomouve ...
a écrit le 16/01/2015 à 16:39 :
les collectivités locales mais au delà toute la classe politique territoriale et nationale a beaucoup trop de pouvoir de nuisance en jouant à la loterie avec notre argent et en voulant s'occuper de tout.
a écrit le 16/01/2015 à 16:22 :
les collectivités sont tout autant responsables que les électeurs qui les ont élues et qui continuent à les élire. Vous savez que ce sont des incapables, et vous continuez. Et bien, maintenant, payons. Je dis nous, car, bien que je n'ai jamais voté pour ces incapables, je suis obligé de payer pour l'incrédulité de certains d'entre vous.J'espère que vous y réfléchirez à deux fois dès les prochaines élections sinon ; ceux qui en auront les moyens finiront par se tirer et laisser une très grande majorité dans le c....a !
a écrit le 16/01/2015 à 16:20 :
C'est bien fait !
a écrit le 16/01/2015 à 16:14 :
La finance devient trop complexe (pour ne pas dire trop opaque, a dessein) pour que des particuliers ou m^me des professionnel de premier niveau soient capables de comprendre les risques. Comme beaucoup des ces personnes sont naïves, ne font pas preuve de modestie, et qu'en plus elles ont avides, c'est facile de les mener en bateau. Et elles deviennent victimes. Quand elles entrainent derrière elles des administrés, c'est bien dommage : il faudrait que l'état s'implique plus, règlemente plus, contraigne plus en s'appuyant sur des vrais professionnels de la finance (fonctionnaires bien sur pour défendre l’intérêt public)...
a écrit le 16/01/2015 à 15:13 :
on parle de la responsabilité de Dexia, écrasante il est vrai, pour avoir proposé des prêts trop complexes et trop risqués pour les collectivités
On ne parle pas du tout, et je pense qu'on le devrait, des responsables des collectivités qui ont joué avec le feu, leur responsabilité est forte, tres tres forte. Soit ils sont incompétents car ils n'ont pas su négocier ou choisir leurs financements, soit ils étaient un peu malhonnetes, car un pret pas cher le temps de leur mandature , mais avec un risque pour le futur, pouvait les arranger à l'époque.
a écrit le 16/01/2015 à 15:05 :
Ceux qui ont bénéficié de ces emprunts à taux réduits sont les contribuables des collectivités locales concernés car ces taux réduits ont permis de réduire leurs impôts (ou de ne pas trop les augmenter). Maintenant que ces taux augmentent il est normal qu'ils payent. Ce sont eux qui ont élu les "responsables" qui ont souscrit ces emprunts.
a écrit le 16/01/2015 à 14:53 :
avec ces fulgurances financières ca va faire cher les ronds points luxueux aménagés en Jardins du Luxembourg et les ruelles équipées comme l'avenue du Château de Versailles !
Les électeurs benêts et pouffs de ces élus des collectivités locales n'ont plus qu'à payer des impôts indexés + 25% en 2015 .. 2016 ... 2017 ... 2020 ... 2025 etc ...
Formidable.
a écrit le 16/01/2015 à 14:52 :
Dire que c'est Kerviel qui a tout pris ... et ainsi masquer le reste des margoulinages banquiers, peut-être même qu'il est complice.
a écrit le 16/01/2015 à 14:35 :
çà monte ou çà descend ??

Dans l'article : " la devise helvétique est montée à cette époque jusqu'à 1,66 franc suisse l'euro "
Je pense qu'il aurait fallu écrire " l'euro est montée à cette époque jusqu'à 1,66 franc suisse "
a écrit le 16/01/2015 à 13:53 :
Ils sont pas capés leur taux d'interet variables ? Je doute que les élus soient des demeurrés comme semble le prétendre l'article.
Tout le monde craint les taux variable, encore plus un élu qui gere l'argent de sa commune. Je le vois mal signé un super taux super avantageux sans fixer un cap à ne pas dépasser.
De plus avec les taux bas ces derniers mois, la plupart des élus ont déja du renégocier leur taux.
Réponse de le 16/01/2015 à 14:41 :
Pas de capé pour les prêts Dexia...
Réponse de le 16/01/2015 à 15:47 :
Demeurés je ne sais pas. Incompétents c'est sûr. Il ne s'agit pas ici de taux variables mais de taux indexés, ce qui est très différent. Techniquement il est possible de les caper mais cela ne semble pas avoir été fait.
pauvres collectivités locales, qui recrutent à tour de bras mais incapables d'avoir des financiers dignes de ce nom. Quand l'état va-t-il les obliger à se financer auprès de lui?
a écrit le 16/01/2015 à 13:44 :
Avant de taper sur les élus des petites communes comme vous le faites, ayez le courage de vous présenter et de faire le boulot
Réponse de le 16/01/2015 à 16:22 :
chez moi les cantonniers sont bureaucrates, payés avec des fonds inexistants !!!!
a écrit le 16/01/2015 à 13:19 :
Rendre les élus locaux responsables sur leurs deniers des erreurs/aberrations de leur gestion, serait un bon début!
a écrit le 16/01/2015 à 12:44 :
que tous les guignols qui ont signé ces conventions de crédit délirantes, aillent suivre des cours de gestion avec Montebourg...
a écrit le 16/01/2015 à 12:37 :
A quand la reprise en main des collectivités par l'Etat ? Les roitelets/barons locaux ne se privent pas de dépenser notre pognon pour des conneries ou des oeuvres à visées électoralistes. Le contribuable ne peut payer davantage !
Réponse de le 16/01/2015 à 13:15 :
commençons à nous poser la question du bien-fondé de ces collectivités et de leurs missions.
dans bien des cas il suffirait de supprimer des lois et des règlements et de rendre leur liberté aux citoyens, on n'aurait certainement plus besoin de fonctionnaires pour nous donner les autorisations de vivre ( ex : tout ce qui concerne les permis de construire et le logement )
a écrit le 16/01/2015 à 12:31 :
Tous ceux qui ont fait souscrire à leur collectivité ces prêts doivent payer de leur poche. Ce serait symbolique, mais peut être que ca responsabiliserait les gens. Faut arrêter avec les préjugés du style "l'immobilier ca ne peut pas baisser", "la parité EUR/CHF est fixe". Faut arrêter ! En finance tout est possible y compris la faillite.
a écrit le 16/01/2015 à 12:29 :
Les banquiers conseils peuvent s'inquiéter. Mauvais conseils entraînent procès pire une impossibilité de rembourser. Pourquoi emprunter dans une monnaie différente de celle de son pays? Quelle en est la raison financière réelle? Stop à la spéculation.
Réponse de le 16/01/2015 à 13:16 :
la raison financière était simple , ils ont réussi à créer des prêts à taux très avantageux à la demande des élus , bon ok , il y avait des risques à long terme ce dont la plupart des élus se moque éperdument.
a écrit le 16/01/2015 à 11:59 :
Toujours à contracter des emprunts n'importe comment pour des projets exorbitants!Ils s'en foutent c'est de l'argent public sans meme comprendre que l'argent public c'est tout le monde qui raque!Ce sont des irresponsables à qui l'argent brule les doigts!Est ce que le contribuable peut encore payer plus???j'en doute!!I Bcp de gens ne pourront plus supporter autant d'impots et vont etre dans la merde à cause de la stupidité des soi diant "élites", pour leurs petits mandats,pour leurs petites gloires!A eux de payer et aux banques escrocs!!!!!
Réponse de le 16/01/2015 à 13:33 :
J'espère simplement que vous êtes au moins élu pour proférer tels arguments, sinon prenez-vous par la main et faites quelque chose pour votre commune ! Vous serez sûrement meilleur que les gens en place
a écrit le 16/01/2015 à 11:58 :
n'oublions pasque le peuple a été le premier bénéficiaire de ces prets via l'action indispensable de nos collectivités
Réponse de le 16/01/2015 à 12:08 :
on pourrait remplacer "action indispensable" par clientèlisme électoral, ce serait plus juste.
mais c'est vrai que le peuple ( enfin, au moins une partie ! ) a bénéficié de toutes ces largesses et qu'il est juste que ceux qui en ont bénéficié paient pour cela. La prochaine fois ils réfléchiront à deux fois sur l'action indispensable de notre mille feuilles de collectivités ( voire même de la justification de son existence )
Réponse de le 16/01/2015 à 12:11 :
vous parlez des ronds points et des sièges de conseils généraux? En tout cas évitez de prononcer le mot "peuple", vous ne savez pas de quoi vous parlez
Réponse de le 16/01/2015 à 12:29 :
SVP, je pense que personne ne l'oublie ceci étant il faudrait également que les personnes signataires soient condamnés pour avoir signés de tel engagements sans aucune compétences de leur part et que l'ensemble des personnes en charge du dossier soient poursuivis aussi
a écrit le 16/01/2015 à 11:54 :
On savait bien depuis un BON MOMENT que le Franc Suisse était sous coté artificiellement . N'importe quel Directeur financier "normal" aurait renégocier de pareils prêts , surtout avec la baisse des taux .
C'est donc de l'incompétence notoire, et ça mérite le licenciement pour faute grave dans le privé, et là on leur fait rien , c'est Aberrant !
Réponse de le 16/01/2015 à 12:10 :
la BNS maintenait artificiellement le taux à 1,2 , il était évident qu'elle ne pouvait pas tenir.
ma petite réserve de CHF a pris 20% dans la nuit !! yes !!
a écrit le 16/01/2015 à 11:41 :
1) la commune n'a pas les compétences pour comprendre ce qu'elle a signé
2) en cas de problème, elle n'a pas les capacités (juridique, technique et financière) de solutionner le problème et se retourne honteusement vers l'état.

Ou était le législateur ? N'ont ils rien vu ? Ne sont ils pas assez nombreux pour voir et légiférer pour éviter ce scandale ?
Réponse de le 16/01/2015 à 12:11 :
le législateur étant copain avec l'élu local , il a préféré regardé ailleurs en espérant que le problème n'apparaisse que le plus tard possible.
a écrit le 16/01/2015 à 11:35 :
Bine sûr qu'elle a les moyens mais ca implique d'imprimer de la monnaie, et ils sont pas aussi stupides que les autres. BCE, Fed, en ont rien à faire de leur monnaie de singes! C'est le petit peuple qui paiera plus tard, quand eux ne seront plus là
a écrit le 16/01/2015 à 11:28 :
Les politiques professionnels UMP et PS qui nous dirigent depuis 40 ans (et qui s'en mettent plein les poches, sans jamais payer d'impot) ont fait de mauvais choix. Ce n'est pas grave : les Français paieront une fois de plus ; ils ont d'ailleurs l' habitude de payer les ardoises de l' UMPS (HLM de Paris, détournements ELF, Incendie du Crédit Lyonnais)
Réponse de le 16/01/2015 à 13:36 :
Et ça fait 40 ans que vous votez UMP et PS !
a écrit le 16/01/2015 à 11:14 :
La grande question est Pourquoi emprunter en devise étrangère!! surtout que ces gens n'ont pratiquement pas de connaissance d'affaire ou alors ils ont des intérêts quelque part.
Mais font pas s'en faire c'est le con tribuable qui va payer.
a écrit le 16/01/2015 à 11:11 :
Si j'ai bien compris, c'est soit les Collectivités locales qui paient, soit c'est l'Etat, actionnaire de Dexia et la SFIL, qui paie, et ce, pour un montant de plusieurs milliards supplémentaires. Quelle conséquence sur le budget et la dette de la France? sur l'Euro?
a écrit le 16/01/2015 à 10:44 :
le peuple élit, les élus font des conneries, et le peuple paie.....rien de neuf donc!
Réponse de le 16/01/2015 à 11:01 :
le peuple paie , c'est logique . Il a voté pour celui qui lui promettait le plus , sans se poser de questions sur le financement des promesses. Maintenant il faut payer.
Réponse de le 16/01/2015 à 13:37 :
Comme dans les histoires de carry trade. On veut bénéficier de taux bas sans voir le risque qu'il y a derrière. Comme si les élus locaux étaient devenus des as de l'arbitrage.
a écrit le 16/01/2015 à 10:40 :
Il ne s'agit pas des errements de Dexia, mais bien de la responsabilité des élus manifestement d'une ignirance crasse ou d'une grande cupidité. Toujours le responsable mais non coupable.
a écrit le 16/01/2015 à 10:14 :
Les tablettes de chocolat vont augmenter comme les impôts locaux !
a écrit le 16/01/2015 à 10:01 :
Il faut vraiment être simplet pour emprunter à un taux indexé sur une devise étrangère ...
Réponse de le 16/01/2015 à 10:28 :
il y a aussi des individus qui ont fait pareil pour defiscaliser dans l immobiler (cf helvet immo) ... et eveidement quand ca a tourne au vinaigre ils sont alle pleurer qu ils n avaient pas lu le contrat
Réponse de le 16/01/2015 à 10:28 :
Tout à fait d'accord. Ce sont nos élus!
a écrit le 16/01/2015 à 9:49 :
certains elus ont la sacro-sainte croyance qu'ils vont emprunter gratuit pour leur reelection et refiler la patate chaude au bout de 15 ans au suivant qui devra faire exploser les impots.........
le coup du banquier, c'est un peu du foutage de g.... tt le monde sait qu'il n'y a rien de plus volatile que les changes, fs compris !
a écrit le 16/01/2015 à 9:49 :
nos chères collectivités locales, n'arrêtent pas d'être dans l'excellence de gestion menés soi disant par des pères et mères de famille . Qu'arrive t-il ! encore un bémol , ils n'ont pas mis les lunettes pour lire et comprendre un contrat , que leur a t-on promis alors !
a écrit le 16/01/2015 à 9:37 :
Au bout compte, comme toujours, c'est le contribuable qui passera à la caisse.
a écrit le 16/01/2015 à 9:27 :
c'est un tsunami économique !!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 16/01/2015 à 7:56 :
Première action obligation à la totalité des élus qui ont signé ce type de contrats de démissionner , il faut également que les électeurs attaquent en justice ses joueurs de bonneteau pour cela notre code est assez fourni pour trouver l’article qu’il convient, il n’est pas pensable encore une fois que des élus sortent indemnes de cette situation, voir si l’association Anticor peut évoluer sur les sujets à prendre en compte.
Faire la transparence en publiant les contrats pour informer les citoyens concernés des conséquences financières encourues. Il n’est pas question que l’Etat c’est-à-dire le contribuable au niveau national mette la main à la poche, les citoyens concernés par ces minables traders doivent assumer les conséquences de leur choix politique. Autre point voir comment ces emprunts ont été utilisés est-ce pour des raisons électorales ou pour améliorer réellement le bien être des citoyens. Les préfectures doivent metrent automatiquement sous tutelles ces entités avec comme il se doit un administrateur. Enfin à l’avenir les emprunts fait sur des bases « exotiques » doivent être soumises à validation par les préfectures. Encore une fois cette affaire montre combien des élus qui n’ont pas leur place dans un poste de responsabilité, pire pour ceux qui appartiennent un parti car il reflète le niveau de ceux qui se drapent dans une soi-disant compétence on comprend encore mieux les affaires type big…millions mais également de donner au niveau national des postes à des élus qui ont mis le doigt dans le pot de confiture. Tout cela ne fait qu’un tout de cette irresponsabilité politique mot qui ne correspond à rien.
Réponse de le 16/01/2015 à 11:41 :
Vous exprimez exactement ce que je pense! merci!!!
a écrit le 16/01/2015 à 7:18 :
... grand n'importe quoi de la finance...!
Aucun rapport avec la vie réèlle...! y'en a marre...!
a écrit le 16/01/2015 à 4:48 :
Eh bien oui des collectivités territoriales ont été mal géré voila c'est un triste constat
Par contre bravo pour ceux qui ont un compte en Suisse déclare ils viennent de faire une superbe plus value
Réponse de le 16/01/2015 à 9:33 :
Plus-value s'ils liquident maintenant, rien ne garantissant que ça continue à long terme.
a écrit le 16/01/2015 à 2:31 :
C'est quoi le problème?

Quand c'est pas des énarques incompétents et des hauts fonctionnaires qui gèrent a dette comme pour celle de l’État et qu'on laisse les élus locaux pleins de bon sens populaire gérer ça ne vous plait pas?
a écrit le 16/01/2015 à 0:27 :
Les croyances de banksters c'est un peu comme les croyances islamistes. Ca peut être toxiques pour ceux qui y croient. Levons nous contre les obscurantismes. Ces croyances sont l'opium du peuple.
Réponse de le 16/01/2015 à 1:21 :
De là a être agnostique, que nenni, la force du capitalisme c'est d'être pragmatique.
Réponse de le 16/01/2015 à 7:21 :
Merci pour votre commentaire.
a écrit le 15/01/2015 à 23:50 :
Pourquoi ces collectivites jouent aux casino avec l'argent des contribuables?
a écrit le 15/01/2015 à 23:44 :
Une question? Qui a changé les regles obligeant les vollectivités a emprunter aux banques privées.,,.
La prochaine fois , ils devraient essayer le casino
a écrit le 15/01/2015 à 23:34 :
Tant que nous ne recouvrerons pas notre monnaie et que nous continuerons à confier (depuis 1973) le financement de notre état, de nos collectivités locales aux banksters, nous nous appauvrirons.
a écrit le 15/01/2015 à 23:31 :
moi je gagnais 5500 FS par mois , je prends les 5500 Euros sans broncher !!!
a écrit le 15/01/2015 à 23:20 :
§3 <<En effet, à chaque fois que le franc suisse s'envole, les collectivités concernées voient le taux d'intérêt annuel qu'elles paient sur leur emprunt croître, voire bondir comme cela risque d'être le cas dans les prochains mois.>>
C'est plutôt que le montant à provisionner en EUR pour rembourser le même montant de CHF augmente. Rien à voir avec le taux d'intérêts.
a écrit le 15/01/2015 à 22:08 :
Parce que l'état dit niet. Il n'a plus d'argent et il n'est pas prévu de voter une 10eme loi de finance rectificative cette année.
Les communes vont devoir faire avec.
Tant pis. C'est comme ça.
a écrit le 15/01/2015 à 21:55 :
Avant que d'autres ne vomissent leur haine sur les fonctionnaires ne sachant pas acheter un prêt bancaire, il vaudrait mieux qu'ils sachent que NOUS avons été protégés par le Code napoléon jusqu'à il y a 20 ans. Depuis, nous nous sommes fait envahir par les pratiques de voleurs d'outre-atlantique. Voyez vous même le "résultat"...
Réponse de le 16/01/2015 à 11:00 :
"nous avons été protégés .. " , traduction : on pouvait faire n'importe quoi !!
"nous nous sommes fait envahir " , traduction : il aurait fallu gérer correctement.
a écrit le 15/01/2015 à 21:27 :
Des élus pressés de distribuer à leur clientèle et d'endetter sans rien comprendre à la finance. Les gauchos sont champions à ça. Mépris de l'argent mais avides d'en trouver chez les banques et dans la poche des bourgeois. Après ça se termine en faillite et en misère. On y va.... Ce système est pourri.
Réponse de le 15/01/2015 à 21:56 :
"Des élus pressés de distribuer à leur clientèle" Si les élus ont pour clientèle les banques, là, ils ont un pouvoir qui me dépasse aussi...
Essayez de réfléchir avant d'écrire...
Réponse de le 15/01/2015 à 22:38 :
"Des élus pressés de distribuer à leur clientèle" Va falloir m'expliquer car, dans l'histoire, ce sont les BANQUES qui ont gagné le plus... Essayez d'éviter de vous tromper d'objectif(s)...
a écrit le 15/01/2015 à 21:03 :
Si je gérais mon budget comme gère le leur les élus de tout bord politiques, je serais déjà interdit bancaire.
a écrit le 15/01/2015 à 20:58 :
Ils ne sont ni bêtes ni floués : ils savaient très bien ce qu'ils faisaient. Seulement, tant qu'ils gagnaient, ils étaient satisfaits. Maintenant qu'ils perdent, ils vont se rouler par terre en criant à l'escroquerie, alors qu'ils n'ont qu'à assumer les conséquences de leur affairisme. Des irresponsables...
Réponse de le 15/01/2015 à 21:04 :
Assumer quoi ? C'est nous qu'allons payer leurs âneries !!
a écrit le 15/01/2015 à 20:48 :
Les banquiers et élus de mèche sont-ils considérés comme terroriste financiers ? ça ne tue pas mais ça mérite
la prison car il seime la misère sous couvert de (???????) et depuis 2008 on prend les mêmes et on recommence encore encore et encore !!La dette a doublé sous sarko pour renflouer les terroristes financier .A quand des personnes de valeurs sans casseroles au cul au service de la France?
a écrit le 15/01/2015 à 20:43 :
Marre que l'état prenne en charge, avec nos impôts, les Conner..s de certains élus !!
Auraient-ils reversés à l'état les sommes gagnées s'ils avaient été gagnants ?? Non bien sur !!
C'est comme un salarié qui, lorsque l'entreprise perd de l'argent, souhaite que ce soit le patron et les actionnaires qui épongent les pertes. Mais lorsque l'entreprise gagné, le meme demande un partage des bénéfices ... trop facile, le partage à sens unique !
a écrit le 15/01/2015 à 20:21 :
Je pense que du côté de la mairie de St Maur(94100) on doit avoir du mal à dormir...2015 démarre vraiment mal!
a écrit le 15/01/2015 à 19:42 :
C'est tout le système qu'il faut revoir. On se trouve avec des gens qui gèrent sans savoir et dont le seul but est d'être élus pour s'enrichir rapidement. Vive la révolution !!!
Réponse de le 15/01/2015 à 20:08 :
Vous en êtes encore là ?
a écrit le 15/01/2015 à 19:32 :
On se rappellera des pressions de la France sur la Suisse et le secret bancaire, il fallait bien riposter et cela risquera de faire mal aux politiques français, c'est la mère marie qui renvoie la bombe à son expéditeur.
Réponse de le 15/01/2015 à 20:33 :
Sans les USA qui ont fait une grosse pression, y aurait rien eu pour la France, ne pas nous attribuer autant de "puissance".....
Si on vous propose des prêts indexés sur un matériau, une ressource, une monnaie, vous prenez ? Le Secret Bancaire ne masquait pas le danger potentiel de ce genre de produit. Quand le gaz est indexé sur le prix du pétrole, on se plaint.
a écrit le 15/01/2015 à 19:31 :
Les élus font n'importe quoi, les contribuables vont encore payer.
Réponse de le 15/01/2015 à 20:33 :
Ils font des bêtises en notre nom.
Réponse de le 16/01/2015 à 10:30 :
il ne fallait pas voter pour eux !
a écrit le 15/01/2015 à 19:25 :
Lisez les comptes rendus sommaires et vous comprendrez comment cette magie a pu fonctionner.
a écrit le 15/01/2015 à 19:21 :
Les fameux TOFIX de la Dexia . Eh oui , messieurs les élus , un prêt accroché à une parité, c'est pas un taux fixe . C'est ça quand on mélange gestion et élection .
a écrit le 15/01/2015 à 19:15 :
Est-il raisonnable de laisser les élus,souvent ignares en matière financière, gérer des budgets importants sans recourir à des avis conformes d'experts?Quand on ne dispose pas de ressources en devises,on n'emprunte pas en devises;ceci est tout aussi valable pour les entreprises.Agir autrement ,c'est se livrer à de la spéculation financière et ce n'est pas ce qu'on exige d'un élu.
Réponse de le 15/01/2015 à 19:42 :
Cela s'appelle la démocratie.

Les Français plébiscitent la décentralisation et veulent que les décisions soient prises au plus prêt du terrain. Il faut maintenant en assumer les responsabilités.
a écrit le 15/01/2015 à 19:08 :
Elle était intouchable, antipathique, perverse....mais elle a pris sa retraite à temps.
C'est beau d'être responsable financière et de jouer au casino avec l'argent publique.
a écrit le 15/01/2015 à 19:05 :
conseils municipaux tres chaud en perspective.
a écrit le 15/01/2015 à 19:01 :
je n'arrive pas à y croire....
Comment peut on emprunter en monnaie étrangère sans avoir des plafonds au niveau des intérêts...cela devrait être interdit...
sommes nous gouvernés par des crétins ?
Réponse de le 15/01/2015 à 20:12 :
oui !
Réponse de le 16/01/2015 à 0:04 :
Et bien... Oui!
Réponse de le 16/01/2015 à 14:03 :
Oui.
a écrit le 15/01/2015 à 18:57 :
C'est incroyable comment certain politique s'amuse avec l'argent des contribuable. Nombreux sont ceux qui parce que ce n'était pas leur argent ont fait des emprunts à taux variable avec des indexations plus ou moins original. Il est pourtant de notoriété publique que les empruint
a écrit le 15/01/2015 à 18:53 :
Mais nooon, la France est la 6ème économie du monde, elle a du fric, elle peut payer la différence, sans aucun problème. Quelques milliards par ici, quelques milliards par là et l'affaire est vite réglée.
Réponse de le 15/01/2015 à 19:01 :
Tout à fait ; à condition que nos admirables politiciens commencent par se servir sur leurs comptes en banque, ceux de leurs amis et de leurs dévoués électeurs, bien-sur. Vous conviendrez avec moi, que ce serait la moindre des choses. Allez-y, payez et que grand bien vous fasse
a écrit le 15/01/2015 à 18:42 :
Je veux que ce soit les banques les vilaines etc... mais au dernieres nouvelles personne n'avait un pistolet sur la tempe des collectivites pour signer ces prets!!! Que les collectivites arretent de jouer avec l'argent et souscrivent a des prets plain vanilla. Ils sont censes geres l'argent en bon pere de famille, pas en trader de change ou autres choses!!!!!
Réponse de le 15/01/2015 à 19:06 :
Oui, et un bon père de famille, tous comme l'immense majorité des élus locaux ne sont pas des financiers, et ne comprennent pas grand chose aux montages les plus exotiques que leur vendent les banques qui sont là avant tout pour faire du fric.

Un banquier n'est pas un conseillé, c'est un vendeur, et dans la majorité des cas il y a eu tromperie sur le produit vendu.
a écrit le 15/01/2015 à 18:41 :
Pardon mais il y a une alternative beaucoup plus simple change l'index de reference. Et, franchement on peut se poser la question de la responsabilite des elus ayant pris de tells engagements. En gras qui doit payer la reponse est simple les banques et les elus responsables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :