Le "risque Le Pen" fait flamber le rendement de la dette française

 |   |  516  mots
L'écart de rendement entre les dettes souveraines française et allemande s'est élargi et se situe à son plus haut niveau depuis plus de quatre ans.
L'écart de rendement entre les dettes souveraines française et allemande s'est élargi et se situe à son plus haut niveau depuis plus de quatre ans. (Crédits : Bloomberg)
L'écart entre les obligations de l'Etat français et le Bund allemand est au plus haut depuis fin 2012. Les marchés réagissent au dernier sondage montrant la hausse des intentions de vote en faveur de la candidate du Front national. La dette allemande fait figure de refuge pour les investisseurs.

Telle une épée de Damoclès, le « risque Le Pen », selon l'expression employée par les investisseurs, plane sur les marchés obligataires depuis déjà plusieurs mois, mais la tension s'accroît à deux mois du premier tour de l'élection présidentielle. Le rendement des obligations françaises à 10 ans a grimpé de sept points de base à 1,14% ce lundi vers midi, un pic d'une semaine et demi. Dans le même temps, celui des obligations allemandes à deux ans s'est replié de 4 points de base à un record : -0,85%. Le spread, c'est-à-dire l'écart de rendement entre l'OAT (obligations assimilables du Trésor) et le « Bund » à 10 ans, s'est élargi à 84 points de base, à son plus haut niveau depuis la fin 2012.

Rendement OAT 10 ans

[Coup de chaud sur le rendement de l'OAT à 10 ans. Crédit Bloomberg.]

"Si la probabilité d'une victoire de Le Pen à la présidentielle augmente, les primes de risque sur les actifs français vont probablement encore s'accroître. Toute inquiétude se verra dans les spreads des obligations souveraines de la France", prédisait Dean Turner, l'économiste d'UBS Wealth Management, dans une note de veille sur l'élection française il y a trois semaines.

Il évaluait à 40% la probabilité d'une victoire de Marine Le Pen le 30 janvier. Depuis, les paris des bookmakers se sont envolés.

Paris sur une victoire de Le Pen

[La cote de Marine Le Pen chez les parieurs s'envole depuis début février. Crédit: Bloomberg]

L'Allemagne, valeur refuge face au risque de Frexit

Or un sondage OpinionWay pour Orpi, les Echos et Radio Classique publié ce lundi montre justement que Marine Le Pen comble son retard sur ses principaux concurrents, François Fillon et Emmanuel Macron, au second tour : la présidente du Front national perdrait face au candidat LR à 44% contre 56% et face au meneur d'En Marche! par 42% contre 58%. Par rapport au précédent sondage du 6 février, elle a progressé de 7 points et 5 points respectivement dans chaque hypothèse. Pour les investisseurs, cette progression représente un risque accru de "Frexit", de sortie de l'euro.

"Le marché obligataire devient clairement nerveux, avec le spread OAT-Bund augmentant à son plus haut niveau en quatre ans", font valoir les analystes actions de J.P.Morgan Cazenove dans leur note du 20 février graphique à l'appui.

Spread OAT Bund depuis 2014

[Ecart entre l'OAT et le Bund depuis 2014. Crédit Datastream/JPMorgan]

Cette crainte touche tous les types d'actifs, y compris les actions des entreprises françaises. Les investisseurs voient dans le marché allemand un refuge.

"Nous pensons que l'Allemagne est un bon moyen de se couvrir du risque politique français", conseillent ainsi les stratégistes Equity de J.P.Morgan.  "Dans le cas d'une victoire de Le Pen, l'indice DAX sera un relatif placement refuge dans l'Eurozone, comme cela fut le cas durant la crise de 2011-2012".

Ils n'hésitent pas à recommander de "shorter" le CAC 40, autrement dit être acheteur du DAX, le principal indice de la Bourse de Francfort, et "vendeur" du CAC, spéculer sur sa baisse. L'indice phare de la Bourse de Paris a d'ailleurs accusé le coup en milieu de séance ce lundi, avant de finir quasi inchangé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2017 à 13:00 :
et puis si la sortie de l'euro
faisais gagne plus a la France
que les pertes envisage par certain qui veulent garder leur privilege
.quand un demi siecle de mensonge
et les pretendu sauveur sont les memes qui ont créer la faillitte de la france
a écrit le 22/02/2017 à 12:30 :
Shorter le CAC alors que la BCE pond 80 milliards par mois c'est osé. Je suis dubitatif. Sans sous estimer le risque politique (fachos-gochos), ou la médiocrité des "classiques", l'adage "don't fight the FED" peut s'appliquer à la BCE vu la taille de sont bilan et de sont QE. D'autant plus que le marché US volent de records en records.
Réponse de le 23/02/2017 à 8:20 :
C'est shorter de la dette souveraine ou du S&P qu'il faut faire...
Cordialement
Réponse de le 23/02/2017 à 8:26 :
C'est shorter de la dette souveraine ou du S&P qu'il faut faire...
Cordialement
a écrit le 22/02/2017 à 11:26 :
Et pourtant il serait judicieux de sortir de l'Euro :

http://institutdeslibertes.org/pourquoi-et-comment-leuro-detruit-leurope/
a écrit le 21/02/2017 à 17:32 :
Après un cour passage de cap'taine pédalo et son ennemi...(la finance) le taux a dix ans
n' a pas bougé ! N'y aurait il pas un peu de spéculation derrière tout ça, ensuite Us et Uk empruntent a un taux bien supérieur eh puis...
a écrit le 21/02/2017 à 17:06 :
Est ce que c'est le risque M L ou la dégradation de la situation économique de la France, qui fait grimper le différentiel avec L'Allemagne ? c'est plus facile de dire que c'est ML. Encore une intox dès bobo gaucho.
Réponse de le 22/02/2017 à 19:29 :
La situation en France s'améliore incontestablement et la tendance est positive.
a écrit le 21/02/2017 à 15:58 :
Quand on vous dit que Madame Le Pen n'a pas de solution economique pour la France, qu'elle ne propose rien d'autre que l'isolement de la France et la sortie de l'euro, comme le retour au frontières internes : oui le FN n'a pas de programme stable economique et n'a pas de solution en cas de crise de l'euro ou de crise comme en 2008 dans le monde. Non Madame Le Pen ne doit pas être présidente en mai 2017 et contre vent et marée de l'extremisme, elle ne propose qu'une politique ultraliberale qui ne resoudra ni le poids de la dette française, qui n'équilibrera pas les budgets publiques de la france et diminuera la compétitivité de notre secteur marchand. Donc non à la politique economique du FN et de sa politique qui ne resoudra ni la France hors du chômage, ni règlera les crises systèmiques bancaires, industrielles ou politiques. Oui la France doit doit avoir une politique budgetaire stable, une politique d'investissement et du futur avec plus de robotisation, de systèmes proactifs, de modernisation de l'economie. Oui il nous faut une economie moderne, avec un système financier stable et croissant, qui puisse developper plus encore un economie de marché, une economie un peu plus libérale et mais une economie qui contrôle aussi ses budgets publiques et qui contrôle les depenses de l'état.
Réponse de le 21/02/2017 à 17:04 :
Dites sg, dans votre "quand on vous dit que" c'est qui exactement le "on" ? Ceux-là même qui ont ruiné le pays ?
Quant à l'ultra-libéralisme supposé de MLP c'est quand même l'hôpital qui se moque de la charité. Où sont donc les mécanismes de régulation de l'Europe ? L'Italie vient de nationaliser deux grandes banques au bord de la faillite, c'est à dire que leurs dettes passent sur la dette du contribuable italien, alors où est passé le mécanisme de solidarité inter-bancaire ? et le fameux "les banquiers parlent aux banquiers" (ou payent pour eux un truc dans le genre) ?
Le néolibéralisme et la régression de l'être humain en Europe c'est le présent, et ce n'est pas la faute de MLP.
a écrit le 21/02/2017 à 15:36 :
Le Pen au pouvoir, et on se retrouvera avec un franc CFA (ou l'équivalent) avec tout ce que ça a de dommageable.
a écrit le 21/02/2017 à 15:02 :
C'est plutôt la situation économique de la France, créé par les différents dirigeants, mais notamment les socialistes, que la dette fait peur aux investisseurs. LePen, c'est un peu comme Trump, voire Mitterand en 1982, on les évoque pour faire peur au peuple :-)
a écrit le 21/02/2017 à 14:45 :
Maintenant elle influe sur le temps , il me semble pas q'Evelyne et Jean Pierre en aient parlé , moi je vous le dis on nous cache tout !
a écrit le 21/02/2017 à 13:58 :
Puisque mon premier commentaire a été censuré j'en fait un autre.

Les spreads s'écartent à partir du 25 janvier. C'est donc un effet Pénélope car le risque Le Pen est bien ancien!

A cela s'ajoute un effet "j'ai reçu 500 000€ pendant mon mandat d'entreprises et de gouvernements parfois étrangers via une entreprise de conseil, mais c'est pas de la corruption"!

Enfin, dans aucun pays démocratique moderne on aurait conservé un tel candidat. La ligne de défense mettant en cause l'indépendance de la la justice a elle aussi contribué à ternir l'image du pays!

Qui irait investir dans un tel pays? LR a fait passer la France de grande nation démocratique en petite oligarchie mafieuse aux yeux des investisseurs!
a écrit le 21/02/2017 à 13:25 :
Manipulation de la Finance pour forcer la main aux français avant l'élection ? Attention, en général ce genre de manœuvre a en général l'effet contraire (Brexit, Trump etc).
a écrit le 21/02/2017 à 13:16 :
bullshit ! On joue à se faire peur.
Le Pen tape déjà au premier tour dans la quasi totalité de son potentiel de voix.
Elle pourrait même taper 33% 1/3 de l'électorat, ce qui reflète un peu partout en Europe les seuils maxi des partis xenophobes) au premier tour qu'elle ne gagnerait pas au second.

Ceci dit, n'oubliez pas d'aller voter quand même :-) Ca serait con que seul ce 1/3 d'électorat se déplace !!
a écrit le 21/02/2017 à 11:17 :
Pas étonnant que les financiers s’inquiètent, ça rappelle un peu la crise de 29 et les années de conflits qui ont suivi. Sauf que là on se rejouerait un scenario à l’envers, en commençant par la montée des populismes ? Mais le résultat risque d’être le même.

La fermeture des frontières et les politiques nationalistes engendrent des tensions et des conflits et au final ce sont en général les pays les plus puissants qui dictent leurs lois. Certes on peut toujours se trouver quelques alliés opportunistes et précaires, mais rien ne remplacera le pouvoir d'une Europe Unie, qui offre l’avantage de représenter un vrai pouvoir économique et politique et d’être encore en mesure de négocier des accords bilatéraux.

Pour rappel de la crise de 1929 : dévaluations compétitives ,déflation, subventions, hausse des tarifs douaniers, montée de la spéculation, crise boursière, guerre des taux d'intérêts (elle risque de durer moins longtemps, vu la réactivité et la mobilité des marches financiers actuels).

Bilan à la fin des années 30 :
- la France complètement divisée et ingouvernable. A l’époque il y avait encore un Franc fort, alors qu’avec notre endettement actuel on risque de payer des intérêts stratosphériques. Sauf si l’on réduit massivement la dette, les salaires, les retraites, les dépenses publiques, etc… ce qui revient à enclencher un cycle déflationniste.

- Les divisions Européennes ont participé à la montée du fascisme en Italie, en Allemagne et en Espagne. Les démocraties isolées et renfermées sur elles mêmes se sont faites envahir par les nazis, pour à la fin être en partie asservies par la Russie.
A l’inverse, les Etats Unis, après l’échec de la politique protectionniste de Hoover, se sont engagés dans un New Deal salutaire, avec Franklin Roosevelt : des réformes et des investissements, une meilleure redistribution des ressources, de la protection social, etc…

Certes, les restrictions à 3 % du déficit peuvent produire les mêmes effets, mais de manière gérable, pour preuve le succès économique de l ’Allemagne, cette politique pénalise surtout les pays surendettés tels la Grèce, où au final la déflation contracte les dépenses publiques et les salaires et n’apporte aucun espoir de redresser le pays.

Une dissolution de l’Euro Group ne va certainement pas nous laisser les mêmes marges de manœuvre et risque de nous précipiter dans une crise autrement plus grave et certainement ingérable. Le pire, c’est que ceux qui prônent cette politique de destruction de l’Union Européenne se prétendent être des sauveurs, alors que pour le moment ils semblent surtout inconscients des risques qu'ils font courir au pays.
Poutine et Trump vont certainement les aider à réaliser leur méfait, mais c'est promis, c'est totalement désintéressé.
Réponse de le 21/02/2017 à 13:29 :
Pour la relecture de l'Histoire et l'inversion des causes et conséquences, vous êtes un modèle...
a écrit le 21/02/2017 à 10:45 :
D'un seul coup , on voudrait faire passer la dette monstrueuse sur Marine Lepen , alors qu'ils s'agit d'un monstre financier entretenu par ces deux partie de droite et de gauche qui pensaient que cela n'avait aucune conséquence temps que cela durait, et bien pour résoudre cette faillite ; ils faut les mettre hors d'état de nuire car ils sont bien incapables de l'inverser mais plutôt de l'entretenir avec leurs nombreux élus dans toutes les institutions toutes hémorragiques sans exception . Ce n'est même plus une simple élection , mais va t'on survivre économiquement à la destruction de notre société .
a écrit le 21/02/2017 à 10:38 :
Ecart qui reflète à minima la performance des économies francaise et allemande qui ne pourra que s´amplifier lorsque la BCE réduira son QE....les élections ne sont qu´un prétexte bon à saisir .... sans parler des dangers eu égard à la paix sociale de l´application de l´un ou de l´autre des programmes des candidats!
a écrit le 21/02/2017 à 10:00 :
Les marchés valorisent surtout la possibilité d'une élection de Macron d'Elle sans majorité claire après les législatives.
a écrit le 21/02/2017 à 9:15 :
Bonne nouvelle ! Pourvu que ça continu et que tout ce petit monde s'installe à Berlin avec des taux négatifs ! Tout ça n'est qu'une vaste blague et la France n'avait pas attendu l'Euro pour être une grande nation, depuis 2001 qu'est ce qui a changé ? TOUT ! et le résultat est complètement nulle ! Alors pourvu qu'on puisse passer au Frexit et refermer ce mauvais roman au titre jamais terminé "l'Europe des 6...12...25...". (PS : le drapeau n'a que 12 étoiles !!! ça veut tout dire)
a écrit le 21/02/2017 à 8:44 :
Avant le Brexit, les Britaniques avaient leur monnaie souveraine et allait bien ...l'Europe vacillait, tanguait.

Depuis la sage décision du Brexit, l'Europe boite toujours plus, la France ne produit plusque de la pauvreté et de la misère ;

Pour rétablir l'équilibre, le Frexit s'impose, le bulletin de vote des Français pleins de sagesse ne va pas trembler,

ca ira mieux après.
a écrit le 21/02/2017 à 7:57 :
Ni le brexit ni l'élection de Trump n'ont provoqué d'effondrement économique, encore cette minable propagande de la peur.
La Tribune devrait plutôt s'inquiéter de la dette de l'Italie, qui risque fort de faire péter l'euro cette année et MLP n'y sera pour rien pour le coup.
Réponse de le 21/02/2017 à 11:11 :
Le brexit n'a pas eu lieu, il n'y a eu qu'une annonce de Brexit.
Trump n'a pas encore agit, et le peu qu'il a fait montre bien qu'il va provoquer des dommages conséquents à son économie - cf les relations tendues avec le Mexique. Hallucinant.
Le Brexit et Trump, c'est un peu comme la montée du Nazisme et Mein Kampf - on n'arrive pas à croire qu'ils sont si fous, mais si, ils le sont... et quand on s'en rend compte il est trop tard
Réponse de le 21/02/2017 à 11:35 :
N'importe quoi Brice, les états unis ne sont pas devenus une dictature parce que Trump a été élu. Etaient-ils une dicature sous W avec Guantanamo et le moyen-orient à feu et à sang ?
Pour le Brexit il va falloir vous y faire : déclenchement de l'article de sortie dans 1 mois.
Faire peur en guise de militantisme n'est pas bien brillant et démontre chez vous l'absence d'arguments, mais utiliser carrément le nazisme est parfaitement honteux envers toutes les personnes qui en ont été victimes.
Réponse de le 21/02/2017 à 13:51 :
Ne vous deplaise les effets du Brexit sont encore imperceptible et vous le savez, ou alors vous etes dans le deni et aucune discussion n'est alors possible.
Ce qu'il a de bien pour vous c'est ue meme lorsque le Brexit se sera manifesté avec ses petits ou ses grands effets negatifs sur les Anglais les plus modestes, vous vous inventerez une raison pour l'ouvrir : complot de l'UE, des la finance mondiale et bla bla bla.
Quant aux USA, Trump est en trains de cocufier en beauté tout son électorat en s'entourant de ce qu'il y a de plus 'Establisment' au USA : des patrons, blancs, gros et vieux, meme le White-poor l'a bien profond en meme pas un mois
Réponse de le 21/02/2017 à 15:28 :
Bonjour Steph, je n'ai pas besoin de "raison" pour l' "ouvrir" comme vous dites, sinon que nous sommes une démocratie (bien que le fondateur de la 5ième ait souvent été traité de dictateur par la gauche).
Pour le brexit, la baisse de la livre est un effet fort notable il me semble, cela peut changer bien sûr mais il est favorable au royaume uni pour l'instant y compris du point de vue des économistes pro-euro.
Enfin je ne vois pour ma part aucun complot, mais un combat politique qui divise aujourd'hui le monde libre : les libéraux-patriotes (D. Trump, T. May, MLP et d'autres en Europe) et les néolibéraux (au pouvoir dans l'UE pour l'instant).
Chacun son avis, vive le débat.
a écrit le 20/02/2017 à 23:47 :
D'accord avec Britannicus !
Le titre de cet article tente de manipuler le lecteur par une super-interprétation des graphes de court-terme. La technique de sur-interprétation est massivement utilisée dans les médias français, mais bien identifiée par les lecteurs attentifs. Elle ne berne que les lecteurs qui parcourent rapidement les titres de la presse et qui n'ont pas le temps d'approfondir les sujets.
Lecteurs perspicaces de La Tribune, lancez-vous dans une analyse de graphe sur 3, 5, ou même 20 ans, en tapant dans votre moteur de recherche (Qwant ou autre) : "rendement des obligations France 10 ans" ou "OAT France 10 ans". Ne vous contentez pas des captures d'écran dont les journalistes ont "judicieusement" choisies les échelles graphiques pour vous :) !
Réponse de le 21/02/2017 à 9:48 :
@(-YL74-) Patriote français a écrit le 20/02/2017 à 23:47
Il faut remarquer aussi que:
- le taux du 10 ans a augmenté après la décision de la FED de monter les taux, puis après l'élection de D. Trump. En conséquence tous les taux longs européens ont augmenté.
- il y a dû avoir du carnage
- les spreads des taux 10 ans de tous les pays européens avec le Tbund ont augmenté. Ce n'est pas spécifique à la France.
Cordialement


- les spreads de tous les pays européns
a écrit le 20/02/2017 à 21:00 :
Parce que les marchés ont besoin de Marine LE PEN pour découvrir que depuis 43 ans tous les gouvernements successifs nous ont surendettés et ruinés ? C'est un peu sommaire comme analyse. Surtout que vous devriez assez facilement retrouver des articles publiés dans La Tribune l'an dernier qui parlaient du risque de remontée des taux sans se référer à cette candidature...
Réponse de le 20/02/2017 à 23:23 :
La France a largement les moyens de payer sa dette publique et celle-ci pourrait doubler sans problème!

Le Pen annonce que cette dette publique sera convertie en Franc (et elle à raison légalement elle peut le faire!), ce qui signifie un défaut partiel sur la dette publique vu la dépréciation du franc par rapport à l'euro!

Franchement les investisseurs ont des raisons d'avoir peur!
Réponse de le 21/02/2017 à 8:05 :
@gringo : il ne suffit pas d'affirmer une erreur pour qu'elle devienne la réalité. La France n'a pas été plus désendettée par le passage du franc à l'euro qu'elle ne serait davantage endettée par le passage de l'euro au franc : quand on s'endette dans sa monnaie nationale, on ne subit pas de risque de change contrairement à ce que vous sous-entendez. Et il n'y a aucun "défaut" la dedans !
Réponse de le 21/02/2017 à 9:37 :
Sachant que l'euro ne vaudra plus "un kopeck" a notre sortie, ils ont plutôt intérêt a passer en monnaie nationale par anticipation!
Réponse de le 21/02/2017 à 11:06 :
La recette de MLP pour l'économie ne va rien arranger - d'avantage de dépenses et moins de recettes ! Gros doute que le FN améliore la situation financière de l'Etat, lisez son programme irréaliste.
Réponse de le 21/02/2017 à 14:19 :
Britanicus, essayez de comprendre ce que je vais vous expliquer, c'est pas très compliqué et indispensable pour prendre une décision lucide. Vous comprendrez alors pourquoi la Grèce n'est pas sortie de l'euro!

En premier lieu on passe au franc 1 franc = 1 euro.
Comme il y a une divergence de politique monétaire, budgétaire et en l'état actuel des soldes extérieurs nous devrions avoir une baisse de la valeur du franc par rapport à l'euro de 15%.

Soit nos dettes restent en euro et dans ce cas les intérêts à verser seront en euro ce qui augmentera la charge de la dette de 15% puisque notre monnaie a été dévaluée (les recettes de l'Etat seront en francs). Dans ce cas cela risque de tourner au drame!

Soit notre dette publique est convertie en franc et MLP a raison on peut le faire. Dans ce cas on paye nos intérêts en francs, mais pour le créancier (celui qui nous a prêté) il y aura un manque à gagner de 15% '(quand il convertira ses francs en euro il sera perdant). Ce manque à gagner équivaut en finance à un défaut partiel.

Je préfère cette seconde solution en tant que citoyen mais je comprends qu'elle fasse peur aux investisseurs.

PS: Les dettes privés des entreprises et des ménages resteront en euros, avec une dévaluation de 15% ce fera très mal quand il faudra les payer!
a écrit le 20/02/2017 à 19:49 :
Les hypothèses du financement du dernier budget de Hollande ne tiennent plus à cause de l'augmentation des taux, du prix du baril de pétrole, de la sur estimation de la croissance. Il était boiteux dès le départ. Nous le savions tous sauf lui et le sieur Sapin. Dire que l'on reproche à des candidats de ne pas savoir financer un budget. Quand sous Hollande y a t'il eu un budget sans plusieurs lois rectificatives avec des magouilles comptables? Sans tour de passe-passe?
a écrit le 20/02/2017 à 19:16 :
Il n'y a pas que Marine pour inquiéter les marchés. Objectivement les programmes de Hamon et de Mélenchon sont tout autant inquiétants.
Réponse de le 21/02/2017 à 14:22 :
Objectivement les programmes de Mélanchon et Hamon sont plus crédibles.

Celui de Hamon est même économiquement plus crédible que celui de Fillon.
a écrit le 20/02/2017 à 19:12 :
Les marchés financiers ne savent pas que le pen ne sera jamais élue ? En plus d'être de sacrés trouillards ils sont quand même sacrément mal informés.

Si Fillon insiste de se présenter en 2017 malgré ses casseroles c'est parce qu'il sait parfaitement que ce n'est que l'histoire d'un seul tour, le second étant gagné d'avance par quiconque face à le pen.

Et dire que ce sont ces gens là qui décident de notre sort, misère.
Réponse de le 20/02/2017 à 19:48 :
Le fait d'être blasé n'empêche pas de réfléchir... Vous n'avez pas vu que les finances publiques sont en dérive permanente, et que si on additionne les voix FN, Hamon et Mélanchon, on passe les 55%?.. cela fait beaucoup de..
Réponse de le 20/02/2017 à 23:26 :
Pourquoi vouloir mettre Hamon avec Le Pen?

Vous perdez les pédales, vous comparez l'incomparable!

La personne la plus incompatibles avec Le Pen c'est bien Hamon, et Mélanchon s'il partage quelques positions en économie avec LP est le plus féroce adversaire de Le Pen!
Réponse de le 21/02/2017 à 12:14 :
BH: Comme d'habitude votre commentaire est incompréhensible vous essayer tellement de faire de l'ironie, du second degrés alors que vous êtes emprisonnés dans des idées qui sont bien à vous et seulement vous, vos interlocuteurs ne pouvant pas ressentir ce que vous ressentez vos commentaires n'ont aucun sens pour le commun des mortels.

Pouvez vous calmement je vous prie reformuler votre commentaire ? Merci.

@ gringo: c'est le problème des ressentiments directement traduits en mot, on ne comprend pas grand chose ou rien du tout d'ailleurs.
Réponse de le 21/02/2017 à 12:21 :
les 3 que j'ai cité sont ceux qui représentent un risque pour la stabilité (la moindre dérive) de la dette française, Hamon étant le pire évidemment. pas besoin d'une calculette pour mesurer les effets de son revenu universel..
Réponse de le 21/02/2017 à 14:28 :
Si BH il y a besoin d'une calculette.

Il y a aussi pour vous besoin d'un manuel de macroéconomie, un peu d'histoire des faits économiques... et un peu de lecture de travaux scientifiques.

Commencez par les plus libéraux, le FMI et l'OCDE, et utilisez leurs modèles.

Mais non, c'est tellement plus facile d’écouter des lobbyistes sur BFM et de répéter à l'envie leurs bêtises.
Réponse de le 21/02/2017 à 15:32 :
"les 3 que j'ai cité sont ceux qui représentent un risque pour la stabilité (la moindre dérive) de la dette française, Hamon étant le pire évidemment. pas besoin d'une calculette pour mesurer les effets de son revenu universel.."

Merci. Et vous ne pouviez pas le dire tout simplement ?

Vu que vous avez oublié Fillon, vous êtes pro-fillon, quel est l'intérêt de votre opinion du coup ? Tout comme les pro fn, les pro hamon, les pros mélenchon et-c...

80 milliards chaque année à récupérer de l'évasion fiscale des riches, il en dit quoi fillon ? Des centaine de milliards à récupérer du fait du détournement de l'argent public par les politiciens et leurs réseaux, il en dit quoi fillon ? Ap priori ça n'a vraiment pas l'air de le déranger tout ça.

Donc systématiquement faire racketter les pauvres pour engraisser les riches, ça ne peut plus durer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :