Quand Société Générale copie Google et la culture cool de la Silicon Valley

 |   |  1044  mots
Les Dunes, à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), doit incarner la transformation numérique de la banque.
Les Dunes, à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), doit incarner la transformation numérique de la banque. (Crédits : Jean-Pierre Porcher)
La banque vient d’ouvrir un technopôle totalement connecté à Val-de-Fontenay près de Paris. De la table de ping-pong au pouf XXL et au bureau 100% nomade, tous les codes des géants du Web sont réunis pour bousculer les habitudes de travail et favoriser la flexibilité. Objectif : accélérer la transformation numérique de l’entreprise et rompre avec sa culture verticale.

Une table de ping-pong, un babyfoot, une salle de jeux d'arcade, des bean bags géants et des fresques de street-art dans les parkings : tous les codes sont là pour évoquer la culture cool de la Silicon Valley. Il y a même les bureaux réglables assis-debout qu'affectionnent les développeurs. Il ne manque que le toboggan à spirale ou le mur de distributeurs de bonbons gratuits pour s'imaginer au Googleplex de Mountain View ou au siège d'une startup cultivant son côté fun. Dans son technopôle hightech, totalement connecté, qui vient d'ouvrir à Val-de-Fontenay, à 20 minutes de la Place de la Bastille en RER, la Société Générale a clairement copié les géants du Web et l'assume.

« On s'est inspiré des entreprises les plus attractives, les GAFA par exemple, des espaces de co-working et des accélérateurs de startups, on a aussi interrogé la génération Y sur ses attentes. Le lieu multiplie les espaces chaleureux, collaboratifs et non statutaires. Il n'y a aucun bureau individuel ni fermé », a expliqué Sophie Février, la directrice du programme Les Dunes, lors d'une visite de presse ce mardi.

Symbole de la transformation numérique

Tout l'inverse du siège de La Défense, à l'autre bout de la capitale, avec ses hautes tours symbolisant la puissance et ses grandes salles de marché exhalant la concentration nerveuse. L'objectif est de déconcentrer le QG de la Défense et de rééquilibrer sa présence en Île-de-France (notamment pour des raisons de résilience), mais aussi de rompre avec la culture verticale de la banque et de bousculer les habitudes de travail. D'attirer de nouveaux profils, plutôt pas du genre encravaté.

« La conception même des Dunes, itérative, en co-construction et centrée sur l'expérience utilisateur, en fait l'incarnation de la transformation digitale de la Société Générale », fait valoir Françoise Mercadal-Delasalles, la directrice des ressources et de l'innovation.

Les premiers occupants seraient ravis. Depuis un mois, près de 2.500 employés ont rejoint ces élégants bureaux de 76.000 m2, signés de l'architecte Anne Démians, qui en accueillera 5.000 à terme : il s'agit aux deux tiers des équipes de l'informatique, travaillant sur l'infrastructure et les logiciels applicatifs des métiers ou des directions centrales, mais aussi une partie des services ressources humaines et de la communication. Des startups, internes et externes, s'installeront aussi sur "Le Plateau", dans l'espace transversal de l'entresol baptisé "La Vallée" : la SocGen veut de la "porosité" et que cet environnement stimule la créativité de chacun.

Des "sans bureau fixe"

Au-delà du mobilier design chic, des jolies inscriptions calligraphiées sur les murs et des espaces paisibles et confortables ("quiet zones") pour pouvoir « s'extraire du bourdonnement de la ruche », l'organisation du travail est plutôt radicale : le "Flexwork" marie partage de bureaux et télétravail. Xavier Lofficial, le directeur de la transformation, des processus, et systèmes d'information, explique :

« Ce n'est pas un Flex à l'ancienne avec de grands open-spaces ! Le collaborateur peut commencer le travail de chez lui, avec le concept de Work from home [télétravail à la maison, ndlr] puis dans son « quartier » [une zone déterminée des bâtiments]. Nous avons préservé des espaces de calme. L'objectif est d'améliorer la performance collective, avec des règles communes, sinon cette sérendipité peut tourner au souk ! »

Aucun risque que cela vire au souk, ceci dit : comme les consultants sans bureau fixe d'Andersen à la fin des années 1990, les salariés n'ont ici pas de bureau attitré et « c'est clean desk tous les soirs » précise-t-il : autrement dit, chacun doit déblayer son espace de travail en partant, laissant ses affaires dans son casier. Pas de téléphone non plus, juste un casque et un "softphone" sur l'ordi (un logiciel de téléphonie par Internet).

On doit pouvoir travailler de partout, du jardin, de la cantine, en toute fluidité, grâce au Wifi à tous les étages et une application qui permet de piloter les stores ou la clim', de réserver une salle de réunion, etc. Les équipes peuvent se retrouver et travailler en mode "pizza team" dans des îlots de 10 postes.

Soc Gen Dunes

Le restaurant dans l'espace La Vallée, Crédits Jean-pierre Porcher

Economies par poste de travail

Autre revers de la médaille, la distance pour des collaborateurs qui travaillaient jusqu'ici dans l'Ouest de Paris. Plus d'une heure de transport, en enchaînant deux RER, se plaignent certains, la direction en convient. La banque a privilégié le volontariat et accompagné plus de 400 "mobilités pilotées" de personnes déplacées vers d'autres postes à La Défense, en concertation avec les syndicats.

La Société Générale réalise aussi des économies avec ce projet immobilier dont elle ne veut pas communiquer le budget. Françoise Mercadal-Delasalles reconnaît :

« C'est un projet d'efficacité opérationnelle. Nous réalisons des économies sur les coûts d'exploitation : le poste de travail tout compris coûte 7.000 euros contre 11.000 à La Défense. »

Soc Gen Dunes

Le bâtiment Les Dunes, signé de l'architecte Anne Démians. Crédits Jean-Pierre Porcher

Un fossé béant semble séparer la culture de La Défense et l'esprit des Dunes, que l'architecte définit par la frugalité. Ce technocentre ne risque-t-il pas de rester dans sa bulle, comme une vitrine des nouveaux mots d'ordre d'agilité et de fluidité, séparée des équipes des marchés ou de la banque de détail ?

« C'est un risque », concède la directrice des ressources et de l'innovation. « Nous allons organiser le maximum de porosité, avec des réunions en visio avec La Défense ainsi que des événements et séminaires sur place. Et Frédéric Oudéa [le directeur général de la Société Générale, ndlr] a décidé de réunir tous les ComEx du lundi aux Dunes dès le 7 novembre. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2016 à 21:18 :
Et pendant que ca joue au ping pong, on ferme les centres administratifs en région. Desert normand. Fin de la proximite avec le client. Mais bon, pendant ce temps là on se mare aux dunes. Y a un tel fossé entre ce que vivent les employés en province...
a écrit le 21/10/2016 à 13:39 :
en lisant certains commentaires, je me disais que je ne laisserai jamais plus un banquier se farcir du fonctionnaire ou du cégétiste. ..à les lire, des vrais pleureuses qui semblent encore plus ignorés la réalité des Franciliens que les politiques.
a écrit le 20/10/2016 à 13:21 :
Personnelement je dis bravo pour ce beau projet qui vit avec son temps et a le courage de remettre en question les fonctionnements archaïques d'un autre temps. Je souhaite à la SoGe que cet espace de travail fonctionne, que les énergies se libèrent et que leurs clients en ressentent rapidement les effets par l'amélioration des produits et services qui en découlera.
Et à ceux qui ne sont pas satisfaits je les invite à partir voir ailleurs si l'herbe est plus verte.
Réponse de le 20/10/2016 à 14:37 :
"Et à ceux qui ne sont pas satisfaits je les invite à partir voir ailleurs si l'herbe est plus verte." > Effectivement personne n'est obligé de suivre ce déménagement. En revanche, il n'a pas été décidé il y a une semaine et il aurait donc été honnête de prévenir les gens à leur arrivée à la défense qu'ils n'y resteraient pas....
a écrit le 20/10/2016 à 12:37 :
magnifique!!!!! super agencement, et je trouve que de créer des solutions pour améliorer le lieu de travail ou nous passons 7h/jour est des intelligents

j'aime l 'espace à 2, il permet un espace très sympa,

bravo
Réponse de le 20/10/2016 à 14:35 :
magnifique en effet : reste maintenant à trouver des solutions pour améliorer la façon de se rendre sur le dit lieu de travail. Transports où nous passons maintenant au minimum 3h/ jour
Réponse de le 21/10/2016 à 13:34 :
Un hélico pour chacun? Vous faire greffer les jambes de cyclistes professionnelles ou d athlètes? Heu je cherche...
a écrit le 19/10/2016 à 11:48 :
"au bureau 100% nomade" : pas cool du tout. Ca vous bien le sentiment de n'être qu'une ressource et non une personne.
"Plus d'une heure de transport" : sur le RER A ? avec tous les problèmes quotidiens qu'on rencontre sur cette ligne ? 1h de plus matin et soir c'est un minimum pour traverser Paris (soit au bas mot 2h de plus par jour dans les transport).
"le "Flexwork" marie partage de bureaux et télétravail." : pour les internes, pas pour les prestats, qui ne bénéficient d'aucun aménagement de type télétravail (dans une équipe, c'est en gros 80% de prestats).
"La banque a privilégié le volontariat" : pour les internes. Les prestats qui constituent l'essentiel des "ressources" n'ont absolument pas été solicitées.
a écrit le 19/10/2016 à 11:43 :
Quant au télétravail, puisque la population de ce nouveau site représente "deux tiers des équipes de l'informatique" il semble important de préciser qu'il s'agit à 70% de prestataires de service non éligibles au télétravail.
a écrit le 19/10/2016 à 11:38 :
La copie est tout de même loin de l'original sur le plan technologique. De plus, sur les "facilités" Google propose, entre autres un service de google bus avec wifi à bord pour ses employés et surtout les locaux sont bcp plus proches du centre de san josé que VDF ne l'est de paris...
a écrit le 19/10/2016 à 9:46 :
Bonne idée
Malheureusement peu suivi d'effet....le top management tente d’insuffler de nouveaux souffles, les opérationnelles sont très preneurs par contre rien ne terrorise plus le middle management que le changement et le risque associé de voir prouver son (in)utilité...
Réponse de le 20/10/2016 à 3:48 :
oui oui , c'est toujours la faute du middle management, c'est jamais les autres. LOL
a écrit le 19/10/2016 à 9:18 :
Le "cool" ne fonctionne que si il est vraiment naturel. Tout essai de créer du "cool" artificiel, autant chez google, ou n'importe où ailleurs, est voué à l'échec, car il ne remplacera jamais le cool naturel. Le cool naturel c'est quoi ? A vous de méditer là dessus.
Réponse de le 21/10/2016 à 5:58 :
Vous parlez de cool bio ? :)
a écrit le 19/10/2016 à 8:58 :
Ha ça ils peuvent être cool, l'état les subventionne massivement, leurs cadres supérieurs peuvent mentir ouvertement devant les sénateurs juste après ils sont récompensés en étant embauché à Berçy...

On le comprend bien qu'ils soient cool.
a écrit le 18/10/2016 à 21:06 :
Non merci très peu pour moi: trop minéral trop high tech trop impersonnel en un mot IMBUVALE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :