Les quatre raisons du succès du Rafale en Egypte

 |   |  2510  mots
Le Rafale de Dassault Aviation a décroché sa première commande à l'export en Egypte
Le Rafale de Dassault Aviation a décroché sa première commande à l'export en Egypte (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Treize ans après la mise en service du Rafale dans la Marine, l'avion de combat tricolore a enfin trouvé une première commande à l’export, en Egypte. Le contrat, qui porte sur 24 avions, une frégate multimissions FREMM et leurs armements, pour un montant global de 5,2 milliards d’euros, a été signé ce lundi au Caire en présence du ministre de la Défense et des dirigeants des groupes concernés, Eric Trappier (Dassault Aviation) et Hervé Guillou (DCNS). Pourquoi est-ce enfin l’heure du succès pour le fleuron français de l’armement ?

Ce qui devait arriver, est enfin arrivé. En dépit du « French Bashing » souvent très franchouillard subi par le Rafale depuis des années, le dernier né des avions de combat de Dassault Aviation a logiquement trouvé son premier client à l'export treize ans après sa mise en service dans la Marine française (2002). C'est finalement l'Égypte du président Abdel Fattah al-Sissi, qui est le premier client export du Rafale. Personne n'aurait misé un euro sur l'Égypte, ne serait-ce il y a un an. Mais c'est aussi un clin d'œil de l'histoire, Le Caire ayant également été le premier client export du Mirage 2000.

Certes, le Rafale a connu bien des vicissitudes à l'étranger, souvent battu par des appareils américains (F-15, F-16, F-18 et F-35) toujours très fortement soutenus par Washington, dont l'objectif stratégique a été de couper coûte que coûte les ailes de l'avion tricolore à l'export. Car le Rafale est l'un des très rares appareils au monde à faire de l'ombre aux avions américains, dont certains sont vieillissants (F-15, F-16 et F-18) et d'autres pas encore matures (F-35).

Bref, le Rafale était toujours placé, mais jamais vainqueur jusqu'à l'Égypte... dont les États-Unis se sont - ironie de l'histoire - éloignés depuis le renversement des islamistes par les généraux. Ce dont a profité Paris pour soutenir la politique du président al-Sissi à la tête d'un pays considéré comme un des verrous majeurs face aux islamistes de tout poil. De bonnes relations qui remontent à la position diplomatique de la France avec le retour des militaires au pouvoir en juillet 2013.

En avril 2014, le ministère des Affaires étrangères rappelait que la France avait "décidé de poursuivre son dialogue politique avec l'Égypte et de maintenir, au service du développement du pays, la coopération franco-égyptienne". Contrairement aux Etats-Unis, qui ont alors beaucoup déçu les militaires égyptiens. Et Paris enfonçait le clou en mai dernier se félicitant de "l'importance d'élections crédibles et transparentes, permettant la participation de tous et répondant aux normes internationales".

1/ Pourquoi l'Égypte a voulu s'offrir le Rafale

C'est dans ce contexte que l'Égypte, qui avait besoin de renouveler une partie de sa flotte d'avions de combat, se tourne vers la France... et la Russie. En septembre, lors d'une visite au Caire du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le président al-Sissi, lui fait part de sa volonté de s'offrir rapidement 24 Rafale. Paris joue le jeu. L'Égypte fait partie de ces pays soucieux d'acquérir un appareil certifié "combat proven" pour disposer d'un outil de puissance capable de se projeter sur un théâtre d'opérations complexe.

L'ex-maréchal ne veut pas d'un avion pour épater la galerie lors des parades militaires et de police du ciel. Car Le Caire vit sous la menace d'une Libye, qui concentre actuellement la plupart des difficultés de la région (guerre civile, trafic d'armes, immigration clandestine, radicalisme islamiste et défaillance de l'État) et qui dispose de frontières poreuses. Trop poreuse pour la tranquillité de l'Égypte. Sur RMC, Jean-Yves Le Drian a défendu ce contrat en soulignant le rôle de verrou stratégique de l'Égypte, en partie aidée pour moderniser son armée par les Emirats Arabes Unis (EAU) et l'Arabie Saoudite : "le président al-Sissi a d'abord une nécessité stratégique: assurer la sécurité du Canal de Suez par lequel passe une grande partie du trafic mondial. C'est la première raison de l'urgence d'avoir à la fois les capacités navales et aériennes pour assurer cette sécurité." Autre raison, l'anarchie qui règne en Libye où l'Égypte a bombardé lundi des positions de l'État islamique pour venger les 21 chrétiens coptes égyptiens décapités. Le contexte géopolitique a donc joué un rôle majeur dans la conclusion rapide de la vente.

En outre, Le Caire, qui a longtemps beaucoup dépendu des États-Unis pour ses achats d'armes, souhaite aujourd'hui diversifier ses approvisionnements en matériels militaires pour ne pas rester dans les mains d'une seule puissance capable d'exporter ce type de matériel. C'est donc une vraie chance pour le Rafale, qui a bénéficié de la nouvelle posture stratégique de l'Égypte. En outre, elle pourra bénéficier d'un emploi  opérationnel beaucoup plus souple pour ses Rafale que pour ses F-16. Ce qu'a pu déjà constater les Émirats Arabes Unis. Sans ses Mirage 2000-9, la chasse émiratie n'aurait jamais sans doute pu intervenir en coopération avec l'Égypte aussi rapidement en Libye contre des positions islamistes l'été dernier. Pas sûr que les États-Unis auraient donné non seulement leur accord et mais aussi dans les temps pour une opération engageant des F-16, fussent-il propriétés des Émirats Arabes Unis.

Les bonnes relations entre Paris et Le Caire ont indéniablement favorisé la signature du contrat Rafale. Jean-Yves Le Drian le reconnaissait déjà volontiers mi-septembre à l'Assemblée nationale : "L'Égypte est désireuse de travailler avec la France et notre relation est de grande qualité". Les deux pays entretiennent également une très bonne relation dans le domaine de l'armement. Ils ont notamment créé une commission militaire armement stratégie franco-égyptienne (CAMAS), qui permet chaque année aux deux états-majors de balayer l'ensemble des dossiers de coopération entre les deux pays.

Du coup, la signature du contrat Rafale va rapprocher un peu plus les deux pays. La France a réussi à verrouiller ce grand pays qu'est l'Egypte pendant 30 ans de plus dans ce qu'il a de plus stratégique et intime : sa défense. "Un partenariat qui existe déjà depuis plus de 30 ans avec les Mirages 2000, les Mirages 3. Ce partenariat est reparti pour au moins 30/40 ans...", a expliqué le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier sur RTL.

2/ Le Rafale a fait ses preuves en opérations

Les fameuses OPEX, opérations extérieures décidées par Nicolas Sarkozy en Libye, puis par François Hollande (Mali, Irak), ont été une vitrine commerciale pour le Rafale (combat proven). D'où les nombreuses expressions d'intérêt formulées par une petite dizaine de pays pour l'avion tricolore : Qatar, Inde, Émirats Arabes Unis, Égypte, Malaisie, Indonésie, Belgique et pourquoi pas la Finlande. Car l'appareil développé et mis au point par Dassault Aviation et ses partenaires au sein du GIE Rafale (Thales et Safran) a aujourd'hui atteint un degré de maturité opérationnel de très haut niveau.

Ses nombreuses interventions en Libye, où il est entré en premier dans l'espace aérien libyen, en Afghanistan, au Mali et aujourd'hui en Irak, ont été suivies avec beaucoup d'attention par la plupart des armées de l'air du monde entier. Et cela compte même si cela ne fait pas gagner un contrat à coup sûr. Rien de plus facile pour le chef d'état-major de l'armée de l'air français, le général Denis Mercier, de captiver lors de rencontres bilatérales et/ou multilatérales, ses homologues en racontant les missions de combat du Rafale dans le ciel libyen, afghan, malien et irakien. Alors que d'autres ne peuvent raconter que des scénarios de missions... Et le général Mercier a le choix. Rien que pour l'opération Harmattan (Libye), les Rafale de l'armée de l'air ont effectué 1.039 sorties pour 4.539 heures de vol tandis que ceux de la  Marine, 616 sorties pour 2.364 heures de vol. Le premier jour de guerre - le 19 mars -, les huit Rafale de l'armée de l'air ont parfaitement démontré leur parfaite aptitude à entrer en premier au-dessus d'un territoire ennemi.

"La capacité de la France à intervenir en premier, avec des matériels capables de traiter les cibles de manière précise - bien plus qu'en envoyant une centaine de Tomahawk dans la nature -, et d'y effectuer des missions longues - directement entre Saint-Dizier et le Mali - a été appréciée, avait estimé en 2013 Eric Trappier. Non seulement elle l'a été sur le plan politique - car n'importe quel pays n'a pas une telle capacité d'intervention -, mais elle l'a été aussi sur le plan des moyens matériels et de la faculté à opérer parfaitement les manœuvres. Cela s'est vu un peu partout dans le monde. L'opération au Mali a donc eu une influence positive sur l'image du Rafale, comme avant, celle effectuée en Libye".

3/ Un armement très performant

Ce qui fait la force du Rafale, outre ses capacités de détection, c'est son armement sophistiqué. L'avion de combat bénéficie de missiles extrêmement performants qui séduisent les pays intéressés. Grâce notamment à MBDA et à un degré moindre Safran avec la bombe guidée AASM Hammer. C'est d'ailleurs pour cela que Dassault Aviation empêche, - souvent avec succès -, MBDA et Safran de fournir d'autres avions de combat concurrents. Dans le cas de l'Egypte, Le Caire a obtenu l'autorisation d'acheter des missiles de croisière Scalp.

"Le Rafale est le seul chasseur au monde capable de porter 1,5 fois sa propre masse", grâce à ses capacités de 14 points d'emport, assure Dassault Aviation. Et de préciser que "deux Rafale représentent un potentiel équivalent à six avions de la classe Mirage 2000". Le Rafale a été conçu pour accomplir toutes les missions de l'aviation de combat : interception et combat air-air avec canon de 30 mm, missiles Mica IR/EM et missiles Meteor (à partir de 2018) ; appui au sol avec canon de 30 mm, bombes guidées laser GBU-12/24, bombes guidées GPS AASM (utilisés en Afghanistan, en Libye et au Mali) ; frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp-Storm Shadow (utilisés en Libye) ; attaque à la mer avec missile Exocet AM39 Block 2 ; reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos (utilisée en Afghanistan, en Libye et au Mali) ; ravitaillement en vol d'un Rafale à un autre ("buddy-buddy") et enfin dissuasion nucléaire avec missile ASMP-A.

4/ Le Drian-Hollande, un duo de choc à l'export

Longtemps en difficulté sur le plan intérieur, François Hollande "se débrouille comme un chef" pour évoquer les dossiers export dans le domaine de l'armement avec ses homologues, explique un vieux routier de l'industrie de l'armement habitué à suivre les campagnes export. "Il a un réel savoir-faire", confirme un grand commercial, pourtant peu suspect de sympathie pour le président. Bref, François Hollande séduit les grands industriels de l'armement. D'autant que, contrairement à des pratiques encore récentes, ils estiment le climat des négociations sain. Sous-entendu sans aucune intervention d'intermédiaires plus ou moins désirés...

François Hollande bénéficie du travail en profondeur de Jean-Yves Le Drian. Le ministre de la Défense entretient de bonnes relations avec la plupart de ses homologues et des principaux dirigeants de la péninsule arabique. Sa méthode ? L'accompagnement politique. "Dès les premières rencontres, chacun doit bien jouer sa partition dans son domaine, explique-t-il. Ce n'est pas au ministre de la Défense d'arriver dans un pays avec le catalogue de produits des industriels. En revanche, je m'attache à créer une relation politique de confiance entre la France et les pays intéressés par les équipements français à travers un partenariat stratégique. Enfin, je facilite si nécessaire la mise en place d'une coopération industrielle pour réunir le maximum de chances d'aboutir à une décision favorable pour la France". Et ça marche... Depuis deux ans, les chiffres de commandes à l'export explosent : 4,8 milliards d'euros en 2012, 6,9 milliards en 2013 et 8 milliards en 2014. Un montant qui devrait être encore dépassé en 2015 avec le contrat égyptien (5,2 milliards).

Pourquoi autant d'échecs auparavant ?

Alors pourquoi tant d'échecs pour le Rafale auparavant ? Pour des raisons surtout liées au poids des États-Unis en Corée du Sud et Pays-Bas en 2002 et à Singapour en 2005. En Corée du Sud, "il faudra l'intervention de George Bush en personne lors d'une visite à Séoul quelques jours avant le choix pour que les autorités sud-coréennes choisissent le F-15", se souvient un familier de ces négociations. Car le Rafale, à la grande surprise des pilotes coréens, est largement au-dessus du F-15 lors des évaluations opérationnelles. Il est classé devant l'avion américain et déjà le Typhoon.

Mais au final, c'est bel et bien Boeing qui remporte la vente de 40 avions de combat sur des critères politiques introduits au dernier moment par les autorités sud-coréennes. Dassault Aviation déposera une plainte devant le Tribunal du district de Séoul pour lui demander de geler le processus de sélection en raison de l'iniquité de la procédure dans l'attribution de ce contrat estimé à près de 3,5 milliards de dollars. En vain.

Mais des maladresses incroyables de la France (politiques et organisationnelles) ont également été à l'origine de l'échec commercial du Rafale. Paris a mené des campagnes politico-commerciales prometteuses mais gâchées au final par des décisions contraires à la vente du Rafale. Notamment au Maroc (2007), en Suisse (2011) et au Brésil (2013). Au Maroc pourtant prêt à s'offrir l'avion de combat français, la France n'a pas su répondre à temps à une demande de financement pourtant récurrente du royaume pour l'achat de 18 Rafale (2,1 milliards d'euros). Et les États-Unis s'engouffreront dans la brèche faisant une proposition moins chère que celle des Français dépassés. Avec succès.

En Suisse, alors que Dassault Aviation croit dur comme fer à un premier succès export, Nicolas Sarkozy douche tous les espoirs de l'avionneur en accusant Berne d'être toujours un paradis fiscal, lors du G20 à Nice en novembre 2011. Furieuse la Suisse, pourtant elle aussi intéressée par le Rafale, lui préfère fin 2011 le Gripen, pourtant classé bon dernier lors des évaluations de l'armée de l'air suisse.

Enfin, au Brésil, la relation entre le président brésilien Lula et Nicolas Sarkozy est excellente jusqu'en 2010. Mais mi-2010, Paris ne soutient pas Brasilia, qui attendait pourtant l'aide de la France, sur le dossier du nucléaire en Iran. Lula, qui était deux doigts d'acheter 36 Rafale en 2009, en prend ombrage. En outre, Paris ne soutient pas non plus Lula empêtré dans une négociation difficile entre le Brésil et l'Union européenne sur un dossier concernant l'exportation de volailles. Enfin, d'autres raisons un peu plus occulte ont également été avancées. Des raisons qui empêcheront le Rafale de voler dans le ciel brésilien.

Reste enfin le Qatar, et un jour l'Inde, avec qui les négociations trainent en longueur pour un contrat de 126 Rafale dont la majeure partie serait produite en Inde (108 appareils fabriqués par Hindustan Aeronautics Limited). Pour Eric Trappier, ce contrat égyptien ne va pas forcément déclencher les autres, mais au niveau de l'image, "une barrière psychologique est désormais franchie"...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2015 à 1:38 :
curieux pendant 20 ans personne en s'est intéressé à cet avion et le voila devenu le meilleur avion du mon que tout le monde s'arrache expliquez moi ce mystère d'autre part l'Egypte nous a acheté cet avion mais avec quoi ce pays va t il payer la facture ?
a écrit le 22/02/2015 à 20:11 :
Pour la Suisse, je ne crois pas que les gesticulations de N Sarkozy soient la raison de fond du refus de la confédération helvétique. La vraie raison est que les Suisses n'ont pas besoin d'un avion si sophistiqué et si cher en tant que pays neutre. Du reste même le gripen leur parait inutile et il est vrai dépassé...
a écrit le 22/02/2015 à 14:43 :
vous devriez préciser que l’état français PS s’est porté garant dans cette affaire, donc quand l’Égypte ne paiera pas, c'est le pigeon de payeur d’impôts français qui le fera.
Et donc, à chaque fois que Dassault sortira un nouveau modèle d'avion, on s’arrangera pour aller déstabiliser, bombarder, semer la mort chez les voisins pour faire du "combat proven?
Il reste l’Algérie à déstabiliser d’ailleurs, BHL vient de parler que ce pays avait besoin d'une "nouvelle démocratie".
Votre article me parait indécent sur certains points.
Réponse de le 22/02/2015 à 15:07 :
Moins indécent que le gouvernement de Vichy.
Réponse de le 22/02/2015 à 17:38 :
Point Godwin atteint en un coup ! De quoi être fier du formatage français!
Continuez à meugler avec le troupeau, vous portez bien votre nom .
Réponse de le 22/02/2015 à 21:31 :
Je l'ai choisi à cet effet , Sir...
a écrit le 22/02/2015 à 2:11 :
Five reasons to choice The Rafale.
1 ) La supériorité Technologique.
2) Appareil éprouvé. A déjà donné des preuves suffisantes en opérations.
3) Fiabilité , contrairement au F35
4) Appareil Multi-Rôles , dont Meilleures aptitudes en Dogfight.
5) Prix avantageux
Réponse de le 22/02/2015 à 11:14 :
vous avez oublié, comme l'auteur de l'article, la raison la plus importante pourquoi l’Égypte a choisi le Rafale: Pas d'appel d'offres et donc pas de comparaison technique avec les concurrents.
Réponse de le 22/02/2015 à 15:40 :
Vous l'aimez vous le Rafale ! Moi aussi, mais soyons réaliste.
1/ Sur ce point, il est au niveau des chasseurs actuels, mais en rien supérieur, chacun a ses atouts, c'est tout.
2/ Vrai, mais il n'est pas le seul et nos sorties sont quand même moins nombreuses que celles de nos alliés d'outre-Atlantique.
3/ Vrai, même si on a aussi notre lot d'incidents et de crashs, parfois mortels hélas.
4/ Vrai, mais pour le "dogfight", avant de pouvoir faire du combat "air air" il faudrait d'abord ne pas se faire descendre à distance, et c'est aussi et surtout une affaire de qualité de pilotage. Nous, nous savons piloter...
5/ Clairement d'accord avec vous.
Réponse de le 22/02/2015 à 16:44 :
@@Cowgirl
Pas d'appel d'offres ? Tout simplement car les Egyptiens voulaient le Rafale et rien d'autre ! Suffisant comme argument ? L'Egypte est PRESSEE ! Elle n'est pas dans une situation où elle peut attendre et les autres avions occidentaux disponibles sur le marché ne sont pas aussi efficace et polyvalent que le Rafale. En effet, le Typhoon est très bon pour affronter les autres avions mais encore médiocre pour faire du bombardement certes ils rattrapent leur retard mais ce ne sera pas avant quelques années.(normale, il n' a pas été conçu pour ça au départ, ce n'es pas la faute aux ingénieures ) Et vous avez le Gripen ! Avion honorable mais pas aussi endurant et pas aussi puissant pour porter beaucoup de charge utile pour faire du bombardement. Pourquoi pas d'avions Russes ? Aller demander aux egyptiens qui se sont souvent fait casser la figure par l'aviation israelienne ...
Réponse de le 22/02/2015 à 17:48 :
Oui , je sais , les avions Russes ont eu des incidents.
Ejections à l'encontre du plein gré des pilotes etc.
Réponse de le 22/02/2015 à 20:47 :
@@Cowgirl
Le Rafale n'a absolument rien à craindre de la comparaison techniques face à ses concurrents. Lors des précédents appel d'offre (Corée, Singapour, Brésil ou Suisse), il arrivait systématiquement en tête des évaluations.
Si le Rafale ne s'était jusqu'ici pas vendu, c'est uniquement pour des raisons politiques ..
Réponse de le 22/03/2016 à 9:31 :
REPONSE COW GIRL BONJOUR ! COW GIRL : ne pas oublier que cet avion a 30 ans (PREMIER VOL 1986) donc un peu âgé non les russes et les américains ont fait mieux depuis ce temps ! les preuves en opérations ? OUI LESQUELLES? larguer quelques bombinettes sur les djihadistes ? PRIX AVANTAGEUX !, OUI CE SONT LES CONTRIBUABLES FRANCAIS QUI PAIENT LA NOTE !
a écrit le 21/02/2015 à 23:06 :
C'est une fable l'histoire des avions francais invisibles aux radars russes lybiens !
1ere ment : les rafales sont intervenus à l'est plus faiblement armé, le gros des equipement les plus modernes couvrant tripoli.
2eme ment : l'est était largement aux mains des rebels.
3eme ment : on a tous en tete des images incroyable d'un carnage de vehicules militaires cramés pres de benghazi avec des commentaires évoquant en fond l'intervention francaise. En fait ce carnage fut l'oeuvre d'avions americain intervenus le lendemain... nota bene 1
disons que la pointe, les fleches francaises ont fixé comme on dit au rugby la progression des troupes kadhafistes... j'ai deja pas mal mais en matiere de guerre la quantité ça compte aussi... en plus de la qualité...
4eme ment : aucun combat air air n'aura lieu... et pour cause...

alors c'est de bonne guerre mais un journal independant doit-il seconder le pouvoir?

nota bene 1 : lire la revue Raids hors serie N°40
je cite "un autre raid de 19 avions americains intervient dans la region de benghazi.
il s'agit d'harrier 2 et de f15 venues d'italie. la formation frappe entre benghazi et ajdabhia une colonne de kadafistes. Une attaque attribuée à tord par des agenciers occidentaux à l'aviation francaise"
Réponse de le 21/02/2015 à 23:35 :
@Zabre
En admettant que tout ce que vous avez écrit soit vraie (fort probable), quel est le sens de votre message ? Le Rafale n'était pas capable de faire la même chose ? Certes, l'information a été probablement édulcoré durant le conflit lybien mais je ne vois pas le rapport avec la vente du Rafale à l'Égypte. Presque du hors sujet Amigo. Dommage car vous semblez maitrisez votre sujet..
a écrit le 21/02/2015 à 16:13 :
et un bras d'honneur à l'oncle Sam !
Réponse de le 21/02/2015 à 18:04 :
attendez la riposte de la Maison Blanche ça ne va pas tarder… eheh
Réponse de le 21/02/2015 à 19:13 :
Vous voulez que la Maison Blanche disent quoi rien,déjà il n'aide plus le gouvernement actuel lors de la mise au pouvoir de Sissi, alors arrêter votre cinéma de gamin avec votre riposte de deux balles.
Réponse de le 21/02/2015 à 22:26 :
A "good news" ...petit rigolo ! commentaire stupide !
Réponse de le 22/02/2015 à 12:50 :
non je confirme un gros doits au anglo saxon
a écrit le 21/02/2015 à 16:11 :
petite nuance pour l'échec en suisse : le contrat du suédois grippen est gelé suite à une votation. En, revanche, le bresil vient en effet de signer (enfin) le contrat avec grippen en décembre dernier.
Réponse de le 22/02/2015 à 2:01 :
Effectivement, et il y a déjà eu des annonces selon lesquelles cela va couter plus cher que prévu !
a écrit le 21/02/2015 à 15:32 :
A voir les nons commentaires anglo-saxons, cela en dit long sur leur amertume . A Londres il n'y a plus de chapeaux melon à avaler....
a écrit le 21/02/2015 à 14:38 :
Alors que l’Arabie Saoudite vient d’offrir à l’Égypte un lot de jolis Rafale tout neufs, il est extrêmement mal élevé de poser la question des droits de la femme au sein du Royaume saoudien… N’est ce pas monsieur le Drian ?

Grâce à des savants comme le docteur saoudien Saleeh al-Saadoun, le sort réservé au «deuxième sexe» ne pose plus aucun problème en Arabie Saoudite. Ainsi, l’excellent docteur en histoire islamique, s’il maintient que la vie publique est trop dangereuse pour que les femmes puissent conduire, propose d’améliorer leur sécurité en recrutant des « chauffeuses » venues de l’Occident. Françaises au chômage, lancez vos offres !

Souhaitons que Le Drian, notre super VRP sourcilleux des droits de l’homme à Lorient, sera un jour tout aussi vétilleux sur la chose au Moyen Orient….
Réponse de le 21/02/2015 à 22:30 :
la France n'a pas à se mêler de ses histoires internes à un pays ! si on veut faire des affaires il faut savoir un peu en rabattre ! on n'est pas le gendarme du monde !
Réponse de le 22/02/2015 à 12:51 :
chiant avec ton pseudo surtout quand on a pas du tout le meme point de vue
a écrit le 21/02/2015 à 14:14 :
Ne crier pas trop victoire, l' égypte n' a pas encore payer, je serais curieux de connaitre les conditions de paiement ??
a écrit le 21/02/2015 à 13:44 :
C'est un succès incontestable pour Monsieur Le Drian, Dassault, et l'équipe de France. Bravo !
a écrit le 21/02/2015 à 12:57 :
Son entretien, la ou il faut 16 ingénieurs sur un avion de chasse Russe et U il en US il en faudra seulement 8 sur le Rafale. Par ailleurs l'avion a été totalement repensé afin que son entretien soit le moins couteux possible.
Réponse de le 21/02/2015 à 15:24 :
N'importe quoi !
Les ingénieurs ne font pas d'entretien, relisez vous avant de valider de telles assertions.
Réponse de le 22/02/2015 à 0:27 :
Vous pensez que les mécaniciens sur le Rafale ont le CAP ? vous faites rire aussi
Réponse de le 22/02/2015 à 8:21 :
Vous pensez que nos équipages sont tous ingénieurs ? .... Ce que vous êtes amusant :-D
Réponse de le 22/02/2015 à 13:24 :
Un équipage sur un avion de chasse = le pilote, nous pourrions en effet dire oui. Ensuite il y'a différents type de mécano selon le type d'engin et de niveau d'entretien. Les ingénieurs interviennent par exemple sur des points très technique comme le cas de la révision des moteur et des équipements électroniques c'est ce que les acheteurs potentiels évaluent avant un achat. Pour l'entretien courant il suffit d'un mécano.
Réponse de le 22/02/2015 à 15:08 :
Pourquoi faudra-t-il 8 ingénieurs pour assurer l'entretien du Rafale ??? Et d'ailleurs pourquoi en faut-il 16 pour la concurrence ?
Pour info, le niveau des techniciens chargés de la maintenance de mon appareil va du BEP au BTS, il n'y a aucun ingénieur.
a écrit le 21/02/2015 à 12:09 :
Donc, si j'ai bien compris sarkozy a saboté plusieurs possibilités de vente , au maroc considéré comme imperdable, en suisse et au bresil....on a bien fait de le remplacer celui là !
Réponse de le 21/02/2015 à 12:21 :
Au maro, ce n'est pas lui. Mais pour la Suisse il a une (grosse) part de responsabilité et pour le Brésil, Sarkozy a été victime des promesses d'un autre politique : LULA.
Bref, il a crié un peu trop fort victoire et cela n'a pas plus à la force aérienne brésilienne qui n'a pas été consulté et qui s'est opposé à son président. Sans parler des maladresses de Sarko sur le dossier iranien
Réponse de le 21/02/2015 à 12:31 :
C'est vrai, Sarkozy à été un mauvais commercial, alors que Hollande est un vrai marchand d'armes.
Réponse de le 21/02/2015 à 14:39 :
Un peu naïf votre commentaire. Vous n'en avez pas un autre ?…
Réponse de le 21/02/2015 à 16:54 :
Tout ca est faux. La Suisse et le Brésil n'ont pas les moyens et ni la volonté d'acheter l'appareil de supériorité aérienne que leurs armées ambitionnaient.
Réponse de le 21/02/2015 à 18:06 :
Hmmmmm, vous êtes un "vraie experte" ! Suissesse ?…. Brésilienne ?…. :-)
Réponse de le 21/02/2015 à 18:56 :
Les suisses n'auraint jamais fait d'appel d'offres si ils n'avaient pas eu les moyens d'acheter du Rafale; sinon le Brésil avait un moment l'intention de vouloir se payer du Rafale quand leur économie était en pleine forme mais avec les dépenses de la coupe du monde et des JO , Roussef a revu les ambitions de son armée à la baisse et a opté pour le moins cher.
a écrit le 21/02/2015 à 11:05 :
La principale raison du choix du Rafale est qu'il est le seul avion capable de tenir tête aux F-35 israeliens qui doivent entrer en service en 2017. Israel a acheté 19 F-35 en 2010 suivi de 25 F-35 en octobre 2014 et le congrès US a autorisé l'exportation de 75 appareils. La proposition de racheté les Mirage 2000 (qui sont au même niveau que les mirage 2000 français) des Emirats Arabes Unis à un prix bien plus bas que les 24 Rafales a été rejeté car ils ne faisaient pas le poids face aux F35.
Réponse de le 21/02/2015 à 12:28 :
Tout a fait exact. Le but est de contenir la supériorité aérienne de Tsahal à court terme. Mais l'avantage du Rafale se réduit essentiellement à sa supériorité au combat rapproché (dogfight) prouvée avec le F-22, après je pense quand même que le prix a fait la différence.
Réponse de le 21/02/2015 à 13:02 :
Il espèrent le rentabilisé sur un volume important exporté, pour le moment ils le vendent à perte.
Réponse de le 21/02/2015 à 14:22 :
L'Egypte possède déja des Mirage 2000.
Réponse de le 21/02/2015 à 20:43 :
les mirage 2000-9 sont meilleurs que ceux qui restent dans l'arsenal français.
Et sans comparaison avec les mirages 2000 égyptiens.
24 rafales contre 75 F35 ?!
Je veux bien qu'il soit bon mais pour arriver à équilibrer les forces il faudrait que le F35 soit particulièrement nul.
Réponse de le 21/02/2015 à 21:48 :
Ne sous-estimez pas le nouveau radar RBE2-AESA du Rafale qui vient d'entrer en service dans l'armée française (à partir du 137° exemplaire du Rafale). Si il est exporté en Egypte, alors l'Egypte possédera l'un des meilleurs chasseurs au monde.
Pour l'instant Israel ne possède aucun F-35 et le 19 premiers exemplaires arriveront à partir de 2017. Pour le deuxième lot acheté en octobre 2014, il faudra encore attendre quelques années et l'Egypte peut encore acheter d'autres appareils (Rafale ou autres).
Les Mirage 2000 égyptiens avaient été achetés au début des années 80 avec l'arrivée du F16 dans l'armée israélienne et sont aujourd'hui complètement dépassés faute de modernisation.
Réponse de le 23/02/2015 à 12:48 :
Aurait du acheter le Rafale > son avantage il est disponible
a écrit le 21/02/2015 à 10:54 :
pas bien de vendre à moitié prix, et qui va payer le reste hé bien nous les pigeons de contribuables.
On devrait tous arrêter de bosser.
a écrit le 21/02/2015 à 10:23 :
les grecs? Le FMI avec la garantie de la France? L'OTAN? Chacun sait que les égyptiens crèvent la dalle, alors qui? L'Arabie Saoudite? Qui? Vous et moi, les contribuables pigeons?
Réponse de le 21/02/2015 à 10:43 :
L'Arabie, le Koweit, les EAU vient de verser 19M$ à l'Egypt pour rembourser une bonne partie de la dette de son PIB. Ce qui lui permettra d'utiliser l'argent généré par le tourisme pour financer directement ses achats en armement. Par ailleurs a bien financé l'achat de 50 mirages 5 et 2000, ils peuvent donc s'acheter 24 Rafales. Il ne faut pas juste s'arrêter aux problématiques économiques actuelles. Par ailleurs ce n'est pas avec le Milliard de $ versé par les EU que l'Egypte pourra s'offrir les Rafale. Cet argent sert à faire fonctionner l'armée Egyptienne.
Réponse de le 21/02/2015 à 14:18 :
qu'on me montre les livres comptables, les comptes publics égyptiens, certifiés. Qu'on me prouve que les militaires qui ont pris le pouvoir en Égypte avec notre bénédiction et celle des amerlocs, ce qui prouve que nous ne sommes plus nous m^mes des démocraties,, ne détournenet pas des centaines de millions de dollars à leur profit sur des comptes ouverts..;au Luxembourg, ou en Suisse ou à Londres ou aux Iles Vierges Britanniques ou ailleurs, tout ceci est de la pure foutaise.
Réponse de le 21/02/2015 à 15:34 :
je dis mon oeil...et le fric il passe par les paradis fiscaux?
a écrit le 21/02/2015 à 10:07 :
Bon nous allons vendre nos avion, car premièrement ils sont acheté a credit, s'est la France qui paie la note, ensuite le gouvernent militaire de ce pays a sûrement quelque accords de defence avec les pays de la region, histoire de ce maintenir....
Réponse de le 21/02/2015 à 14:20 :
Totalement absurde, quand on paye à crédit non seulement on paye quand même mais ça revient encore plus cher...
Pourquoi croyez vous que les banquiers prennent des garanties ??
Quand une entreprise vend ses produits c'est l'acheteur qui se débrouille pour le financement, Dassault a fait son boulot d'industriel , l'Etat son boulot diplomatique et géostratégique, félicitations !
Réponse de le 21/02/2015 à 21:56 :
N'y aurait il pas un 'machin' qui s'appelle la COFACE....Dassault est certainement parmi les clients. Et qui garantit la COFACE en dernier recours? Nos impots...!
Dormez tranquille, les grandes personnes s'occupent du reste.....
Réponse de le 22/02/2015 à 2:43 :
mouais, c'est pourtant pas compliqué, si les payements n'arrivent pas, les livraisons de pièces de rechange s'arrêtent et les avions restent cloués au sol.
Réponse de le 22/02/2015 à 12:55 :
Et le client s'empresse de faire de la pub dans les médias...Très bon ça de vouloir vendre du matériel et de ne pas livrer les rechanges. Excellent pour l'image...
Réponse de le 22/02/2015 à 14:23 :
La Coface c'est un organisme d'état qui organise l'assurance a l'exportation : Dassault vend ses avions en payant une prime d'assurance a la Coface. Comme il ne vend pas que des Rafale il n'y a pas de raison que l'Etat intervienne dans le paiement.
Réponse de le 23/02/2015 à 20:22 :
Chaque vente fait l'objet d'un contrat d'assurance séparé. Si l'Egypte ne paie pas Dassault fera jouer son assurance. Navré de ne pas comprendre votre argumentaire.
a écrit le 21/02/2015 à 10:02 :
…..opérations extérieures décidées par Nicolas Sarkozy en Libye, puis par François Hollande (Mali, Irak), ont été une vitrine commerciale pour le Rafale …

Oui on peut admirer aujour dhui ce que sont devenues ces «vitrines commerciales !!! »
Réponse de le 21/02/2015 à 10:45 :
toujours dans la critique ce monsieur!
a écrit le 21/02/2015 à 9:59 :
Il n'y a qu'une seule raison pas deux.Le financement assuré par la coface à grands frais et gros risques.Le reste est accessoire.
Réponse de le 21/02/2015 à 10:21 :
Ce n'est pas ce qu'ils font les Etats-Unis ?
Réponse de le 21/02/2015 à 12:16 :
@Totoff Non. Les USA soutiennent financièrement, subventionnent, les États acheteurs de leur avions. Là, ce sont les pays Arabes qui payent la facture de notre avion, pas la France, on en est incapable.
Réponse de le 21/02/2015 à 12:25 :
Mince. Et c'est quoi la différence entre subventionner et payer une partie du contrat?
Réponse de le 21/02/2015 à 19:41 :
Ben ça alors, la France va payer une partie du contrat ?
En gros on va vendre à perte.
Réponse de le 21/02/2015 à 20:46 :
bizarre quand mon banquier me fait un prêt, je l'ai jamais vu payer l'addition finale mais je dois me tromper !
a écrit le 21/02/2015 à 9:46 :
Je serai curieux de savoir si l’Égypte reçoit toujours des US l' aide annuelle (plusieurs milliards de $) accordée du temps de Sadate, en remerciement de la signature des accords de camp david, ou si cette aide a été suspendue?
a écrit le 21/02/2015 à 9:37 :
Pour acheter il faut de l'argent, et comme tout est stratégique l'achat du Rafale c'est opéré par l'intermédiaire de l'Arabie Saoudite et du Qatar, comme cela on comprend mieux.
L'Egypte n'ayant pas les moyens de se les offrir, le tour est joué......
Réponse de le 21/02/2015 à 9:49 :
bien vu.
utille pour relatviser la "belle-histoire-pour-endormir-les-enfants" de Cabirol
Réponse de le 21/02/2015 à 12:18 :
Ah bon?
Mais nous aussi, en France, on vit à crédit. Notre dette atteindra bientôt les 10.000 Milliards d' €uro alors qui nous finance nous? Les martiens?
Réponse de le 21/02/2015 à 12:23 :
M. Cabirol, svp
Réponse de le 21/02/2015 à 14:24 :
La dette publique est actuellement d'un peu plus de 2000 milliards d'Euros, pas 10000.
Réponse de le 21/02/2015 à 20:48 :
la dette de la France (publique + privée) c'est 5 000 milliards ...
a écrit le 21/02/2015 à 9:33 :
c'est bien que l'avion de chasse " le rafale connait un succées en egypte, car le generalisisme Sisi est de formation politique francais donc de nationalité francaise
donc la france a vendu son avion de chasse a l'Egypte de Sisi qui n'est autre qu'un Departement Francais
Réponse de le 21/02/2015 à 10:22 :
Et même si cela été vrai votre allégation, cela changerait quoi ?
Réponse de le 21/02/2015 à 10:39 :
votre histoire, arrêter de vous calquer sur ce type de stéréotype. Les enjeux sont tellement bien plus grand.
Réponse de le 21/02/2015 à 11:27 :
Il veut relativiser le succès en suggérant qu'on est nuls.
Le pessimisme habituel. Ça devient lassant.
Peut-être mettre un numéro de département Français à l'Egypte, alors, pour être logique. Et aussi collecter les impôts....
"de formation politique francais donc de nationalité française" bigre, un sophisme ?
a écrit le 21/02/2015 à 9:15 :
Le rafale est surtout un moyen pour l’Égypte de s'émanciper des USA.
Après, le prix du Rafale, le meilleur appareil de classe 4, reste inférieur aux chasseurs modernes de classe 5.
Donc c'est un peu comme les voitures, l'idée est d"acheter" un modèle ancien moins cher et ayant fait ses preuves, plutôt qu'un appareil hightech qui liera, qui plus est, à l'oncle Sam.
Réponse de le 21/02/2015 à 10:05 :
oui, sauf que les appareils de classe 5 sont possiblement devenus obsolète grâce à une évolution des radars (ondes courtes si je me rappelle bien) donc le revêtement ultra couteux permettant la furtivité passive n'as plus lieu d’être et le futur va vers des appareils a contremesure de détection actives comme le rafale.
Réponse de le 21/02/2015 à 10:19 :
A part le F-22, qui n'est pas exporté, quels chasseurs de 5e génération ? Il faudra attendre au-delà de 2020, voire au-delà. Vous nous faites bien marrer avec vos commentaires...
Réponse de le 21/02/2015 à 10:37 :
Leur avantage du départ : un radar longue portée rattrapée par celui du Rafale, une soi disant invisibilité remise en question par les nouveaux radars. L'avantage du Rafale : semi invisible grâce à la texture de sa peinture, voir totalement invisible grâce à sa capacité de volé très à basse altitude et de se servir des reliefs pour brouiller les radars ennemis. Enfin là ou le Rafale est redoutable "en dog fight" les F22 ne sont absolument pas autant manoeuvrable que les Rafales en combat rapproché. Sans compter le nouvel armement MBDA très efficace et la polyvalence de l'avion.
Réponse de le 21/02/2015 à 10:46 :
C'est déjà d'ailleurs le cas en corée du sud en australie aux pays bas… il prendra 60% du marché mondial estimé à 3000 chasseurs. Le F22 bénéficie de la puissance du lobbying de la diplomatie des US.
Réponse de le 21/02/2015 à 12:11 :
Non. Je pense que vous confondez avec le F-35. Il n'y a aucune vente en vue pour le F-22 dont la chaine de fabrication est arrêtée depuis quelques années déjà.
Réponse de le 21/02/2015 à 12:12 :
Quand on ne sait pas, on s’abstient d'écrire des c........ Vous confondez le F-22 avec le F-35, qui lui s'exporte, notamment dans les pays qui vous citez
Réponse de le 21/02/2015 à 12:15 :
@LE F22 sera exporté .
Donc le F22 sera exporté d'après vous ? Quels sont vos sources ? Vous oubliez de pcréciser que cet avion n'est plus produit et qu'il coute près de 200 MILLIONS de $ (hors frais de développement). Même si les Etats-unis voulaient le vendre, a part les pays du Golfe, la Norvège et le Japon, aucun pays au monde ne pourra se payer un avion aussi chère au cout et à l'entretien !
Quand au 3000 ventes ...sans commentaire....
Réponse de le 21/02/2015 à 12:54 :
Je voulait dire F35 vous aviez raison, mais ce n'est pas pour autant que vous devriez manquez d'humilité Totof si vous et si grand connaisseur du sujet.
Réponse de le 21/02/2015 à 13:00 :
le F35 a été inspiré sur la base du F22. alors soyez un peu indulgent quand une personne confond les deux ça peut arriver ;)
Réponse de le 21/02/2015 à 13:09 :
Il faut arrêter le délire, les chasseurs type F35, T50 ou J31 surclassent le Rafale. Et ce n'est pas la supériorité de notre avion au combat au canon (démontré avec le F22), ni sa soit disant semi-furtivité qui vont lui donner l'avantage technologique.
Le Rafale est le meilleur dans sa catégorie et de sa génération. Point.
Son successeur de classe 5 ne verra le jour qu'en 2030 au plus tôt, si les finances le permettent...
Quand à sa vente à l’Égypte, elle est essentiellement du à son prix devenu enfin attractif au vu de ses performances actuelles et de sa disponibilité.
Réponse de le 21/02/2015 à 13:26 :
C'est très exactement cela...
La très grande aptitude au Dogfight est , en plus de ses autres qualités la plus impressionnante.
Malgré les Doctrines , il est bon de tout prévoir.
On l'a bien vu au Vietnam. Mig21, voire 19. Et F-15.
Réponse de le 21/02/2015 à 19:07 :
@5 ème génération
Vous avez oublié de mentionner le QAHER 311 iranien et le XWING qui vont surclasser le Rafale vu que vous avez mis le J31 dans votre liste.
Le F35 a les meilleures performances, je vous l'accorde ! Ceci est inscrit dans un document au format PDF fournie par Lockheed qui a été proposé à tout les partenaires du programme JSF. Le F35 coutera pas plus de 50 millions de $ . Soit 2 fois mois moins chère que tout les avions modernes occidentaux actuels . Ca aussi, c'est inscrit dans le document PDF.
Le F35 sera totalement furtif ! Ca aussi c'est inscrit sur le document PDF.
Le F35 enchante tout les participants au programme idem ..PDF...
Et puis il y a la réalité du programme et là vous verrez que beaucoup de choses ont changé par rapport à ce qui était écrit sur le document PDF. ;)
Réponse de le 22/02/2015 à 0:45 :
Le F35 vient d'être cloué au sol aux USA.
La liste des incidents est d'une longueur impressionnante.350 , voire plus.
Avec , en partie , des problèmes dus à la mauvaise dilatation des métaux.
A ce stade , on peut parler de non-opérationnalité structurelle.
Réponse de le 22/02/2015 à 1:27 :
A Nucky Thompson
Le F 35 est gravement déficient. Il n'enchantera personne.
Vous pouvez sans doute nous parler de ses problèmes de dilatation des métaux , entre autres choses ?
Le Rafale ...oui. C'est le Meilleur.
Réponse de le 22/02/2015 à 1:32 :
Cow Girl.
On peut donc conclure sur la Supériorité absolue du Rafale. Y compris sur le F-35.
Et ses 350 incidents répertoriés , la dilatatio de ses métaux et son prix à géométrie variable exponentiel.
Réponse de le 22/02/2015 à 16:49 :
@Cow Girl.
Relisez bien mon message attntivement . Nous sommes du même côté l'ami. ;)
Réponse de le 22/02/2015 à 18:00 :
Vous êtes un marrant vous :-) Même si le J31 est encore au tout début de sa phase de développement, il ne faut pas prendre les chinois pour des nouilles, ils ont des cerveaux, ils copient et progressent très très vite. Cet avion a donc droit de cité parmi les chasseurs de 5e génération.
Sur le F35 inutile d'en faire une obsession, il n'entre pas en concurrence avec le Rafale, et tout le monde sait se servir de Google, non ? :-)
Sur le marché Égyptien, les concurrents du Rafale étaient essentiellement le MIG35, le Typhoon et dans une moindre mesure le Gripen, qu'il surclasse tous. Sa disponibilité aidant, techniquement le choix était donc fait.
Réponse de le 22/02/2015 à 18:54 :
Le J31 est un mix de F35 et de F22. Je le trouve perso très beau mais pour les avions dit de "5 ème génération" sont en train de perdre leur principale raison de vivre avec la furtivité car les radars d'aujourd'hui arrivent déjà à les détecter donc que dire dans 10 ans quand le J31 sera au point. Le J31 aura probablement des performances égales au Rafale d'aujourd'hui, certes les ingénieures chinois bossent dur mais faire des avions de chasse exigent une compétence et un savoir faire qui s'aquiert en quelques décennies et ce n'est pas pour rien si aucun pays occidentaux ne leur vend des avions de chasses.
Même les Russes, malgré leur savoir faire, galèrent à mettre au point le T50.
Mais d'un autre côté, vous avez raison car on ne sait rien des performances du J31 dans 5 ans.
Voilà pourquoi, j'aurai hâte de le voir dans un théatre d'opération ou dans un appel d'offres avec des test d'évaluations.
a écrit le 21/02/2015 à 9:13 :
L'Egypte vient de recevoir plus de 19 milliard $ de l'Arabie, du Koweit et du Quatar. Ce qui lui permet de réduire sa dette publique de 19 à 12,5% de son PIB. De quoi pouvoir financer via son activité économique "essentiellement touristique" l'achat des Rafales et la frégate Fremm
a écrit le 21/02/2015 à 9:03 :
En espérant que l'Egypte ne retombera pas entre les mains des "Islamistes" ce qui reviendrait à leurs offrir des rafales que nous retrouverions un jour face à nous... Les généraux peuvent ne pas rester indéfiniment au pouvoir dans un pays où les troubles existent depuis longtemps. Ce n'est pas d'hier que des touristes ont été égorgés durant la visite de monuments historiques, montrant que des "Islamistes" sont implantés chez eux de façon importante et durable.
Réponse de le 21/02/2015 à 9:45 :
MaIS c'est ça le but, mon vieux, tu as tout pigé.
Réponse de le 21/02/2015 à 12:13 :
C'est souvent préférable de connaitre parfaitement l'armement adverse. Cet argument vient donc en faveur de la vente en Égypte.
a écrit le 21/02/2015 à 9:01 :
1. le prix a été réduit à presque moitié ;
2. par ce moyen les US ont réussi à convaincre Le Caire à lutter contre Daesh ;
3. une moitié du montant a été payée par les Emirats ;
4. l'autre moitié a été payée par les Saoudiens.

Voilà les quatre raisons de l'immense succès du Rafale en Egypte.
Réponse de le 21/02/2015 à 10:15 :
ah ah ah, jaloux... Vous roulez pour qui : pour les Russes, les Britanniques ou les Américains ? Je parierai pour Moscou. Dites nous, soyez fair-play ?
Réponse de le 21/02/2015 à 10:54 :
On t'a reconnuuuu, papy… allez… une petite tisane à la verveine et hop! on va faire un beau dodo! :-)
Réponse de le 21/02/2015 à 12:29 :
Même pas fair-play et limite insultant... Quel dommage.
Réponse de le 21/02/2015 à 12:58 :
A force d'intervenir inutilement ça devient drôle :)
Réponse de le 21/02/2015 à 20:51 :
24 avions, à 100 millions l'unité ca fait 2,4 milliards. Plus 1 milliard l'aquitaine, 3,4 milliards. plus les missiles et les deux bateaux légers... j'ai pas vraiment l'impression qu'on est bradé quoi que ce soit. Par contre l'Inde, je le sens beaucoup moins bien ...
Réponse de le 22/02/2015 à 14:52 :
Dans ce genre de dossier on parle toujours publiquement du prix catalogue, le vrai prix n'est généralement jamais diffusé et toute façon le plus important reste le coût de la maintenance
a écrit le 21/02/2015 à 8:54 :
.............Pourquoi est-ce enfin l’heure du succès pour le fleuron français de l’armement ?......
On va savoir ca d'ici en 20 ans - par un enquete parlementair.
Réponse de le 21/02/2015 à 9:09 :
rien compris !
Réponse de le 21/02/2015 à 9:47 :
En toute évidence il parle des détails de cette vente. Ce sera une nouvelle "affaire des frégates à Taiwan" mais d'ici là le français moyen aura déjà tout oublié. Et les médias aussi…..
Réponse de le 21/02/2015 à 12:22 :
Oui! Bien sûr que oui! Il y a même des caméras un peu partout dans votre salon depuis que vous avez posté ce commentaire d'une lucidité telle qu'il fallait en analyser la source. Sinon, what's up Doc?
Réponse de le 21/02/2015 à 18:58 :
Florian @ fernand naudin a répondu le 21/02/2015 à 9:47:
Vous-avez tout bien compris.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :