Le chinois Dongfeng veut devenir un grand constructeur auto mondial, PSA l'y aiderait

 |   |  1137  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les grands groupes auto chinois veulent acquérir une stature mondiale. En entrant au capital de PSA Peugeot Citroën, Dongfeng, dix-septième constructeur mondial, arriverait en sauveur et contrôlerait l'accès à la technologie occidentale.

« Il y a une bataille entre les groupes automobiles chinois pour être celui qui prendra le contrôle d'un constructeur étranger afin de devenir le premier chinois de taille mondiale », explique un expert automobile. « Les chinois savent qu'ils ne peuvent pas se priver de la technologie étrangère ». La reprise du suédois Volvo par Geely il y a trois ans a constitué un premier pas. Mais il ne s'agissait alors que d'un « petit » constructeur européen.

Or, parmi les grands, PSA Peugeot Citroën, qui affiche de lourdes pertes, est le seul constructeur étranger qui ait aujourd'hui un besoin urgent d'argent frais. Philippe Varin, président du directoire du constructeur, a réitéré à plusieurs reprises que le groupe consommerait 1,5 milliard d'euros de cash (au plus) sur l'ensemble de l'année 2013. Et ce n'est pas fini. PSA en consommera également en 2014. Philippe Varin ne donne même plus de date pour un retour à l'équilibre. D'où « les négociations que mène PSA depuis des mois avec Dongfeng », avec qui il partage une co-entreprise en Chine depuis les années 90, indique une source proche du dossier.

Négociations en cours

Ces négociations, révélées par la presse chinoise, ont été confirmées mardi soir par Les Echos. Le quotidien affirme en effet que le groupe français a accordé un mandat à deux banques afin d'étudier un rapprochement avec son homologue chinois. Fin juin, l'agence Reuters précisait que des discussions exploratoires avaient porté sur une vente de 30% du groupe à un consortium conduit par le groupe chinois, mais assurait que celles-ci n'avaient pas abouti.

 Dongfeng veut contrôler son accès à la technologie et accéder au "noble" marché européen. Pour sa part, PSA « a besoin de lever des capitaux. Il lui faut impérativement une augmentation de capital. Il continue de manger beaucoup de cash et ses parts de marché en Europe chutent sans arrêt », souligne une source interne. Lorsque latribune.fr avait révélé fin mai que la famille Peugeot, qui contrôle 25,2% du capital et 37,9% des droits de vote, réfléchissait à une augmentation de capital, GM s'était alors empressé d'affirmer qu'il ne souhaitait pas injecter de nouveaux fonds dans le groupe français. Au terme d'une alliance nouée fin février 2012, l'américain possède 7% de PSA. Quant à la famille Peugeot, au reste divisée, elle n'a pas a priori les moyens de suivre la nécessaire augmentation de capital.

 Dongfeng a de l'argent

Si GM ne suit pas, on voit par ailleurs mal un fonds souverain investir dans une société qui cumule les pertes et dont les perspectives de retour aux profits demeurent pour le moins floues. Certes l'Etat français pourrait venir à la rescousse. Mais ça ne suffirait pas et ne donnerait pas, de toutes façons, une vraie stratégie industrielle au groupe, notamment hors d'Europe. Alors même que l'alliance présentée initialement comme mondiale avec GM est jusqu'ici strictement limitée au... Vieux continent.

Dongfeng a, en revanche, de l'argent et peut aisément recourir aux sources de financement chinoises. Avec l'appui du gouvernement de Pékin. Dongfeng peut aussi fournir sa formidable plate-forme chinoise pour donner un nouveau coup de fouet aux ventes de PSA dans le pays, qui, malgré la croissance, demeurent limitées. Dongfeng « ne rentrera pas à moins de 10% dans PSA » souligne un fin connaisseur de la situation. Quitte à provoquer la sortie de General Motors, dont le partenaire en Chine est SAIC, le grand rival de Dongfeng !

 Une colaboration qui remonte à 1990

Selon Les Echos, une solution à l'étude serait de cloisonner les deux partenariats entre GM et Dongfeng, en constituant une co-entreprise PSA-Dongfeng, centrée sur les pays émergents.Mais on ne distingue pas, dans ce cas, l'intérêt de Dongfeng à se voir exclu du cœur du groupe PSA et de l'Europe, en partageant les seules activités hors d'Europe. Or, « il n'y a que les activités chinoises de PSA (avec Dongfeng) qui aient une réelle valeur. Le reste ne vaut pas grand-chose », assure-t-on officieusement. PSA est en difficulté et n'arrive pas à percer en effet au Brésil ou en Russie. Quant aux activités de PSA en Argentine, en Algérie ou en Turquie, elles se portent nettement mieux mais ne concernent que des petits marchés. PSA n'est par ailleurs présent ni en Inde ni en Amérique du nord.

 PSA avait établi sa co-entreprise en Chine avec Dongfeng, aujourd'hui baptisée DPCA, en 1990. Le protocole financier avait été paraphé en 1991. Et la production en série de la Citroën Zx n'a vraiment commencé qu'en 1993. DPCA compte désormais trois usines à Wuhan, dans le centre du pays, avec un potentiel maximum de production de 750.000 unités annuelles. DPCA compte vendre plus de 550.000 véhicules en 2013, en hausse d'un quart par rapport à 2012.

Nissan, moins important que Nissan

Toutefois, DPCA n'est pas la plus importante des co-entreprises de Dongfeng. La première est en effet celle qu'il partage avec le japonais Nissan (partenaire de Renault). Le groupe chinois est par ailleurs en train de finaliser une nouvelle société commune avec… Renault lui-même dans l'ex-Empire du milieu. Le consortium chinois est en outre lié à Honda et il devrait bientôt concrétiser une alliance dans les poids-lourds avec le suédois AB Volvo. Bel exemple d'éclectisme.

Dongfeng se classe aujourd'hui au dix-septième rang des constructeurs mondiaux (selon le CCFA, Comité des constructeurs français d'automobiles), avec 1,14 millions de véhicules produits en 2012, dont 540.000 voitures particulières. Mais, attention, ce chiffre ne comprend pas les volumes produits par les co-entreprises avec des constructeurs étrangers ! Dongfeng exporte peu aujourd'hui. Mais il s'est fixé pour objectif d'exporter 100.000 véhicules en 2013, soit une hausse de 18 %. Il s'agit essentiellement de véhicules utilitaires rustres mais pas chers. Dongfeng dispose à peine de 32 concessions dédiées aux voitures particulières et de 74 pour les véhicules utilitaires hors de Chine (en Amérique latine, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie du Sud-est).

2,5 fois plus petit

C'est le deuxième groupe auto chinois, derrière SAIC (1,78 million de véhicules en 2012) et devant Changan (1,06 million), avec qui PSA a d'ailleurs une deuxième co-entreprise pour produire des DS. Cette seconde co-entreprise va même inaugurer à la fin du mois son usine en Chine. décidément, ce n'est pas simple. Le troisième groupe automobile chinois est Geely ( 923.000 unités avec le suédois Volvo qu'il possède).

Dongfeng produit au final (hors co-entreprises) 2,5 fois moins de véhicules que PSA, neuvième constructeur mondial. Le marche chinois, le premier du monde, est toujours en croissance, Sur les huit premiers mois de 2013, les ventes totales de véhicules en Chine ont atteint 13,95 millions d'unités (+ 11,8 %), dont 11,25 millions de voitures particulières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2013 à 19:14 :
Ne laissons pas PSA ? PEUGEOT ? CITROEN partir à l?étranger !
Laisser contrôler par le capital étranger un tel fleuron de l'industrie française : c'est vraiment inacceptable !
Rappelons que GM a reçu pas moins de 50 milliard de dollars de l?état US pour se rétablir - en contrepartie d?une grande part de son capital ? après quoi GM s?est déjà permis de prendre 7% du capital de PSA.
Les groupes Chinois sont aussi largement aidés par l?état chinois.
Rappelons-nous de ce qui arrivé à PECHINEY et à SARCELOR, ces 2 grandes multinationales françaises, dont on s?est laissé déposséder.
Ne soyons pas comme d?habitude les dindons de la farce, et agissons de même :
Aide de l?état et prise de participation au capital, mesures de redressement, puis revente des actions quand cela va mieux !
Par ailleurs, il serait temps que les Français soutiennent individuellement leur industrie - ne serait-ce qu?en évitant d?acheter allemand, ou japonais, ou coréen quand une production française correspondante de qualité existe ? Rappelons_nous que l?automobile c?est au moins 10% de l?emploi.
Tous les Français sans exception (même ceux qui n?achètent pas les véhicules étrangers) payent dans leurs impôts pour les chômeurs et la dette résultant de ces importations massives.
a écrit le 24/09/2013 à 16:58 :
Ce que les algériens ont hésite? de faire et bien voila les chinois l?ont fait en sautant sur l?occasion. Une leçon de stratégie industrielle et management des risques en matière d?investissements productifs.
Peut être ceci va servir de leçon pour les décideurs algériens et en particuliers les différents Ministres de l?industrie, qui ont trop hisse? a prendre l?initiative de discuter avec ce constructeur puisqu?il avaient l?éventail du choix.
a écrit le 19/09/2013 à 15:46 :
Il est loin le temps du PSA de Jacques Calvet qui se plaignait de la concurrence japonaise!
a écrit le 19/09/2013 à 11:47 :
Dongfeng "in", GM "out", quel bazarre industriel pour Peugeot (fin des patenariats en cours), et la fin de cette marque "France". Vraiment un bilan calamiteux des PDGs successifs et des actionnaires majoritaires. Vite une garantie 5 ans pour rebondir immédiatement et se passer des chinois!!
a écrit le 19/09/2013 à 10:53 :
Ce qui est bien avec les chinois c'est qu'il prennent des participations partout... Au final on se rendra compte que c'est juste pour bloquer la concurrence, profiter de sa technologie et ensuite hisser le drapeau de leur constructeurs nationaux... ils sont trop forts
Réponse de le 19/09/2013 à 11:21 :
C'est faux! Regarder Volvo.
Réponse de le 19/09/2013 à 13:43 :
c'est bien cela : Volvoe = transfert de technologie
a écrit le 19/09/2013 à 10:43 :
Quelle catastrophe pour la france, Peugeot produit actuellement 400.000 véhicules par an en france (soit 4 fois plus que renault dont l'état est actionnaire, ce qui n'empêche pas montebourg d'insulter la famille peugeot). Qu'adviendra t'il de ces 10aines de milliers d'emplois qui font vivre les salariés des usines et les centaines d'équipementiers lorsque peugeot tombera entre les mains des chinois ?
On peut remercier les gouvernement successifs qui n'ont et de cesse d'affaiblir d'automobile à coup de répression stupide et de bonus malus qui pénalisent les modèles fabriqués en france au profit des petits diesels produits en espagne et europe de l'est.
La chute de l'industrie automobile, fera très mal à notre économie et pourtant elle semble souhaitée par les politiques.
Réponse de le 19/09/2013 à 11:05 :
PSA assemble 1 million de véhicules en France.
Réponse de le 19/09/2013 à 11:25 :
Le Bonus Malus a largement favorise les modeles francais (notamment les citadines)
Ce bonus a d'ailleurs retarde les decisions qui auraient du être prises au debut de la crise laissant croire a nos constructeurs tricolore que tout allait bien sur le marche de l'automobile (regarder les dividendes offferts de 2008 a 2012).

Bref on a subventionne avec nos impots les dividendes des actionnaires de Peugeot et Renault.
Réponse de le 19/09/2013 à 14:28 :
@tong: on remercie plutot les français qui n'ont jamais acheté plus le made in France que les produits etrangers
a écrit le 19/09/2013 à 10:35 :
Entre GM et un constructeur Chinois. Mon choix est fait

regarder Volvo et Saab. les americains n'ont rien fait de ces marques. Si ce n'est les laisser crever.
Saab a disparu et Volvo montre des signes positifs de redressements. la societe a du cash et peut se concentrer a fabriquer des voitures

Réponse de le 19/09/2013 à 10:43 :
@rizoto: vous avez oublié Rover il me semble, bel exemple non?
a écrit le 19/09/2013 à 10:32 :
Vous êtes définitivement le Closer de l'économie, le but est d'attirer le passant : je ne sais rien mais je tartine une page bâtie sur la nième rediffusion d'une rumeur qui ne sert qu'à faire bouger le cours de l'action dans un sens ou un autre en fonction des positions en VAD .... Comme il y en a toujours pour rediffuser des bruits, on prend cela comme argent comptant . Bon je pense que mon commentaire va être censuré
Réponse de le 19/09/2013 à 10:45 :
Ne soyez pas aussi dur, si les journalistes ne publient pas les rumeurs ils ne publiraient pas souvent :)
Réponse de le 19/09/2013 à 12:33 :
Au lieu de raconter n'importe quoi en accusant les journalistes (facile!), vous feriez mieux de prendre en compte les informations sérieuses que nous publions, fondées sur des sources proches du dossier parfaitement informées. Les pistes évoquées sont TOUJOURS sérieuses. Mais effectivement certaines négociations en cours aboutissent, d'autres pas. Il ne s'AGIT PAS de rumeurs. L''information sur Dongfeng a été donnée aussi par Reuters et Les Echos. Alors, cessez d'agresser (lâchement, en tout anonymat) sans aucun fondement et faites preuve d'un peu d'humilité, au moins de courtoisie!
Réponse de le 19/09/2013 à 14:34 :
"lâchement, en tout anonymat": j'espere que tu es pas journaliste toi ! ton discours est ridicule car si je te donne mon nom je vois pas ce que ca va changer; d'ailleurs j'ai pas vu le tien non plus. Et surtout si tu es journaliste je me demande comment tu peux osez vouloir empecher les gens de parler?
a écrit le 19/09/2013 à 10:31 :
Un partenariat Dongfeng - PSA pourrait couvrir l'Asie, hors la Chine, et l'Afrique (la Chine de demain).
Si Dongfeng souhaite obtenir un poste de minorité, même de blocage, ca aurait un prix. Un poste de contrôle, un tout autre prix.
Bizarre, d'ailleurs, qu'on ne trouve pas un Warren Buffet francais qui pourrait investir dans PSA comme Buffett a fait dans Goldman Sachs. Cela a sauvé Goldman de la faillite et Buffett a gagné une fortune. Il y a pleine de fortunes en France qui pourraient secourir PSA, sans prendre le contrôle, et gagner une grosse fortune sur quelques années.
a écrit le 19/09/2013 à 9:45 :
c'est comme si l'Oréal rejoignait le secours populaire pour se développer ... REGARDEZ LES TRACTEURS DOGFENG 254/304/404 ET LEURS DOUBLURES EN INDE , MAHINDRA ET D'AUTRES ! vendus en France et ensuite dites nous si c'est ce que vous voulez ! malgré tout dongfeng ( c'est très gros ! ) pourrait bien croquer Peugeot ! si faible maintenant
a écrit le 19/09/2013 à 9:43 :
les vrais citroenistes vont peut-être retrouver , les suspensions hydrau... sacrifiées par Peugeot !!!!
Réponse de le 19/09/2013 à 10:47 :
plutot sacrifiée par des clients trop peux nombreux a etre interessés. mais je la regrette aussi
Réponse de le 19/09/2013 à 11:44 :
Je regrette les suspensions hydropneumatiques de ma C5...
a écrit le 19/09/2013 à 9:23 :
et merci M. VARIN de vendre PSA sur tous les trottoirs du monde !
Quelle réussite !
a écrit le 19/09/2013 à 9:02 :
Tout ça est un peu compliqué, vous ne trouvez pas.
D'autre part les Chinois cherchent à faire des affaires, pas sûr que ce soit bon à long terme.
a écrit le 19/09/2013 à 8:38 :
Montebourg est bien discret
a écrit le 19/09/2013 à 8:31 :
ching chang chong, le bal est ouvert, qui veut la fiancée...
a écrit le 19/09/2013 à 8:27 :
nissan moins important que nissan ????
Réponse de le 19/09/2013 à 10:45 :
on ne connait pas la vision de dongfeng- si il veut arriver a croquer un gros groupe europeen ; ou a constitué un partenariat pour construire un groupe mondiale avec psa- si c'est du donnant donnant je pense que ces differentes coentreprises avec nissan , honda; kia risque d'en supporters les conséquences a l' avenir- et bye bye l'implantation de renault qui attend toujours le feu vert pour construire une usine avec dongfeng
Réponse de le 20/09/2013 à 20:24 :
Bonjour,
n'oublions pas une chose capitale nous sommes tous liées au travers de nos métiers et de nos vies sociales. acheter français produit assemblé en France c'est garantir l?équilibre financier du boucher;jardinier;peintre;architecte etc etc la disparition de Peugeot en tant que tel auras des conséquences gravissimes sur l'ensemble des citoyens français. touts ces salaries qui dépendent de près ou de loin de Peugeot/Citroën se transformeront en chômeurs , chômeurs qui seront alors supportes par les cotisations payes par nous tous y compris le citoyen qui roule en berline allemande et autre. Alors reflechissez bien lors de votre prochain achat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :