Uber : la colère des taxis monte d'un cran

 |   |  454  mots
L'Association Française des Taxis estime qu'Uber, en pratiquant une facturation horokilométrique, enfreint le code des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC).
L'Association Française des Taxis estime qu'Uber, en pratiquant une facturation horokilométrique, enfreint le code des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). (Crédits : Reuters)
L'association française des taxis a assigné le groupe Uber en référé devant le tribunal de commerce de Paris pour la "cessation immédiate de pratiques illicites". Uber "prend acte".

Les taxis passent à la vitesse supérieure. L'Association Française des Taxis (AFT) a assigné le groupe Uber en référé devant le tribunal de commerce de Paris pour la "cessation immédiate de pratiques illicites mises en œuvre" dans l'Hexagone, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué.

"Uber a pris acte" de cette assignation. "Nous continuerons de collaborer pleinement avec les autorités publiques, comme nous l'avons toujours fait" a déclaré mercredi soir le directeur général France, Pierre-Dimitri Gore-Coty interrogé par La Tribune.  

Un précédent en janvier

Serait-ce une première en France ? Pas tout-à-fait. "En janvier dernier l'intersyndicale des taxis a porté plainte contre X auprès du procureur de la République", rappelle Yann Ricordel, le directeur général des Taxis Bleus. Mais les délais étant assez longs, la procédure ne devrait pas aboutir avant plusieurs mois.

Uber, qui serait valorisée quelque 17 milliards de dollars selon les informations de nos confrères de Bloomberg, était du reste déjà dans le collimateur de la DGCCRF, notamment pour son application UberPop, de co-voiturage entre particuliers. Un nouveau service qui a mis le feu aux poudres en Belgique et en Allemagne, où des procédures ont été engagées à l'encontre de la société.

Une tarification horokilométrique, comme les taxis

Concrètement, l'AFT estime que le mode de tarification d'Uber, fonctionnant sur la base d'un tarif horokilométrique, constitue une violation de l'article R. 231-1-4 du Code du tourisme. "Cet article impose en effet aux véhicules de tourisme avec chauffeurs (VTC) de communiquer au client le prix total de la course, au moment de la réservation", précise l'association dans son communiqué.

Or Uber fournit seulement une estimation du coût de la course au moment de la réservation (immédiate). Mais pendant le trajet, le compteur - d'ailleurs invisible pour le passager - tourne et la facture lui est communiquée par mail à l'issue de la course.

>> Taxis, VTC, que choisir ? Ça dépend

L'Association Française des Taxis estime également que cette méthode constitue une pratique de concurrence déloyale et, "par conséquent, un trouble manifestement illicite qu'il convient de faire cesser immédiatement".

"Une rebellion européenne contre Uber"

Une annonce qui tombe à quelques jours d'un mouvement général contestataire à l'encontre d'Uber, à l'échelle européenne, initié par les taxis d'outre-Manche. Par solidarité, les taxis de France, Belgique, Italie, Espagne et Allemagne doivent ainsi manifester mercredi 11 juin, répondant à l'appel de Londres. Un mouvement que Yann Ricordel qualifie de "rebellion européenne contre Uber qui se développe au détriment du respect des lois et des chauffeurs de VTC".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2014 à 15:15 :
Les taxis,
fumisterie des grands réseaux qui sont incapables de situer le terminal Air France Invalides Paris??
qui pratique des prix gigantesques et font tourner le compteur une fois la proie touriste chargée;!!!!
Qui appliquent les 35 heures,combien de taxis à l'arrêt pause déjeuner à paris gare de l'Est,,????
alors OUI le VTC est nécessaire pour pallier le syndicalisme de cette profession,car le VTC s'engage sur un prix de course
Réponse de le 05/06/2014 à 16:29 :
Je suis taxi et votre réponse me laisse Sur le cul ...Je fais vraiment tout sa en une journée de plus de 11 de travail ...??svp essayer de pas généralisé ..bonne journee
Réponse de le 05/06/2014 à 17:26 :
Comment pouvez fair une généralité , la loi faut la respecter , vous êtes pour le hors la loi d'après vos commentaire , les vtc doivent rentrer à leur siège d'après l'article 231 3 du code du tourisme et ils n'a la respect pas , et le tarif horokilométrique est seulement pour les taxis , je prend les uber et les taxi mais la je vais retourner complètement au taxi car uber ne respect pas la france
a écrit le 05/06/2014 à 13:42 :
les taxis sont les intermittents du transport ... Ils grugent la Sécu et achètent les accueuils hôteliers pour ne pas faire les petits trajets .
Réponse de le 05/06/2014 à 17:27 :
Et uber vous n'en parler pas , le covoiturage à but lucratif ( uberpop) ça ne vous dérange pas .
a écrit le 05/06/2014 à 10:03 :
Ca gène les taxi d'avoir des concurrents ?
Réponse de le 05/06/2014 à 13:35 :
ca ne gene pas si la concurrence est au méme niveau
Réponse de le 05/06/2014 à 16:09 :
bah voyons !! entendons nous sur les prix et conditions auquel on va racketter les clients ! la soupe est si bonne, faudrait pas se priver !
a écrit le 05/06/2014 à 8:58 :
Regardez un peu les progrès de la Google Car, les prototypes de voitures autonomes chez les autres constructeurs et vous comprendrez que l'avenir du métier tend vers zéro.
Réponse de le 05/06/2014 à 16:21 :
Réfléchissez vous détenez une ou plusieurs licences de taxis et vos investisse dans des Google cars et l'oseille rentre toute seule.le pied!
Réponse de le 05/06/2014 à 20:34 :
Qui a dit que les lignes n'allaient pas bouger ? Un licence ? pour quoi faire ? elle va recevoir une formation pour bien accueillir et être polie avec les clients la google car ?
a écrit le 05/06/2014 à 8:39 :
Ce fut le cas d'animaux, de certaines civilisations, de sociétés et maintenant les vieux taxis puants, désagréables et ne parlant pas français commencent leur derniers soubresauts ! A suivre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :