Concordia : "La Méditerranée, nous y tenons autant que les Français" (gouvernement italien)

Répondant à Ségolène Royal, qui s'était inquiétée des risques de contamination des eaux françaises lors du renflouement et du transport à Gênes du Concordia, le ministre italien de l'Environnement italie a assuré que l'ancien navire ne passera pas par les eaux territoriales françaises.
Le ministre italien de l'Environnement a expliqué que l'épave du Costa Concordia ne passera pas dans les eaux territoriales françaises. (Photo : Reuters)
Le ministre italien de l'Environnement a expliqué que l'épave du Costa Concordia ne passera pas dans les eaux territoriales françaises. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)

Elle attaque, il ne se laisse pas faire. Arrivé mardi sur l'île du Giglio, où s'achèvent les opérations de renflouement du Concordia, le ministre italien de l'Environnement, Gian Luca Galletti, a déclaré:

"J'ai envie de dire aux Français que la Méditerranée, nous y tenons autant qu'eux, si ce n'est peut-être plus."

   Lire : Qui a peur du remorquage du Concordia ?

Pas de passage dans les eaux territoriales françaises

Le ministre revenait par ces mots sur la polémique qui l'avait opposé la semaine passée à son homologue française, Ségolène Royal, qui s'était inquiétée des risques de contamination des eaux françaises du fait des différentes opérations impliquant le paquebot. Mais l'épave de l'ancien navire de croisière, qui doit partir mercredi vers le port de Gênes où il sera démantelé, "ne passera pas dans les eaux territoriales françaises", a assuré Gian Luca Galletti.

"Les Français avaient eu tout le temps qu'ils souhaitaient" pour s'informer sur les conditions de renflouement puis de transfert du paquebot, qui a débuté le 14 juillet, a par ailleurs souligné le ministre italien, qui a toutefois tempéré:

"Bien qu'aucun traité bilatéral n'oblige l'Italie à révéler ce genre d'informations à la France, nous avons répondu favorablement aux questions des Français."

"Le contrôle de nos mers est notre première préoccupation"

La réplique de Gian Luca Galletti à Ségolène Royal avait été encore plus sèche le vendredi 18 juillet :

"Je n'accepte pas que quiconque me rappelle à mes devoirs concernant le contrôle de nos mers, car c'est notre première préoccupation", avait-il alors affirmé.

Le 13 janvier 2012, le naufrage du Concordia, de la compagnie Costa Croisière, avait fait 32 morts. Mercredi, si la météo le permet, il entamera son dernier voyage, long de 280 km.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 23/07/2014 à 14:59
Signaler
La réponse des italiens me fait bien rigoler. Tout le monde sait que pour le "contrôle technique" des navires, mieux passer par la classification RINA en Italie que par la Norvège qui ne prend pas les normes à la légère.

à écrit le 22/07/2014 à 20:47
Signaler
Moi j'ai parfaitement confiance dans ce que fait l'Italie. Ce qu'on entend permet à des politiques inutiles de chercher à exister.

à écrit le 22/07/2014 à 18:19
Signaler
Pourvu qu'ils ne nous pourrissent pas la mer, et les côtes Corses en particuliers, il y a des merveilles dans ces endroits.....

le 23/07/2014 à 13:59
Signaler
C'est la France qui a pourri la mer déjà, allez en cote d'azur tout est bétonné et pollué. C'est l'hopital qui se moque de la charité.

à écrit le 22/07/2014 à 18:07
Signaler
Elle a raison;la France doit se faire respecter en Europe.Les politiques français doivent retrouver leur arrogance,on ne supporte plus les faibles et les trouillards

le 22/07/2014 à 20:28
Signaler
Je suis d'accord avec vous. Notre gouvernement est "faible avec les forts et fort avec les faibles". La preuve en est encore faite. Quand à la Corse, renseignez vous sur son cout annuel pour la France. C'est sans doute la population qui bénéficie le...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.