Raj Rajaratnam reconnu coupable

 |   |  333  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le fondateur du fonds d'investissement Galleon connaîtra sa sentence le 29 juillet. Il risque jusqu'à 25 ans de prison.

Le verdict est enfin tombé dans le procès de Raj Rajaratnam, le fondateur du fonds d'investissements Gallon : coupable des quatorze chefs d'inculpation retenus à son encontre. Le milliardaire, dont la fortune était estimée en 2009 à 1,3 milliard de dollars par "Forbes", connaîtra sa sentence le 29 juillet prochain. Il risque jusqu'à 25 ans de prison et 100 millions de dollars d'amende pour avoir utilisé des informations confidentielles sur des sociétés cotées (Goldman Sachs, Intel, Google et AMD...) lui permettant d'engranger quelques 65 millions de dollars en Bourse.

Au terme de sept semaines de procès et de douze jours de délibération, les douze jurés ont donc rejeté l'argumentaire de John Dowd, le principal avocat de la défense. Raj Rajaratnam n'a fait que son métier, qui consiste à collecter une mosaïque d'informations publiquement connues, avait-il plaidé. Fidèle à la stratégie offensive fixée dès le premier jour d'audience, ce ténor du barreau a joué avec brio sa partition : l'accusation ne repose que sur les dires de témoins qui ont passé un accord avec le ministère public pour "sauver leur peau". "Ne vous basez pas sur le monde imaginaire créé par le gouvernement", avait-il lancé lors des plaidoiries.

Mais cette stratégie n'a pas pesé lourd face à l'accumulation des témoignages, des preuves et des écoutes téléphoniques accablantes. Sur l'une d'entre elles : "Merci pour ce tuyau. Merci, parce que grâce à vous je viens de gagner des millions". D'autres conversations ont mis en lumière les informations glanées ici et là par l'investisseur. Auprès d'Anil Kumar, un ancien consultant de McKinsey, de Rajiv Goel, un ancien cadre d'Intel ou encore de Rajat Gupta, un ancien administrateur de Goldman Sachs. En septembre 2008, au plus fort de la crise financière, ce dernier a par exemple alerté son ami que Warren Buffett allait injecter 5 milliards de dollars dans la grande banque d'investissements. Un tuyau qui aurait rapporté un million de dollars de Raj Rajaratnam.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2011 à 20:36 :
Le marché financier dans son absurdité ! Peut-on encore croire que l'information financière n'est pas biaisée au nom de théorie financière libérale dépassée. Malheureusement, ces théories sont les seules qui permettent de faire croire aux petits actionnaires qu'ils ne seront pas plumés et leur faire apporter leurs liquidités ; la machine à cash continue de tourner jusqu'à la prochaine crise financière.
a écrit le 12/05/2011 à 9:59 :
l'arbre qui cache la foret...
a écrit le 12/05/2011 à 5:16 :
Ah la jalousie des politiques! On ne les refaira pas. Ce pauvre homme avait son réseau social personnel, c'est tout. Pauvre monde!
a écrit le 12/05/2011 à 3:51 :
Coupable: très probablement. Mais que penser de tous les cas qui n'ont pas été instruits?
Deux chiffres: lors de la faillite des caisses d'épargne il y a eu 1837 cas instruits contre 72 aujourd'hui et 800 patrons de banque en prison contre...
Le plus édifiant est la justification de cet état de fait. En gros: c'eut été mauvais pour la confiance du marché et était-il judicieux de faire payer des amendes record à des banques que l'on soutenait avec de l'argent des contribuables...
Lire à cet égard l'article du NY Times: http://www.msnbc.msn.com/id/42592018/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :