Les assureurs français et italiens politisent la défense de l'épargne longue

 |   |  760  mots
Bernard spitz, président de la Fédération française des assurances Copyright AFP
Bernard spitz, président de la Fédération française des assurances Copyright AFP
Les fédérations de l'assurance des deux pays ont signé un manifeste pour la défense de l'épargne de long terme. Ils souhaitent notamment dissuader les politiques de toucher à l'assurance vie.

Dans le contexte économique et politique actuel, voilà une réunion qui n'était pas anodine. La Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA) avait organisé ce mercredi 4 avril une conférence avec son homologue italien, d'économistes et d'assureurs, autour du sujet suivant : "Pour une croissance forte en Europe, faire le choix de l'épargne de long terme".

Il n'y avait donc qu'un seul message à faire passer : celui de la défense de l'épargne longue, c'est-à-dire, en France, de l'assurance vie et des produits d'épargne retraite. Et pour cause : lorsque l'on connaît la tempête que traverse l'assurance vie en France comme en Italie, le message s'adresse aux politiques, mais il touche aussi aux affaires des assureurs. Néanmoins, pas une seule fois les difficultés que rencontrent aujourd'hui les assureurs à collecter de l'épargne n'ont été évoquées, et les expressions "baisse de la collecte" ou "décollecte" n'ont jamais été prononcées.

Plaidoirie commune

Pourtant, la collecte nette d'assurance vie en France a été négative pendant six mois, entre août 2011 et janvier 2012, période pendant laquelle les épargnants français ont retiré plus d'argent qu'ils n'en ont versé sur leurs contrats. En février, la collecte nette est repassée dans le vert, mais les versements sur les contrats sont en baisse de 14.3%. La situation n'est pas plus brillante en Italie : les versements sur les contrats d'assurance vie ont chuté de 18% en 2011 par rapport à 2010, selon la fédération italienne de l'assurance. L'on comprend mieux l'intérêt des deux fédérations de l'Hexagone et de la Botte de faire plaidoirie commune...

Un manifeste politique

A défaut de reconquérir totalement la confiance des épargnants, les assureurs tentent donc de convaincre les politiques avec la rédaction d'un "manifeste pour une politique d'épargne à long terme" signé des deux fédérations françaises et italiennes  Bernard Spitz, président de la FFSA, reconnaît d'ailleurs la portée éminemment politique de ce rapport : "son titre contient le mot politique : il signifie qu'il faut un objectif clair pour la politique de l'épargne : c'est le long terme, pour répondre aux besoins des ménages et pour financer efficacement l'économie en Europe".

Technicité et innocuité

Les assureurs tentent de préparer le terrain de l'après élections présidentielles, pour que le nouveau président de la République n'ait pas l'idée de nouvelles mesures. Et essaient dans le même temps d'éviter que de nouvelles annonces de campagne ne se reproduisent, à l'image de la proposition de François Hollande de taxer l'assurance vie. Alors même qu'en période électorale, les assurés sont généralement dans une posture d'attentisme, en préférant par exemple placer leurs deniers sur des produits d'épargne bancaire ou modérer leurs versements sur leurs contrats. "Il est tout à fait nouveau que les problèmes d'épargne longue soient au centre de la campagne. C'est d'une technicité remarquable et d'une innocuité exceptionnelle !", a remarqué Lionel Zinsou, président de la société de capital-investissement PAI Partners.

Taxera ? Taxera pas ?

Jérôme Chartier, député UMP du Val d'Oise, a bien compris la carte qu'il avait à jouer auprès de milliers d'épargnants lorsqu'il a déclaré : "nous ne toucherons pas à la fiscalité de l'assurance vie, pas plus que nous ne toucherons à la fiscalité des produits de retraite. L'objectif est de stabiliser l'épargne". Karine Berger, économiste et candidate PS aux législatives, ne s'est pas étendue sur la proposition de François Hollande d'intégrer l'assurance vie au barème de l'impôt sur le revenu dans le cas d'un rachat du contrat avant huit ans... Elle a simplement insisté sur le principe de "justice fiscale et sociale" défendu par le candidat socialiste, qui souhaite taxer les revenus du capital comme ceux du travail.

Stimuler la croissance

Le principal argument des intervenants en faveur de l'épargne longue a finalement consisté à dire que le retour de la croissance ne serait pas possible sans cette épargne. Selon Franco Bassanini, président de la Caisse des dépôts italienne et ancien ministre, "Le problème de l'Europe n'est pas qu'un problème de finances publiques, c'est un problème de croissance et de compétitivité. Pour y remédier, il faut stimuler les investissements de long terme. Et comment le faire sans augmenter les dépenses publiques ? En augmentant l'épargne de long terme pour la transformer en investissements de long terme".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2012 à 17:57 :
Les assureurs aiment bien le fric, surtout celui des autres, et ont tout fait - avec un succès remarquable - pour rendre drastiques les conditions de sortie pour les déposants ou leurs ayants droits... La roue est simplement en train de tourner pour ces parasites... Les incertitudes politico-fiscales et notre appauvrissement global vont les conduire à devoir réfléchir à d'autres méthodes de spoliation...
a écrit le 05/04/2012 à 15:35 :
il est évident qu'un homme politique preconisera toujours la dépense, la TVA en est le meilleur exemple, l'épargne meme avec des taux confiscatoires, ne lui rapporte par grand chose, et le propre dun homme politique "commun" n'est pas de voir à longt terme mais au seuil de son mandat.
a écrit le 05/04/2012 à 15:18 :
La question se pose sur la future fiscalité de tous les intérêts perçus avant et après 8 ans pour l'Assurance-vie dans le programme de Mr Hollande. L'options "prélèvement libératoire" sera--t-elle purement supprimée ? tous les intérêts perçus avant et après 8 ans seront-ils soumis en cas de rachat partiel ou
total à une déclaration dans les revenus?? Au PS personne ne répond...!!
Il faut se rappeller que les contrats ont été vendus avec l'argument de complément de retraite avec une fiscalité avantageuse...!!
a écrit le 05/04/2012 à 10:51 :
Les hommes politiques nous mentent, c'est toujours pour du pognon au final.
a écrit le 05/04/2012 à 7:37 :
Consommer ou investir, That is the question..et notons que toute redistribution, tout soutien à la consommation populaire, ne peut rendre la France plus compétitive. Il faut des riches pour investir, car le pauvre ne peut que consommer, d'où un équilibre à trouver, une stabilit
Réponse de le 05/04/2012 à 15:51 :
Encore un raisonnement taillé à la hache. Entre riches et pauvres, n'y aurait-il aucun "consommateur-épargnant" ? C'est au contraire à cette large et majoritaire tranche de revenus, celle qui peut consommer tout en épargnant, que s'adresse une fiscalité intelligemment sous-pesée. Les véritables plaies d'un système, sont les raisonnements et les mesures extrêmes.
a écrit le 05/04/2012 à 7:35 :
""d'intégrer l'assurance vie au barème de l'impôt sur le revenu dans le cas d'un rachat du contrat avant huit ans... """ <-- oui bon, vu le niveau de taxation forfaitaire, les gens seraient limite gagnants !
Réponse de le 05/04/2012 à 15:11 :
mais quid du projet de Mr Hollande de la taxation des intérêts après 8 ans.... restera-t-il au prélèvement forfaitaire après 8 ans à 7,5% ou
supprimera-t-il tous les prélèvements forfaitaires comme certains le disent??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :