Livret A : un collectif réclame un rendez-vous d'urgence avec Moscovici

 |  | 450 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Un collectif de syndicats et d'organisation de défense des droits sociaux veut rencontrer le ministre de l'Economie Pierre Moscovici pour obtenir le doublement du Livret A afin d'accélérer la construction et la rénovation de logements sociaux.

 Un collectif de syndicats du secteur financier et bancaire et d'organisations de défense des droits sociaux a réclamé dimanche un entretien avec le ministre de l'Economie Pierre Moscovici pour évoquer la nécessité de doubler le plafond du Livret A. "Compte tenu des enjeux et des besoins, nous sollicitons une entrevue directe auprès de vous afin que d'ores et déjà les orientations soient claires", écrit dans une lettre adressée au ministre le collectif "Pour un pôle public financier au service des Droits". 

Le doublement du plafond du Livret A à 30 600 euros, annoncé par le gouvernement, ne devrait pas intervenir en une seule fois mais par le biais de relèvements progressifs du montant de dépôt maximum;  ce qui repousse dans le temps le doublement effectif du plafond. sachant que 65% des montants déposés sur le livret A (quelque soit l'établissement bancaire teneur du compte) sont centralisés à la Caisse des dépôts afin de servir au financement du logement social et de la politique de la ville.

Des besoins sociaux "évidents"

Le collectif rappelle l'engagement de François Hollande durant sa campagne de doubler le plafond du Livret A "en faveur du financement du logement social et de divers besoins d'intérêt général". Ces "besoins sociaux" sont, selon ce collectif, "évidents": un minimum de 150.000 logements sociaux par an, la rénovation des logements sociaux existants, des places d'hébergement d'urgence, des maisons médicalisées pour les personnes dépendantes, etc. "Voilà, sans que cette liste soit exhaustive, les "besoins" aujourd'hui insuffisamment financés dans notre pays et à la satisfaction desquels contribue fortement le Livret A, grâce aux prêts de la Caisse des dépôts et consignations", souligne le collectif. Or, "le doublement du plafond du Livret A est à la fois un moyen de répondre à ces besoins, et un symbole de la nécessaire mobilisation de l'ensemble des acteurs dans cette direction", juge-t-il, fustigeant "la campagne éhontée menée par les banques et les assureurs pour s'opposer" à cet engagement.

Le collectif menace de lancer une campagne nationale

"Le cas échéant, nos organisations sont déterminées à engager une campagne nationale de grande envergure afin que cet engagement se concrétise au plus vite", conclut le collectif. La réforme du Livret A, qui prévoit un doublement de son plafond, sera mise en place "au rythme des besoins", avait indiqué le 3 juillet M. Moscovici, avec notamment la préoccupation de ne pas "déstabiliser les acteurs concernés".

Ce collectif s'est créé en février pour réclamer la création d'un "pôle financier public" au service des droits fondamentaux.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2012 à 7:56 :
Une mesure qui permettra d'occuper l'espace médiatique mais malheureusement elle ne sert à rien, il y a des mesures sans doute plus vitales à mettre en place avant cette mesurette. Il faut savoir qu'aujourd'hui le dépôt moyen sur un Livret A est d'environ 3 000 ? on est déjà bien loin du plafond actuel de 15 300 ? et seulement 9 % des Livrets A atteignent aujourd'hui leur plafond ... quand on a dit ça....
a écrit le 22/07/2012 à 23:14 :
Maintien du taux du livret à 2.25% au lieu de 2.75% comme règlementairement prévu sous Sarkozy.
Non doublement du plafond comme martelé par Hollande pendant la campagne électorale.
Le lobby bancaire aussi éfficace quel que soit le gouvernement.C'est pour quand le changement ? La réponse est : quand les poules auront des dents !!!
a écrit le 22/07/2012 à 22:54 :
Il s'est vraiment foutu de nous avec son doublement du plafond. Que faisait-il pendant que mitterand recevait Bousquet aux frais de la république, que disait-il? Rien alors venir aujourd'hui poussez la chansonnette c'est de l'hypocrisie politique. C'est un specialiste
Réponse de le 22/07/2012 à 23:07 :
Il le porte sur le visage
a écrit le 22/07/2012 à 21:44 :
Il y a suffisamment de logement sociaux en France mais occupsé par des gens aisés qu'il faut obliger à vider les lieux. Par ailleurs, la France est surpeuplée et il faut dire aux pro- natalistes de baisser le régime car à ce rythme on va construire de plus en plus d'HLM's dans les champs et il n'y aura donc plus rien à manger.
Réponse de le 23/07/2012 à 8:23 :
D'accord avec vous Eiffel regardez la pauvre Delphine Batho qui s'est fait virer de son logement social de 150 m² qu'elle payait 30% en dessous du prix du marché pour aller dans un logement de fonction c'est maintenant le changement !!
Réponse de le 23/07/2012 à 8:36 :
MALTHUS où es tu? ah oui tu es là réincarné en Eiffel...
Réponse de le 23/07/2012 à 11:11 :
Désolé, mais plus on avance dans le temps et plus Malthus, d'après tous les observateurs semble avoir eu raison. 1 milliard d'humains ne mangent pas à leur faim et 20 000 personnes meurent de faim par jour dont 5000 enfants suite à des récoltes insuffisantes dans les pays pauvres. Pour ce qui est de l'occident, l'utilisation des engrais chimiques a permis d'augmenter les rendements, mais c'est une catastrophe sanitaire car les engrais chimiques déséquilibrent la terre et produisent des produits déséquilibrés qui sont malsains voire nocifs et toxiques. Oui, on a réussi à faire mentir temporairement Malthus en trichant et en ne regardant pas les chiffres de la faim.
a écrit le 22/07/2012 à 20:17 :
Quand donc en finira-t-on avec ce gâchis fantastique que sont les logements sociaux ?
a écrit le 22/07/2012 à 20:00 :
aucun doute que le plafond va etre double ! aucun doute non plus que la deuxieme partie va etre fiscalisee ( autant laisser son argent en AV...)
Réponse de le 22/07/2012 à 22:29 :
aucun doute aussi que flamby pourra toujours attendre qu'on alimente les livrets A
a écrit le 22/07/2012 à 19:22 :
Le patron de la banque de France M. Noyer est contre et sa voix porte surtout qu'il est le défenseur des banques et que ces remarques sont toujoyurs contre l'épargnant pour mieux faire bénéficier les banques et surtout favoriser l'assurance vie la mane des banques et maintenat de notre "petit" patron M.Montebourg. Autre poitnt la Cour Des Comptes a souhaité que l'épargne du livret soit taxée au delà de 15300 euros c'est à dire la porte ouverte àla taxation socaile du livret A. Conclusion les banques dont on connait la probité!!!! et M. Noyer ont gagné et un pari nos incopétents troses vont approuver au détriment de la classe moyenne mais cela dure depuis 40 ans DROITE GAUCHE alliées pour écraser cette classe la "pompe" à pognon pour l'Etat dépensié et nos chers élus qui eux ne se taxent pas au contraire.
a écrit le 22/07/2012 à 16:48 :
Quand les mesure concernent les petits epargnants ca prend toujours du temps bizarrement.
Quand a la construction de ogements sociaux,il faudrait deja que les communes acceptent de jouer le jeu et ainsi eviter de concentrer l'eesentils de ces logements dans les memes villes creant de fait des ghettos
a écrit le 22/07/2012 à 16:31 :
Le plafond du livret A n'a pas bougé depuis le 16/05/1986. En monnaie constante, il a fortement diminué (on devrait etre a 24802 euros si on suit les données de l'INSEE). Son doublement ne ferait que rétablir la situation "normale", au détriment des "acteurs concernés" pour reprendre la terminologie de l'article, c'est à dire les banques et les assureurs qui se gavent depuis 20 bonnes années avec cet argent (oups pardon, qui le considerent comme d'indispensables actifs pour maintenir leurs ratio de fonds propres).
Réponse de le 22/07/2012 à 21:25 :
Vous oublier que l?état se gave également sur l'assurance vie et autre placement qui sont fiscalisés et rapporte des impôts. on comprends mieux pourquoi ils ne sont pas pressé de doubler le plafond du livret A (500 millions d?impôt en moins). D'ailleurs la possible augmentation de la CSG va augmenter le manque a gagner pour l'état si il se presse trop a mettre en place cette promesse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :