Victimes d'un piratage, près de 8.000 portefeuilles de la cryptomonnaie Solana ont été siphonnés

Des utilisateurs ont indiqué sur les réseaux sociaux avoir perdu l'intégralité de leur portefeuille crypto détenu en ligne sur la blockchain Solana. La société américaine a indiqué mener des investigations mais elle n'en est pas à sa première déconvenue technique. Tout comme la star bitcoin (BTC), le jeton SOL s'inscrit dans la promesse de sécuriser des échanges et des services pour un Internet plus décentralisé.
(Crédits : REUTERS)

La cryptomonnaie Solana devait faire partie des jetons numériques les plus prometteurs du secteur, à l'aube du "Web 3", des NFT, et de ses nouveaux échanges dans les mondes virtuels du Metaverse. Mais l'"altcoin" (jeton alternatif) SOL, créé en 2018 pour concurrencer les succès du bitcoin et de son rival l'ether, enchaîne les déconvenues. Dernier en date, un deuxième piratage en moins d'un an confirmé ce mercredi 3 août par l'entreprise sur le compte Twitter "Solana Status".

« Des ingénieurs de plusieurs écosystèmes, en collaboration avec des sociétés d'audit et de sécurité, continuent d'enquêter sur la cause profonde d'un incident qui a entraîné la vidange d'environ 8.000 portefeuilles », écrit la société Solana Labs Inc. sur Twitter mercredi.

« Il ne semble pas s'agir d'un bug du code central de Solana, mais d'un logiciel utilisé par plusieurs portefeuilles logiciels populaires parmi les utilisateurs du réseau », précise la société basée à San Francisco. Autrement dit, la faille se situerait dans une surcouche logicielle, plutôt que sur la blockchain, elle-même réputée inviolable en raison de son processus de validation entièrement décentralisé. Les précieux jetons étaient détenus dans les portefeuilles baptisés Phantom et Slope, hébergés en ligne par la blockchain Solana.

Au total, 7.767 portefeuilles détenteurs de cette cryptomonnaie sont concernés par le piratage. La valeur du butin volé sur ces comptes atteindrait plus de 6 millions de dollars, selon plusieurs cabinets d'étude capables de comptabiliser les mouvements de l'adresse cryptée utilisée par le hacker.

Une crypto prometteuse

Comme les chaînes de blocs des autres crypto-actifs, la blockchain Solana promet des échanges plus rapides, sécurisés, et plus facilement intégrables dans une nouvelle génération d'applications et de services Web. L'Américain se positionne aussi comme un actif de référence pour acheter et vendre des NFT (non fungible tokens). De cet actif est même né la plateforme spécialisée "Solanart" pour vendre des œuvres numériques.

En terme de poids sur le marché des cryptos toujours dominé par le protocole Bitcoin (446 milliards de dollars de valorisation), Solana se classe au 9e rang des cryptomonnaies, à plus de 13 milliards de dollars de valorisation, selon le site Cryptoslate. L'actif bénéficie d'ailleurs d'un fort soutien des communautés. Suite à l'annonce du piratage, son cours reculait de près de 5%, s'échangeant à plus de 40,1 dollars, dans un secteur qui reprend timidement des couleurs après le krach du printemps.

Tandis que les piratages de portefeuilles numériques se multiplient, c'est un deuxième coup dur pour les crypto-fans qui ont déjà subi le krach du bitcoin en mai dernier, emporté par les craintes de la finance traditionnelle et la remontée des taux d'intérêts de la Réserve fédérale américaine.

Un premier piratage impliquant Solana avait eu lieu en février dernier entre des protocoles informatiques pour des services de finance décentralisée (DeFi) et des portefeuilles numériques. Les sommes - 320 millions de dollars au total - avaient finalement pu être récupérées suite à des négociations avec le hacker, rapportait Bloomberg. De quoi faire tout de même reculer alors le cours de la crypto de 11% en 24 heures.

Dans la foulée de ce nouveau piratage, la fondation Solana, qui porte le projet, a mis en ligne un formulaire pour recevoir les témoignages et plaintes des propriétaires des portefeuilles.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 04/08/2022 à 13:04
Signaler
Ah oui la block chain, ce truc qu'on présente comme inébranlable au public.... mais s'il savait comment c'est manipulable... c'est tout sauf très sécurisé. Et pour stocker ses pépettes, faut un stockage froid, c'est à dire hors ligne...que l'on rebra...

à écrit le 04/08/2022 à 10:08
Signaler
Il faut vraiment être naïf pour mettre son argent dans une monnaie spéculative de trés haut niveau, dont personne ne sait qui la contrôle, sans aucune garantie et avec comme logique un discours idéologique souvent libertaire contre les monnaies des é...

à écrit le 04/08/2022 à 7:57
Signaler
C'est en principe, ce genre de fake, qui doit vous stimuler afin de tomber dans le panneau du Fonzy !;-)

à écrit le 03/08/2022 à 23:13
Signaler
Ah ah… quand est ce que les gens naïfs arrêteront de mettre leur argent dans des stes immatérielles mais aux risques biens réels … ils se sont crus plus malin et plus «  hype » que les autres mais finalement ils ont pris un risque qu’ils assume...

à écrit le 03/08/2022 à 23:11
Signaler
Le bon sens paysan impose de fuir ces supports financiers portés par un discours marketing honteux. Espérons que les personnes lésées seront à minima indemnisées des pertes subies. Dommage que l'article ne creuse pas cet aspect. Le journaliste se con...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.