DCNS poursuit sa course à la croissance à deux chiffres

 |   |  440  mots
Le chiffre d'affaires de DCNS a atteint 3,36 milliards d'euros en 2013
Le chiffre d'affaires de DCNS a atteint 3,36 milliards d'euros en 2013
Le groupe naval a enregistré l'an dernier une nouvelle hausse d'affaires mais a essuyé un recul de son résultat opérationnel.

Et vogue DCNS... Le chiffre d'affaires du groupe naval a atteint 3,36 milliards d'euros en 2013 (contre 2,93 milliards en 2012). Soit une hausse des ventes de 14 % par rapport à 2012."Depuis le lancement de notre stratégie championship, nous avons réalisé en quatre ans une croissance de 40 % de notre activité", a expliqué le PDG de DCNS, Patrick Boissier.

Cette croissance résulte de l'exécution de programmes industriels tant pour la France (frégates FREMM, sous-marins Barracuda et maintenance de la flotte de navires de premier rang de la Marine nationale) que pour l'international (notamment Brésil, Inde, Malaisie et Maroc). "Elle a été amplifiée par l'avance prise sur la réalisation des deux bâtiments de projection et commandement (BPC) pour la Russie", a expliqué le groupe dans un communiqué publié ce mardi.

Une baisse du résultat opérationnel

Le résultat opérationnel courant de DCNS s'est élevé à 166 millions d'euros (soit une marge de 5 %) en 2013 contre 209 millions (7,1 % du chiffre d'affaires) en 2012. Cette dégradation s'explique par "les difficultés opérationnelles connues dans les programmes industriels de l'activité nucléaire civil", a rappelé le groupe naval. Et d'insister en évoquant à nouveau "des mesures organisationnelles et industrielles prises pour redresser dès 2014 la rentabilité de cette activité". Les chantiers de l'EPR à Flamanville et en Chine ont généré des pertes pour DCNS.

Parallèlement, DCNS continue à accroître ses investissements en R&D "pour répondre aux enjeux de ses clients et maintenir son avance technologique", a expliqué le groupe. En 2013, DCNS a grossi en termes d'effectifs, les effectifs passant de 13.183 équivalents temps plein à fin 2012 (dont 12.828 en France) à 13.648 l'année dernière, dont 12.924 en France. Soit 465 personnes en plus. "Notre priorité demeure plus que jamais l'amélioration de notre performance afin de faire jouer notre potentiel de développement dans le naval de défense à l'international et l'énergie", a expliqué Patrick Boissier.

Nouvelle baisse du carnet de commandes

Les prises de commandes de 2013 ont représenté un montant total de 2,3 milliards d'euros (contre 2,5 milliards en 2012). La principale commande engrangée sur l'exercice écoulé a concerné la maintenance et la modernisation des navires du programme Sawari I pour l'Arabie saoudite. DCNS a également signé un contrat avec BAE Systems pour la fourniture d'équipements destinés aux sous-marins Astute UK. Le groupe a en revanche échoué à vendre à Singapour deux sous-marins Scorpène (1,8 milliard d'euros). Un appel d'offre remporté par ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS).

Le carnet de commandes de DCNS s'établissait à 13,22 milliards d'euros à fin 2013 (contre 14,46 milliards à fin 2012). Bien qu'il représentait encore fin 2013 quatre années d'activité, il a enregistré une nouvelle baisse. Fin 2011, il s'élevait à 14,8 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :