"Make in India" : quand New Delhi ne joue pas vraiment le jeu

 |   |  743  mots
Le Rafale atterrirra-t-il un jour en Inde?
Le Rafale atterrirra-t-il un jour en Inde? (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le salon aéronautique Aero India (18-22 février) s'ouvre ce mercredi sur le thème "Make in India". Pourtant, New Delhi ne joue pas vraiment le jeu avec le Rafale, dont le programme pourrait faire l'objet d'un vaste transfert de technologies, et le missile air-défence SR-SAM développé en partenariat entre le DRDO indien et MBDA.

"Nous voulons faire de "Make In India" le thème majeur" de la 10e édition du salon Aero India, qui sera inauguré ce mercredi par le Premier ministre indien Shri Narendra Modi, "et voir les progrès du "Make in India" dans le secteur de défense aussi", a expliqué il y a une dizaine de jours le secrétaire d'Etat à la production de défense, Shri G Mohan Kumar. Aero India qui va rassembler plus de 600 entreprises (295 indiennes et 328 étrangères), dont 64 américaines et 58 françaises. Des entreprises qui sont présentes au regard du budget de la Défense indien en hausse régulière depuis 2009 (41,6 milliards de dollars en 2014-2015, dont 41% sont consacrés aux achats d'armes). Soit le 9e budget de la défense mondial.

New Delhi a promulgué en juin 2013 de nouvelles procédures de passation pour les marchés de défense. Et ce en plus des 30 % d'offset que les Indiens exigent pour accorder des contrats aux industriels étrangers. Pour le contrat Rafale par exemple, le contenu local doit être d'au moins 50% ! Ces exigences visent notamment à développer une industrie de défense indienne robuste, selon le ministère de la Défense indien, avec les plus hauts standards de transparence, de probité et de responsabilité publique. Clairement, New Delhi voulait donner une impulsion à l'indigénisation des achats d'armements. "Une plus grande préférence sera maintenant accordée explicitement" aux entreprises indiennes. Une stratégie reprise d'ailleurs par le gouvernement Modi avec une campagne lancée en septembre 2014.

La France joue le jeu sans être récompensée

La France a joué le jeu. Et plutôt bien. Car pour gagner des contrats en Inde, elle a consenti soit de vastes transferts de technologies (ToT) à l'image des négociations sur le Rafale (126 appareils, dont 108 fabriqués par l'industriel indien HAL), soit à développer des programmes en coopération étroite avec l'industrie indienne (missile air defence SR-SAM) soit encore à des fabrications sous licence (hélicoptères Fennec).

Sans aucun succès probant et souvent la douche froide : contrats cassés, appels d'offre interrompus ou encore exigences extravagantes. Pendant ce temps, New Delhi est en passe de signer plusieurs contrats d'un montant de 1,5 milliard de dollars avec les entreprises israéliennes (drones, missiles air defence, missiles antichars et deux avions de surveillance Phalcon AWACS).

Vers une annulation de SR-SAM?

Depuis son arrivée au pouvoir, le Premier ministre Modi a sur son bureau un dossier sur une possible annulation du programme SR-SAM (Short Range Surface to Air Missile) dont l'armée de l'air ne veut plus. "La décision n'est pas encore prise", explique-t-on à "La Tribune" mais l'optimisme à Paris est très modéré. Pourtant ce missile sol-air de nouvelle génération doit être co-développé avec la DRDO (Defence Research and Development Organisation) et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited.

Le projet est estimé à 4,5 milliards d'euros (6 milliards de dollars), dont 1,8 milliard d'euros devait revenir à MBDA, qui attend depuis des années ce très beau contrat. Un contrat dont les négociations sont terminées depuis décembre 2011. En février 2013 à l'issue de la visite de François Hollande en inde, l'ancien Premier ministre indien, Dr Manmohan Singh's avait annoncé dans un communiqué avoir conclu avec les industriels les négociations sur le SR-SAM. Aujourd'hui, la France peut se poser la question de savoir si vraiment le "Make in India" est une réalité ou un slogan marketing.

Le "Make in India" à l'heure indienne

En dépit de sa volonté de fabriquer localement, l'Inde peine à développer ses propres programmes. Ainsi, le développement de la phase deux de l'avion de combat LCA (Light Combat Aircraft) sous l'autorité du DRDO indien (Defence Research and Development Organisation) devait être achevé.... en décembre 2008. Il le sera en décembre 2015, selon le ministère de la Défense. Tout comme le missile LR-SAM (Long range surface to air Missile) développé avec les Israéliens est aujourd'hui attendu en décembre 2015 au lieu de mai 2011.

Par ailleurs, le manque de compétences et de connaissances techniques de l'administration indienne complique aussi l'achat de matériel, estime Manoj Joshi, du think tank Observer Research Foundation basé à Delhi, interrogé par l'AFP. "Une personne chargée de l'élevage un jour va se retrouver à la Défense le lendemain. Nos fonctionnaires civils n'ont pas l'expertise des marchés et des matériels, ce qui complique la situation", relève-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2015 à 22:29 :
BRICS !
a écrit le 28/02/2015 à 16:33 :
L'Inde ne joue jamais le jeu dans des négociations commerciales, c'est vrai de presque tout le monde , mais eux c'est pire.
a écrit le 24/02/2015 à 18:43 :
Expliquez-moi pourquoi on minimise au maximum l'influence de la Russie en Inde. Quelques jours avant la vente (sans véto russe ou américain) de 24 Rafales en Egypte, Mr Poutine était en voyage officiel en Inde. Il aurait négocié des ventes d'armes, d'avions Sukoï et Mig conjointement fabriqués en Inde; comme il le fait avec la Chine et le Brésil (Tous membres des BRICS). Il aurait aussi vendu des centrales nucléaires. Naturellement, j'ai obtenu ces informations par Ria Novosti, RT et ABCNews.
Autre souci à l' information <made in France>: Les 24 Rafales vendus Au Caire seront payés à Dassault par la COFACE et l'état (les contribuables) se fera payer par l'Egypte (pays presque insolvable qui me rappelle l'histoire des Mirages péruviens des années 80s). Nos "amis" américains avaient beaucoup ri à ce sujet (Je sais car je travaillais encore chez Boeing à Seattle en ce temps-là...
a écrit le 19/02/2015 à 11:24 :
Convaincu que l’Inde pourra être LE marché de salut pour la France SI La France saura joueur le jeux et être innovant dans tous les aspects de la relation commerciale et stratégique avec ce GRAND pays !!

Mais Allas!! Il y a des pays comme la France qui persistent pour vivre SANS innovation et au 18éme siècle SVP !!
a écrit le 19/02/2015 à 11:11 :
J'ai bien l'impression que l'Inde se rend compte qu'elle n'a pas les moyens de ses ambitions.
Elle essaye de se défaire de ce contrat qu'elle ne peut plus s'offrir tout en essayant de garder la face aux yeux du peuple indien et des autres fournisseurs.
Du coup tout est prétexte à dire que c'est de la faute de Dassault.
Personne ne sait ce qu'il y a dans le contrat et ce qui a été éventuellement rajouté depuis le début des négociations. Alors dire que le prix a explosé uniquement par le faute de Dassault est hypocrite.
Dassault doit avant tout protéger sa réputation.
Réponse de le 20/02/2015 à 18:02 :
c'est simple , l'Inde veut que ce soit Dassault qui soit responsable de la qualité des avions construits en Inde par les Indiens ! un comble que Dassault n'acceptera jamais ! mais on sait qu'avec les Indiens les négociations de ce type durent 30 ans !
a écrit le 19/02/2015 à 0:14 :
Ok pour les rafales

Mais dorénavant tous les produits qui arrivent d Inde devront être produit à 50 % sur notre sol

Y en a marre d etre les neuneus de la planète
Réponse de le 19/02/2015 à 8:39 :
+1, je vous rejoins tout à fait.
Et puis jouer à "on veut", "on veut pas" c'est bon, on se croierait dans une cours d'école primaire.
Cherchons clients ailleurs et laissons tomber ces pantins !!!!
a écrit le 19/02/2015 à 0:13 :
L'Inde ne peut rien créer industriellement parlant. Je veux dire à un Haut niveau concurrentiel , à un Haut Niveau Technologique.
Pour des questions de trop fortes instabilités entre les ethnies.
L'Industrie automobile n'y a même pas atteint la Masse Critique.
Le Rafale est un excellent appareil.
Pour preuve...le F35 traine une casserole de plusieurs centaine de défauts répertoriés.
En particulier la très mauvaise maîtrise de la dilatation des matériaux.
Réponse de le 19/02/2015 à 11:40 :
Effectivement, l'Inde mettra un peu du temps à créer une industrie forte. Apres tout, elle n'as pas eu des colonies pour faire sa prospérité et la rapid industrialization!!
Réponse de le 19/02/2015 à 12:19 :
La Chine travaille depuis longtemps sur des modèles Low-Technology , Low-Cost
à destination de l'Inde dans le domaine automobile.
L'Inde reste pour l'instant un très beau Mirage.
Mais un Mirage.
Réponse de le 19/02/2015 à 13:18 :
Mittal lui-même y a subi un cuisant échec.
Pourtant , c'était une Low-Technology , Low-Cost.
a écrit le 18/02/2015 à 23:57 :
Des transferts de technologie !!! Ils veulent des avions de combat, ils payent et puis c'est tout.
Si ils sont si balèzes au niveau technologique les indiens, comme on nous en rebat les oreilles a longueur de journée, ils ont qu'à les créer de toutes pièces leurs fers à repasser volants...comme çà, si ça "frotte" un peu avec les chinois, ils pourront l'éprouver vraiment les capacités de leurs ingénieurs...
a écrit le 18/02/2015 à 23:00 :
Le scoop vient de tomber ce soir : la France va vendre 156 Rafales à l'Ukraine ! c'est le FMI qui va les payer.
Réponse de le 18/02/2015 à 23:16 :
Haaaa; encore un commentaire facile "à 2 balles"
Les Ukrainiens achèteront des Gripen comme les pays baltes.
4 marchés d'armes perdus pour la Russie. Ajoutons la Roumanie et la Bulgarie.
Et les américains qui vont leur piquer les marchés russes en Inde.
Avenir sombre pour l'armement russe..........
En comme un baril à 100 c'est fini pour toujours.
Que va donc pouvoir la Russie pour sauver son économie?
Réponse de le 19/02/2015 à 9:37 :
"Les Ukrainiens achèteront des Gripen comme les pays baltes"

Les Baltes ont des Gripen? Première nouvelle...
a écrit le 18/02/2015 à 18:49 :
il y a un réel problème de compétences et de maitrise technique. les indiens seront encore pour un bon moment à la ramasse même si ils cassent les prix sur certains marchés. laissez les mettre en place le service après vente c'est sur ce sujet que la différence avec les concurrents peuvent se faire... acheter moins cher sans maitrise de la technologie et de l'après vente, beaucoup d'entreprise ont payé cher ces déboires .!
a écrit le 18/02/2015 à 15:44 :
Les relations commerciales mondiales sont à la fois plus simples mais longues parfois à mettre en oeuvre. On regarde les matériels vendus au cours d'une année et l'on effectue les partages selon une grille de lecture stratégique. Cela depuis 2004, car avant les américains étaient chargés (par le monde occidental) de la police mondiale et ne permettaient que des ventes assurant par le fait la seule survie des industries locales pour ce domaine. Bien entendu ceci est fait uniquement avec les entreprises définies comme "autorisées" au titre d'une zone. Pour ce faire et dans cette logique on a organisé en Europe le regroupement de toutes les industrie d'armement et le reclassement des personnels sans casse. Ce regroupement est encore en cours. Au vu du tableau des ventes mondiales, les différentes parties réclament donc un ajustement et un rattrapage selon ce qui est convenu. A cette grille de lecture vient s'ajouter celle des "appuis". Par exemple si l'on veut aider Israël dans sa domination militaire régionale, le gain de contrat lui sera facilité. Mieux que l'envoi d'argent. Les appuis prioritaires pour les zones de guerre passent donc devant le business ordinaire et repoussent l'équilibre de ce type de cartel. Il se fera forcément mais plus tard. La question est donc de savoir dans quel camp se situe Israël, celui américain ou Européen élargi ? Dans quel camp se situent la Russie, européenne ? Ou bien la Chine ? Et, par le fait quelle part leur est réservée dans les ventes ? Ensuite ce qui se passe sur le terrain relèverait de l'anecdote s'il n'y avait la capacité à satisfaire : sur les matériels et sur les alliances stratégiques pour combattre un ennemi commun. L'inde a tout à gagner par exemple dans une alliance avec la Russie afin de se partager la Pakistan si la question devait se trouver posée, ce qui risque très probablement d'arriver. Cela suppose comme je l'ai expliqué ailleurs sur ce fil qu'aucun blocage ne soit fait à l'avancée de ce pays sur des régions intermédiaires. Or pour le moment la France bloque. De manière contradictoire un achat peut alors parfois être le dédommagement pour que ce blocage prenne fin ou un non-achat punitif pour inciter dans ce sens... La diplomatie européiste traîne encore sur ce point des milliers d'années de vieilles idéologies qui l'embrouille dans la définition d'une vraie stratégie. Bien entendu tout cela ralentit la mise en place du partage qui est évoqué plus haut.
Réponse de le 19/02/2015 à 9:56 :
Je n'ai rien compris à votre démonstration.
Réponse de le 19/02/2015 à 10:14 :
Parfaite analyse. La vente d'armes nécessite d'avoir un temps géopolitique d'avance. Les affaires étrangères sont au coeur du buziness. L'Europe n'a aucune réelle politique étrangère, donc peu de poids. Nos nations agissent en ordre un peu moins dispersé en matière de fabrication d'armement mais pas dans la capacité commerciale qui nécessiterait une volonté en politique étrangère unique. Israël mange à tous les râteliers. Ce pays dispose de relais efficaces et pertinents partout dans le monde, ou presque.
a écrit le 18/02/2015 à 11:44 :
un super avion sur un plateau avec transferts de technologies.
La balle est dans leur camp.
S'ils souhaitent continuer à assembler des avions russes, d'un niveau inférieur, sans réelle coopération, c'est leur problème.............
C'est les chinois qui vont être contents.
Réponse de le 18/02/2015 à 14:13 :
Pas sûr que la France allait offrir à l'Inde (ni au Brésil comme on avait dit à l'époque) le transfert de technologie du Rafale. Notre Etat a perdu passablement de sa crédibilité (l'affaire des Mistral en est un exemple) internationale, c'est finie l'époque du colonialisme où l'on troquait des épices pour quelques fusils et tout le monde était content après.
a écrit le 18/02/2015 à 11:40 :
Il suffit de laisser filtrer une info disant que nous entrons en négociation avecle Pakistan pour le fourniture de 100 Rafales et on sera vite fixé sur les réelles intentions des indiens!
Réponse de le 18/02/2015 à 14:14 :
Et qui va payer ces "100 Rafales" pour le Pakistan ? le Crédit Agricole ou le Parti Socialiste ??? mdr
Réponse de le 18/02/2015 à 15:01 :
On entend dire déjà que c'est maintenant la Chine qui veut faire une commande de 260 Rafales au prix fort et sans tranfert de technologie. C'est la fête chez Dassault !
Réponse de le 18/02/2015 à 15:24 :
Faites gaffes avec vos théories plutôt farfelues, les dérapages ne pardonnent pas et vous allez vous retrouver les quatre jambes en l’air…. à Islamabad ! hehehe
Réponse de le 18/02/2015 à 16:40 :
bien vu!
Réponse de le 18/02/2015 à 17:29 :
Il faut arrêter de dire des bêtises, la France n'a jamais eu l'intention de vendre le Rafale au Pakistan.
La France avait même rejeté la demande du Pakistan pour moderniser les vieux Mirage pakistanais.
Réponse de le 19/02/2015 à 0:13 :
"La France avait même rejeté la demande du Pakistan pour moderniser les vieux Mirage pakistanais. "

pas vraiment non: j'ai travaillé sur du retrofit de mirage3/5 pour le Pakistan (projet "rose") donc ... :-)
Réponse de le 20/02/2015 à 10:52 :
Je m'étais mal exprimé, je voulais parler du pod Damoclès que le Pakistan voulait acheter et adapter sur leur Mirage.
Réponse de le 20/02/2015 à 12:24 :
tyrion va en russie ^^
a écrit le 18/02/2015 à 11:34 :
Depuis quelques jours on a appris par "une autre presse" que l''Etat indien avait déjà abandonné l'achat des Rafales à la France, comme c'était attendu d'ailleurs. Ce n'est pas parce que les Saoudiens et d'autres Emirats ont payé pour que l'Egypte en achète 14 de ces avions que l'Inde va en faire de même pour 123 !! la presse indienne parle que l'option plus viable (et la plus sûre aussi) c'est le chasseur russe de 4ème génération Su-30MKI autant performant, dit-on, que le Rafale. La non-livraison des Mistral fait déjà des retombées….
Réponse de le 18/02/2015 à 14:09 :
@ VALBEL89 : l'Inde est un traditionnel client pour des armements de la Russie et cela vient déjà de l'époque de l'URSS. C'était Poutine qui a offert au gouvernement indien le partenariat dans plusieurs domaines de la technologie militaire (navale, aéronautique, systèmes de défense, etc). Perso je pense que cet "achat" des Rafale était un piège tendu à la France….
Réponse de le 18/02/2015 à 14:17 :
Encore un pro Poutine
Réponse de le 18/02/2015 à 14:25 :
Chut l'anti-france...
Réponse de le 18/02/2015 à 14:54 :
Le SU30, celui éliminé du même contrat indien car la verrière s'est détachée en plein vol ? Ah, d'accord.
Le Mistral ? Aucun rapport, Poutine a envahi l'Ukraine et il doit assumer.
Réponse de le 18/02/2015 à 15:02 :
Votre commentaire c'est n'importe quoi, j'ai pas lu, juste les premières lignes m'ont suffit...
Réponse de le 18/02/2015 à 15:26 :
@ jklkf : Point de vue qui n'engage que vous. Meme s'il existe des gens malfaisants (comme les trolls pro Otan par ex), le fait de vouloir généraliser toute progression légitime des individus économiquement ou autre et un mensonge et une justification pour spoiler ceux qui produisent et ainsi se donnent des emplois uniquement payés par les contribuables ou les entrepreneurs pour que ces gens viennent faire de la propagande des néoconservateurs US. C'est abusif et j'en dénonce. Vive la liberté d'expression en France !
Réponse de le 24/02/2015 à 18:55 :
Jean-Marc ! Vous me faites rire avec votre liberté d'expression made in France.
Je suis constamment sournoisement censuré sur tous les médias français car ce système me dégoute.(avec Internet, c'est tellement facile à faire)...
Demandez à LT ce qu'est un modérateur ?
a écrit le 18/02/2015 à 10:58 :
pour quelle raison vous oublier volontairement l'accord
russo indien pour le t50 avec une mise en service en 2016
un appareil qui vient de traverser la russie ouest en est
a écrit le 18/02/2015 à 9:31 :
La Rafale est un avion de 4ème génération; pourquoi les indiens ne voudront-ils pas un avion 5éme génération, Made In India ??.. avec bien sur la collaboration d'entreprises indiennes et étrangers ;)) ? Par ailleurs, la Rafale a eu la chance en Egypt car les égyptiens voulait faire la tête aux américains ;)) !! Soyons content, au moins, un pays as voulu la Rafale ;)) !!!
Réponse de le 18/02/2015 à 9:54 :
Parce que les dénominations 4ème et 5ème générations ne sont qu'un artifice marketing, et ne correspondent à aucune réalité technologique ou militaire. Et si le Rafale n'a pas été vendu à la Corée du Sud, c'est uniquement à cause des pressions américaines (appel d'offre gagné puis annulé) ...
Réponse de le 18/02/2015 à 10:00 :
Oui, vous avez raison, l'Inde va concevoir et construire un avion de 5ième ou 6ième génération. Les travaux sont prévus pour durer dix ans. C'est à dire qu'ils sera prêt en 2050 ... pour un premier prototype. Qui devrait être garanti par la France,t la Russie et les USA.
Réponse de le 18/02/2015 à 10:47 :
N'importe quoi... C'est pas une playstation... Quand on sait pas on se tait, ça évite de dire des inepties... Si tu sais ce que ça veut dire...
Réponse de le 18/02/2015 à 11:19 :
Parce que les dénominations 4ème et 5ème générations ne sont qu'un artifice marketing, et ne correspondent à aucune réalité technologique ou militaire. Et si le Rafale n'a pas été vendu à la Corée du Sud, c'est uniquement à cause des pressions américaines (appel d'offre gagné puis annulé) ...

Très cordialement
Réponse de le 18/02/2015 à 11:40 :
Les différences entre 4ème et 5ème génération sont assez réelles et il fallait un article pour les expliquer en détail. À tel point que des pilotes habitués à des avions de 3ème génération ne peuvent pas passer directement à un autre de 5ème.
Juste pour l'info, depuis 2014 l'Inde est en coopération avec la Russie pour la construction du chasseur de 5ème génération et "stealth" T-50, ainsi que pour d'autres projets jusqu'à maintenant tenus secrets.
Il faut se renseigner avant de débiter des tas de salades au petit plaisir, ça agace plus d'un….. Salut !
Réponse de le 18/02/2015 à 17:41 :
Le concept des avions de cinquième génération est remis en cause par de nombreux experts.
"Il faut se renseigner avant de débiter des tas de salades au petit plaisir, ça agace plus d'un….. Salut !''
a écrit le 18/02/2015 à 8:41 :
On ne peut pas critiquer qu'un fonctionnaire passe de l'élevage à la Défense, certains de nos ministres sont passés de l'agriculture à la culture.
Ceci étant, demander à Dassault de garantir la construction par un autre du Rafale (Dassault pas plus qu'un autre concepteur constructeur ne le fera jamais) est une manière pas très réglo de dire que finalement, on ne va pas acheter le Rafale. Que de temps perdu en palabres inutiles pour ce qui semble être un marché de dupes, les Indiens voulant en même temps la crèmière, le sourire de la crèmière et aussi ses rondeurs
Réponse de le 18/02/2015 à 10:09 :
Effectivement il y a eu un moment où ce contrat d'export était quasi certain même si les habitudes locales font qu'il faudrait attendre encore énormément de temps avant de voir une signature.
Mais leur demande de garantir leur propre travail (au mieux c'est du n'importe quoi, au pire un aveu d'incompétence) est effectivement une voie sans issue.

Je ne pense pas qu'ils ne veulent plus du Rafale mais tout simplement ils ont dû s'apercevoir qu'ils n'avaient plus les moyens de ce projet, comme le Brésil.
Et de s'orienter vers une solution de facilité en achetant à la place soit davantage de Su ou alors davantage de chasseurs légers locaux (ces derniers ne feront jamais le poids mais bon le nombre impressionne... ou pas).
a écrit le 18/02/2015 à 8:21 :
Le contrat mère de la vente des Rafales aux indiens risque fort d'échouer, les indiens ont observé le comportement des français avec la vente de mistrals aux russes, observé et analysé.. Ils comprennent l'état d'extrême dépendance aux US et feront tout aujourd'hui pour faire avorter un marché qui paraissait acquis. Et faire le choix des avions russes, Poutine sort d'Inde, il pavoise, il a raison..
Réponse de le 18/02/2015 à 9:09 :
Mais oui ! , Poutine laisserait "les coudées franches aux indiens, et la marmotte...
Réponse de le 18/02/2015 à 9:55 :
Oui, les russes vont assurer la garantie et le SAV gratuitement des avions fabriqués en Inde. Ainsi que les pénalités de retard ! Une affaire en or.
Réponse de le 18/02/2015 à 10:12 :
Il y a eu le Mistral c'est vrai (et les commerciaux de l'Eurofighter ont très certainement cassé du sucre sur notre dos... alors qu'ils appartiennent a des pays qui se sont opposés à la livraison...) mais il y a eu aussi les bombardements du Qatar.
Or ceux-ci n'ont pu se faire seulement parce que le Qatar a des Mirages 2000 en plus de ces avions US... et ca en tant qu'acheteur cela me ferait bien plus réfléchir. Surtout que dans le cadre de ce contrat l'Inde fabrique la plus grande partie des avions donc l'argument de la livraison ne tient pas...
a écrit le 18/02/2015 à 8:03 :
L'Inde achète trop..........
a écrit le 18/02/2015 à 7:39 :
La regle numero un quand on fait des affaires avec les Indiens, c ' est de se demander ce qu ' ils preparent pour nous poignarder dans le dos. Demandez a n ' importe quel industriel ou homme d 'affaires
Réponse de le 18/02/2015 à 15:03 :
Ne trouve pas le parametre "id=XXXXX"
plc=13&iframe tout à fait d'accord et en plus ils ont la peau foncé c'est pas beau…
Réponse de le 19/02/2015 à 23:12 :
Les Indiens sont des snakes en affaire. Les chinois sont des bisounours . Ceux qui n'ont pas travaillé dans le pays ne peuvent se rendre compte.
a écrit le 18/02/2015 à 3:11 :
Le marché asiatique est un marché de dupes car le transfert de technologie réclamé se fait toujours au détriment des industriels malgré l'incompétence notoire de l'élite locale. Si les industriels ne conservent pas une atout majeur technologique dans leur manche, ils seront perdants à coup sûr dans les années qui suivront le transfert technologique.
Réponse de le 18/02/2015 à 15:39 :
Oui, on l'a bien vu avec le TGV Chinois!!!!!!!!!!
Dans le trou , les Francais...........
Réponse de le 18/02/2015 à 17:52 :
Et surtout Siemens qui a fait cadeau à la Chine de son train Maglev pour des clopinettes. Dans le cas du Rafale qui si je me souviens bien était le seul à avoir de bonnes performances de combat au dessus de l'Himalaya, je crois que c'est plus du domaine de ce que j'écrivais précédemment. Les Indiens veulent le beurre, la crémière etc.....et Dassault a bien raison de ne pas céder. Si on se réfère à notre industrie et à nos intérêts , il vaut mieux vendre des Rafale made in France et ceux-là seront garantis par Dassault;
Réponse de le 26/02/2015 à 21:11 :
Ne prenez pas les commerciaux de chez Dassault pour des idiots. Ils ont l'habitude de vendre des jets (civils & militaires) et si nos politiciens ne leurs mettent pas des bâtons dans le train (d'atterrissage par exemple) l'affaire devrait se faire. Nous sommes tous d'accord que personne ne garantirait le travail qu'il n'a pas effectué ou minutieusement contrôlé. Donc cette close ne sera pas accepté par Dassault.
Si le Qatar ou la Malaisie (ou d'autres encore) se décident à passer commande sur étagères, l'Inde va se retrouver dans de sales draps :
Garantir la production de HAL signifie en fait assurer à l'Inde qu'elle maîtrise l'ensemble du savoir-faire pour fabriquer un avion de chasse au top de la technologie. Car rien n'est assuré aujourd'hui qu'elle le soit. Aujourd'hui elle ne sait seulement fabriquer que le LCA MK I...
L'Inde doit améliorer rapidement son savoir-faire et sa maîtrise technologique pour ensuite espérer pouvoir fabriquer l'avion Russo-indien T-50 PAKFA.
Elle a également besoin rapidement de remplacer ses MIG-21 qui tombent en pièce.
Si les lignes de production de Dassault sont saturées, l'Inde devra encore attendre...
En conclusion, L'Inde est en position précaire. Elle à besoin d'acquérir du savoir-faire et de la technologie pour se mettre à niveau avec les standard Européens et être en mesure par la suite de fabriquer le PAKFA. Le temps joue contre elle...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :