Airbus planche sur une hausse de la production de plus de 40%

 |   |  726  mots
Sur l'A320, l'avionneur planche sur le passage à une production de 70 A320 par mois au cours de la prochaine décennie, contre 50 aujourd'hui et 60 déjà prévus au deuxième semestre 2019.
Sur l'A320, l'avionneur planche sur le passage à une production de 70 A320 par mois au cours de la prochaine décennie, contre 50 aujourd'hui et 60 déjà prévus au deuxième semestre 2019. (Crédits : Luke MacGregor)
Airbus va trancher cette année sur une augmentation de la cadence de production de l'A320 et de l'A350. Il vise notamment une cadence de 70 appareils par mois pour l'A320, sans donner de calendrier.

Alors que les moteurs Pratt & Whitney de l'A320neo rencontrent de nouveaux problèmes, Airbus travaille sur un nouveau plan d'augmentation de la production qui lui permettra de produire peu ou proue 1.000 appareils par an contre 718 en 2017 et environ 800 cette année (sous réserve de la capacité des motoristes à livrer en amont leurs réacteurs). En effet, Airbus doit trancher cette année sur une augmentation de cadences colossales de l'A320 et de l'A350.

Quel calendrier pour la montée en cadence de l'A320 ?

Sur l'A320, l'avionneur planche sur le passage à une production de 70 A320 par mois au cours de la prochaine décennie, contre 50 aujourd'hui et 60 déjà prévus au deuxième semestre 2019. Ce qui correspond à une hausse des cadences de 40% par rapport à aujourd'hui. Aucun calendrier n'a été donné pour atteindre cette « cadence 70 », mais cette nouvelle augmentation va se faire de manière progressive sur plusieurs années à partir de 2020. En début d'année déjà, Airbus a annoncé une hausse d'activité dans son usine chinoise de Tianjin à partir de 2019 (qui entre dans le plan de production en cours) et 2020. Après un passage de 4 à 5 avions par mois début 2019 en effet, la production de l'usine chinoise d'Airbus passera à 6 appareils début 2020.

Certains observateurs estiment qu'elle pourrait s'étaler sur toute la prochaine décennie  en raison d'une demande qui pourrait perdre de son dynamisme du fait du renchérissement des prix d'acquisition avec la remontée des taux d'intérêt, et de l'hypothèse d'un ralentissement du trafic aérien, aujourd'hui exceptionnelle (autour de 7%). A voir cependant. Car pour Tom Enders, le directeur général d'Airbus, la demande est telle que la cadence 70 pourrait être largement dépassée s'il n'y avait pas les contraintes industrielles. Au regard du carnet de commandes de la famille A320 (plus de 6.000 appareils), Airbus doit écouler la production pour améliorer les ventes en proposant des délais de livraisons beaucoup plus courts qu'ils ne le sont aujourd'hui (10 ans). En tout cas, Airbus est capable de monter en cadence rapidement. Pour rappel, le plan en cours de hausse de la production, dont la croissance se situe à un niveau similaire à celle qui est envisagée, s'étale sur une période de 4 ans seulement. Annoncé en 2015, il vise une cadence 60 en 2019, contre 42 en 2015.

Airbus travaille déjà depuis pas mal de temps sur cette cadence 70. Selon certaines sources, la direction avait renoncé à un tel projet à l'automne en raison des difficultés de certains fournisseurs. Pour la chaîne des fournisseurs, il s'agit d'un défi, notamment pour ceux qui travaillent également pour d'autres constructeurs.

Produire plus d'A350

Airbus entend également trancher cette année une hausse de la production de l'A350 au-delà du niveau de 10 par mois attendu en 2018, sans chiffrer l'objectif à atteindre. Pour rappel, cette décision aurait probablement déjà été prise s'il n'y avait pas les difficultés rencontrées dans la production à cause des problèmes de livraisons rencontrés par des fournisseurs comme Zodiac. En 2015, dans nos colonnes, Didier Evrard, le directeur général de la production d'Airbus, avait déclaré qu'Airbus envisageait d'augmenter la production à un niveau inférieur à « 5 appareils par mois » au-delà de 2018. Ce qui n'est pas neutre. Une hausse de production de 3 ou 4 appareils par mois par exemple permettrait à Airbus de livrer 36 ou 48 appareils supplémentaires sur une base annuelle, soit 156 ou 168 appareils par an. Boeing, quant à lui, passera de 12 à 14 B787 par mois à partir de 2019.

Réduction de voilure pour l'A380

En revanche, Airbus va baisser sa production d'A380 lui permettant de produire l'avion jusqu'au jour où de nouvelles technologies de moteurs émergeront (à partir de la moitié de la prochaine décennie), et permettront d'envisager une remotorisation de l'appareil, voire son allongement pour baisser les coûts au siège. Avec la nouvelle commande de 36 appareils d'Emirates, Airbus s'est assuré 10 ans de production. Après avoir livré 15 A380 l'an dernier, l'avionneur européen prévoit d'en construire 12 en 2018, 8 en 2019 et devrait descendre à 6 à partir de 2020. Ce niveau sera être maintenu au cours des prochaines années mais pourrait augmenter à nouveau si de nouvelles commandes voient le jour, non seulement des compagnies déjà clientes (des campagnes sont en cours selon Tom Enders), mais aussi de nouvelles compagnies, notamment chinoises.

Quant à la production de l'A330, elle ne change pas pour l'instant. Elle reste à 6 appareils par mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2018 à 16:26 :
Certe, ils est envisager une auguementation de production sur certain appareil, mais d'autre ligne de production sont diminuè.... Donc én realites cela ne regle pas vraiment le probleme .... Peux dè création d'emploi alors que les carnet de commandes sont pleins.
Surtout que certain modèle sont attendus sur le marché (A400m) et que cela nuis à nos capacités d'exportation sur des marché potentiel. Espérons que c'est délais gagnier permettront de regler certain probleme et de finaliser certaine productions....
a écrit le 16/02/2018 à 8:27 :
Avec l'augmentation du trafic aérien et en conséquence les nombres significatifs d'avions de ligne achetés/loués, on se demande comment on va trouver les pilotes.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :