Avec 9 ans de retard, l'avion chinois C919, qui veut défier Airbus et Boeing, va enfin entrer en service en 2023

Le C919, premier moyen-courrier fabriqué en Chine pour concurrencer Airbus et Boeing, a obtenu sa certification auprès des régulateurs chinois. Le début des opérations est prévue pour début 2023 avec China Eastern Airlines.
Le C919 est destiné à concurrencer sur le moyen-courrier les modèles A320 et B737.
Le C919 est destiné à concurrencer sur le moyen-courrier les modèles A320 et B737. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Enfin ! Cinq ans après son premier vol, le Comac C919, l'avion chinois, qui ambitionne de concurrencer l'A320 NEO d'Airbus et le 737 MAX de Boeing, commence à voir le bout du tunnel après avoir reçu, ce vendredi, la certification des autorités chinoises. Lancé en 2009, il doit être livré à China Eastern Airlines (partenaire et actionnaire d'Air France-KLM) d'ici à la fin de l'année pour une mise en service au premier trimestre 2023. Soit avec neuf ans de retard par rapport au calendrier prévu par Pékin lors du lancement du programme en 2009, un calendrier qui n'a ensuite cessé de déraper.

Avec une capacité de 168 passagers et d'une portée de 5.555 km, cet avion est le plus gros avion de ligne jamais construit par la Chine. Jusqu'ici, l'ex-empire du Milieu avait seulement construit, non sans difficulté, l'ARJ21, un avion régional de 70 sièges.

815 commandes

Les compagnies chinoises affichent leur soutien à ce modèle produit localement, même s'il n'a pas encore reçu le feu vert des régulateurs américains et européens et a besoin encore d'une autre autorisation pour passer à la production de masse. Aujourd'hui néanmoins, Comac assure avoir reçu au total 815 commandes de 28 compagnies. En 2010, déjà, les trois principales compagnies aériennes du pays avaient  indiqué qu'ils soutiendraient ce programme, le premier véritablement sérieux pour permettre à Pékin de se hisser à terme au rang de puissance mondiale aéronautique et devenir indépendant des constructeurs occidentaux

Une volonté politique de devenir une puissance aéronautique

En montant en gamme, Pékin affiche clairement son intention de jouer dans la cour des grands et de devenir une puissance aéronautique. Le C919 se positionne en effet sur le marché des avions moyen-courriers, qui représentent plus de 70% des ventes des appareils de plus de 100 places et sur lequel rayonnent les deux best-sellers du moyen-courrier, l'A320 Neo et le 737 MAX qui revient fort après les déboires rencontrés à la suite de deux accidents. L'objectif de Pékin est clair : devenir une puissance aéronautique. Ne pas avoir d'avion « made in China », c'est se trouver « à la merci des autres », avait déploré le président Xi Jinping en 2014.

Le fait d'avoir Comac créé (en 2008) avec à sa tête ceux qui avaient réussi le programme spatial chinois, traduit en effet la volonté politique de Pékin qui n'a pas hésité à faire appel aux industriels étrangers pour sauter plus rapidement les marches. Contrairement à l'ARJ 21, un appareil régional basique, le C919 fait en effet appel aux dernières technologies occidentales, comme Honeywell, Zodiac....Une attention particulière a été portée aux moteurs. CFM International, la filiale commune de Safran et General Electric, équipe le C919 avec son fameux Leap X, le même qu'a choisi Airbus et Boeing pour remotoriser l'A320 (A320 neo) et le B737 (B737 MAX). Car le C919, contrairement à l'ARJ21, vise aussi l'export.

Une menace prise au sérieux par Airbus et Boeing

Une menace est prise très au sérieux par Airbus et Boeing. Pour autant, le chemin sera long. Pour la plupart des observateurs, il faudra attendre encore de longues années pour que la Chine devienne un acteur majeur du secteur. En effet, il va déjà falloir que l'avion soit certifié aussi aux Etats-Unis ou en Europe pour pouvoir être commercialisé hors du marché chinois. Ce qui n'est pas gagné, déjà aux Etats-Unis dans la mesure où la Chine n'a toujours pas donné son feu vert à la reprise des vols du 737 MAX.

Lire aussiBoeing : le durcissement de la certification retarde le calendrier des programmes d'avions

Il faudra ensuite convaincre les compagnies aériennes de la disponibilité opérationnelle de l'avion mais aussi peut-être, dans un premier temps, les passagers occidentaux. C'est pour cela que le C919 devrait dans un premier temps se concentrer sur le marché chinois. Cependant, tout peut aller très vite. Il suffira, comme ce fut le cas pour le constructeur brésilien Embraer dans les années 80, d'une commande d'une grande compagnie aérienne, pour déclencher les ventes à l'export. Peu importe le temps que cela prendra, la locomotive est lancée. Comac travaille en effet avec le russe UAC sur la conception d'un appareil gros-porteur, bi-couloir de 250 à 350 sièges, dont la mise en service serait prévue vers le milieu de la décennie.

Lire ici La Saga du B787

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 07/10/2022 à 21:54
Signaler
Bienvenue dans le monde multipolaire

à écrit le 01/10/2022 à 17:12
Signaler
On n’a pas oublié qu’il y a 25 ans avant, Alcatel a été le No.1 mondial de la télécom, tous les français méprisent les sociétés chinoises dans ce domaine avec la même manière qu’aujourd’hui de C919, alors aujourd’hui, Alcatel est où depuis la monté d...

le 04/10/2022 à 22:18
Signaler
si vous êtes si forts, essayez de faire un traducteur en ligne potable car là ça pique les yeux

à écrit le 30/09/2022 à 18:32
Signaler
Merci Airbus pour le transfert de technologie lié à l'installation d'une usine d'assemblage en Chine !!!!

à écrit le 30/09/2022 à 17:45
Signaler
Comme pour le train en grande vitesse de Siemens, les chinois champion de l'espionnage industriel, des transfers de technologies aux méthodes mafieuses, roi de la copie... commercialise un avion qui est simplement un copier-coller d'Airbus et Boeing....

le 01/10/2022 à 10:59
Signaler
A320 est une copie de B737, 1er décollage, tombé à Habsheim, confirmé que c'est une belle copie.

le 01/10/2022 à 11:52
Signaler
Un avion ressemblant à un avion quoi de plus original ? Un vélo ressemble à un vélo, un camion à un camion, une auto à une auto et une table à manger à une table à manger. Vous voudriez que les chinois fassent voler quoi ? Un boulier ? Un fer à repas...

à écrit le 30/09/2022 à 17:27
Signaler
QUI a vendu des AIRBUS aux Chinois en leur transférant la technologie AVEC, c'était ça le deal pour que la Chine achète es Airbus, qu'ils vont nous revendre aujourd'hu!i. Vive l'UE Ils seront moins chers et tout aussi fiables d'autant que ce sont les...

à écrit le 30/09/2022 à 16:07
Signaler
Ça me fait un peu rire quand vous dites que le consommateur occidental aura des réticences pour monter dans un avion chinois. On disait cela des voitures chinoises il y a 10 ou 15 ans et maintenant on en trouve à tous les points de rue. La plupart de...

le 30/09/2022 à 20:06
Signaler
Vous auriez raison, si: - les voitures que vous voyez "à tous les COINS de rue" n'étaient pas ... coréennes - si les avions "pas cher" achetés pour Ryanair n'avaient pas de problèmes lors de leur production en grande série. Pour rappel, le 737 MAX;...

à écrit le 30/09/2022 à 15:23
Signaler
Eh les gars européens et américains faudrait arrêter vos c…avec les chinois … vous nous mettez dans une future et réelle dépendance merci les gars ! On est en guerre systémique et vous pactisez avec le prochain ennemi de l Occident après la Russie ...

le 01/10/2022 à 23:15
Signaler
Vous avez tendance à généraliser un peu trop vite et prenez vos désirs pour des réalités. Vous ( vous seul ) êtes en guerre systémique. Vous ( vous seul ) avez comme ennemi la Russie et la Chine. Moi non. Statistiquement votre vous ne pèse que votre...

à écrit le 30/09/2022 à 13:25
Signaler
C'est être à la " merci des autres " que d'y intégré des éléments étranger comme Honeywell, Zodiac, CFM International, la filiale commune de Safran et General Electric... reste donc à tordre aussi cela.

le 30/09/2022 à 13:41
Signaler
ça demandera du temps, comme des 'morceaux' allemands dans des matériels français qui sont parfois interdits d'exporter par l'Allemagne. Pas facile de tout fabriquer, de tout inventer, d'être totalement autonomes. Les voitures, elle contiennent des a...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.