Avions de combat : pourquoi le choix de Berlin est d'une logique implacable (Eurofighter et F-18)

L'Allemagne va acheter 93 avions de combat Eurofighter et 45 F-18 américains (Boeing) pour renouveler sa flotte de Tornado. Un choix géopolitique et économique dicté pour préserver son alliance avec les Etats-Unis et sa base industrielle en Allemagne.
Michel Cabirol

6 mn

Le choix de F-18 par l'Allemagne illustre de manière limpide (comme tout achat d'armement) un acte diplomatique clair.
Le choix de F-18 par l'Allemagne illustre de manière limpide (comme tout achat d'armement) un acte diplomatique clair. (Crédits : Boeing)

En dépit de l'opposition du SPD, l'Allemagne va acheter 93 avions de combat Eurofighter européens (Airbus, BAE Systems et Leonardo) et 45 F-18 américains (Boeing) pour renouveler sa flotte vieillissante de Tornado, a indiqué mardi au quotidien Süddeutsche Zeitung la ministre de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer. La flotte allemande de Tornado doit être remplacée au plus tard en 2030. L'annonce de la ministre intervient à la veille de la présentation de cette décision devant la commission spécialisée de la chambre des députés allemands. Un choix d'une logique implacable pour l'Allemagne si on se place évidemment du côté allemand. Avec cette répartition deux tiers-un tiers, le gouvernement d'Angela Merkel tente de concilier son engagement régulièrement réaffirmé en faveur de son industrie d'armement, mais aussi ses obligations à l'égard de l'OTAN et des Etats-Unis.

Un choix "macronien" : le "en même temps"

Le remplacement des avions Tornado par une flotte mixte de F-18 (en réalité un binôme formé du Super Hornet Block III pour porter l'arme nucléaire de l'OTAN B61 à gravitation et du Growler pour la guerre/attaque électronique) et de l'Eurofighter EF-2000 illustre "de manière nette (comme tout achat d'armement) un acte diplomatique clair", explique un observateur averti des affaires d'armement. D'une part, le F/A-18 E/F Block III, incarne le lien transatlantique qui, depuis 1956 (année de création de la Bundeswehr), est le clé de voûte de la sécurité allemande. "La B61, bombe nucléaire à gravitation, incarne ce lien de manière encore plus concrète, puisqu'avec la Belgique, l'Italie, les Pays-Bas, la Turquie, l'Allemagne assume cette mission nucléaire de l'OTAN", fait valoir cet observateur.

D'autre part, l'acquisition de l'EF-2000 (en réalité une nouvelle tranche 4 pour cet avion), va permettre de maintenir la chaîne de production de Manching en Bavière. Airbus Allemagne avait grand besoin de cette commande pour faire vivre ce site (25.000 personnes travaillent sur l'Eurofighter, en comptant les sous-traitants) et relancer cet appareil, qui est en compétition contre le...F/A-18 E/F en Suisse, toute proche. "Le choix de Berlin est logique et même habile puisqu'il permet la consolidation simultanée du lien transatlantique et de la base nationale industrielle tout en soutenant l'exportation de l'avion", souligne ce même observateur.

Acheter un vieil appareil (même au dernier standard) fait mieux passer la pilule américaine en Allemagne que le symbole de l'aviation américaine intrusif et budgétivore qu'est le F-35. Un choix au fond très macronien : le "en même temps"... Cette décision très rationnelle de la ministre allemande consolide par ailleurs le ministre-président de la Bavière et chef de la CSU, Markus Söder, qui est candidat à la chancellerie. Pour autant, la décision la plus logique sur le plan opérationnel, aurait été le choix du...Rafale, qui possède toutes ces capacités des trois avions (Super Hornet, Growler et EF-2000). Mais visiblement Berlin n'y a pas songé...

Le F-35 hors jeu

Pour autant le choix des F-18 et des Eurofighter n'était pas aussi évident il y a encore 14 mois quand l'armée de l'air allemande poussait pour monter à bord du 35 de Lockheed Martin, un avion de combat nettement plus chers que le F-18 de Boeing. Séduite, la Luftwaffe avait d'ailleurs effectué plusieurs allers-retours aux Etats-Unis pour forcer le verrou politique allemand. Le chef d'état-major de la force aérienne allemande, le général Karl Müllner, était monté au créneau et n'avait pas caché en novembre 2017, sa préférence pour le F-35A en vue de remplacer les vieux Tornado. Et Karl Müllner a été poussé à prendre sa retraite en mai 2018. En février 2019, Berlin a fini par trancher : le F-35 ne pourrait pas postuler.

Cette attirance de l'armée de l'air allemande avait d'ailleurs conduit à des tensions avec la France notamment. Paris a fait valoir à l'Allemagne qu'une telle option, en raison de son coût pour l'Allemagne, risquait de remettre en cause le projet franco-allemand du Système de combat aérien futur (SCAF), appareil appelé à remplacer les Rafale et les Eurofighter à horizon 2040. le choix du F-35 aurait condamné toute approche mixte, selon la formule du Livre Blanc allemand : demeurer transatlantique et devenir plus européen (transatlantisch bleiben, Europäer werden).

"Si les Allemands achètent le F-35, nous sommes mal partis pour la coopération future, avait estimé en février 2018 à l'Assemblée nationale le Délégué général pour l'armement Joël Barre. Si nous essayons d'impulser cette coopération européenne, il faut que nos partenaires nous suivent ».

Une décision controversée en Allemagne

La ministre de la Défense allemande a décidé de passer en force. Mais le dernier mot reviendra aux députés allemands, avec un vote final attendu seulement lors de la prochaine législature appelée à débuter fin 2021. Selon Annegret Kramp-Karrenbauer, l'Allemagne ne peut pas reporter cette décision à une prochaine législature, après 2021, sous peine de ne pas pouvoir mener de "transition sans heurts" avec la future flotte. Elle justifie en partie le choix d'appareils américains par les obligations de l'Allemagne de transporter, si besoin, des bombes nucléaires américaines dans le cadre de l'OTAN, au nom du concept de "partage nucléaire".

La ministre de la Défense assure aussi que les appareils Eurofighter continueront de constituer "l'épine dorsale de l'armée de l'air" allemande. Cette décision ne convainc pas notamment l'allié social-démocrate de la CDU d'Angela Merkel au sein du gouvernement. Le parti social-démocrate SPD critique notamment le manque de "transparence" du choix stratégique. Le SPD a aussi pris un virage pacifiste qui s'accommode peu des obligations de l'Allemagne en matière de bombes nucléaires.

Une commande qui fera du bien à Airbus

Le président exécutif d'Airbus Guillaume Faury avait estimé la semaine dernière dans un entretien au magazine allemand Der Spiegel que les Etats européens pourraient aider Airbus en passant de nouvelles commandes de matériel de défense, comme l'avion de combat Eurofighter. D'autant le géant européen a lancé une restructuration dans sa division Defence and Space. Le projet de réduction d'emplois présentés en février aux syndicats prévoit la suppression de 2.362 postes, dont 829 en Allemagne, 357 au Royaume-Uni, 630 en Espagne, 404 en France et 142 dans d'autres pays.

La prochaine commande de 93 Eurofighter est une très bonne nouvelle pour Airbus. "Nous considérons qu'il est absolument nécessaire que l'Eurofighter succède aux Tornado, et non le F-18, avait expliqué Guillaume Faury dans une interview accordée à La Tribune. C'est aussi une question de souveraineté. Nous estimons que ce serait totalement à contretemps que de ne pas choisir l'Eurofighter". D'autres commandes allemande dans la défense devrait gonfler le carnet de commandes d'Airbus en 2020. C'est le cas du contrat ISCAN sur lequel Airbus comptait en 2019, et probablement va venir en 2020. Il y a également le remplacement de la tranche 1 de l'Eurofighter qui devrait aussi avoir lieu. "Et là c'est quelque chose qui nous parait de relativement probable", avait estimé Guillaume Faury. En Allemagne, Airbus a du grain à moudre...

Michel Cabirol

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 37
à écrit le 24/05/2021 à 12:38
Signaler
C'est de la négociation pour garder le super-gazoduc de poutine . Les USA ne font pas dans la dentelle quand une industrie étrangère risque de prendre un de leur monopole ou futur monopole . Alcatel ,Alston,huawei ,ect...

à écrit le 27/04/2020 à 21:52
Signaler
Si l'on admet votre "logique", alors on peut dire qu'elle est "implacable". Seulement voila, à mon sens il faudrait la refuser. Imagine-t-on les USA s'équiper en avions stratégiques dans un autre pays? Ce choix allemand,après celui de la Pologne, de ...

à écrit le 23/04/2020 à 13:00
Signaler
Ils faut bien acheter la protection des americains... Apres tout îls y un chantage de Mr trumps par l'intermédiaire de l'OTAN . Mais sa îls ne faut pas le dire...

à écrit le 23/04/2020 à 9:27
Signaler
Le masque de l’Allemagne réunifiée tombe , elle n'est plus européenne , on ne peut que constater que la première chancelière de l'est aura régler son compte à l’amitié franco allemande , elle exprime la vengeance de l'est au rapprochement avant la c...

à écrit le 23/04/2020 à 6:23
Signaler
L’Allemagne a fait un brillant choix plus diplomatique que militaire et préserver son plus gros marché export industriel hors UE. Si elle voulait une bombe nucléaire à poser sous ses Eurofighters elle aurait pu choisir simplement l’ASMPA de MBDA don...

à écrit le 22/04/2020 à 21:16
Signaler
Après les belges, les allemands achètent des avions de combat non européen, donc qu est ce que l europe ? Le marché unique ? L argument technique des bombes est une fable.

le 22/04/2020 à 23:52
Signaler
Quel autre avion récent non américain peut transporter cette bombe ? Aucun !

à écrit le 22/04/2020 à 20:06
Signaler
Economiquement La France et l'Allemagne ne peuvent pas etre des allies.Economiquement et culturellement vous etes des enemmies

le 22/04/2020 à 20:58
Signaler
divergence de langue et de gouvernance oui : étatisme / fédéralisme. hors-sujet pour le reste

à écrit le 22/04/2020 à 16:19
Signaler
L’Allemagne achète 2/3 d'avions européens, dont la France a décidé de ne pas faire parti du consortium et le reste américain. En cas de gros pépin, ce son bien les américains qui vont aider les allemands et non pas la France. Ils savent sur qui ils p...

le 22/04/2020 à 17:03
Signaler
Les Américains plus que les Français sont le parapluie des Allemands et même si Trump le remet profondément en cause, celui-ci ne sera pas éternellement à la tête des États Unis.......

à écrit le 22/04/2020 à 15:59
Signaler
Quoi de plus étonnant qu'il y ait de coopération millitaire dans l'air de l' Otan! Le F-18 est un beau joyau de plus!

à écrit le 22/04/2020 à 15:59
Signaler
Quoi de plus étonnant qu'il y ait de coopération millitaire dans l'air de l' Otan! Le F-18 est un beau joyau de plus!

à écrit le 22/04/2020 à 14:21
Signaler
15 hornet sont des growler, version d'attaque et de brouillage des defenses anti aerienne.

à écrit le 22/04/2020 à 14:18
Signaler
L’Allemagne devient « le nouveau Pôle « officieux «  important » après le Covid19 ( remplacement de la force de Bruxelles et Londres et Strasbourg ) pour le «  continent Européen . Pôle technologique, scientifique, économique, financière , milit...

à écrit le 22/04/2020 à 13:43
Signaler
J ai du mal a croire que le Bundestag donnera cet accord au gouvernement. Si le SPD ne supporte pas. aucune chance !

à écrit le 22/04/2020 à 10:46
Signaler
Tiens! Ils évitent la 5° genération: le er à repasser F35 Ceci étant, Pourquoi continuer dans l'Europe avec de tels partenaires?

le 22/04/2020 à 14:08
Signaler
C'est un produit concurrent de leur prochain concept largement inspiré de tout ce qui vient d'amerique, furtivité multi domaine, réseaux aérien, fusion des plateformes, AI as loyal wingman etc... le fameux SCAF

à écrit le 22/04/2020 à 10:37
Signaler
Le vrai problème c est la munition m61 qui est totalement obsolète. Vouloir assurer le feu nucléaire en f18 ou f35 est une blague.... Avec ce genre d arme on a pas besoin du nucléaire ou alors on a la supériorité aérienne totale donc pas besoin...

le 22/04/2020 à 13:57
Signaler
J'ai eu la même réaction que vous. Si on doit envoyer une bombe nucleaire, ce sera donc une guerre avec une grande puissance. Si on doit faire une guerre avec une grande puissance, c'est qu'elle est bien armée. Si elle est bien armée, qui prendra le ...

le 22/04/2020 à 20:50
Signaler
intéressant comme explications, merci au sujet des missions débiles je ne sais pas, la majorité des missions air actuelles rentre bien dans les capacités des f18 et f35: cf Proche-Orient Afrique.

le 22/04/2020 à 21:21
Signaler
Avec les missiles de croisière russes et chinois et bientôt américains à Mach 9 et sans doute 12 , que ce soit les bombes M61 ou les avions qui les portent , tout cela est obsolète...

à écrit le 22/04/2020 à 9:37
Signaler
Il n'y a, en réalité, que les dirigeants français pour imaginer qu'il faille toujours acheter européen et vouloir nous en convaincre : l'esprit de système, plutôt que la logique...

à écrit le 22/04/2020 à 9:20
Signaler
Rien de surprenant, l'Allemagne qui n'a pas l'arme atomique, restera sous le parapluie de l'OTAN et donc des USA. Comme la Pologne ou l'Espagne et d'autres. En outre elle préserve toujours ses intérêts économiques avant ceux de l'UE. Voilà encore un ...

à écrit le 22/04/2020 à 8:56
Signaler
Certains ne comprennent pas le choix allemand. Pour rappel: les Bouygues mbengue B61 n’ont rien à voir avec des bombes capables d’atteindre Moscou. L’objectif est d’empêcher une concentration de blindés. Un F18 doit pouvoir le faire. La posture est d...

le 22/04/2020 à 14:05
Signaler
La bombe A pour arréter des blindés, ca ne marche pas. Il faut taper dans le mille et les blindés sont concus pour être suffisement rapide pour se groupe rapidement. La B61est juste un argument politique. pourquoi n'avons nous pas demander à faire ...

le 22/04/2020 à 14:12
Signaler
Les defenses aériennes sont largement mobiles de nos jours, il faut vous mettre à jour, rendant l'intrusion aérienne par un chasseur de 4eme generation, d'autant plus avec une couverture aérienne adverse, franchement improbable, d'ou l'interet du f35...

le 23/04/2020 à 7:22
Signaler
En France il y a deux moyens de frappe nucléaire, le M51 comme vous le signalez, mais aussi un missile aéroporté (sous Rafale F3) l'ASMPA (pour Air Sol Moyenne Portée) en service depuis 2009 dans les Forces (armée de l'air et Marine sur PACDG)

à écrit le 22/04/2020 à 8:32
Signaler
Bel exemple de faible appartenance à la zone européenne.L'Allemagne toujours tentée de faire cavalier seul, on préfère ménager les USA qu'acheter un produit chez sa grande amie la France. Ce n'est pas comme ça que l'Europe survivra. L'argument techn...

le 22/04/2020 à 8:42
Signaler
L' Allemagne n'avait pas le choix puisqu'il fallait un vecteur compatible avec la bombe nucléaire que les américains ont "offert" aux allemands. Où alors, il aurait fallu que la France accepte de fournir cette arme nucléaire aux allemands, mais là, c...

le 22/04/2020 à 15:36
Signaler
Je vous rappel que Macron à parler d'étendre la dissuasion nucléaire française au reste de l'Europe et ça date depuis un petit moment déjà. Mais sa réponse à été "qu'elle jugeait peu crédible" cette proposition. (Merkel) Enfin bon,pour une fois on ...

le 23/04/2020 à 8:13
Signaler
L'Europe de l'ouest est américaine depuis la seconde guerre mondiale. Nous sommes américains depuis la victoire US, mais nous ne le savons pas encore. Ce sont les USA qui ont demandé aux pays européens de se fédérer, et l'OTAN en à été le pilier. Les...

à écrit le 22/04/2020 à 8:24
Signaler
Pour porter des bombes nucleaires à gravitation avec un avion de 4eme generation qui ne peut pas approcher meme de loin les A2AD ? Absurde, ou alors en mode suicidaire rase motte mais parvenir au coeur de la russie car c'est l'ennemi bien sur, en ra...

le 22/04/2020 à 10:52
Signaler
Le F35 ne peut pas plus faire des frappes stratégiques, on reste dans le domaine tactique.Au plus, un F35 frappera à 900km. C'est un appareil tactique. Ok, il peut voler haut et n'est pas coincé par le radada (en théorie, il est difficile à cibler, m...

le 22/04/2020 à 14:05
Signaler
Par ce que les defenses aeriennes ne sont pas mobiles ? Vous retardez !

à écrit le 22/04/2020 à 8:17
Signaler
l'allemagne fait l'europe a son seul et unique profit quand elle peut contourner les directives voir imposer sa rigueur mais pratiquement jamais solidaire des pays europeen

le 22/04/2020 à 9:09
Signaler
Je serai curieux de lire les réactions du '' gouvernement macron '', de lire les contorsions littéraires et diplomatiques déployées pour ne pas froisser ''le grand allié et ami'. Pauvre France, que faits-tu dans cette Europe qui est à la botte des am...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.