Eurodrone (Airbus, Dassault, Leonardo) : accord sur les performances mais pas sur le prix

 |   |  404  mots
Le programme de drone MALE européen Eurodrone devrait compter 21 systèmes et 63 drones
Le programme de drone MALE européen Eurodrone devrait compter 21 systèmes et 63 drones (Crédits : Airbus)
Les industriels du programme Eurodrone (Airbus, Dassault Aviation et Leonardo) et la France sont parvenus à un accord à minima sur les performances de l'appareil. Ils doivent encore trouver un accord sur le montant du programme.

Les négociations se poursuivent toujours sur le programme de drone MALE européen, le fameux Eurodrone. Elles ont récemment franchi un jalon important. La France et les trois industriels, sous le pilotage d'Airbus associé à Dassault Aviation et l'italien Leonardo, ont enfin trouvé un accord concernant les performances de l'Eurodrone, explique-t-on au ministère des Armées même si ce dernier ne semble pas entièrement convaincu. "Les performances satisfont pour une très large partie...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2020 à 19:56 :
Bon , cette histoire de motorisation s'est une excuse pour favoriser les drones americain .... Bon soyons claire , le prix n'a rien ou peux avoir avec cette conception avionique . Je crainds que les industriel sont comme toujours gourmand ...
D'ailleurs , je ne comprends pas pourquoi , îls n'y a pas etait prévu un appareil avec deux motorisation differante ... ( mono ou bimoteur ) . Sans etre ingénieurs cela me semble des plus s'imple á realisé... Mais bon , îls ne faut pas le dire....
a écrit le 29/05/2020 à 1:44 :
L'exigence de bimoteurs pour les seuls Allemands est ridicule au départ, compte tenu du large succès des drones monomoteurs... mais tenir tout un programme en otage est plus ridicule. Si le noyau de la plate-forme est partagé, permettre aux Allemands de développer une variante bimoteur, peut-être avec une aile différente pour supporter plus de carburant et de charge utile en même temps... Permettre aux utilisateurs d'exploiter les deux si cela est à leur avantage, tout en partageant la formation des opérateurs et une grande partie de la logistique en dehors des moteurs. Un tel programme facilite également le partage du travail. Plus généralement, l'attention excessive portée à l'Allemagne ignore les possibilités offertes par l'Italie, où un programme monomoteur efficace et rigoureux pourrait être couronné de succès.
Réponse de le 30/05/2020 à 12:05 :
Le souci est la différence de concept d'opération. Un monomoteur type reaper est parfait pour les OPEX (concept d'opération pour le France), l'Allemagne souhaite faire de la surveillance de son territoire avec => les systèmes critiques de l'Eurodrone doivent atteindre les exigences safety d'un avion de ligne (imposant au passage 2 moteurs).

C'est à se demander si construire UN appareil pour des besoins si différents est censé mais le problème de la France ou l'Italie ne peuvent payer ce développement seul => c'est même l'Allemagne qui doit payer la majorité du développement et l'argent Allemand ira principalement à des industriels… hors d'Allemagne => Ni la France, ni l’Italie ne peuvent ignorer les exigences spécifiques et dimensionnantes demandées par l'Allemagne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :